Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

région ile de france

  • A VANVES, DES HABITANTS SONT PASSES AU TRAVERS LES GREVES GRACE AUX TRANSPORTS ALTERNATIFS

    Alors que ce week-end marquait le début des vacances (de printemps) auxquels les vanvéens sont très attachés, puisqu’elles vident généralement la ville d’une bonne partie de ses habitants, la gréve perlée de la SNCF pour sa 3éme série de 2 jours, a dû perturber le départ de quelques familles. Mais 2018 n’est pas 1995, car, entre-temps, la révolution des plates-formes numériques et des «applis» a bouleversé le monde des transports dont certains vanvéens ont profités

    Quelques vanvéens ont découvert à cette occasion, les cars Macron, ces gréves ayant entraîné 60 à 70 % de réservations en plus. «Les chiffres sont comparables à Noël ou au 14 juillet, sachant que le 3 avril, ce n'était pas un jour férié et il n'y avait pas encore de vacances scolaires. Jusqu'à samedi, notre offre semblait suffisante pour absorber la demande mais dimanche, on a commencé à saturer et on a rajouté des cars supplémentaires, ça allait très vite» indiquait un responsable de FlixBus France. Les lignes d’autocars similaires à celles des TGV sont les plus touchées par le phénomène. Mais voilà, par rapport au covoiturage, les prix des tickets pour voyager en bus ont fortement augmentés selon les heures et les compagnies.

    Pour le covoiturage, c’est l’effet d’aubaine,  surtout dans la Région Ile de France depuis que Valérie Pécresse a récemment annoncé la gratuité du covoiturage pour les Franciliens, en versant 2 € pour chaque trajet de maximum 20 kilomètres,  aux passagers qui utilisent les huits opérateurs avec lesquels la Région a passé un accord (BlablaLines, Clem', Covoit'ici, iDVROOM, Karos, Klaxit, Ouihop et Roulez Malin). «Les deux premiers jours de grève en avril, on a eu plus de 11 200 comptes crées. Depuis entre 3 000 et 10 000 comptes sont crées chaque jours sur Blablalines» indiquait on à Blablacar qui en a profité pour lancer BlablaLines pour les petits trajets entre 20 et 80 km  : «60 % des trajets de Blablalines sont réalisés en Île d France depuis les grèves. Avant c’était 40 %».

  • FACE A UN DEBUT DE GREVES PERLEES ET DE GALERES, LE DEPUTE DE VANVES DENONCE LA GREVICULTURE

    Après ce week-end de Pâques, les vanvéens vont vivre une semaine de gréves et de galères, peut être moins que d’autres, car même s’ils ont pu souffrir de retours perturbés par un début de gréve, hier soir, ils n’auront pas à prendre de transports dépendant de la SNCF, sauf pour les habitués de la ligne Paris Montparnasse. D’ailleurs leur député, Gabriel Attal,  porte-parole de LREM était hier dans la Matinale de France Inter (alors que Sophie Cluzel, ministre des Handicapés était sur Europe 1 à l'occasion de la journée sur l'autisme)  s’est exprimé sur cette gréve en assurant qu'il ne «comprenait pas cette grève» alors que les réformes de la SNCF ont été annoncées depuis un certain temps ». Il a même utilisé une expression qui commence à faire du buzz invitant  à « sortir de la gréviculture » : « La grève a été annoncée avant même que le plan du gouvernement ne soit dévoilé. Il y a une opposition de principe, un conservatisme face à une réforme qui sera «votée, adoptée ». Il a expliqué ne pas comprendre la grève à la SNCF qui va « être dure pour les Français sur une réforme  annoncée depuis un certain temps, l'ouverture à la concurrence a été actée en 2015 et il n'y a pas eu de mobilisation à cette époque, et alors qu'il y a eu des concessions annoncées par la ministre des Transports,  puisque cela ne sera pas ordonnances- Il y a un calendrier nouveau – et sur la portabilité des droits des salariés -  c'est important ce qui a été annoncé -  avec un sac à dos social  pour les cheminots pouvant être transférés dans de nouvelles sociétés reprenant des lignes », a insisté Gabriel Attal.

    Il est à noter que la Région Ile de France  a très bien réagie en travaillant depuis plusieurs semaines sur des alternatives pour réduire la galère des voyageurs notamment en incitant au télétravail - Valérie Pécresse a rencontré les directeurs de ressources humaines de grands groupes travaillant en IDF pour les inciter à augmenter le télétravail dans leurs entreprises comme la  région le fait avec ses agents mis en télétravail deux jours par semaine et en affichant sur son site internet une carte de 600 lieux offrant cette possibilité - et en  instaurant le covoiturage gratuit avec huit partenaires. Elle a même lancé un appel à la solidarité citoyenne : «il nous faut des conducteurs qui seront remboursés sur la base de dix centimes du kilomètres, et pour les passagers ce sera gratuit (...) Donc je demande  à tous les franciliens qui se préparent à la grève et qui savent à quel point ça va être la galère, de s'inscrire sur les plateformes des huit sociétés de covoiturage»

  • VANVES ET LA REGION ILE DE FRANCE : LES TERRAINS SYNTHETIQUESAU CŒUR DES DEBATS

    Il s’est passé quelque chose d’intéressant au conseil régional cette semaine concernant les terrains synthétiques de sport. Valérie Pécresse, présidente de la Région a  retiré la subvention prévue pour un terrain Garges-les-Gonesses, à la demande de deux groupes politiques, les écologistes et les communistes. Vanves est concerné dans la mesure où son parc municipal des sport a désormais deux terrains synthétiques, l’un ancien méthode polluante (terrain Y.Saccard), l’autre nouvelle méthode plus cher mais sécurisé (terrain d’honneur). Encore que certains vanvéens en doutent.

    Alerté depuis quelques mois par plusieurs études scientifiques de qualité et des enquêtes de presse, les élus de ces deux groupes  politiques n’ont cessé de mettre en garde l’exécutif régional quant aux dangers des terrains synthétiques construits avec des granulés noirs issus de pneus usagés, car ces petites billes noires contiennent près de 190 composants cancérigènes. «Ce sont des millions de Franciliens et principalement des enfants et des jeunes qui sont concernés. Notre responsabilité en tant qu’élu n’est pas d’être alarmiste, ni de minimiser, mais d’agir avec une double responsabilité : protéger nos concitoyens et conduire des politiques publiques conformes à la protection de la santé» expliquait l’un des ses représentants. Auquel a répondu la présidente de région :  «La Région veut organiser un vrai rattrapage en matière d’équipement sportif. Mais j’en mesure tous les enjeux en matière de santé publique. J’en ai saisi Agnés Buzin, ministre de la Santé» a-t-elle indiqué en annonçant «qu’en raison du principe de précaution, on a suspendu cette aide et on respectera ce moratoire sur le financement de ces terrains institué en Novembre 2017».

    Les écologistes ont demandés que la Région  sensibilise les Maires à l’utilisation d’autres matériaux moins dangereux. En ne révisant pas son dispositif, la Région, comme l’Etat qui n’a pas pris position, se rendraient coupables d’accompagner la poursuite de construction de terrains dangereux pour la santé de nos enfants. «Qu’attend la Région pour lancer une campagne d’information auprès des familles, des sportifs et des collectivités sur les bons gestes à adopter au contact de ces terrains ? Les terrains synthétiques fabriqués à base de pneus recyclés contiennent des taux de produits cancérigènes 10 à 2000 fois supérieurs aux normes européennes en vigueur pour les jouets d’enfants» s’inquiétait un écologiste