Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVES ET LA REGION ILE DE FRANCE

  • LA CRISE COUTE CHERE AUX COMMUNES FRANCILIENNES COMME VANVES

    Une enquête réalise par l’association des Maires d’ile de France auprés de ses adhérents, a permis ces jours-ci,  d’avoir une idée de la façon dont ses 1248 communes ont réagis à cette crise sanitaires, en s’étant pleinement mobilisées pour faire face à la crise au quotidien et protéger leurs agents comme leurs administrés, avec des conséquences financières importantes.

    97 % des communes ont acheté des masques. L’AMIF a estimé que le montant des dépenses liées aux masques jetables et lavables représenterait environ 0,49 % des dépenses de gestion de la section de fonctionnement de l’année 2020.  De nombreuses communes ne pourront pas être intégralement remboursé de leurs commandes car elles ont acheté des masques jetables ou des masques lavables plus chers que le prix plafond fixé par l’Etat.  «Les prix élevés des masques jetables concernent quelques communes ayant acheté des masques FFP2.  Le faible coût de certains masques lavables par rapport au masque jetable s’explique par le fait que ces masques ont été confectionnés par les associations et des bénévoles. Par conséquent, le coût correspond à l’achat des matières premières» précise l’AMIF dans son enquête qui indique aussi que, pour leur distrbution,  21% des communes ont eu recours à des heures supplémentaires pour les agents Municipaux comme à Vanves ( ?),  81 % ont mobilisé leurs conseillers municipaux de façon importante ou ponctuelle. Le gel hydroalcoolique  a été l’un des premiers achats pour le respect des gestes barrières dès l’apparition de l’épidémie et pour la protection des agents dans les lieux recevant du public. Il est devenu un élément incontournable du protocole sanitaire pour la continuité du service public. 93,8% des communes ont acheté du gel hydroalcoolique. 79% des communes ont acheté d’autres équipements de protection, la majorité étant les gants  (75%), les visières (54%), les surblouses (41%). En outre, les communes ont dû faire face à d’autres dépenses mais de manière moins significative comme les charlottes, thermomètres, combinaisons de protection.

    Les communes ont dû mettre en place un plan de continuité de l’activité (PCA) et définir les services publics vitaux qui ont nécessité des aménagements des établissements recevant du public (ERP), comme l’installation de vitres de protection ou de prestation de désinfection par exemple. 88% des communes ont réalisé des dépenses d’aménagement qui s’élèvent en moyenne à environ 6 600 €, avec une grande disparité en fonction de la taille de la commune, de 722 € pour les plus petites à plus de 21 006 € pour les plus grandes Ainsi, pour des villes comme Vanves situé dans la fourchettede 10 000 à 29 999 habitants, la dépense est estimée à 8762 €. Majoritairement (pour 73 %), les communes ont pris en charge ces aménagements en dépenses de fonctionnement à hauteur de 1,4 M€. Pour réaliser ces aménagements, elles ont eu très peu recours à des heures supplémentaires. Le coût des aménagements des locaux semble assez réduit (1,6 M€ soit environ 0,04 % des dépenses de gestion engagées par ces communes en 2019). «Cependant, les informations remontées correspondent à la période du confinement et au début de déconfinement (phase 1) où seuls certains ERP ont été rouverts. Il est probable que si les phases suivantes du déconfinement sont réalisées en maintenant les mêmes règles de distanciation sociale et les règles sanitaires actuelles, l’impact pour les communes sera plus important (accès aux équipements sportifs, culturels, etc.)» indique l’AMIF.

    Début mai, les maires franciliens se sont collectivement mobilisés pour permettre la mise en place du protocole sanitaire dans les meilleurs délais possibles pour la réouverture et le fonctionnement des écoles en respectant les contraintes sanitaires et dedistanciation (un maximum de 15 élèves par classe, 4 m² par enfants en classe, etc.). «Ces contraintes ont amené à, parfois, devoir couper les classes en deux groupes. Le Ministère a donc proposé, pour le demi-groupe qui serait privé d’école en présentiel, aux communes d’assurer un nouveau service d’accueil sur le temps scolaire : le  2S2C ( Sport, Santé, Culture, Civisme), comme ce fut le cas à vanves. Sa mise en oeuvre, facultatif pour les communes, a nécessité la signature d’une convention entre la Mairie et le Ministère qui verse une aide financière forfaitaire de 110 € par jour et par groupe de 15 enfants» indique l’AMIF.

