Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS

  • GRAND PARIS EXPRESS A VANVES : « CIRCULEZ, N’Y A VOIR, NI A DIRE, NI A PROPOSER ! »

    Voilà quelques jours, le Blog Vanves Au Quotidien faisait d’un CESEV en panne et de la démission de l’ensemble des membres de la commission Espaces Publics pour ne pas cautionner ce simulacre de concertation. Elle n’avait pas pu avoir accès à des éléments d’informations pour travailler à un avis sur les déplacements à Vanves autour de l’implantation de la nouvelle gare du Grand Paris Express. Elle n’avait pas pu avoir communication d’informations dont disposaient les élus de Vanves et le premier d’entre eux (sur la photo entre Philippe Yvin, président du directoire de la SGP et Isabelle Rivière responsables des relations institutionnelles de la SGP dans le 92 lors du lancement du Chantier le 4 Juin 2016) )  puisqu’il siége au STIF (syndicat des Transports d’Ile de France) et préside le Comité stratégique de la SGP (Société du Grand Paris)  et qu’ils n’ont pas  communiqué aux  membres du CESEV qui travaillaient sur ce thème, dans les commissions « Espaces Publics » et « Développement Durable et solidarités ». C’est d’autant plus malheureux que ce thème des gares du Grand Paris Express fait actuellement l’objet de multiples réflexions et travaux très enrichissants et très intéressantes. La façon dont ont été traitée les membres de ces commission donne vraiment l’impression de vouloir rester entre élus, spécialistes – comme au bon vieux temps de la politique d'antan - au lieu d’associer les citoyen qui en seront les premiers utilisateurs…En tous les cas à Vanves. Vivement que cela change.

    Un thème qui a fait l’objet d’un séminaire organisé par le STIF et la SGP à la Philarmonie de Paris le  21 Juin dernier en présence   de nombreux élus franciliens et urbanistes sur le thème «Nouvelles gares d’Île-de-France : intermodalité et espace(s) public(s) à l’heure du Grand Paris Express». Cette matinée d’échanges a porté sur l’aménagement des espaces publics autour des gares du nouveau métro et l’anticipation des usages en matière de mobilités. «Ces gares doivent devenir de véritables lieux de vie où on doit pouvoir s’y rendre à pied, à vélo, en voiture, en bus… » expliquait V.Pécresse (LR) président de la Région et du STIF. « Ces gares sont des lieux dont leur environnement va vivre un renouvellement urbain avec les maires et de la mobilité en ré-ordonnant la fonctionnalité des transports » expliquait le président du Comité de Surveillance de la SGP qui justement finance des études locales autour de ces gares visant à définir des programmes d’intervention sur les espaces publics situés autour de chaque gare.

    L’objectif est d’offrir aux usagers des conditions d’accès et de correspondance sûres, efficaces et confortables, dès la mise en service du nouveau métro, entre 2022 et 2030. La SGP a engagé, en lien avec ses partenaires, une démarche sur l’intermodalité et les espaces publics à l’échelle du GPE (Grand Paris Express), appelée «Atelier des places du Grand Paris». Elle  étudie les besoins actuels et futurs des voyageurs, ainsi que les nouvelles mobilités et les nouvelles méthodes de composition des espaces publics.  Elle permettra d’apporter des propositions et des prescriptions à l’attention des partenaires, concepteurs des futurs pôles. La SGP veut que les 68 futures places du Grand Paris Express  anticipent les usages futurs, notamment la révolution des mobilités électriques et numériques mais aussi l’émergence des véhicules autonomes.

    Mais ce n’est pas tout, le STIF a initié de son côté, une démarche « mobilité de demain » pour inventer les gares de demain plus serviciels et confortables, intermodale avec bus, navette autonome, co-voiturage, vélo, parcs relais… qui a donné lieu à un document de 58 pages « les nouvelles gares d’Ile de France : Multimodalités et services de demain » où sont  présentés quatre  types de gares : la gare en coeur d’agglomération où il faut adapter la ville aux nouvelles mobilités. La gare en petite couronne où elle doit répondre à la demande de services commerciaux et de mobilités. La gare en grande couronne qui doit être une vitrine de l’offre multimodale. La gare «en bout de ligne» avec des espaces modulables  

    Parallèlement aux travaux de l’Atelier des places du Grand Paris et des comités de pôles, le STIF et la SGP ont  décidé de lancer un appel à projets innovants « pour de nouvelles mobilités actives, électriques et numériques » chaque année d’ici 2030 qui donnera lieu  à 5 ou 6 expérimentations par an.

