Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil municipal

  • CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : MEUBLES TOURISTIQUES ET VIDEOPROTECTION

    Pour ce dernier conseil municipal de l’année, mercredi soir, 35 délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour, ce qui s’explique, car il n’y a pas eu de conseil en Novembre contrairement à l’habitude. Il est vrai que de plus en plus de compétences sont transférées à l’EPT (Etablissement Public Territorial) GPSO, comme la gestion et l’entretien des caméras de vidéosurveillance, l’assemblée municipale se consacrant à des  décisions  financières (revalorisation de tarifs, attribution de subventions),  techniques (attribution de marché, renouvellement de bail comme pour le Pavillon de la Tourelle) ou très locale (dénomination d’établissements petite enfance, séjour de rupture pour les jeunes dans le cadre de la prévention spécialisée…). Et il n’a duré que 2H45 conclu par un pot comme c’est la tradition à la veille des fêtes. Avec la présence du ministre Gabriel Attal qui est intervenu sur la vidéosurveillance et les séjours de rupture pour les jeunes. Il avait été ouvert par un hommage aux victimes de l’attentat de Strasbourg, l’ensemble des élus et du public respectant une minute de silence en solidarité avec le strasbourgeois. «Toutes des dispositions ont été prises pour assurer la sécurité du village des terroirs» a assuré Bernard Gauducheau à deux jours de son inauguration   

    Parmi ses 35 délibérations, deux d’entre elles sont significatives : Tout d’abord l’instauration d’une déclaration préalable pour toute location de courte durée d’un local meublé. Il s’agit de lutter contre ces plateformes numériques spécialisés, au travers de loueurs particuliers, proposent  des locations de meublés à des touristes, suscitant de nombreuses nuisances dans les immeubles touchés, comme l’ont constaté quelques vanvéens qui s’en sont plaints. En dehors d’une concurrence déloyale envers les acteurs traditionnel de l’hébergement touristique, et des tensions créés tant sur l’accés au logement  que sur le prix du foncier. Une procédure d’enregistrement est mis en place afin de permettre une meilleure connaissance du parc résidentiel affecté à une telle activité, un respect des différentes obligations liées à la charge des loueurs, et une source de revenus supplémentaire en taxe de séjour

    Ensuite l’acquisition de 6 caméras de vidéo protection par GPSO pour le territoire de Vanves, car l’intercommunalité se voit transférer la gestion et l’entretien des caméras de vidéoprotection dans le cadre de sa compétence en matière de politique de la ville. Le ministre Gabriel Attal a demandé si leur localisation a été décidé. C’est le cas pour trois d’entre elles a précisé Marie Françoise Goloubtzoff maire adjoint chargée de la sécurité : A l’angle Julien/Marcel Yol, au carrefour de l’Insurrection, à l’angle Marcel Martinie/Sadi Carnot. Et Jean Cyril Le Goff si une gestion centralisée était prévue par GPSO ? « Des démarches sont en cours pour arriver à cette gestion centralisée dont il faut définir les modalités»  a répondu le maire. «Ceci contribue à une société de surveillance» selon Boris Amoroz (FG.PC) qui note «qu’aucune étude ne prouve leur efficacité». Sauf que la vidéoprotection a permis de retrouver un des auteurs de la profanation de l’Arc de Triomphe selon le préfet de police de Paris et qu’une gestion centralisée permettra d’avoir comme à Paris des fonctionnaires devant les écrans pour déclencher des interventions, ce qui n’est pas le cas actuellement, en cas de problèmes.

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE RENTREE A VANVES MARQUEE PAR DES VOTES ET DES POSITIONS ETONNANTES

    Le Conseil Municipal de Vanves a effectué sa Rentrée, Mercredi soir avec 17 délibérations inscrites à l’ordre du jour, examinées en 3H avec 2 questions orales (sur la poste encore, et les rodéos sauvages de l’été) et 2 communications  (sur les terrains synthétiques du PMS A.Roche qui font l’objet d’une analyse qui sera remis fin Octobre, et  les émigrés séjournant à Vanves, au nombre de 42 répartis dans 11 logements et de 21 assignés à résidence) sans débat, avec une scène cocasse lorsque Boris Amoroz  (FG/PC) a déclaré, à propos de la mise en place d’une indemnité kilométrique pour le personnel communal : « Le maire de Vanves va, pour une fois, dans le von sens ! ». Il a été applaudi par l’ensemble de l’assemblée municipale. Seule ombre au tableau : Une sono déplorable, rendant souvent les propos inaudibles, sans compter les effets d’arcénes. Mais il paraît qu’un nouveau matériel est prévu pour le prochain conseil municipal du 12 Décembre

    Il a été marqué par des votes et des positions étonantes de la part tant de la majorité que de l’opposition : Le maire a ainsi fait voter un avis négatif sur le PMHH (Plan Métropolitain del’habitat et de l’hébergement) qui donne les objectifs pour chaque interco et ville de la Métropole du Grand Paris, en matière de construction de logements (87 logements neufs  et 24 logements sociaux neufs par an) et d’ouverture de places d’hébergement (37 par an). En mettant en avant que «ce projet ne prévoit pas d’études foncières qui auraient permis d’évaluer plus précisément la capacité de Vanves à accueillir de nouveaux logements ».  Alors que le maire de Vanves (UDI) avec l’ensemble des élus de GPSO ont voté un avis favorable, comme l’a fait remarquer Jean Cyril Le Goff (LREM) à qui lors du conseil de GPSO s’est vu répondre « on peut changer d’avis ». Occasion d’un échange assez vif entre Anne Laure Mondon (PS) qui expliquait que «les importantes constructions en cours sur la ville, en fait la 12éme ville  la plus dense de France, et  provoquaient la disparition d'espaces verts» , et le maire qui a répliqué : « Vous êtes mal placée pour en parler vous qui habitez un immeuble de 20 étages ! »

