Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves

  • L’ASSOCIATION AGIR POUR LE PLATEAU REPOND AU MAIRE DE VANVES

    Agir Pour la Plateau vient de répondre à la lettre ouverte du maire de Vanves qu’il avait fait distribuer le 4 Mai, 6 jours avant son assemblée générale. Son bureau avait décidé de laisser passer le temps des élections qui occupait l'esprit de nombreuses personnes, et qui pouvaient susciter quelques fébrilités, malgré un ton que certains avaient trouvé quelque peu agressif

    « Ce serait peu dire qu’elle nous a choqués par son contenu agressif et inexact tenant plus de l’invective politicienne que d’un discours raisonnable et pondéré. Tout d’abord nous soulignons que l’apposition du logo de la ville avec la mention « avec le soutien de la Ville de Vanves » n’est que l’application de votre demande » commence-t-il en lui adressant en annexe le courrier qu’il avait signé lui-même. « Elle découlait ici de la mise à disposition d’une salle pour notre assemblée générale que vous nous aviez attribuée. Ensuite nous vous rappelons que les implantations d’un kiosque à journaux et d’une librairie ou la pose barrières anti rodéo, si vous vous en félicitez à juste titre, découlent d’initiatives de notre association. Il en est de même pour l’amélioration récente de la signalétique du Plateau qui a été étudiée par nos soins avec production de plans précisant les indications à ajouter. Le commentaire du dernier Vanves Le Mag l’attribuant à l’initiative d’habitants du plateau est encore un biais pour oublier notre contribution. Quant au projet d’une station-service GNV, il avait fait l’objet en réunion publique d’une remarque de notre part sur sa dangerosité liée au volume important de stockage sous haute pression de gaz, précision que vous n’aviez pas prise en compte et qui vous a amené à abandonner vous-même ce projet puis de vous féliciter de la réhabilitation du Skate Park initialement condamné. Il nous paraît également parfaitement fondé d’intervenir dans les enquêtes publiques qui sont justement destinées à connaître les opinions contradictoires. Il ne faut pas que vous soyez surpris dans une commune particulièrement dense par les réticences de la population vis à vis d’une fièvre constructive qui ne privilégie pas de nouveaux espaces verts » constate l’association

    « D’une façon générale nous nous attachons à vous exprimer les souhaits et les insatisfactions des habitants de notre quartier. Il nous semble que vous devriez vous en féliciter car cela vous permet d’y répondre avec plus de pertinence. Bien sûr nous pourrions apparaître comme des critiques systématiques mais les actions positives soulignées ci-dessus démontrent que ce n’est pas le cas. Nous sommes donc loin de « la démarche malfaisante » que vous nous attribuez bien à tort. Sachez que nous continuerons à agir comme nous l’avons fait jusqu’à présent pour que notre quartier puisse s’améliorer. Si c’est le propre d’une démocratie de s’enrichir de la diversité des points de vue, il nous semble que vous devriez méditer la phrase de Figaro: « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » et ne pas désirer des interlocuteurs qui ne seraient que de simples thuriféraires. Nous sommes toujours ouverts au dialogue dans la mesure où il est respectueux de chaque partie » concluent ils.

    Malheureusement ce n’est plus le cas car les lieutenants de la majorité municipale montent au créneau pour décrier cette association, avec la plus mauvaise foi possible, comme les participants au dernier conseil de quartier du Platzau ont s’en rendre compte, lorsque l’un de ses membres a eu (la malecontreuse) l’idée d se rapproche de l’association « Agir sur Plateau » Son animateur Alexis Gastauer a rappelé que «plusieurs membres de l’association ont été présents au sein du Conseil lors des dernières mandatures mais ne se sont jamais mobilisés pour être force de proposition ».  Erwan Martin maire adjoint a même déclaré que « compte-tenu des derniers éléments diffusés par cette association via le boîtage d’un trac dans un certain nombre de boîtes aux lettres du Plateau et constatant avec consternation le contenu à charge, erroné et disproportionné de ce document à l’égard de la commune, la Ville a décidé de suspendre toute activité avec l’association. L’association ne sera donc invitée à aucune réunion du Conseil de quartier. La Ville regrette vivement cette posture, alors que le dialogue avec cette association a été privilégié avec constance au cours des dernières années ».

