Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves

  • WOODEUM/ BRANCION: LE MAIRE PRECISE SA VISION SUR L’AMENAGEMENT DES PORTES DE VANVES

    27  délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal de mercredi soir qui a duré deux bonnes heures avec des dossiers importants sur lesquels reviendra le blog : Le contrat Eau-Trame verte et bleue-Climat des Plaines et Coteaux sur le bassin versant central urbain de laSeine au cœur de l’agglomération parisienne, la phase 3 de la rénovation et remodernisation du parc des Expositions qui va concerner la reconstruction des pavillons 2 et 3, avec le réaménagement de leurs abords et notamment le long des rues Jullien-Marcel Yol,  les travaux de modernisation des équipements sportifs extérieurs du lycée Michelet auxquels la ville va participer financièrement et va profiter grâce à une convention d’utilisation.  ET le projet Woodeum, très contestée sur lequel le maire a porté quelques précisions grâce à une question orale posée par Anne Laure Mondom (PS)

    «Le 9 novembre la Mission Régionale d’Autorité environnementale d’Ile de France (MRAe) a rendu son avis sur le projet d’aménagement de la Porte Brancion et sur son étude d’impact environnemental datée de juin 2019. Dans ses recommandations prioritaires elle évoque la réalisation une évaluation des risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du Boulevard périphérique et la proposition éventuelle de mesures de réduction, voire de compensation. Les craintes et objections formulées sur le projet Woodeum sont ainsi belles et bien légitimes et fondées. Par ailleurs vous avez récemment évoqué votre souhait d’un projet urbain commun avec la Ville de Paris, entre les Portes Brancion et de la Plaine» a-t-elle indiquée enlui demandant des précisions, et surtout la publication de l’avis et de l’étude d’impact, dont un résumé est d’ailleurs accessible sur le site de l’Autorité Environnementale, ce qui a permis au blog d’en faire état ainsi qu’à l’association Agir Pour le Plateau 

    «Cet avis sollicite des études complémentaires afin de pouvoir évaluer plus finement les éventuels risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du boulevard périphérique. Des propositions concernant la mise en place d’éventuelles mesures pour réduire ou compenser les risques potentiellement détectés est également proposée. A ce stade il est tout à fait hors de propos de parler, comme vous le faite, de craintes ou d’objections qui se seraient vues confirmées par l’Autorité Environnementale. L’avis de cette autorité n’évoque jamais ces termes il s’agit là d’une pure interprétation de votre part. Concernant la communication à ce stade de l’étude d’impact, chacun pourra en prendre connaissance dès lors qu’elle aura été complétée par l’ensemble des compléments sollicités. En effet à ce stade le document peut encore être considéré comme étant à un stade provisoire à défaut d’avoir intégré ces compléments. L’étude d’impact complète sera jointe au dossier mis à la disposition du public lors de la procédure de participation à organiser avant toute prise de décision sur la demande de permis de construire en cours d’instruction» a indiqué Bernard Gauducheau.

    Il a confirmé que la Ville de Vanves soutient un projet visant à engager une réflexion globale sur tout le secteur compris entre la Porte de la Plaine et la Porte de Vanves. «Mon souhait de défendre une vision et des solutions globales pour la mise en valeur de cet espace est aujourd’hui renforcé par l’évolution de deux pôles majeurs situés à proximité de la zone considérée.

    Il s’agit en premier lieu du projet envisagé dans le secteur Nord-Ouest de Malakoff où une ZAC va être créée sur un périmètre comprenant l’ancien site de l’INSEE élargi à un ilot voisin occupé par divers équipements communaux. Nous avons pu constater que cette ZAC privilégiait une option favorable au développement de l’activité économique avec 30 000 m2 de bureaux qui seraient commercialisés en  plus des 40 000 m2 de locaux réservés à l’Etat. Il y a un lien fort à créer entre le pôle Malakoffiot et le pôle vanvéen/parisien  étendu jusqu’à Issy-les-Moulineaux en travaillant aussi de façon qualitative l’axe Est-Ouest (Rondpoint des Insurgés de Varsovie  jusqu’à l’entrée sur la ZAC Porte de Malakoff par le Boulevard Adolphe Pinard). Toute la rue Louis Vicat jusqu’au Carrefour Brancion/Bleuzen./Pinard serait l’espace d’interface permettant la jonction entre les deux pôles d’activités.

