Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil municipal

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DU 11 DECEMBRE EN BREF

    LYCEE MICHELET : Equipements sportifs

    Deux délibérations ont été votée par le conseil municipal après une présentation du projet de rénovation des équipements sportifs extérieures par le maire comme il l’avait fait à chaque réunion publique de quartier et que le Blog a déjà présenté ; Il a avalisé la convention financiére entre la ville, le Conseil Régional et le Conseil départemental qui finance chacun à 30% les travaux, soit 1 931 375 € pour Vanves. Ainsi que la convention d’utilisation de ses terrains à titre gracieux en dehors du temps scolaire, en fin de journée à partir de 18H, le week-end à partir de 13H30, et lors des vacances. « la ville double ainsi ses surfaces sportives et le temps d’utilisation des équipements sportifs ! » a indiqué Bernard Gauducheau (UDI). «C’est bien d’augmenter le nombre d’équipements sportifs. L’accés au parc du lycée , très difficile, est un vieix serpent de mer. Pourquoi ce choix ? » a demandé Boris Amoroze (FG/PC). « Grâce à un travail de concertation entre les responsables et entraîneurs sportifs de la ville et du lycée. Ce sont des terrains d’entraînement, pas de compétition ! » a précisé le maire 

    PARC DES EXPOSITIONS : 3éme tranche

    Le Conseil municipal a donné son avis (positif) à  la 3e tranche du projet de remodernisation du parc des expositions menée par Viparis, la seconde ayant pris fin avec l’inauguration du nouveau pavillon 6 à la mi Novembre et l’ouverture en décembre des deux hôtels mama Shelter et Novotel du côté de la porte de la Plaine. Là, il s’agit de la reconstruction des halls 2 et 3, avec le réaménagement des abords vanvéens du parc, avec 1400 m2 d’espaces à le long des rues Jullien/Marcel Yoll avec une aire de jeux, et  à l’angle une petite place agrémenté d’un commerce de 200 m2,  la restructuration du parking et de la porte rue Marcel Yol  pour créer un accès aux commerces du plateau. «On peut regretter  que tous les documents accompagnant ce permis de construire, assez lourd (4000 pages) nous ait été communiqué tardivement pour pouvoir les consulter » a déclaré Jean Cyril Le Goff (LREM). Une enquête publique devrait être organisé dans l’année 2020

    RESTAURATION MUNICIPAL : Débat

    A l’occasion des rapports annuels des délégataires de services publics, un débat s’est déroulé sur la restauration scolaire réalisé par la société Elior dont la concession doit être renouvelé en Aout 2020. Boris Amoroz (FG./C)  a souhaité savoir comment prendre connaissance de l’origine des produits, comment Elior faisait face aux incidents pour préserver  la qualité des produits etc… auquel Xavière Martin, adjointe au Maire (Ecoles) a tenté de répondre. Mais le débat a vite tourné sur le maintien ou non d’un service externalisé comme c’est le cas depuis 1993/94. «La ville s’est prononcé pour le maintie, et a fixé de nouvelles missions et modalités de prestations dont 30% de produits bio au lieu de 20%» a-t-elle précisée. «On peut se poser la question, à l’occasion du renouvellement de la concession, alors que des mairies re-municipalisent leur restauration scolaire et la mutualise avec d’autres villes» s’est interrogé Jean Cyril Le Goff (LREM) en notant que pour un renouvellement, le choix s’effectue actuellement entredeux grands acteurs. «Chacun est libre de choisir son système. J’ai connu les deux types de restauration (liaison chaude avec cuisine centrale et liaison froide avec un délégataire). C’est sans commune mesure, au niveau sécurité, hygiéne. Ceux qui ont choisi le système intégré peuvent s’attendre à quelques surprises. Il faut vraiment être courageux pour imaginer un autre service sécurisé sur le plan hygiéne en servant plusieurs centaines de repas par jour» a constaté Bernard Gauducheau (UDI). La liaison froide est une sécurité tant pour les parents que pour les élus expliquent les maires qui servent des centaines de repas par jour

