Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SECURITE

  • VANVES SOUS LE COUVRE FEU A PARTIR DE CE SOIR MINUIT JUSQU’AU 1er DECEMBRE

    Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé Mercredi qu'un couvre-feu serait instauré en IDF et dans 8 métropoles entre 21H et 6H jusqu’au1er décembre, dispositif, dont «on a vu la pertinence en Guyane et en Mayenne». Mais qui rappelle de mauvais souvenirs à nos aînés qui ont vécu l’occupation. «Si pendant six semaines nous tenons ce couvre-feu, nous pensons que nous pourrons progressivement rouvrir !» a-t-il prévenu. Les services de la mairie de Paris et de la préfecture de police ont travaillés dès jeudi sur la mise en oeuvre des mesures annoncées avant une conférence de presse commune d'Anne Hidalgo et Didier Lallement, prévue aujourd’hui en fin de matinée, où ils détailleront l’application de ce couvre feu dans le Grand Paris.  Mais de quoi s’occupe-t-elle n’ont pas manqué de remarquer les maires des Hauts de Seine, à propos de la maire de Paris, par la voix du président de leur association, l’AMF 92, alors qu’ils ont eu réunion avec le préfet du département, hier, pour savoir comment les choses peuvent se mettre en place et surtout quelles sont les exceptions, les dérogations possibles«Les citoyens des villes des départements limitrophes n’ont pas pris part à l’élection municipale parisienne. L’on s’interroge donc bien sur la raison pour laquelle Mme Hidalgo et le préfet de police s’arrogent le droit de parler au nom et pour le compte de ces premières. A quoi servent ces réunions (régulières avec le préfet des Hauts de Seine)  si finalement la décision nous échappe à tous au profit du préfet de police de Paris et de Mme Hidalgo ? Notre légitimité démocratique n’est pas moins grande, ni les capacités des préfets de petite couronne. A la vérité, le temps du mépris de Paris envers sa banlieue n’est en fait toujours pas passé !» expliquait Jacques Kossowski, président de l’AMF 92 et maire de Courbevoie.

    Philippe Laurent son collégue de Sceaux se demandait par exemple si les réunions du conseil municipal, qui ont lieu le soir, comme celui de Vanves hier, pourront se tenir : «Est-ce qu'on va considérer qu'une réunion du conseil municipal, c'est une réunion de travail ? Les réunions du conseil de copropriété, est-ce qu'on va considérer que c'est du travail ? Il y a toute une série de points qu'il faut discuter et mettre au point» indiquait le secrétaire général de l’AMF en prévenant : «Il va y avoir des arrêtés préfectoraux qui vont être pris et je pense qu'il va y avoir des recours concernant les libertés publiques. Surtout avec une heure comme 21h, c'est très tôt dans la journée. On aurait compris un couvre-feu qui commencerait à 22h, voire 23h, car à 21h, ça rend très difficile toute vie sociale et ça rend impossible l'activité des cinémas, des théâtres et de toute la vie culturelle. C'est quelque chose qui me paraît quand même un peu exagéré. Je parle de l'heure, je ne parle du principe du couvre-feu dans la nuit» précisait il sur France Infos

    Ainsi à Vanves, le comité directeur du Stade Vanves prévu à 19H30 à l’école Larmeroux pourra se tenir car le couvre-feu débute à minuit. Mais après, pour les entrainements des équipes de foot, de basket, de hand, d’athlétisme, etc…qui se déroulent le soir entre 19/20H et 22H, devront ils être avancé, ce qui parait difficile car beaucoup de ces sportifs quittent leur boulot pour venir directement s’entraîner. Comme pour les matchs de championnat qui se déroulent à 20H pour le basket et le hand. Il sera de même pour toutes les activités associatives qui se déroulent le soir ou se terminent vers 21H30/22H, la programmation du théâtre et du ciné de Vanves qui devront être avancer. A court teme, le pére curé de Vanves, Bertrand Auville devra avancer l’horaire de la soirée de présentation de l’encyclique « Fratelli Tutti » prévu le 4 Novembre à 20H45 à Saint Remy, et certaines messes, par exemple la messe des défunts prévue le 2 Novembre à 20H lors de la Toussaint. C’est tout un pan des activités socio-culturelles et sportives, riches à Vanves, qui va être touchée et perturbé pendant 6 semaines alors que les vacances de la Toussaint débutent ce week-end    