  • VANVES ADHERE A UN COMITE DE COORDINATION CONTRE LES NUISANCES DU CHANTIER DU GRAND PARIS EXPRESS

    Vanves a adhéré comme toutes les communes concernées par un chantier du Grand Paris Express dans les Hauts de Seine à un comité de coordination routière créé par le Conseil Départemental des Hauts de Seine (CD 92), à la suite d’une convention qu’il a signé avec la Société du Grand paris (SGP) pour définir les mesures visant à réduire les perturbations à la circulation routière induites par ses chantiers, mais aussi d’autres chantiers qui pourraient être programmés à proximité, concernant l’aménagement urbain ou des constructions immobilières, commece sera lecas dans le triangle d’or de Vanves (rue Clos Montholon/avenues de la Paix et du Général de Gaulle) où sont prévus d’ici 2021, 600 logements. Les habitants du quartier du Clos Montholon et surtout les riverains des avenues de la Paix (sur la photo)  et du Général de Gaulle s’en aperçoivent matin et soir depuis maintenant un an, c’est à dire le lancement du chantier de la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart le 4 Juin 2016 et la neutralisation de la rue du Clos Montholon .

    A cette occasion, il  a développé deux outils, l’un pour recenser les chantiers induisant des gênes significatives à la circulation, à vocation collaborative, l’autre de modélisation des déplacements dans lequel il analysera l’effet cumul des chantiers et leurs restrictions de la circulation. La SGP devrait financer la mise en œuvre d’un réseau de capteurs permettant de mieux comprendre l’évolution des trafics pendant les chantiers. Marie Françoise Goloubtzoff qui est la représentante de la ville de Vanves à ce comité de coordination devra l’informer des projets d’aménagement urbains, immobiliers ou de voirie que la ville envisage de mener jusqu’à 5 ans afin d’enrichir et d’actualiser la base de données de ce comité. Un défaut d’information sur les travaux engagés pourra provoquer un refus systématique de travaux  par le comité de coordination qui  ne prendra en considération que les travaux renseignés dans sa base de données, afin d’autorisre la commune à mettre en place déviations ponctuelles et localisées etc….      

  • VANVES ET SA GARE DU GRAND PARIS EXPRESS : PROXI-ME POUR DYNAMISR LES COMMERCES LOCAUX

    Souvenez-vous, la Société du Grand Paris avait  lancé un programme d’innovation en mars 2016 qui visait à réduire les nuisances et l’impact des chantiers sur les commerces et services de proximité (appel à projets lancé en avril 2016), à faciliter la mobilité des usagers autour des chantiers du Grand Paris Express (appel à projets lancé en juin 2017) , et enfin, à trouver des solutions innovantes en matière de gestion des déblais (appel à projets lancé en octobre 2016). La phase de développement et d’expérimentation des projets retenus dans le cadre du premier appel à projets au service des commerces et services de proximité initié par la SGP a permis de déployer cinq projets dont un concerne la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart  

    Il s’agit de Proxi-Me, plate-forme de commerce en ligne pour dynamiser l’activité des commerces de quartier. Depuis cette plate-forme, les utilisateurs peuvent commander des produits chez leurs commerçants de proximité habituels, les récupérer en magasin ou se faire livrer chez eux. Quelque 600 produits sont aujourd’hui référencés sur la plate-forme et 32 commerçants sont inscrits après un mois d’expérimentation. Dans les mois à venir, les entrepreneurs à l’origine de ce projet vont poursuivre le recrutement de commerçants sur les territoires frontaliers de la gare Fort d’Issy Vanves Clamart. La phase pilote développera la visibilité des commerçants sur le web. Elle favorisera également la remontée d’informations sur les retombées de l’opération (chiffre d’affaires, affluence en magasins…)

     « Alors que les chantiers se déploient à grande échelle en 2017, il est essentiel que les commerces et les services de proximité puissent poursuivre leurs activités et connaître de nouveaux développements. Les initiatives testées ces derniers mois pour dynamiser la vie des quartiers de gare ont mobilisé commerçants et riverains, et démontré leur potentiel. La phase pilote qui s’ouvre aujourd’hui permettra aux entrepreneurs de l’appel à projets de déployer leurs entreprises à plus grande échelle, au service des commerçants et des riverains »  indique Philippe Yvin, président du directoire de la SGP