  • CHRONIQUES DE GREVES OU DE MUNICIPALES A VANVES : LE TERROIR N’EMPECHE PAS LA POLITIQUE

    L’effet de la gréve depuis maintenant plus d’une semaine se fait sentir à Vanves, à tel point qu’elle a occulté la pré-campagne des élections municipales. Au dernier conseil municipal – qu’il ne rate pas malgré sa fonction, et là les circonstances exceptionnelles dû à la gréve – Gabriel Attal  était arrivé en retard car il venait du plateau  LCI où il avait participé à un débat avec le leader cégétiste Philippe Martinez après les annonces du Premier Ministre sur le projet de loi sur les retraites, en le trouvant « droit dans ses bottes » pour reprendre une expression célébre concernant Juppé en 1995. D’ailleurs il s’était étonné peu de temps auparavant de ces gréves  contre un projet qui n’avait pas encore  été présenté comme en 1995, et alors que le gouvernement s’était engagé  dans un dialogue et une concertation avec les syndicats. Il n’empêche qu’il faisait état dans Le journal Le Monde, que sur le terrain, l’immense majorité des électeurs le pressait de ne pas lâcher : «Chez moi à Vanves, encore ce week-end, j’ai beaucoup entendu « tenez bon ! ». Chez ses adversaires politiques, c’était un tout autre discours, notamment chez certains élus LR qui se réjouissaient que cette gréve plombe les ambitions de la République en Marche pour les Municipales, un collègue du Maire de Vanves faisant état d’habitants refusant les tracts des marcheurs sur les marchés de sa commune

    D’ailleurs en ce week-end de terroir à Vanves, les candidats (déclarés) étaient tous de sortie, notamment vendredi soir, pour l’inauguration du 15e village des terroirs sous un temps, finalement clément mais frais : Bernard Gauducheau (UDI) qui inaugurait en temps que maire sortant, Séverine Edou (LREM) qui participait comme beaucoup de marcheurs à cet événement, et se sont retrouvés au bar à Vin «L'Antre de Vin» pour une soirée « Jura » après, Pierre Toulouse (EELV) qui tractait avec quelques militants aux entrées du Village pour annoncer sa candidature comme il l’a fait le lendemain, devant le marché, et des personnalités discrétes dans l’assistance, comme Isabelle Debré qui avait siégé au conseil Départemental des Hauts de Seine pour voter le budget 2020 ce jour. Mais le fait que la place de la République soit bloquée, toutes les rues avoisinantes, l’étaient aussi à cause de la gréve, comme ce fut le cas tous les soirs de cette semaine…et de ce week-end

  • WOODEUM/ BRANCION: LE MAIRE PRECISE SA VISION SUR L’AMENAGEMENT DES PORTES DE VANVES

    27  délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal de mercredi soir qui a duré deux bonnes heures avec des dossiers importants sur lesquels reviendra le blog : Le contrat Eau-Trame verte et bleue-Climat des Plaines et Coteaux sur le bassin versant central urbain de laSeine au cœur de l’agglomération parisienne, la phase 3 de la rénovation et remodernisation du parc des Expositions qui va concerner la reconstruction des pavillons 2 et 3, avec le réaménagement de leurs abords et notamment le long des rues Jullien-Marcel Yol,  les travaux de modernisation des équipements sportifs extérieurs du lycée Michelet auxquels la ville va participer financièrement et va profiter grâce à une convention d’utilisation.  ET le projet Woodeum, très contestée sur lequel le maire a porté quelques précisions grâce à une question orale posée par Anne Laure Mondom (PS)

    «Le 9 novembre la Mission Régionale d’Autorité environnementale d’Ile de France (MRAe) a rendu son avis sur le projet d’aménagement de la Porte Brancion et sur son étude d’impact environnemental datée de juin 2019. Dans ses recommandations prioritaires elle évoque la réalisation une évaluation des risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du Boulevard périphérique et la proposition éventuelle de mesures de réduction, voire de compensation. Les craintes et objections formulées sur le projet Woodeum sont ainsi belles et bien légitimes et fondées. Par ailleurs vous avez récemment évoqué votre souhait d’un projet urbain commun avec la Ville de Paris, entre les Portes Brancion et de la Plaine» a-t-elle indiquée enlui demandant des précisions, et surtout la publication de l’avis et de l’étude d’impact, dont un résumé est d’ailleurs accessible sur le site de l’Autorité Environnementale, ce qui a permis au blog d’en faire état ainsi qu’à l’association Agir Pour le Plateau 