    Les  horaires de la RATP ne changeront pas, et les métros, bus circuleront à 100% sur l'ensemble du réseau RATP et notamment les lignes qui desservent notre commune,,  car il y a des vanvéens qui travaillent la nuit, en soirée ou tôt le matin. Comme lors du confinement, ils devront avoir une autorisation de sortie de leur employeur. Les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration ont vivement réagis voyant dans le couvre-feu annoncé une «fermeture déguisée» de leurs établissement. Cette décision est «lourde de conséquences pour le secteur (...) déjà durement frappé par cette crise. Cette nouvelle contrainte horaire, qui condamne le service du soir, a pour conséquence pure et simple d'obliger nos restaurants à fermer» estimaient ils, ce qui devra être le cas pour certains établissements qui sont ouvert le soir comme la pizzeria Il giardino, les restaurants asiatiques du Plateau et du Centre Ancien, la crêperie La Girafe, Les Platanes Bd du lycée le 12 rue J.Bleuzen etc…

  • PORT OBLIGAIRE DU MASQUE A VANVES A 8H AUJOURD’HUI

    Suite au Conseil de Défense qui s’est tenu mardi,  le Premier Ministre a demandé au préfet de Police d’étendre, en concertation avec les élus concernés, l’obligation de porter le masque dans la totalité de l’espace public à Paris et sur l’ensemble des trois départements de la petite couronne. Cette obligation est entré en vigueur à 8H aujourd’hui à Paris, les Hauts de Seine, la Seine Saint Denis et la Val de Marne et concernent tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non. Seuls les usagers circulant à l’intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels) seront dispensés de cette obligation.

    La dégradation de la situation sanitaire, avec une circulation active du virus dans l’agglomération parisienne, qui tend à s’accélérer a conduit le préfet de Police et les préfets des trois départements de la Petite  Couronne, à prendre cette mesure forte dans l’intérêt général. «L’épidémie regagne du terrain, et c'est maintenant qu'il faut intervenir» avait prévenu, le 27 Aout,  le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Matignon avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, et celui de l'Education,  Jean-Michel Blanquer. «Face à une épidémie du coronavirus qui regagne du terrain sur le territoire, le gouvernement souhaite tout faire pour éviter un reconfinement généralisé, qui serait dévastateur pour l'économie»  a expliqué Jean Castex, en reconnaissant que «porter un masque, ce n'est pas toujours très simple. Se tenir à distance des autres, ce n'est pas un réflexe spontané. Mais avouons ensemble que ce ne sont pas des contraintes insurmontables» a-t-il lancé

    Les vanvéens et les franciliens devront donc s'habituer au port du masque partout dans l'espace public, pour une durée indéterminée. Mais attention,  pour faire respecter les mesures anti-Covid, Jean Castex a également mis l'accent sur les contrôles : 700 verbalisations sont dressées chaque jour dans l'ensemble du pays pour non-respect de l'obligation de port du masque. Les Vanvéens et les franciliens pourraient encore bénéficier de quelques jours de répit avant de se voir sanctionnés pour non-port du masque

  • VANVES ET LA BSPP : Les Pompiers du Grand Paris honorés mais au bord du «burn out»

