Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

seine

  • INTEMPERIES : VANVES SANS TRAIN ENTRE PARIS-MONTPARNASSE ET VERSAILLES JUSQU'A LUNDI

    Suite aux fortes pluies, une canalisation située sous un sentier à Meudon, en contre-haut de la ligne N a cédé mardi soir, entre Clamart et Meudon, au sentier de la borne sud de Meudon. Ce qui a provoqué un arrêt  de la circulation des trains entre Paris-Montparnasse et Versailles. Les vanvéens riverains de cette voie ferrée devraient passer un week-end très calme puis cette suspension de la circulation des trains devrait durer jusqu’à lundi. Du coup le premier ministre qui devait se rendre en train,  samedi après-midi à la gare SNCF de Clamart pour le lancement des travaux de génie civil de la future gare du Grand Paris Express et la fête du KM1 viendra en voiture.

    Ses intempéries exceptionnelles affectent l’ensemble du réseau ferroviaire francilien, entraînant ralentissement des trains et des retards. Les craintes les plus vives concernaient la ligne C du RER qui longe la Seine entre Issy  les Moulineaux et Paris-Austerlitz, car il y a un risque d’inondation de cette ligne si la Seine atteint 5,7 m. Comme le niveau de la Seine a atteint 5,50 m hier, elle a été fermé jusqu'à Lundi, alors que des mesures conservatoires avaient été prises dés le début de semaine.. Ainsi que les voies sur berges et notamment Georges Pompidou  sur la rive droite qui doit devenir piétonne définitivement à partir de cet été : « La crue de la Seine prouve dans les faits que la fermeture de la voie Georges Pompidou a des conséquences majeures et immédiates sur la circulation de Paris et de sa Métropole. Les entreprises du Grand Paris demandent à la Maire de Paris de reporter ce projet» a demandé le MEDEF francilien. Certains maires de banlieue n’en pensent pas moins.

    Cet épisode climatique qui s'abat sur la France depuis le début de la semaine a touché toute l'IDF et notamment ses départements de grande couronne. En un jour, l'équivalent d'un mois de pluie s'est abattu sur la Région Capitale occasionnant des fermetures de route, des retards sur le réseau RER et des dégâts dans les communes franciliennes. C’est pourquoi, Valérie Pécresse (LR), présidentede la Régon Ile de france  va proposer à l'occasion de la prochaine commission  permanente du Conseil Régional, le 15 Juin 2016, de mettre en place un fonds d'urgence doté de 1 M€ pour les communes francilienne sinistrées par les inondations afin de  réhabiliter rapidement les équipements publics endommagés. Vanves n’a pas été épargné, puisqu’une partie du parvis de la poste, place de l’Insurrection, s’est effondré. Mais ce n'est rien à côté de ce que subissent d'autres communes

  • LES RENDEZ-VOUS DE CE WEEK END TRES VARIE A VANVES ET A COTE

    EXERCICE SEQUANA 2016 : DES DEMONSTRATIONS POUR LE PUBLIC

    Selon le scénario arrêté pour l’exercice  Sequana 2016  sur une inondation de Paris et sa région  qui dure une quinzaine de jours, au fil des jours, plusieurs démonstrations opérationnelles sont prévus et proposées aux franciliens ce week-end qui correspond, dans le scénario de l’exercice au débordement de la Seine qui serait montée de 8 à 9 m  dans 6 sites d’exercices en petite et grande couronne et 1 site d’informations  au Champs de Mars ouvert de 13H à 19H le 13 Mars où les visiteurs pourront découvrir le film en 3D de l’IAU IDF sur une simulation d’inondation en IDF, retrouver la carte IGN au sol de Paris inondé, tester sa vulnérabilité à la crue à travers un jeu, et des ateliers d’informations par la préfecture de police, l’IFFORME, la Mairie de Paris, et l’assureur  Allianz.   Ainsi au port de Gennevilliers (92) les franciliens pourront assister samedi entre 14H et 23H  à un sauvetage sur site d’éboulement avec hélitreuillage et  dimanche entre 8H et 14H  à une récupération à terre et en darse de polluants fictifs. Au bassin de la Villette dimanche de 13H à 17H, exercice de sauvetage d’une péniche accidentée  et de sauvetage par moyens 3 D et nautiques de personnes en surfaces, recherches cynotechniques, barrages anti pollutions. La  RATP a édifier à la statiion Sully-Morland une protection anti-inondation en mortiers/béton (sur la photo) qui est l’une des techniques utilisées avec les batardeaux et ou les aquabarrières.   

    A COTE DE VANVES : MALAKOFF CELEBRE LES FRONTS POPULAIRES

    À l’occasion du 80ème anniversaire des Fronts Populaires en France et en Espagne, l’ALF, la Bourse du Travail, la Ville de Malakoff, le PCF et l’ACER (combattants en Espagne républicaine) organisent aujourd’hui à partir de 14h, un grand rassemblement à Malakoff, salle Jean Jaurés sous la présidence Catherine Margaté, maire honoraire. Sont prévus  la projection de films sur le Front Populaire, des Conférences – débats sur « Retour sur le Front Populaire » avec  Jacques Girault, historien, professeur d’Université, spécialiste des mouvements sociaux, « De la République espagnole à Podemos » avec Jean Ortiz, maître de conférences, spécialiste de littérature latino-américaniste, chroniqueur au journal l’Humanité, une présentation de la réédition du livre de Léo Figuères «Les Fureurs du XXè siècle» enrichi par une préface de Jean Ortiz, et un hommage aux habitants de Malakoff, combattants pour la République espagnole 

