Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ile de france mobilités

  • VANVES SENSIBILISE AU CONVOITURAGE EN PREVISION DE LA GREVE DU 5 DECEMBRE

    Le maire de Vanves, comme tous ces collègues franciliens,  a dû recevoir ou devrait être destinaire d’un dossier sur le co-voiturage avec une lettre de Valérie Pécresse expliquant les modalités mis en place par Ile de France Mobilités pour soutenir ce mode de transports et inciter leurs administrés à y recourir. «La gréve du 5 Décembre dans les transports pourrait permettre à la Région de vaincre la barrière psychologique concernant le covoiturage» a indiqué Valérie Pécresse lors d’une conférence de presse sur la stratégie régionale pour l’environnement, qui citait le chiffre de 30 000 covoiturages par mois. «La région a mis en place des moyens importants d’informations et d’explications notamment en direction des maires qui ont reçu un courrier» a-t-elle ajouté.

    Contrairement à la gréve de décembre 1995 qui sert de référence, où les parisiens et les franciliens n’avaient pas d’alternatives, que l’auto-stop, plus de vingt ans aprés il en existe avec Vélib’, Véligo location, le plus grand service de location de VAE au monde, lancé en Septembre dernier par la Région, sans compter les flottes de free floating et le covoiturage. L’objectif de la Région est de franchir le pas de la mobilité partagée, en ayant,  avec Ile de France  Mobilités (IDFM), lancée en 2017, l’opération «Tous ensemble pour le covoiturage», pour soutenir le covoiturage domicile-travail. IDFM a même rendu ce mode de transport quasiment gratuit, car il permet à chaque francilien titulaire d’un pass Navigo, inscrit sur l’une des 8 plateformes de covoiturage partenaires de l’opération, à travers le site ou l’application, de ne rien payer. Ainsi pour les passagers, 2 trajets sont offerts par jour pour les abonnés Navigo annuel. Pour les conducteurs, une indemnité kilométrique de 1,50 à 3 € par trajet et par passager en fonction de la distance parcourue. Jusqu’à 150 € par mois pour les conducteurs covoiturant chaque jour sur le domicile-travail. Enfin, la gratuité du covoiturage est prolongée en cas de pics de pollution et de perturbations majeurs dans les transports, grâce à une subvention de 4 € par trajet. D’ailleurs  la grève SNCF sur l'axe Atlantique a fait s’envoler les réservations de dernière minute  pour les cars ou le covoiturage, avec deux fois plus de trajet pour Blablacar

  • AVEC L’ARRIVEE DU 59 A VANVES LE 20 AVRIL, C’EST TOUT LE RESEAU DE BUS PARISIEN QUI CHANGE

    La nouvelle ligne 59 qui dessert Vanves  - Elle a été inauguré par une conférence de presse de la RATP et Ile de France Mobilités mardi dernier mais le sera  aussi  samedi matin par les élus de Vanves qu’a invité le Maire par mail - fait partie des 5 nouvelles lignes créées à l’occasion de la restructuration du réseau de bus parisiens qui entre en vigueur Samedi matin, avec une cinquantaine de modifications et prolongement de lignes, avec la création de 287 nouveaux arrêts de bus et 4000 points d’arrêts impactés, de nouveaux couloirs de bus pour améliorer la vitesse commercial et rendre attractif les bus. Il n’avait pas évoluée depuis 70 an. Il était devenu nécessaire de rééquilibrer le réseau à Paris et en petite couronne, desservir des quartiers qui ont évolués démographiquement et développés sur le plan urbain aux franges de la capitale, en multipliant les liaisons avec la banlieue, alors que les bus parisiens s’arrêtaient aux portes de la capitale, et notamment les gares du Grand Paris Express comme ce sera le cas avec la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart avec le ligne 59. Il a fallu 3 ans d’une large concertation avec les associations d’usagers, le grand public et les collectivités locales avec 21 réunions publiques, 57 Cahiers d’Acteurs, 2000 avis de voyageurs»