    Alors que les grandparisiens vont retrouver le chemin de leurs casernes à l’occasion du 14 Juillet et aller les voir défiler sur les Champs Elysées avec autant de succès que la Légion Etrangére, non seulement la BSPP (Brigade desSapeurs Pompiers de Paris) vient d’être faîte citoyenne d’honneur par la ville de Paris, mais elle a reçue une Fourragére d’or, et le général Jean Claude Gallet a été élevé au grade de commandeur de la légion d’Honneur. Tous les élus parisiens ont salués lundi matin, comme l’auraient fait tous les élus de la petite couronne, leur héroïsme lors de la tragique explosion au gaz de la rue de Trévisse (IXe)  des incendies de la rue Erlanger (XVIe) et de Notre-Dame (IVe) bien sûr. «Vous avez sauvé Notre Dame de Paris, et mais aussi des tas de vies. Nul n’ignore votre engagement dans des situations exceptionnelles. Sans compter les nombreux événements provoqués par les gilets jaunes» a déclaré Anne Hidalgo.  Nous ne serons jamais assez reconnaissant d’avoir sauvegardé Notre Dame comme pour son action quotidienne au service nos concitoyens» ajoutait Philippe Goujon, maire du XVe. «Jamais plus que ce soir là que nous avons pris conscience de toute la justesse de votre intervention pendant 9H  en prenant des risques considérables» ajoutait un de ses collègues traduisant ainsi les sentiments de nombreux élus de la Métropole du Grand Paris

    Mais beaucoup d’élus s’inquiétent des conditions de travail, de l’augmentation de leurs interventions qui, de plus en plus, dépassent leurs compétences :  «Conçue pour assumer 450 000 interventions par an, elle en a effectué plus de 520 000 en 2018 (+5%) et pour les 5 premiers mois de l’année, la progression est de 3,5% usant excessivement personnels, matériels et équipements. La récente plateforme unique des appels d’urgence en a traité 940 000 au niveau 2 en 2018, soit 50 000 de plus qu’en 2017. La BSPP est en surchauffe opérationnelle et les évolutions à venir vont aggraver la situation : augmentation et vieillissement de la population, Grand Paris Express, J.O. 2024, risque de crue décennal, d’attentats… Il faut donc revoir à court terme son périmètre d’intervention sous peine de ne plus pouvoir tenir son haut niveau d’engagement» expliquait Philippe Goujon maire du XVe que les vanvéens connaissent bien.

     «Avec la médicalisation de la prise d’appel, les interventions identifiées comme non urgentes, doivent être réorientés vers les autres acteurs grâce à la mutualisation des centres d’appels : AP-HP, SAMU, ARS. Pour mémoire, le déplacement d‘un VSAV coûte pratiquement 5 fois plus cher qu’un taxi» ajoutait le maire du XVe qui indiquait que «30 000 interventions pour alcoolisme festif (3000 € par intervention sont inadmissibles et devraient être facturés. C’est un luxe que ne peut plus se permettre la Brigade, sans mettre en danger les interventions réellement urgentes. A certaines heures, seuls 10 Véhicules restent disponibles et 50 jours/an, la BSPP ne serait pas en mesure de faire face à une crise majeure». Sans compter les agressions de pompiers : Une tous les 5 jours. Face à cette situation, les conséquences sont les difficultés de fidélisation des sapeurs-pompiers comme beaucoup d’intervenants l'ont relevé : «Avec un salaire de 1700 € pour 3120 heures/an contre 3200 € pour 1607h/an dans les SDIS», on le comprend.

    Voilà la situation des pompiers de Paris (du Grand Paris) qui a été décrite lundi matin au Conseil de Paris et qui pourrait l’être dans chaque conseil municipal des communes de la petite couronne comme Vanves où ils interviennent venant du CS d’Issy les Moulineaux ou de la rue Péclet dans le XVe. Et en plus, ils sont présents à la plupart des cérémonies patriotiques de Vanves. Leur état major a présenté un plan de remodernisation à partir de 16 Mesures dont le coût s’élevera à 201 M€ avec renforcement des capacités opérationnelles (22 M€), dotations en outils technologiques modernes (30 M€), amélioration des conditions de vie et de travail (143 M€), doublement du rythme de réhabilitation des casernes avec 100 M€,