Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CULTURE

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    MINISTRE : Alors que le gouvernement est en pleine recomposition, les ministères les plus importants sont convoités. A l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer ne devrait pas être reconduit et dans les couloirs on souffle le nom de Gabriel Attal. Ce qui ne manquerait pas de sel, car ces deux ministres se connaissent bien, le benjamin de gouvernement ayant été secrétaire d’Etat  à  la jeunesse entre Octobre 2018 et Juillt 20209,  qui a mis en place le SNU et a bénéficié de son soutien lors de la campagne des élections législatives de 2017. Son nom est plusieurs fois revenu sur le tapis d’autant qu’il se dit pour ce nouveau quinquennat, qu’il faudrait un profil politique pour tenir le portefeuille de l'Education nationale et ainsi trancher avec les personnalités techniques et déjà issues de la sphère de l'éducation qui se sont succédées au poste. Ses bons et loyaux services pourraient être ainsi récompensés avec une promotion et la direction d'un ministère à seulement 33 ans. Les bruits de couloirs évoquent une telle nomination, un poste sur lequel Gabriel Attal aurait bel et bien un regard insistant selon Le Figaro. Une case que coche Gabriel Attal qui connaît déjà l'Hôtel de Rochechouart. A moins qu’il écope du ministére des Universités et de la Recherche.  

    LEGISLATIVES : Les centristes basculeraient ils vers la majorité présidentielle dans les Hauts de Seine, comme l’expliquait Le Parisien ces jours-ci, en prenant l’exemple de la 10e circonscription où  André SAntini a fait en sorte que Gabriel Attal, élu en 2017, n’ait pas de candidat de la droite et du centre face à lui, l’actuel porte-parole du gouvernement ayant même comme suppléante Claire Guichard, maire adjointe (UDI passée LREM) d’Issy. Les Républicains auraient commencé à réagir en présentant un maire adjoint LR de  Boulogne : Philippe Tellini chargé de la vie associative qui a plutôt un parcours atypique, jadis encarté à l'UDF, lorsqu’il était conseiller municipal délégué en charge des relations internationales et du jumelage de Jean Pierre Fourcade avant de rejoindre  Pierre Christophe Baguet et de passer à LR . Si c’était le cas, il pourrait bientôt passer à LREM vu le pedigree

    FESTIVAL DE CANNES : «Il y avait tout dans cette cérémonie d’ouverture du 75e Festival de Cannes. La classe et la subtilité de la maîtresse de la cérémonie, Virginie Efira, pour clamer combien le cinéma est libre et vivant.  L’engament du président du jury, Vincent Lindon, pour affirmer que la culture n’est pas un ornement de la société mais le centre. La sobriété de Forest Whitaker, recevant une Palme d’or d’honneur, pour se souvenir de grandes heures du cinéma mondial » commentait Guy Janvier ex maire de Maire, féru de cinéma qui était à la soirée d’ouverture du festival mardi soir. Chaque année il rejoint la croisette car il a lancé depuis quelques temps le prix de la citoyenneté du Festival de Cannes dont le jury , cette année, est présidée par Roland Joffé, réalisateur, acteur, producteur et scénariste britannique, palme d’or en 1986 pour son film « Mission »et qui  a également réalisé «la déchirure », « La cité de la Joie », « Les amants du nouveau monde », « Vatel »…

  • UNE ARTISTE DE VANVES, CORSI, FAIT PARTAGER SON AMOUR DE L’ILE D’YEU

    Cette artiste vanvéenne a toujours partagée ses activités artistiques entre Vanves avec son atelier situé dans la cité HLM Payret Dortail  (le 13) qu’elle a quitté récemment où elle a vécu en parfaite harmonie avec ses habitants et ses artistes comme elle installés dans des ateliers d’aristes, et  l’île d’Yeu où elle ne peut plus séjourner longuement avec son époux Brachet (là aussi au 13 d’une de  ses routes),   à cause de l’âge, malheureusement. Elle vient d’écrire, ou plutôt dessiner, un récit graphique dans un petit livre intitulé «la dernière plage » (Edt Edith Veuva)  où elle livre, à travers ses petits instants de la vie de ses habitants, imaginés et vécus depuis la fenêtre de son petit atelier,, un témoignage sur ce lieu qu’elle a apprécié…avec son époux depuis trois quart de siécle. «C’était une île magnifique, simple, familiale » avec ses »maisons blanches »dont « le blanc des murs faisait éclater lescouleurs », son « café des boulistes », « la boutique à six fleurs où l’in vendait des vêtements inusables », « les galeries insulaires où vous trouviez de tout, à condition que le bateau soit arrivé »