    Pour la grande majorité, elles ont diminué les dépenses pour les festivités ( 99%), pour la restauration scolaire( 77% ), et d’entretien des installations (63% ). Elles ont augmentés les dépenses du CCAS ( 92% ),  pour les Seniors (89%),  aux associations  (75% ),  d’entretien des rues (69%). Elles ont anticipé d’importantes pertes de recettes liées aux produits des services , qui représentent en moyenne moins de 10% des recettes réelles de fonctionnement : recettes de tarification liées aux activités scolaires, périscolaires et extrascolaires (étude, accueil de loisirs …), crèches, restauration scolaire, activités culturelles, sportives et événementielles. Un tiers des communes qui avaient institué le stationnement payant sur leur territoire ont décidé de la gratuité à compter de la mi-mars 2020 comme à vanves et l’ensemble des communes de GPSO, jusqu’au 1er Juin.

    Près de 40% des communes ont décidé de suspendre la perception des droits liés aux emprises sur voirie comme notamment pour l’installation de terrasses de restaurants ou les loyers de locaux commerciaux. Enfin elles ont anticipé les pertes ciblées sur certaines recettes liées à la fiscalité locale, qui représentent en moyenne plus de 70% des recettes réelles de fonctionnement., notamment celles liées l’activité économique, aux droits de mutation à titre onéreux (DMTO), la taxe de séjour ou encore la taxe sur le produit des jeux.

  • VANVES ET LE CONVID-19 : 83% DES VANVEENS ONT BIEN VECU LE CONFINEMENT

    Si l’on en croir une enquête exclusive de l’Institut Paris Region menée du 5 au 19 mai 2020 avec Médiamétrie auprès de plus de 3 000 habitants de notre région,  83 % d’entre eux, dont les vanvéens  affirment avoir bien vécu le confinement, 17 % déclarent l'avoir mal vécu. Cette expérience de confinement a été mieux vécu par les ménages de 2 personnes (85%) que ceux de trois (84%), quatre (83%), cinq (80%). 

    La situation a été mieux vécu pour ceux qui ont télétravaillé (88%) et qui était au chômage partiel (85%) que ceux qui ont été travaillé sur leur lieu de travail (79%) bien évidement. 67% des actifs ont poursuivis leurs activités, 7% une activité réduite (chômage partiel).  1 francilien sur 3 a eu recours à la livraison à domicile depuis le début, 29%  achetant des produits  sur des sites de e-commerce, 20% pour des services de proximité (pharmacie, primeurs, restaurants…). La grande majorité autant qu’avant (45%), plus qu’avant (37%), moins qu’avant (18%)

    Au moment du déconfinement, Moins d’un actif  sur deux envisageait une reprise d’activité normale (45%), plus intensive que la normale (25%),  dégradée avec du chômage partiel sur une période de plusieurs mois (17%), un risque de perte d’emploi (6%). Des scénarios contrastés qui dépendent beaucoup du degré d’activité qu‘ont connu les franciliens durant le confinement, les plus optimistes (54%) étant ceux qui ont connu une activité inchangée pendant le confinement que ceux qui ont eu une activité réduite (45%).  70% pensent changer au moins une de leurs habitudes en matière d’activités culturelles, sportives de loisirs. Parmi le top 3 des activités en hausse : La marche en milieu naturel, des activités physiques en plein air, profiter des parcs et jardins. Parmi les activités les plus en baisse : le shopping, les foires et salons, les bars et restaurants.