    «Cet avis sollicite des études complémentaires afin de pouvoir évaluer plus finement les éventuels risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du boulevard périphérique. Des propositions concernant la mise en place d’éventuelles mesures pour réduire ou compenser les risques potentiellement détectés est également proposée. A ce stade il est tout à fait hors de propos de parler, comme vous le faite, de craintes ou d’objections qui se seraient vues confirmées par l’Autorité Environnementale. L’avis de cette autorité n’évoque jamais ces termes il s’agit là d’une pure interprétation de votre part. Concernant la communication à ce stade de l’étude d’impact, chacun pourra en prendre connaissance dès lors qu’elle aura été complétée par l’ensemble des compléments sollicités. En effet à ce stade le document peut encore être considéré comme étant à un stade provisoire à défaut d’avoir intégré ces compléments. L’étude d’impact complète sera jointe au dossier mis à la disposition du public lors de la procédure de participation à organiser avant toute prise de décision sur la demande de permis de construire en cours d’instruction» a indiqué Bernard Gauducheau.

    Il a confirmé que la Ville de Vanves soutient un projet visant à engager une réflexion globale sur tout le secteur compris entre la Porte de la Plaine et la Porte de Vanves. «Mon souhait de défendre une vision et des solutions globales pour la mise en valeur de cet espace est aujourd’hui renforcé par l’évolution de deux pôles majeurs situés à proximité de la zone considérée.

    Il s’agit en premier lieu du projet envisagé dans le secteur Nord-Ouest de Malakoff où une ZAC va être créée sur un périmètre comprenant l’ancien site de l’INSEE élargi à un ilot voisin occupé par divers équipements communaux. Nous avons pu constater que cette ZAC privilégiait une option favorable au développement de l’activité économique avec 30 000 m2 de bureaux qui seraient commercialisés en  plus des 40 000 m2 de locaux réservés à l’Etat. Il y a un lien fort à créer entre le pôle Malakoffiot et le pôle vanvéen/parisien  étendu jusqu’à Issy-les-Moulineaux en travaillant aussi de façon qualitative l’axe Est-Ouest (Rondpoint des Insurgés de Varsovie  jusqu’à l’entrée sur la ZAC Porte de Malakoff par le Boulevard Adolphe Pinard). Toute la rue Louis Vicat jusqu’au Carrefour Brancion/Bleuzen./Pinard serait l’espace d’interface permettant la jonction entre les deux pôles d’activités.

     La réflexion sur la mise en valeur de cet axe Est-Ouest devrait aussi permettre de relancer la discussion sur l’extension de la couverture du périphérique, ou a minima un aménagement en surplomb, dont l’ambitieux projet s’est arrêté il y plus de 10 ans à la jonction Vanves/Malakoff/Paris. Le développement maitrisé de ce secteur Plaine-Brancion-Vicat-Porte de Malakoff doit aussi intégrer un travail qualitatif sur les espaces publics donnant la priorité au développement des continuités écologiques et paysagères, au renforcement des liaisons entre Paris-Vanves-Malakoff, à la création d’espaces végétalisés, à des aménagements favorables d’abord aux modes de déplacements doux et/ou favorisant l’accès aux transports en commun» a-t-il précisé en indiquant qu’il a écrit  à toutes les autorités publiques concernées par cet enjeu pour les sensibiliser à la nécessité de mener une réflexion globale et j’ai sollicité une réunion destinée à nous concerter sur cette approche.

    «Enfin mon idée n’est pas de remplacer le projet « d’ Inventons la Métropole » mais plutôt de le replacer dans un contexte plus large et de l’inclure dans un secteur de développement qui, s’il est mené de façon cohérente, bénéficiera à tous et répondra aux enjeux d’amélioration de notre environnement et de notre qualité de vie ».