  • VANVES EN BREF

    RETOUR DE LA FETE DE LA MUSIQUE

    Les vanvéens ont eu vraiment plaisir à se retrouver place de la République mardi soir pour la fête de la Musique sous un temps clément, après deux ans de crise sanitaire qui les en avaient privés. Avec beaucoup d’enfants puisque c’était la veille du mercredi jour de congé scolaire scolaire (en primaire) , les parents ayant quelque peu lâché la bride. De surcroît, la place était piétonne ce soir là. Tous les groupes ou ensembles ont été appréciés et applaudis. Par contre le marchand de ballons a dû faire des affaires, car à 8€ le ballon, si n'est plus, il y eu beaucoup de parents qui l’ont eu à travers la gorge. Scandaleux de voir cela dans une animation municipale.

    GLACIERE DU PARC PIC

    Après les inquiétudes exprimées par le groupe écologiste au conseil municipal sur l’enlévement des arbres et de la végétation autour de la glacière, la municipalité de Vanves a fait paraître des photos sur son site internet de  cette première phase d’intervention qui «consiste à déblayer les abords des glacières de la végétalisation invasive. C’est un préalable à la mise en œuvre de l’opération. L’objectif est de permettre d’entrer dans les lieux de manière sécurisée afin de pouvoir ajuster au mieux le programme de travaux. Et de préciser que « ce projet de rénovation sera accompagné à l’hiver 2022-2023 d’un vaste programme de plantation d’arbres aux abords des glacières, intégrant des espèces variées favorisant la biodiversité et contribuant à embellir le parc Pic»

    CONTRAT DE DEVELOPPEMENT

    Le département des Hauts de Seine a développé depuis plus de 10 ans les contrats de développement ville-département sur une période de 3 ans pour distribuer à chaque ville, des subventions d’investissement et de fonctionnement, à l’initiative de Patrick Devedjian, ex-président du CD 92. . Ce qui a été le cas pour Vanves notamment en 2019 pour une période de 3 ans qui s’est achevé le 31 Décembre 2021. Les deux collectivités ont engagé des discussions pour préparer un nouveau contrat départemental qui s’appliquera sur la période 2022-2023-2024 qui a été voté par le conseil municipal du 8 Juin dernier. Il permettra à Vanves de bénéficier d’un soutien départemental de 5 384 860 €  (3 204 100 pour le précédent contrat) dont  4 M€ en investissement pour l’opération suivante pour l’extension – Reconstruction Ecoles du Parc ; et  1 384 860 € en fonctionnement pour les actions suivantes :186 000 € pour la Bibliothèque municipale, 61 119 € pour la coordination gérontologique, 202 650 € pour la Piscine municipale, 935 091 € pour l’établissements d’accueil de jeunes enfant.  Toutefois, le nouveau contrat n’intègre plus l’aide de 244 000€ que le Conseil Départemental versait aux Communes pour le soutien local au Sport de haut niveau. Cette aide sera dorénavant versée directement par le CD 92 et ne transitera plus par le budget communal.

    SUBVENTIONS ASSOCIATIVES

    A conseil municipal du 8 Juin, les élus ont voté une subvention exceptionnelle de 23 950 € à la Ligue contre le Cancer dans le cadre de l’opération « Nager à contre cancer » qu’elle a organisée le 26 septembre 2021 et le 3 avril 2022 à la piscine municipal Roger Aveneau. A cet effet, les recettes des droits d’entrée de ces journées à la piscine municipale Roger Aveneau sont reversées au profit de la Ligue contre le Cancer. Ils ont donné un avis favorable à l’octroi d’une subvention de 75 000 €uros à l’association Vanves Gpso Basket pour la saison sportive 2022-2023 qui fait l’objet d’une convention annuelle de partenariat et d’objectifs entre la commune et l’association renouvelé en 2021