    A VANVES : JEUNE ET PRIERE POUR LE CAREME

    Pour vivre un temps fort paroissial et communautaire pendant ce carême, l’équipe d’animation pastorale propose une semaine de jeûne et de prière du 14 au 18 mars aux paroissiens vanvéens. L'organisation est simple : Elle débutera dimanche soir à 19H à Saint François après la messe pour « lancer la semaine » et distribuer le pain pour le lundi (500g de pain complet). Et du lundi 14 au jeudi 17 mars, chaque soir est prévu à 20h toujours à Saint François d’Assise,  un temps de méditation et d’adoration (silence, chants, prière) pendant 30 mn animé par la communauté des Xavières et porté par le Jubilé de la Miséricorde.  Le vendredi soir 18 mars est prévu une messe d’action de grâce à 19h et une « rupture du jeûne » avec bol de riz partagé. Bien évidemment, tous ceux qui ne pourraient pas jeûner de la sorte sont conviés à ces temps de prière.

  • VANVES ADHERE A UNE CHARTE DE L’EAU DANS LA ZONE CENTRALE URBAINE : L’enjeu ! Un bon état écologique de l’eau

    Après la réunion publique sur la fibre optique hier soir, l’autre rendez-vous de la semaine sera le conseil municpal de Mercredi soir avec le vote du budget municipal 2013 sur lequel nous reviendrons bien sûr. Mais d’autres délibérations seront votées dont l’avis sur la Charte de l’Eau « Plaines et Coteaux de la Seine Centrale Urbaine », après le SDRIF, le SCRAE, le PDU IDF, le CDT de GPSO puis son PLH (Plan Local de l’Habitat

     

    Cette charte a été initiée, voilà plus de 6 ans  par un acteur incontournable du Val de Seine et du département : L’association Espaces qui intervient à Vanves avec ses éco-cantonniers sur le talus de la SNCF : « Lors d’un forum de l’Agence de l’eau, nous avions évoqué la question de l’absence d’une instance de dialogue, de gestion de l’eau sur le cœur de l’agglomération pour gérer toutes les questions liées à l’eau. Nous avons reçu un courrier du directeur des Rivières de l’agence de l’Eau qui a retenu cette idée et nous a proposé d’étudier la faisabilité d’un SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) sur la zone Seine centrale. Nous avons consulté l’ensemble des collectivités locales partenaires d’Espaces (Conseil général,, Issy les Moulineaux, DIREN...), nos interlocuteurs ont validé le projet, sachant que l’on ne souhaitait pas que cela soit un SAGE. Nous avons lancé une étude financé par l’agence de l’Eau et le Conseil Régional, menée en 2009-10, dont nous avons présenté les résultats lors d’une grande journée de restitution le 21 Décembre 2010 avec les acteurs et les élus locaux. Ils ont  retenu la zone entre l’embouchure de la Marne et la Confluence de l’Oise, et  décidé de travailler sur une charte de l’eau  et un projet de contrat de bassin qui fédère tous les acteurs » explique Yann Fradin directeur d’Espaces et membre du CESER (Conseil Economique, Social et Environnemental) de la Région Ile de France.

     

    Un projet de charte a été mis au point  par un groupe de travail pour qu’il puisse être adopté par chacune des collectivités locales au printemps 2013 afin d’aboutir à un contrat de bassin à la fin de l’année qui fera remonter toute une série d’actions pour les six ans qui viennent, avec l’objectif de contribuer à atteindre le bon  état écologique de l’eau en 2015-16 : « C’est une action très institutionnelle, mais l’objectif est de créer une dynamique liée à la qualité de l’eau.  De nombreuses actions lourdes sont menées par le SIAAP, des collectivités territoriales comme le Conseil général des Hauts de Seine,  la Ville de Paris, des communautés d’agglomération. Ainsi, en amont, le Conseil général du Val de Marne a signé un contrat de bassin et mis en place une charte avec le Plan Bleu qui est assez dynamique. L’enjeu, très concrétement, est de renforcer la coordination, de gérer l’amont/l’aval alors que chacun voit plutôt ce qui le concerne, et de donner vis-à-vis des habitants et des acteurs, les enjeux de la dynamique qui vont permettre de faire plus et mieux, même si chaque acteur pense faire bien. Il suffirait de faire plus et différemment pour faire encore mieux. Avec pour enjeu, le bon état écologique ».

     

    Le projet de charte est construit autour de 5 objectifs majeurs : Connaître et protéger la Seine en développant la culture du risque en relation avec les crues et les étiages, en sensibilisant à la préservation et à l’attente du bon état des milieux aquatiques. Préserver la ressource en eau et améliorer sa qualité (réduire et contrôler les rejets polluants, renforcer la surveillance et la protection, favoriser les économies d’eau potable). Rendre la ville plus perméable et s’inscrire dans le cycle naturel de l’eau. Restaurer la Seine et les milieux aquatiques. Mettre l’eau au centre de l’aménagement du territoire. Cette action initiée par Espaces est essentielle car une directive cadre européenne (DCE) sur l’Eau définit un cadre général renforçant la décentralisation en matière de gestion de l’eau. Elle vise à une gestion territoriale organisée en grands bassins hydrographiques, eux-mêmes découpées en « masses d’eau » : « La France va avoir énormément de mal à y arriver même en 2027, malgré  deux reports autorisés par la Commission Européenne à 2021 puis 2027 sous réserve que quelque chose soit fait. Et on ne sait pas si la France va devoir payer des pénalités importantes ! » indique t-il.