Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PATRIMOINE DE VANVES

  • LES JOURNEES DU PATRIMOINE A VANVES METTENT EN AVANT LA DEMEURE DE MARINA TSVETAEVA

    Cette année pour les 26éme journées européennes du Patrimoine, la visite à ne pas manquer la maison où la poétesse russe Marina Tsvetaéva a vécut de Juillet 1934 à Juillet 1938. A 11H, 14H et 16H samedi et Dimanche, sont prévus au 65 rue JB Potin  visites commentées, lectures de poémes, animations musicales

    Une plaque a été inaugurée avec un extrait de son poéme « La Maison »écrit en 1935 : « Chaque fenêtre – un regard/Et dans toute – une personne !/Le fronton dans la glaise/Chaque fenêtre- une icône/ Chaque regazrd – une fenêtre/ Les visages- lesruines/Les arénes de l’histoire/Maronniers du passé/Moi j’y chante et j’y vis ». Marina Tsetaeva (1892-1941) a vécut au deuxiéme étage de cette maison, dont un petit livre – « la Maisonde Vanves » - rappelle le séjour en une soixantaine de pages, avec des poémes inédits présentés et traduits par Véronique Lossky, quelques photos de cette maison et la petite pente de la rue JB Potin avec le mur d’enceinte de la maison de santé du docteur Falret,  et surtout un extrait d’une lettre à une amie de Prague où elle lui parle de cette maison : « Nous demeurons dans une magnifique maison en pierre qui a deux cent ans. C’est presque une ruine. J‘espére qu’elle durera encore le temps qu’il faudra, un endroit magnifique, une rue planté de magnifiques marronniers. J’ai une chambre, deux fenêtres, et devant l’une d’elles, un énorme marronnier à présent jaune comme un éternel soleil ! C’est ma plus grande joie ! »

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE CONSACREE AU PATRIMOINE

    Après un week-end consacré aux associations, le prochain sera consacré au patrimoine, avec pour point d’orgue, la visite de la maison, au bout de la rue Jean Baptiste Potin, où vécut la poétesse russe, Marina Tsvetaeva, des nouveaux vitraux dans le chœur de la chapelle des Bénédictines au prieuré Sainte Bathilde, et toujours la seule et unique visite commentée annuelle du lycée Michelet, à ne pas râter

    Vendredi 15 Septembre

    A20H30 à l’hôtel de ville (sae Henri Darien) : Programme de musique de chambres et de mélodies autour de la sonate pour violon et piano de Debussy créé voilà 100 ans pour un concert au prfit du « Foyer du soldat  Aveugle » donné par l’ensemble Les Caractères dirigé par Xavier- Julien-Laferrière

    Samedi 16 septembre 2017

    A 11H, 14H et 16H (ainsi que Dimanche) au 65 rue JB Potin où vécut la poétesse russe Marina Tsvetaeva : Visites commentées, lecturesde poémes, animations musicales

    A 14H au Lycée Michelet : Unique visite commentée de l’ancien château des Condés

    De 14H à 17H30 au Prieuré Sainte Bathilde (ainsi que Dimanche) : visite libre, avec diaporama sur l’architecture, expositions d’œuvres d’Anne-Sophie Boutry, exp vente de sculpture d’Olivier Hollebecq, promenade musicale dans le cloître avec Anne Charlotte Beligné, découverte d jardin (sur la photo)

    De18h30 à 22h au Square Jarousse : Fête automnale du Plateau oganisé par le Conseil de Quartier   

    Dimanche 17 septembre 2017

    A 15H30 à l’église Saint Remy :Visite commentée de l’église et présentation des peintures murales et de laSacristie

    A 17H à l’église Orthodoxe (des Nouveaux Martyrs de la terrerusse) : Visite-conférence avec chants liturgiques orthodoxes  de cette églisedépendant du patriarcat  de Moscou

    A18H15 au prieuréSainte Bathilde : Spectacle Vincent Van Gogh « La quête absolue » présenté par la compagnie du Sablier, conçu et interprêté par Gérard Rouzier

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : CLOVIS VEDETTE DES JOURNEES DU PATRIMOINE

    A un moment où il est beaucoup question de République et de laïcité, le curé et le maire de Vanves n’ont pas hésité à se retrouver dans l’église Saint Remy, pour mettre en avant le patrimoine de leur ville, hier matin. Ce tableau qui représente le baptême de Clovis croupissait dans les caves de la Mairie, ce qui n’avait pas empêché le maire mais aussi son responsable des archives de remarquer ses qualités artistiques, et de le faire restaurer. Avant qu’il ne soit enlevé de cette église, pour cause de restauration à la fin des années 60,  il était exposé au dessus du baptistére alors installé à l’emplacement de la porte d’accés de l’église donnant sur le Passage des Ecoles. Il sera installé dans la sacristie. En tous les cas, cette restauration a donné lieu à une conférence de Charles Mériaux (avec le pére curé Bertrand Auville devant le tableau sur la photo)  agrégé d’histoire, auteur de « La naissance de la France : Les royaumes des Francs (V-VIII éme siécle)  sur le théme « le baptême de Clovis : Image d’Epinal ? Actualité épineuse ? » où il a tenté d’expliquer que « chaque époque, à travers ce baptême de Clovis, a refleté ses propres conceptions de l’histoire »