    Monique Corsi qui est née dans le faubourg St-Denis, entre la gare du Nord, sa cathédrale noire et la gare de l’Est, sa cathédrale blanche, aime passionnément cette ile qu’elle a peinte et mille fois dessiné. Mais là, elle a préféré écrire quelques instants de la vie de ses habitants et imaginée de façon prémonitiire l’arrivée d’un virus dévastateur, comme le Covid-19 qui l’a éloigné de ce lieu chéri. Une nouvelle étape dans la vie de cette artiste qui s’est aussi penchée sur Vanves en ayant passée une année à peindre le parc F.Pic à travers les saisons, à avoir  effectué sa première exposition consacrée à l'Europe. Car avec elle, on revient toujours dans cette île à laquelle elle a consacré une exposition au musée de la Roche sur Yon : «Île d'Yeu, il y a... » en 2000. « Corsi dessine le vent dans les voiles et dans les chemises des marins ; elle dessine l'attente près du débarcadère, attente du prochain bateau ou attente du retour d'un âge révolu ; elle dessine le temps qui souffle doucement sur l'Île d'Yeu et qui décolore ses bleus en encre de seiche. Corsi dessine les contours de l'absence, elle peint l'horloge immobile et laisse tinter les couleurs qui passent » décrivait alors Amin Maalouf 

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CAMPAGNE : DES CHRETIENS ENGAGES POUR VOTER

    Comme d’habitude, des élus et militants étaient présents au marché ou à proximité, devant la poste :  Le PC  qui a la palme de la présence chaque samedi  qui militait pour sa réunion lundi soir à Max Fourestier pour soutenir son candidat Fabien Rousel qui est la surprise de ces élections présidentielles. Et les Républicains avec les centristes pour inciter les vanvéens à venir au meeting de Valérie Pécresse cet après-midi au Parc des Expositions, tout à côté de Vanves. Les marcheurs étaient déjà partis à la Défense Arena pour le meeting de Macron. Surprise, des chrétiens vanvéens distribuaient un tract signé notamment par Renaud Paul, Claire Papy, Daniele Nizieux, André Desloges… avec Philippe Mauger, Pierre-Etienne Mosser, Marie-christine Allais, Josette Gazzaniga, Geneviéve Lemonnier, Magdalena Dulac, Marie France Tessier, Anne-Mireille Mitaille, Elisabeth Arrighi, Armelle Valae, Jean Michel Gras, Anne-claire Gras, Vincent Monnot, Claude Bernadette Merckens…  appelant à voter car « voter c’est choisir » : «Par notre vote dés le 1er tour des Présidentielles, nous devons clairement affirmer un projet de développement du pays qui efuse la haine et le rejet de l’autre. Nous devons promouvoir les valeurs de liberté et de démocratie, et afficher notre solidarité avec l’Ukraine. Nous serons chacun de nous autant comptables de nos silences que de nos paroles»

    ALBERT KAHN, UN MUSEE QUI INVITE AUX VOYAGES

    Quelques vanvéens  dont le maire et la conseillère départementale, s’étaient déplacés à Boulogne, jeudi soir, pour l’inauguration du nouveau musée départemental Albert Kahn à Boulogne, par Georges Siffredi, Président du Département du CD 92 avec à ses côtés, l’épouse de Patrick Devedjian qui a initié cette réalisation,  avant a disparition voilà deux ans, Pierre-Christophe Baguet, Maire de Boulogne… Plus de 500 personnalités avaient été invités à découvrir ce nouveau bâtiment de 2300 m2  visible depuis la place Rhin et Danube, en visitant l’exposition inaugurale au premier étage, consacrée au voyage, du premier, entrepris par Kahn en 1909 à celui de Curiosity sur Mars. Occasion de rappeler  la genése et la réalisation de ce vaste chantier de reconstruction, comprenant la structure d’un nouveau bâtiment de 2 300 m² et la réhabilitation de 8 autres bâtiments (7 bâtiments patrimoniaux du site et l’ancienne galerie d’exposition), des jardins, vosgien, japonais… porté par le Département des Hauts-de-Seine, propriétaire depuis 1968 du site, dans la perspective d’une meilleure conservation et valorisation des collections (72 000 aotochromes), mais aussi d’une présentation renouvelée et d’un accueil des publics conformes aux exigences d’un musée du XXIe siècle. Une visite à ne pas rater pour les familles vanvéennes et une invitation au voyage à travers le monde et l’histoire