    Le groupe PS a rappelé sa ferme opposition à la fermeture de l’espace santé jeunes et sa mutualisation avec le centre de planification et d’éducation familiale d’Issy les Moulineaux. Anne Laure Mondon (PS) remettait en cause les raisons invoqués (dysfonctionements, difficultés de recrutement, baisse de la fréquentation) et le manque d’informations et de communications. «Nous refuserons toujours que des services de proximité constituent une variable d'ajustement financière !» Des arguments réfutés par Sandrine Bourg (LR) maire adjointe : «Une communication a été prévue vers les scolaires, des visites ont été organisées pour faire connaître les lieux. A aucun moment, il a été question de supprimer  cet espace santé mais de le déplacer pour des services plus efficaces » en parlant d’une économie de 100 000 € pour la ville et en regrettant la campagne de désinformation sur les réseaux sociaux du PS. « Vous avez choisi un mauvais combat car on a une responsabilité dans ce domaine » a conclut le maire.

  • BIENTOT PLUS DE BUREAU DE POSTE SUR LE PLATEAU DE VANVES MAIS DES POINTS POSTAUX

    «Malgré un réel besoin dans ce quartier, les horaires du bureau de poste du Plateau ont tout d’abord été largement réduits avant que le bureau ne soit périodiquement et prochainement définitivement fermé. Dans le cas de ce bureau une baisse de l’offre de service n’a pas donné lieu à une baisse de la demande. Le bureau de Poste principal, situé carrefour de l’insurrection est déjà saturé et un réaménagement de celui-ci ne permettra pas d’accueillir convenablement tous les habitants de Vanves.  Dans le contrat d’entreprise entre La Poste et l’Etat signé le 18 janvier 2018, La Poste s’est vue confier 4 missions de service publics, afin notamment de répondre aux nouvelles attentes clients (proximité, accessibilité, qualité de service etc.). Certes de nouveaux moyens de livraison voient le jour et les habitudes évoluent, il n’en reste pas moins que certains services ne peuvent pas trouver de solutions alternatives et que La Poste constitue un lieu de lien social. Développer de nouvelles activités ne doit pas l’exempter de ses missions d’origine ! Des informations ont été communiquées lors de votre dernière réunion de quartier, en présence d’un représentant de La Poste, mais nous souhaiterions que vous puissiez nous faire un point de la situation et nous en dire plus sur les calendriers prévisionnels de cette fermeture et du réaménagement du bureau principal, sur le type de réaménagement de ce dernier et sur l’évolution des recherches d’un point relais dans le quartier, à même de rendre les services en substitution de La Poste » a demandé Valérie Mathey (PS) à l’occasion des questions orales lors du Conseil Municipal du 27 Juin 2018 .

    «Lors de la réunion publique de quartier qui s’est tenue le lundi 10 juin dernier, un représentant de la Direction Départementale de la Poste a expliqué de façon complète les difficultés que traverse cette entreprise dans un contexte à la fois de forte concurrence sur une partie de son activité et de déclin historique du service du courrier. Cette activité, qui emploie encore 73 000 personnes a chuté de 14% entre 2013 et 2016, soit 4 à 5 % par an. La seule baisse de l’activité courrier entraine une perte de 500 M€ au début de chaque année pour la Poste. L’activité financière reste dynamique mais elle a du mal à compenser les pertes liées à la chute du courrier car la faiblesse des taux d’intérêt depuis plusieurs années réduit considérablement les marges. D’autres types d’activités tels que les services à la personne sont proposés pour tenter d’enrayer les difficultés importantes de l’entreprise qui emploie au total 251 000 personnes (soit, à titre de comparaison, quasiment autant que la SNCF) » a tout d’abord répondu Laurent Lacomère conseiler municipal.

    « C’est dans ce contexte que la Poste a présenté l’évolution envisagée du service postal dans la Commune avec une réorganisation de l’offre actuelle qui aura surtout des conséquences dans le quartier du Plateau. Depuis près de deux ans, la direction locale de la Poste nous a informés de ce projet de réorganisation et la Municipalité a fait part de sa préférence claire pour un maintien du schéma actuel avec deux bureaux de poste proposant l’intégralité des services postaux et financiers.Le maintien d’une telle position est aujourd’hui plus compliqué car il est évident que la Poste s’est fixé un échéancier précis avec des obligations de résultat qui pourraient bien ne pas prendre en compte les souhaits de la Commune. Si la réorganisation du service postal apparaît inéluctable même à court terme ; il est préférable d’être présent dans les discussions qui permettront d’obtenir dans le quartier du Plateau le maintien du service courrier-colis qui représente près des trois quarts de l’activité du bureau actuel. Les discussions sont toujours en cours sur ce point et aucun calendrier prévisionnel précis n’a été établi. La Poste a évoqué oralement la fin de l’année civile mais sans présenter de solution pour l’aménagement du futur point postal.  La mise en service de ce point reste évidemment un préalable absolument incontournable avant d’envisager toutes mesures concernant le bureau Vanves-Plateau. Concernant l’effort qui sera fait pour réaménager le bureau Vanves-Hôtel de Ville, nous attendons là aussi des précisions. La Poste a évoqué une opération majeure sur les plans esthétiques et pratiques destinés à moderniser substantiellement les conditions d’accueil».