Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS

  • VANVES ET SA GARE DU GRAND PARIS EXPRESS : PROXI-ME POUR DYNAMISR LES COMMERCES LOCAUX

    Souvenez-vous, la Société du Grand Paris avait  lancé un programme d’innovation en mars 2016 qui visait à réduire les nuisances et l’impact des chantiers sur les commerces et services de proximité (appel à projets lancé en avril 2016), à faciliter la mobilité des usagers autour des chantiers du Grand Paris Express (appel à projets lancé en juin 2017) , et enfin, à trouver des solutions innovantes en matière de gestion des déblais (appel à projets lancé en octobre 2016). La phase de développement et d’expérimentation des projets retenus dans le cadre du premier appel à projets au service des commerces et services de proximité initié par la SGP a permis de déployer cinq projets dont un concerne la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart  

    Il s’agit de Proxi-Me, plate-forme de commerce en ligne pour dynamiser l’activité des commerces de quartier. Depuis cette plate-forme, les utilisateurs peuvent commander des produits chez leurs commerçants de proximité habituels, les récupérer en magasin ou se faire livrer chez eux. Quelque 600 produits sont aujourd’hui référencés sur la plate-forme et 32 commerçants sont inscrits après un mois d’expérimentation. Dans les mois à venir, les entrepreneurs à l’origine de ce projet vont poursuivre le recrutement de commerçants sur les territoires frontaliers de la gare Fort d’Issy Vanves Clamart. La phase pilote développera la visibilité des commerçants sur le web. Elle favorisera également la remontée d’informations sur les retombées de l’opération (chiffre d’affaires, affluence en magasins…)

     « Alors que les chantiers se déploient à grande échelle en 2017, il est essentiel que les commerces et les services de proximité puissent poursuivre leurs activités et connaître de nouveaux développements. Les initiatives testées ces derniers mois pour dynamiser la vie des quartiers de gare ont mobilisé commerçants et riverains, et démontré leur potentiel. La phase pilote qui s’ouvre aujourd’hui permettra aux entrepreneurs de l’appel à projets de déployer leurs entreprises à plus grande échelle, au service des commerçants et des riverains »  indique Philippe Yvin, président du directoire de la SGP

  • A COTE DE VANVES, ISSY TESTE UNE NAVETTE AUTONOME DANS L’ILE ST GERMAIN

    Dans le cadre du « Grand Paris de la Mobilité », initiative lancée par la Société du Grand Paris (SGP) et le STIF pour fluidifier les conditions de circulation et de stationnement aux abords des quartiers en chantiers des nouvelles gares du GPE (Grand Paris Express), Issy les Moulineaux teste plusieurs solutions de parkings connectés,  de big data pour GPS, de signalétique innovante pour piétons,  et surtout de   navette autonome… Elle s’est associée avec  les entreprises Colas, Cisco, Indigo et  et surtout Transdev pour mettre en place cette expérimentation.  

    Les vanvéens ont jusqu’au 7 Avril pour aller circuler dans une navette autonome dans le parc de l'ile Saint-Germain. Elle roule  dans un milieu totalement ouvert au trafic piéton et dans un environnement naturel hors voirie urbaine, grâce à un partenariat avec le Conseil Départemental des Hauts de Seine  92 qui participe ainsi aux tests de plusieurs solutions dans le cadre du Grand Paris de la mobilité (Systéme anti blocage de Carrefours avec Citylog,  ou chasseurs de bouchons avec Egis)  et a été désigné pilote des études d’intermodalité autour de 8 Gares du GPE . La réglementation a imposé un accueil à bord par des accompagnateurs dans cette navette toute rouge qui circule sur un parcours de 800 m entre le parking J.Monnet accesible par le pont de Billancourt  et le restaurant dans l’ile au niveau du pont métallique donnant accès à la station T2 Jean Lartigues. « Cette expérimentation sera l’occasion de tester le comportement de la navette en cohabitation avec d’autres flux, notamment piétons et vélos. L’environnement du parc présente également plusieurs éléments d’incertitudes tels que arbres et feuillages mouvants, chemins pavés et irréguliers pouvant risquer de perturber le fonctionnement de la  navette et nécessitant des ajustements particuliers » explique t-on à Transdev. « Les enseignements tirés de cette expérimentation contribueront à lever les contraintes techniques identifiées et à mieux appréhender les moteurs et les freins à l’usage ainsi qu’à faire évoluer la réglementation ».