     La réflexion sur la mise en valeur de cet axe Est-Ouest devrait aussi permettre de relancer la discussion sur l’extension de la couverture du périphérique, ou a minima un aménagement en surplomb, dont l’ambitieux projet s’est arrêté il y plus de 10 ans à la jonction Vanves/Malakoff/Paris. Le développement maitrisé de ce secteur Plaine-Brancion-Vicat-Porte de Malakoff doit aussi intégrer un travail qualitatif sur les espaces publics donnant la priorité au développement des continuités écologiques et paysagères, au renforcement des liaisons entre Paris-Vanves-Malakoff, à la création d’espaces végétalisés, à des aménagements favorables d’abord aux modes de déplacements doux et/ou favorisant l’accès aux transports en commun» a-t-il précisé en indiquant qu’il a écrit  à toutes les autorités publiques concernées par cet enjeu pour les sensibiliser à la nécessité de mener une réflexion globale et j’ai sollicité une réunion destinée à nous concerter sur cette approche.

    «Enfin mon idée n’est pas de remplacer le projet « d’ Inventons la Métropole » mais plutôt de le replacer dans un contexte plus large et de l’inclure dans un secteur de développement qui, s’il est mené de façon cohérente, bénéficiera à tous et répondra aux enjeux d’amélioration de notre environnement et de notre qualité de vie ».

  • CONSEIL MUNICIPAL A VANVES DANS UN CONTEXTE DE GREVE

    Le dernier conseil municipal de l'année s'est déroulé dans un contexte de gréve et de période pré-électorale intense. Même si la préoccupation des vanvéens ne soit pas pour l’instant les municipales, mais plutôt comment rejoindre leur lieu de travail lorsqu’ils n’ont pas leur activité sur place ou pas loin, avec leurs deux lignes de métro fermées (12 et 13), des bus archi-bondés lorsqu’ils peuvent circuler et ne sont pas bloqués par des piquets de gréve à leur dépôt, un train sur 5 sur la ligne transilien Paris Montparnasse. Parce si le 5 décembre, ils avaient pris leur précaution, avec RTT, télétravail, lundi, il a bien fallu retourner au boulot. Une journée des records avec 631 Km de bouchons à 9H – loin des 739 km enregistré un 6 Février 2018 lors du fameux épisode neigeux – avec une hausse de 8% du nombre de véhicules qui se traduisent à Vanves avec un axe Bleuzen-Marcheron-Larmeroux et un CD 50 sur-saturés notamment le soir, comme les circuits malins dans les quartiers du parc des Expositions (Moulin- Marcel Yol-4 Septembre ou G. d’Estrée) ou du parc F.Pic  (V.Jacquet-Place Kennedy-Vieille Forge-Louis Dardenne avec une variante V.Jacquet-Place Kennedy-Falret). Le lycée Michelet (sur la photo) a connu quelques tensions les jours de manifestations les 5 et 10 Décembre, des lycéens ayant voulu bloquer l’établissement avant de rejoindre les manifestants à Paris, la police ayant dû intervenir, en tenue de roboccop, pour assurer la sécurité, bloquant la rue Jullien.    

    Beaucoup de vanvéens avaient pris leurs précautions en début de semaine  : Les uns avec leur voiture, les radios ou les chaînes ayant parlé de raffienrie bloquée (sans préciser que c’était dans l’ouest de la France) ont emé la panique, les stations services de la rue J. BLeuzen ou de l’avenue du Général de Gaulle étant sur-bookées lundi et mardi dernier. La pratique vélo a battue des records, la mairie de Paris ayant recensé que le trafic sur ses pistes cyclables avait progressé de 96% par rapport à la semaine précédente. La Région communiquait pendant ce temps là sur les solutions alternatives mis en place grâce à son service de location vélo véligo en offrant le mois de décembre gratuit etc…

    Sa présidente annonçait hier matin sur RTL la mise de place de 220 bus et cars privés affrétés auprès de 7 compagnies privées de bus (Keolis, Transdev, RATPDev ou encore SAVAC) pour proposer 25.000 places chaque jour notamment aux franciliens habitant la grande couronne qui sont le plus touché par ce mouvement de gréve  «En réalité ce que nous faisons, c'est qu'à des endroits où il n'y a plus du tout de service, on en remet. On est vraiment en train d'apporter le service  minimum qui n'est pas fait. On fait une mission de service public» expliquait-elle sur RTL en ne perdant pas de vue de demander des comptes à la SNCF et à la RATP, en insistant de nouveau sur un dédommagement des usagers qui sont impactés par le grève : «J'ai demandé à la SNCF et à la RATP de prendre l'engagement de rembourser partout où le service minimum n'aura pas été fait. On fera les comptes à la fin de la grève. Mon exigence sera qu'on rembourse les voyageurs parce que c'est la 2e grève en un an. C'est extrêmement pénalisant notamment pour ceux qui habitent très loin. Je souhaite un remboursement du passe Navigo partout où le service n'a pas été effectué» expliquait elle soutenue par l’ensemble de la majorité municipale dont fait partie le maire de Vanves qui siége à la Région et à Ile de France Mobilité, haute autorité des transports de la région capitale

