Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEMOCRATIE LOCALE

  • UNE EVICION BETE, STUPIDE, RARE ET SECTAIRE A VANVES DANS UN CONSEIL DE QUARTIER

    Evenement très rare à Vanves pour être noté dans les annales : Un membre d’une instance participative a été démissionné par lettre recommandée par un maire adjoint de Vanves. Il s’agit de Guillaume Benhamou, membre du conseil de quartier du centre Saint Remy.

    Il est vrai qu’il a été absent à des réunions plusieurs fois et non excusées, et que le réglement intérieur des Conseils de Quartier le prévoit en cas d’absence répétée (Article 4.1 du Règlement Intérieur) comme l’a expliqué Kevin Cortes maire adjoint et président du Conseil de Quartier du Centre Saint Remy,  dans un courrier daté du 17 Février, envoyé en recommandé. Dans les annales de l’histoire des Conseils de quartier depuis leur création lors du mandat du maire socialiste Guy Janvier (1995-2001). cela doit bien être la première fois. Car généralement dans ces instances consultatives, les absences répétées ne sont pas sanctionnées, sachant que la présence des membres s’éffiloche au fil du temps, sans avoir besoin de l’acter par un tel courrier

    Mais manque de pot pour la municipalité, cette décision touche un vanvéen handicapé physique qui se déplace en fauteuil, et qu’elle a sollicitée, par  ailleurs, ans le même temps, pour tester ces aménagements rendant accessible certains bâtiments comme ce fut le cas ses derniers jours pour les accès de l’église Saint Remy réaménagés.

    Mais comme le note l’intéressé, l’adjoint au maire concerné n’a même pas pris contact avec lui pour l’informer,  ni tout autre personne de la mairie pour le prévenir, alors qu’il rencontre certains élus  lorsqu’il se rend chaque samedi au marché. A croire qu’il a été évincé parce qu’il a soutenue une liste concurrente à la majorité municipale aux dernières élections municipales. Il a d’ailleurs remarqué, comme beaucoup de vanvéens, que les élus de la majorité municipale n’adressent jamais la parole à ses opposants. Ils ignorent le dialogue républicain et citoyen dans une attitude particulièrement sectaire qui en choque beaucoup..

    D’ailleurs, c’est peut être à cause de cette attitude que ses interlocuteurs auraient ainsi pu prendre conscience, comme il s’en est confié à quelques amis, qu’il passe par des hauts et des bas en fonction de sa santé, de son traitement, pas toujours facile à vivre, pesant sur son moral, à certains moments qui le découragent, et le recroquevillent chez lui. Mais il est vrai qu’au sein de la municipalité, beaucoup ne sont pas très, comme on dit, « fute fute »

    Car Guillaume Benhamou, pour ceux qui le connaissent bien, est un hyperactif, que l’handicap, le fauteuil n’empêche pas d’agir pour les autres. N’a-t-il pas été nommé au conseil national consultatif des personnes handicapées mis en place par Sophie Cluzel, ministre des personnes handicapés voilà 3 ans, présidé la Jeune Chambre Economique de GPSO, écrit un livre… Mais comme beaucoup de Vanvéens qui ont siégé dans les conseils de quartier ou au fameux conseil Economique social et environnemental local de Vanves (CESEL), il s’est rendu compte qu’ils ne servaient à rien, véritables chambres d’enregistrement des décisions de la majorité municipale, sans disposer de véritables moyens financiers, et voyant tout projet présenté par des opposants, rejetés, à tel point que les membres d‘une commission du CESEL avaient démissionné lors du précédent mandat

  • UNE PREMIERE A VANVES : UNE REUNION PUBLIQUE VIRTUELLE DE LA MUNICIPALITE SUR ZOOM

    «Une grande première en raison des circonstances. Il m’a semblé important de rétablir le contact avec les vanvéens, même si je les rencontre au marché, sur le chemin de l’école…,  de vous retrouver et échanger comme nous le faisions auparavant deux fois par an, avec ses réunions publiques à  chaque printemps et à chaque automne. Nous avons trouvé ce moyen de substitution pour pouvoir échanger» a expliqué le Maire en introduction.  Elle a réuni lundi soir 250 participants entre 19H30 et 21H50 et suscité 160 questions. Il n’a pas été répondu à toutes, mais les vanvéens recevront une réponse ensuite par courrier. Cette réunion a été animée par Julie Messier, maire adjoint à la communication qui a donné la parole aux maires adjoints, après avoir lue les questions envoyées. Et là encore une première, la parole n’a pas été monopolisée par le maire, chaque adjoint ayant pu s’exprimer et répondre aux questions.

    Le jeu des questions répondre a commencé après une vidéo présentant un bilan de ses six premiers de la mandature  axées bien sûr l’action de la municipalité face à la crise pour venir en soutien à ses habitants,  à son tissu économique, ce qui n’a pas empêché de continuer à mener ses actions au quotidien en réalisant par exemple des aménagements (square de l’Insurrection, Square du 11 Novembre, petit cimetière, pistes cyclables)… «L’invité surprise a été cette crise qui nous mobilie encore. Ce qui m’a marqué, c’est l’importante mobilisation des services, de nombreux vanvéens qui se sont investis dans le réseau municipal de solidarité (150) et qui sont toujours là ! » a-t-il expliqué. Sandrine Bourg, maire adjoint aux affaires sociales a dressé le bilan de ces actions « bouclier » contre cette crise sanitaire que la ville a mis en place. Bertrand Voisine maire adjoint aux finances qui aura l’occasion d’y revenir lors du débat d’orientation budgétaire au conseil municipal de samedi prochain, a donné une idée de l’impact de cette crise sur les finances de la ville avec des baisses de recettes (taxe de séjour, entrée piscine, théâtre, cinéma etc…), des dépenses supplémentaires (masques, gel,  centre de vaccinations…)