  • LA GARE DU GRAND PARIS EXPRESS A VANVES : Des travaux d’interconnexions très complexes avec SNCF Transilien

    Rappelez-vous, la ligne SNCF-Transilien Paris-Montparnasse a été interrompu les cinq premiers week-end de l’année pour permettre la pose le dernier week-end de Janvier, de huits ponts-rails  (sur la photo) au dessus de la future gare du Grand Paris Express (GPE).  Des problèmes de terrassement ont prolongé le chantier et l’interruption du trafic ferroviaire de 24H.   « A cause du passage souterrain sous les voies et les quais dont la démolition a été délicate à cause de la solidité de sa structure, ce qui a demandé aux ouvriers beaucoup plus de temps que prévu, et notamment pour dévoyer tous les câbles ». Ces ponts rails permettent de commencer à  creuser la gare sous les voies, dont les parois moulées ont déjà été enfoncées dans le sol, et surtout d’installer des voussoirs pour permettre le ripage d’une immense dalle sous les voies à la mi Aout 2017

    Ces travaux sont complexes car  la SGP (Société du Grand Paris)  et les élus ont souhaité une interconnexion extrêmement rapide en créant  un lien entre les villes de Clamat et Vanves. Ils ont donc positionné la nouvelle gare du GPE exactement sous le faisceau ferroviaire  de 4 voies de la ligne Paris Montparnasse (Transilien L). « Pour réaliser  ce chantier sans couper pendant des mois le trafic, il a fallu des travaux de préparation particulièrement longs et difficiles,  avec les délais de réalisation courts. Ce qui nous a conduit à faire des travaux extrêmement ambitieux et importants avec beaucoup de coupures de circulation sur cet axe ferroviaire, et à les faire accepter aux voyageurs. Nous avons réfléchit longuement à une organisation qui permettait de réduire  ses impacts sur les voyageurs. Nous avons réalisé huit ponts provisoires de grandes dimensions, plus de 200 m chacun,, et on les a posé bout à bout sur chacune des 4 voies » explique Cedric Kervilla directeur projet interconnexions à SNCF Réseau Ile de France, en ajoutant : « C’était la méthode la plus pertinente et la moins impactante »

    Les voyageurs n’imaginent la préparation qu’imposent de telles interconnexions, ce qui sera le cas pour  80% des 70 gares du GPE (au lieu de 20% sur un réseau normal).  « Pour Clamart/Vanves  par exemple, nous y pensons depuis 2013. Nous avons dû faire preuve d’une autre façon de concevoir en imaginant très tôt le chantier compte tenu des besoins d’anticipations, c'est-à-dire trois ans à l’avance les moments où nous allions  intervenir et couper les circulations de trains. Et nous avons fait un déroulé à l’envers, en déterminant nos méthodes de travaux pour après dimensionner les ouvrages. Trois ans avant ce chantier comme pour les autres, nous rencontrons l’ensemble des composantes du système ferroviaire qui font circuler les trains,  qui  gèrent l’exploitation du réseau, et  l’ensemble des travaux sur une zone… pour présenter notre organisation des travaux de façon à vérifier si c’est la bonne période et le bon week-end pour faire ces travaux,  sur telle période horaire plus qu’une autre, et  interrompre le trafic. Cette phase de concertation et de coordination permet d’avoir une communication bien organisée auprès des voyageurs, car  la direction de la SNCF qui la met en place  a besoin d’avoir cette définition des besoins d’interruption du trafic très tôt à l’avance ».   

    Et ils doivent penser avec 20/30 ans d’avance quels types de services seront  alors proposés, quels seront les clients de ce réseau, de façon à bien dimensionner les ouvrages pour que ces interconnexions soient rapides et fluides. « Ce qui nous conduit à prévoir  des ouvrages souvent souterrains, très larges (entre 10 et12 m) et très hauts,  mais aussi  imaginer les quais de demain, ou des voies supplémentaires, grâce à  des travaux conséquents, très lourds, complexes. Compte tenu de l’importance de l’impact que l’on a sur le flux de voyageurs, nous cherchons toujours à minimiser ces impacts. Et nous sommes à la limite de nos possibilités et du risque de dépasser les délais à cause des aléas opérationnels. C’est un travail très délicat que l’on méne dans le cadre de nos études : tenter le plus possible de stabiliser nos chantiers, sachant que l’aléa est toujours possible, grâce à une organisation très minutée de nos opérations le week-end en identifiant toutes les ressources».