    DISTINCTION

    Par décret du 20 juin 2022 portant promotion et nomination dans l’ordre national du Mérite, la première ministre a nommé au grade de chevalier Françoise Saimpert, ancienne conseillère communautaire du Grand Paris Seine Ouest, ancienne adjointe au maire de Vanves (Hauts-de-Seine) ; 49 ans de services

     

  • VANVES VERRA LE PASSAGE DE LA COURSE EN LIGNE CYCLISTE DES JO DE PARIS 2024

    Aujourd’hui, comme tous les 23 juin, le monde entier célèbre les valeurs du sport autour de la Journée Olympique, qui commémore la création du Comité International Olympique (en 1984). A deux ans des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, cet évènement festif et populaire prend encore plus d’ampleur et la forme d’une grande fête du sport, à Paris et aux alentours du Stade de France  qui se transforment en véritable terrain de jeu à ciel ouvert. 

    Vanves est engagé dans ce vaste mouvement qui prépare cet événement sportif planétaire qui se déroulera du 26 juillet 2024 au 11 août 2024 pour les JO puis du 28 août 2024 au 8 septembre 2024  pour les Jeux Paralympiques rassemblant plus de 4 milliards de téléspectateurs, 13,5 millions de spectateurs, 45 000 volontaires et 15 000 athlètes représentant 206 nations. L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024 aura des retombées positives indéniables sur la pratique sportive et les politiques conduites par la Ville Vanves en ce domaine. Elle a été identifiée par Paris 2024, avec d’autres villes du département, pour accueillir le passage des épreuves olympiques et/ ou paralympiques, «épreuves sur route», épreuves phares des Jeux Olympiques et/ou Paralympiques qui concerne le cyclisme, qui partira et arrivera au pont d’Iéna après 137 km pour les femmes et 234 km pour les hommes

    Comme l’a indiqué la municipalité, lors du conseil municipal du 8 juin dernier, la Ville de Vanves s’est engagé à collaborer avec Paris 2024 afin de satisfaire les besoins et exigences qu’imposent l’accueil et l’organisation des épreuves olympiques sur route. Tout d’abord, Paris 2024 l’a informé que l’état des voiries empruntées par les parcours des épreuves sur route, course en ligne hommes et course en ligne femmes doivent être conformes aux exigences de la réglementation sportive internationale. «Selon les informations qui ont été communiquées, transmises également à la Préfecture des Hauts de Seine et au Département des Hauts de Seine, le parcours emprunterait la route Départementale n°50 (rue Ernest Laval-rue Antoine Fratacci-Boulevard du Lycée)» a indiqué Anne Caroline Cahen, maire adjointe aux sports. Dès lors, un état des lieux précis en vue des interventions à prévoir sera réalisé par Paris 2024 avec les services compétents, validé par les Fédérations Internationales et  seront  financées par GPSO, le Département  et la  Ville de Vanves. Par ailleurs, la Ville de Vanves mettra à disposition et déploiera le matériel nécessaire à la sécurisation des parcours tels que des barrières de police, du matériel de protection (GBA, K16)…Elle devra prendre tout arrêté nécessaire pour répondre aux besoins de l’accueil des épreuves olympiques sur route, fixés par les Fédérations Internationales et le schéma directeur de sécurisation des épreuves sur route, prévoir en lien avec GPSO et le département, les plans de déviation et jalonnements routiers  ainsi que l’identification et la mise en place de parkings de délestage si nécessaire.

    Ainsi Vanves se mobilise pour accueillir les épreuves sur route, épreuves phares des Jeux Olympiques et Paralympiques qui  bénéficient d’un attachement particulier des spectateurs français et étrangers. La Ville de Vanves devrait participera aussi à l’identification de potentiels candidats au volontariat des Jeux Olympiques et Paralympiques pour la réalisation de missions sur son territoire. Seule deux écologiques se sont opposées à cette délibération, dont  Alexia Pescreminoz et Pierre Toulouse qui a expliqué : «J’ai une position ferme contre les J.O. pour des raisons environnementales  et financières. Cela se traduira par une dette colossale ». Comme ses collégues parisiens et franciliens.