    Le blog reviendra sur les réponses apportées à certaines questions, mais deux informations ont été donnée concernant l’urbanisme : Tout d’abord sur le projet de construction d’un immeuble de 5000 m2 (100 logements)  d’Effiage à l’emplacement de deux pavillons rue Antoine Fratacci qui est en cours d’instruction. Pascal Vertanessian, adjoint au Maire à l’urbanisme a indiqué qur la ville n’y est pas favorable, ni l’architecte des Bâtiments de France (ABF). Il a indiqué, ensuite, qu’il n’y a aucun projet concernant la villa Dupont (sur la photo), ensemble patrimoniale pavillonnaire protégé par le PLU. GPSO a engagé un diagnostic patrimonial et paysager qu’il a confié au CAUE 92 dont les conclusions devraient être bientôt présentés

    Enfin, sur l’agression de Youriy, le maire n’a pas caché que «j’aurais préféré que l’on parle de Vanves d’une autre façon. Les médias en ont beaucoup parlé pour sa brutalité. Et les éléments en notre possession sont peu nombreux. Des mineurs vanvéens sont impliqués. On en saura plus sur le déroulement des faits avec lenquête. Mais il faut raison garder ! » a-t-il demandé. «On n’a pas de bandes structurées à Vanves. Ces situations arrivent souvent, car des individus se rassemblent en fonction des circonstances. Nous n’avons pas que des anges parmi nos jeunes ! » a-il ajouté. Il devrait réunir le CLSPD prochainement pour renforcer l’action de prévention vis-à-vis des jeunes, identifier les problèmes et prendre desmesures le plus tôt possible.

    A Suivre… 

  • 3 PROJETS PRESENTES PAR VANVES PARMI LES 480 SOUMIS AU VOTE DU BUDGET PARTICIPATIF DE LA REGION ILE DE FRANCE

    Les vanvéens comme les franciliens ont jusqu’au 2 octobre pour voter sur  les 480 projets du premier budget participatif de la région Ile de France lancé le 17 Septembre dernier lors de la COP régionale, dont trois ont été présenté par la ville de Vanves : Favoriser les mobilités douce grâce à 88 panneaux qui apporteront de la lisibilité aux itinéraires cyclables en place, et 3 bornes de réparations à disposition du public, mais pas encore une véritable piste cyclable municipale ; végétaliser les allées du petit cimetière en cours (sur la photo), après celle du grand cimetiére durant l’été 2019, avec replantation d’arbres à grand développement, engazonnement des allées principales, et réalisation d’un revêtement ;  développer l’agriculture urbaine  par la création de jardins partagés comme c’est le cas devant le tribunal d’instance par exemple : La ville accompagne ainsi l’association Grainenville «à développer le volet création et entretien des jardins partagés sur des espaces communaux et à assurer l'installation et le suivi de lieux de compostage sur le territoire communal» en ayant d'ores et déjà provisionné une enveloppe de 25 000 € pour la réalisation de travaux d’aménagement (aplanissement, viabilisation etc.…) et d’accessibilité des sites envisagés, l'achat de matériel de jardinage, la location d’un espace au sein de la nouvelle ferme urbaine située sur le site du Parc des expositions de la porte Versailles, sur le toit du hall 8

    «Les Franciliens vont pouvoir élire leurs projets coup de cœur» selon V.Pécresse, présidente de la Région Ile de France qui insistait sur l’objectif  : «Permettre une hyper décentralisation des projets environnementaux :  L’idée est de s’appuyer sur la créativité et l’énergie des territoires pour amplifier notre effort». Ainsi, de la Fin Juin à la mi-Août,  les Franciliens avaient été invités à proposer des projets écologiques :  638 projets ont été déposés, 480 retenus dont 107 grands projets, après un examen de recevabilité selon différents critères -  notamment l’avis favorable du conseil municipal de la commune concernée – sur cinq grands thémes : Alimentation, biodiversité, espaces verts  qui est en tête du nombre de projets (41%) ; Vélo et mobilités propres (20%)  avec beaucoup de projets autour du développement du vélo (pistes et parkings) ; propreté, prévention et gestion des déchets, économie circulaire (23%) ; Energies renouvelables et efficacité énergétique (11%) ; santé environnementale (6%). 

    3/4 proviennent de grande couronne, 1/3 de petite couronne, 47% de collectivités locales, 39% d’associations, 10% des entreprises.  La région promet une enveloppe de 500 M€ d’ici à 2024, dont 100 millions pour cette première session. Une seconde session du budget participatif est d’ores et déjà prévue dans la foulée, en novembre. V.Pécresse n’a pas caché que sa préférence va,  à ce projet de Mille-moisons : Planer un atbre à chaque mariage ou Pacs, afin d’aménager une allée des mariages.

    Ainsi il est proposé une tour à hirondelle à Noisy Ecole, l’implantation de 3 parcelles expérimentales d’agroforesterie en Seine et Marne  Fresnes-sur-Marne, Chelles et Metz-sur-Seine, l’installation de 562m2 de panneaux solaire au refuge de la SPA à Gennevilliers pour une production annuelle de 87 MWh/an  d’énergie verte etc…

    s