  • VANVES ET LE PERIPH : UN DEVENIR TOUT AUTRE QU'ETRE COUVERT, DE BD URBAIN

    Il a été beaucoup question du devenir du Périph hier matin a Conseil de Paris en session budgétaire cette semaine. Il a dressé un premier bilan de l’atelier du Périph créé à la suite du rapport de la Mission d’Information et d’Evaluation et de l’étude sur «les routes du futur» du Forum Métropolitain du Grand Paris (FMGP) et auquel participe le maire de Vanves depuis sa première réunion à Malakoff en Juillet dernier. Il a permis de constater qu’un consensus politique se dégageait entre Paris et les territoires de la Métropole, autour de l’objectif d’une évolution  du Périph avec plus de végétation, création de voies dédiés aux transports collectifs et au covoiturage, franchissement piétons et cyclables facilités…Il a permis de jeter les bases d’un protocole de coopération pour étudier collectivement l’évolution des mobilités et qui se concrétisera à court terme par le lancement d’études techniques permettant d’améliorer leur connaissance du périphérique (composition du trafic, niveau de pollution des diozydesd’azote et particules…).

    Malgré qu’il soit l’axe le plus circulé d’Europe, la rocade autoroutière la plus proche d’un cœur d’agglomération de notre continent, c’est aussi un lieu de densité d’habitat, d’implantation d’équipements avec des populations sensibles. Nécessaire au fonctionnement du réseau autoroutier, il est aussi source de nuisances sonores et atmosphériques (37% des émissions d’oxyde d’azote et 35 des particules du secteur du transport routier à Paris). Propriété de la ville de Paris qui en assure l’entretien, il s’agit d’une infrastructure métropolitaine aux yeux de l’exécutif parisien qui constate que seulement 5% des trajets qui y sont effectués, vont de «Paris à Paris», et surtout il constitue une coupure majeur entre Paris et ses voisins, une barrière franchissable par des ouvrages d’art qui sont peu, voire pas adaptés aux piétions et aux cyclistes. «En transformant le Périphérique, nous résorberons cette coupure, nous renouerons avec les territoires de la petite couronne, et nous favorisons les mobilités actives. Faire des portes de Paris des places publiques ouvertes et accueillantes, des lieux de centralité et de continuité urbaine, sont des objectifs largement partagés de chaque coté du périphérique» constate il en rappelant avoir initié la démarche «Portes en place» qui s’est traduit  par une étude pré-opérationnelle sur le secteur de la porte Bagnolet confiée à l’EPT Est Ensemble, mais aussi la transformation, le temps d’une nuit Blanche, le 5 Octobre dernier  de la section comprise entre les portes de Pantin et de la Villette, en vélodrome lumineux qui a montré de façon spectaculaire, les effets d’une élimination des véhicules thermiques en terme de diminution de la pollution sonore et atmosphérique. Et de monter le projet Woodeum dans le Cadre d'Inventer la Métropole du Grand Paris  pour requalifier la porte Brancion entre Vanves et le 15e qui a du plomb dans l’aile depuis le rapport de l’Autorité Environnementale .

    Cet Atelier du Boulevard  Périphérique a donc permis d’établir une vision commune du devenir de cette voie rapide et à fixer un cadre partagé pour engager des évolutions  qui amélioreront la qualité de vie des riverains et les déplacements en particulier collectifs et partagés : apaiser le trafic (baisse de la vitesse de 70 à 50 km/h, détournement du transit vers l’A 86 et la Francilienne), inciter au changement de comportement (véhicules propres, covoiturage ) d’ici 2024 pour les JO et jusqu’en 2030 des mesures visant à protéger les riverains contre les pollutions et à amorcer sa mutation. en un véritable boulevard urbain comprenant des voies dédiées aux mobilités douces et propres, sur une partie des voies actuelles, des traversées piétonnes, un projet paysager et urbain qui participe au rétablissement des continuités entre Paris et la petite couronne, et renforce les corridors écologiques avec une trame qui relie le périphérique à la petite ceinture ainsi qu’à la trame bleue et aux parcs de part et d’autre du périph, une réduction globale du trafic motorisé sur les axes qui lui sont reliés, une réduction massive de la pollution environnemental et sonore. C’est pourquoi les projets de couverture du Périph ne sont plus d’actualité, au demeurant très coûteux  défendu encore par quelques rares élus en réunion publique. «Pour toutes ces actions, les JO de Paris 2024 constituent une opportunité d’accélérer la mutation du périphérique» indique l’exécutif parisien  qui souhaite y associer les parisiens et grands parisiens, en proposant à  ses partenaires d’organiser une Conférence des citoyens à l’échelle métropolitaine sous l’égide de l’atelier du boulevard périphérique