Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOCIAL

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE SOLIDARITE

    L’événement du week-end fut samedi la braderie Bout’choux à la Palestre  (sur la photo) qui a rassemblé de nombreux vanvéens et l’illumination en bleu de l’hôtel de ville jusqu’au 24 novembre, car Vanves « Ville Amie des Enfants » du réseau UNICEF depuis 15 ans, participe à l’action « Lumière sur les droits de l’enfant » afin de célébrer  la Journée mondiale de l’enfance et le 32ème anniversaire de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant.

    Lundi 22 Novembre

    A 14H30 au Conseil Départemental des Hauts de Seine : Commission Permanentecà lzquelle paryocipe Sandrine Bourg

    Mercredi 24 Novembre 

    A 19H à Issy les Moulineaux (centre de loisirs de l’Abbé Derry) : Réunion bilan de mandat de Florence Provendier, député d’Issy-Vanves (10e circonscription) en présence de Gabriel Attal porte parole du gouvernement  

    Jeudi 25 Novembre

    A 19H à la Piscine municipale  : Soirée spéciale  Acquacrazy

    A 20H à la salle Barolet (Piscine Municipale) : Projection-débat du film «Sur le champ»  de Michaël Antoine, Nicolas Bier et Jean Simon Gérard par les associations La Vie Nouvelle, la Ruches de Vanves, alternatives écologiques et solidaires et le CCFD-Terre Solidaire  dans le cadre du festival des solidarités. Dans ce film très pédagogique sont abordés des problématiques communes aux agriculteurs du monde entier. Les comparaisons entre territoires et les changements d’échelle (niveau local/international) ouvrent le débat sur des enjeux planétaires.

    Vendredi 26  Novembre

    A patrir de la fin de l’après Midi à Carrefour Market, Intermarché, Franpris (jusqu’à Dimanche matin) : grande collecte nationale de la banque alimentaire L'antenne relais de la Banque alimentaire de Vanves a besoin de bénévoles pour l'organisation de ces journées de collecte.

    Samedi 27 Novembre

    A 18H à Saint Remy : A l’occasion de l’entrée dans l’Avent, la paroisse organise une «nuit d’adoration pour entrer de l’Avant». L’église restera ouverte toute le nuit et le Saint Sacrement sera exposé sur l’autel de la fin de la messe de 18H le samedi soir jusqu’au lendemain, dimanche, à 8H. L’équipe de veille assurera une animation entre 20H et 23H

  • FRANCE INFOS A CONSACRE UN REPORTAGE AU ROSIER ROUGE QUI A PRESQUE 50 ANS

    «De Wallis-et-Futuna à Paris, le Rosier-Rouge permet l'hébergement des malades et des familles» s’intitule le reportage et l’articke sur le site Internet de France  réalisé par Louis Métivier, consacré à cette Maison d’Accueil Hospitalière (MAH) qui permet l’hébergement de malades en soins ambulatoires et de leur famille accompagnante depuis 1973 dans un ancien couvent des Franciscaines, créé à l’initiative du Secours Catholique. Parmi eux, de nombreux patients venus de Wallis-et-Futuna, hébergés dans ce lieu agréable qui leur permet de se sentir presque comme chez eux, dont il dresse le portrait. «Un véritable espace de vie qui ne s’arrête pas à l’hébergement» lui détaille Isabelle Nicolas, la directrice de l’établissement : «On accompagne dans le parcours de soin, dans les dossiers pour les frais, dans Paris avec le métro, on crée des animations pour leur changer les idées et leur permettre de se rencontrer». Ce lieu permet de faire venir la famille, c’est un vrai service :  la famille est très importante, elle permet de guérir plus vite, c’est un soutien» ajoute-t-elle

    Mais cela a un coût qui, depuis la convention de 2017 signée par les autorités du territoire, le préfet, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM), l’Agence Régionale de Santé et le Rosier Rouge,  est pris en charge, ce qui  représente un véritable budget pour le territoire de Wallis-et-Futuna «puisque la pension complète est de 66 € avec la télévision et le wifi par jour», explique Gladys Taputai-Tuifa, et les personnes restent généralement plusieurs mois. «Un coût, mais qui est très important pour la santé des Wallisiens et des Futuniens. En effet, la directrice rappelle que «les Outre-mer sont moins bien dotés en hôpitaux, et les ultramarins sont obligés de venir en métropole pour voir des spécialistes». Un des gros problèmes sur ce territoire du Pacifique est le manque de médecins. Comme les campagnes de l’Hexagone, c’est un désert médical.  Malgré tout, grâce à cette prise en charge complète, jusqu’à trente personnes de Wallis-et-Futuna viennent ici chaque année,  pour soigner des cancers ou recevoir une greffe. Plus largement, les Ultramarins sont nombreux à venir au Rosier-Rouge puisque la directrice affirme que «sur 55 familles accueillies, environ 40 viennent d'Outre-mer» raconte-t-il à travers les témoignages.   

    Un problème accentué par l’épidémie de Covid-19 qui règne en Nouvelle-Calédonie puisque les médecins qui venaient prêter main forte sont tous occupés et que Wallis-et-Futuna a fermé toutes ses frontières, sauf pour le fret. Depuis les premiers cas autochtones de Covid en Nouvelle-Calédonie le 6 septembre, la situation sanitaire est extrêmement tendue. «Plus qu’un désagrément pour ceux qui voulaient être hospitalisés non loin de chez eux, c’est surtout un empêchement pour les autres de pouvoir rentrer chez eux. « Beaucoup sont à la fin du parcours de soin, mais, les vols sont interdits, donc ils continuent à être hébergés en attendant un éventuel rapatriement» lui indiquait un des pensionnaires.

  • LE BUS SANTE FEMMES A VANVES MARDI ET JEUDI DEVANT AUDIENS

    A l'initiative de l'Institut des Hauts-de-Seine, un “Bus Santé Femmes” parcourt les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines afin de proposer un espace de prévention à vocation sociale et sanitaire pour les femmes isolées. Il sera présent à Vanves, sur le parvis d'Audiens, les 21 et 23 janvier 2020.

    Ce nouveau dispositif est né d’un constat alarmant : plus de 12% de la population est touchée par la solitude en France. Ce projet de bus itinérant a été initié par l’Institut des Hauts de Seine qui pilote depuis 10 ans l’Ecole des Femmes, organise Gifa Seniors comme ce sera le cas le 27 Février prochain au gymnase Maurice Magne et les Noëls solidaire notamment dans certaines maisons de retraites. Là, il s’agit afin de proposer aux femmes isolées des consultations et des dépistages gratuits, dans un bus de la RATP qui a été réaménagé avec deux cabines pour les consultations, un coin pour le dépistage visuels et auditifs, et une zone pour rencontrer des avocats et des référents de la police. Avec ou sans rendez-vous et dans l’anonymat complet, tous les sujets sont abordés, la contraception, la prévention des violences, l’accès aux droits, le harcèlement, la sécurité… «Il s’agit de rompre l’isolement et d’apporter un soutien global pour les femmes qui en ont le plus besoin avec une prise en charge gratuite confidentielle sans rendez-vous » explique Isabelle Debré vice présidente du Conseil Départemental. «C’est un projet unique en France cette main tendue vers ces femmes qui sont dans l’urgence de lien affectif et social » indique Brigitte de Kerpringent fondatrice de l’Institut ds Hauts de Seine. Il est financé par le département des Hauts de Seine et des Yvelines avec la Région ile de France, et mobilise de nombreux partenaires comme l’Ordre des Avocats de ces départements, le Conseil National de l’Ordre des Médecins et la RATP