    Ce sondage très intéressant montre qu’un francilien/vanvéen  sur six envisage de changer ses comportements de mobilité une fois l’épidémie passée : les usagers des transports en commun (48%) souhaitent en limiter l’usage, les adeptes du vélo envisagent de l’utiliser plus souvent. Ils pensent changer leurs habitudes d’achats, une fois l’épidémie passée, 39% durablement, 29% temporairement, en privilégiant les produits locaux pour 93%, et en achetant davantage des produits Made In France pour 90%.  

    41% pensent recourir à la téléconsultation médicale hors période confinement, 75% chez ceux qui l’ont déjà expérimenté, les 25-34 ans étant plus enclins à y recourir. D’ailleurs  le systéme de santé est l’une des premières préoccupations des franciliens suivi par la relocalisation des activités industrielles en France, le changement climatique, la lutte contre le chômage, et la pauvreté.

  • PAS DE RISQUE DE VIOLENTOMETRE AU CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES COMME AU CONSEIL REGIONAL

    Le Conseil Régional était en session hier. Il a décidé de la  mise en place d’un violentométre, sorte de barométre de la violence des élus lors des débats en s'inspirant d'un outil d'évaluation de violences faites aux femmes lancé par le centre Hubertine Auclert.. Il s’agit d’évaluer la violence des élus et censer les calmer. Et au conseil régional (sur la photo lors d'une suspension de séance),  ils en ont besoin car de nombreux incidents de séances, vociférations,  comportements irrespectueux  se sont déroulés dans l’hémicycle depuis le début de la mandature  En décembre, un conseiller régional écologiste a dû être exclu de la séance compte tenu de la violence de son comportement. Il avait  jeté des parapheurs sur le 1er vice-président qui présidait  la séance plénière et en avait été profondément choqué.

    Cet outil d'évaluation de violences décline en 3 étapes  l’attitude des élus allant de la «sérénité» (où l’élu «respecte le temps imparti pour ses déclarations orales» ou «respecte les décisions de la présidence de séance» par exemple), à «la vigilance» (l’élu «prend la parole quand ce n’est pas son tour» ou «abuse des rappels au règlement» ou «manque de respect à un autre élu» ou «téléphone ou vapote dans l'hémicycle» et même  «adopte un comportement de harcèlement sexuel») et jusqu’à la «protection» (l’élu «pète les plombs», «injurie un autre élu», «commet un acte de violence physique en séance»). Les saanctions à appliquer devront être défini par la commission du règlement intérieur de l’Assemblée Régionale

    L’opposition a dénoncé ce choix, la plupart des groupes critiquant «un détournement» de cet outil destiné à être diffusé aux lycéens pour les sensibiliser aux violences faites aux femmes ». La majorité a jugé «regrettable de devoir adapter le règlement intérieur aux comportements inacceptables et parfois même violents de certains élus de l’opposition de gauche à la région». Ainsi l’assemblée régionale francilienne sera la seule à disposer d’un tel outil dans une assemblée délibérative. Peut être que certains conseils municipaux pourraient en avoir besoin dans des villes comme Levallois, Colombes où les réunions se prolongent très tard la nuit à cause d’échanges particuliérement vindicatifs et d’incidents de séance.

    D’autres, et la majorité,  n’en auront pas besoin, comme à Vanves où le dialogue entre majorité et opposition reste républicain, même si les prises de position peuvent se révéler ferme. Il n’en a pas toujours ainsi, notamment lors du mandat de Guy Janvier (PS), l’opposition menée alors par Didier Morin (RPR), puis Bernard Gauducheau (UDF) ne supportant pas l’attitude de François Bordes (PS) qui jouait le « procureur », en dénonçant la gestion passée. D’ailleurs lorsque ce dernier s’est retrouvé dans l’opposition  au lendemain des élections municipales de 2001, il était redoutable dans ses très longues interventions sur les questions budgétaires haussant quelquefois le ton. Plus loin encore, dans le temps, beaucoup se souviennent des échanges entre Gérard Orillard (RPR) et Raymond Deniau (PS) qui ne manquaient pas de sel