Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PATRIMOINE DE VANVES

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : CLOVIS VEDETTE DES JOURNEES DU PATRIMOINE

    A un moment où il est beaucoup question de République et de laïcité, le curé et le maire de Vanves n’ont pas hésité à se retrouver dans l’église Saint Remy, pour mettre en avant le patrimoine de leur ville, hier matin. Ce tableau qui représente le baptême de Clovis croupissait dans les caves de la Mairie, ce qui n’avait pas empêché le maire mais aussi son responsable des archives de remarquer ses qualités artistiques, et de le faire restaurer. Avant qu’il ne soit enlevé de cette église, pour cause de restauration à la fin des années 60,  il était exposé au dessus du baptistére alors installé à l’emplacement de la porte d’accés de l’église donnant sur le Passage des Ecoles. Il sera installé dans la sacristie. En tous les cas, cette restauration a donné lieu à une conférence de Charles Mériaux (avec le pére curé Bertrand Auville devant le tableau sur la photo)  agrégé d’histoire, auteur de « La naissance de la France : Les royaumes des Francs (V-VIII éme siécle)  sur le théme « le baptême de Clovis : Image d’Epinal ? Actualité épineuse ? » où il a tenté d’expliquer que « chaque époque, à travers ce baptême de Clovis, a refleté ses propres conceptions de l’histoire »   

  • UN PAVILLON TEMOIN DU PATRIMOINE DE VANVES MENACEE DE DESTRUCTION

    3 pavillons devraient être détruits ces prochains mois pour laisser place à des résidences privées, à l’angle des rues Raymond Marcheron et de la République, et rue René Coche. Mais dans ce dernier cas,  une pétition a été lancé « pour éviter de cette petite merveille architecturale de style « Art Nouveau » inspirée de l'école Guimard soit détruite, car elle est menacée par les visées d’extension immobilière du Grand Paris ».

    « Un projet immobilier prévoit la démolition de cette maison qui présente une co-visibilité avec le clocher de l'église Saint-Rémy inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Cette maison figure sur la liste du patrimoine de Vanves dans l'inventaire général des monuments et richesses artistiques des Hauts-de-Seine. Elle figure aussi, suite à des démarches et un choix de la municipalité vanvéenne, dans l'inventaire général du patrimoine culturel d'Ile-de-France.

    Un lien visuel et historique existe entre le centre ancien de Vanves, le clocher d'église et cette maison » indique les auteurs de cette pétition. « Elle est l'un des derniers témoins des lotissements de la fin du XIXème siècle construits au moment de l'ouverture de la gare de Vanves-Malakoff en 1882. Elle est construite dans le prolongement du vieux centre à la même époque que la reconstruction du clocher de l'église Saint-Rémy daté de 1871 à 1874. Ces édifices (le clocher, la gare, la maison) appartiennent à une même période d'extension urbaine. Ces architectures témoignent de l'élan bâtisseur de nos sociétés au tournant du XXème siècle avec l'arrivée du chemin de fer. Elles constituent aujourd’hui le patrimoine de la ville dont l'église et son clocher restent l'élément repère, dominant les perspectives que l'on ne peut masquer ou anéantir en niant la composition urbaine de l'époque »  indiquent ils en constatant que « Malgré toutes les références faites autour de cette maison bourgeoise qui enrichit notre quartier, la mairie va autoriser la démolition de cet édifice par un promoteur, au détriment de l'histoire de notre quartier et de notre ville » et en invitant à signer leur pétition : « Ne laissons pas disparaître notre patrimoine architectural ».

  • VANVES REND HOMMAGE A MARGUERITE DURAS, UNE JEUNE ECRIVAINE EN DEVENIR LORS DE SON SEJOUR VANVEEN

    Les Journées Européennes du patrimoine ont été inauguré dés Vendredi après-midi, entre deux averses, avec l’inauguration d’une plaque commémorative en hommage à Marguerite Duras, apposée sur le mur d’entrée de l’immeuble 3 F Immobilier au 16 avenue Victor Hugo ( Bernard Roche, Isabelle Debré,vice président du Sénat, Pascal Braban, directeur départemental Immobliére3 F du 92 et Bernard Gauducheau, maire sur la photo lors du dévoilement de la plaque). « La ville réfléchissait à rendre hommage à ce grand nom de la littérature, à l’occasion de son passage à Vanves » a  indiqué le maire en attribuant le mérite de cette initiative à une jeune étudiante en Hypokagne à Michelet qui en avait émis l’idée, après  avoir découvert son œuvre en se rendant compte que « Marguerite Duras a vécut à Vanves. Son journal m’a mis sur la piste pour retracer son parcours » a-t-elle expliqué. Selon le discours du maire, les témoignages de cette étudiante, de la présidente de l’association des amis de Marguerite Duras et de son biographe Jean Valier, elle a vécue dans cet immeuble entre 1931 et 1933, entrecoupée par un retour en Indochine où elle est née et y a vécut. Au premier séjour, elle passait le bac, au second, elle était étudiante à Paris.

    Elle a vécut dans un appartement lumineux car cette résidence sociale de style art déco est situé plein sud avec une superbe vue jusqu’au terrasse de Meudon. Un superbe geste architecturale selon le représentant d’Immobiliére 3 F. Son appartement se trouvait au 7éme étage, selon ce dernier et le maire, ce qui serait impossible selon le gardien actuel, car il n’y avait que des chambres de bonnes. Peu importe car à entendre ses spécialistes de cette grande écrivaine, elle avait quelque enjolivée sa vie passée : « Elle a fait croire qu’elle venait d’un milieu modeste. Mais avec cet appartement, sa mère avait trouvé un endroit digne, une sorte d’HLM de luxe où elles se sont installés avec une cuisinière indochinoise ». Dans son premier roman « les impudents », qu’elle aurait écris à Vanves,   elle parle de ces nuages qu’elle voit de l’appartement.  « Un livre crisalyne qui lui ouvre les portes de l’écriture. Elle était, à cette époque, un écrivain en devenir. Et  ce qu’elle découvre de cet immeuble, la marque » ajoute son biographe : « La mémoire est,  pour moi, répandue dans tous les lieux disait elle ».