    Rappelons que ce réseau de bus parisien a été conçu durant l’après-guerre, de 1945 à 1951, pour remplacer l’ancien réseau de tramway, dont la circulation s’était arrêtée en 1938. Il a été pensé comme complémentaire du plan métro de 1948, afin de desservir les quartiers non couverts par le réseau souterrain, mais aussi en «superposition» du métro sur les axes majeurs, afin de permettre aux voyageurs qui ne prenaient pas le métro de rallier les pôles principaux. La numérotation des lignes parisiennes reflète d’ailleurs cette conception commune. Ainsi, les numéros 1 à 19 étaient réservés aux lignes de métro, et les lignes 20 à 99 aux lignes de bus parisiennes. Pour les lignes qui desservent la banlieue, la numérotation passe à trois chiffres. Les numéros des lignes de bus parisiennes dépendent de l’itinéraire du bus. Le chiffre des dizaines indique l’origine des lignes dans Paris, et le chiffre des unités indique la destination aux portes de Paris. Par exemple, la ligne 38 relie la Gare du Nord (3) à la Porte d’Orléans (8). Ces dernières années, l’offre de bus a augmenté dans Paris, avec une hausse du nombre de bus circulant en heures de pointe et en heures creuses, une extension des horaires, la création de services de soirée et de week-end, pour accompagner l’évolution des modes de vie. Cependant, depuis les années 1950, la structure du réseau n’avait que très peu évolué : le nombre de lignes était resté presque constant, et seuls quelques prolongements ou légères modifications d’itinéraire ont eu lieu. Pourtant, en parallèle, la démographie parisienne avait changé : c’est ce qui a expliqué le besoin de réorganisation du réseau.qui entre en vigueur ce week-end de Pâques

  • UNE NOUVELLE LIGNE DE BUS CIRCULERA A VANVES SAMEDI MATIN : LE 59 ATTENDU DEPUIS PLUS DE 90 ANS

    L’un des effets du vaste plan de restructuration du réseau de bus parisien dans la métropole du Grand Paris qui entre en vigueur dés samedi matin, sera la circulation d’une nouvelle ligne de bus sur l’axe nord-sud à Vanves : la ligne 59 attendue depuis plus de 20 ans comme l’a indiqué Bernard Gauducheau, maire de Vanves, qui participait à une conférence de presse d’Ile de France Mobilités et de la RATP, hier matin, de présentation de cette nouvelle ligne, dans un de ses bus qui a circulé entre la place Denfert Rochereau et Vanves. « Ce sera un  jour mémorable pour Vanves qui l’attend depuis 20 ans. Preuve que lorsqu’il y a une volonté politique, on arrrive à cette liaison entre la gare de Clamart /Clos Montholon et la porte Brancion. C’est une bonne nouvelle pour Vanves qui est déjà bien desservie avec déjà 4 lignes de Bus, un métro (ligne 13), un transilien sur la ligne N (Paris-Montparnasse), Vélib….Et maintenant sur un axe détermimant Nord-Sud ». La cerise sur le gâteau  

    Cette nouvelle ligne 59 reliera la gare Transilien/Grand Paris Express de Clamart à la place d’Italie sur un trajet qui a fait l’objet de longues concertations avec les élus qui n’ont pas toujours fait des heureux, surtout dans le XIVe arrondissement qui souhaitaient qu’elle desserve leur mairie et ont été en bute à l’hostilité de riverains et de commerçants. «On touche là du doigt les difficultés d’une restructuration. Un réseau de bus est une réponse à un instant T. Mais cette ligne ne sera figée pour 70 ans/ Il y aura des évolutions !» indiquait un administrateur d’IDF Mobilités. Les élus de Clamart n’ont pas eu satisfaction, eux aussi, car ils souhaitaient que cette ligne aille jusqu’à l’hôpital Percy alors qu’elle s’arrête au niveau de la gare SNCF/Transilien et le siége de la gendarmerie nationale

    Cette ligne devrait assurer 32 services durant la journée grâce à une quinzaine de bus électriques avec 6 arrêts à Vanves : Clos Montholon avenue de la Paix, Stade et Rue de Chatillon rue Larmeroux, Diderot rue Raymond Marcheron, Insurrection et Jean Jaurés/Jean Bleuzen dans la rue J. Bleuzen, avec un arrêt commun à la ligne 95, Adophe Pinard prés du Pont SNCF porte Brancion. Finalement il longera la ligne 13 jusqu’à Gaîté, rue Raymond Losserand dans un sens rue Vercingétorix dans l’autre, puis la rue Froidevaux le long du cimétiére Montparnasse, la place Denfert Rochereau, le boulevard Arago, l’avenue des Gobelins, la place d’Iralie 

    Ainsi dans sa partie vanvéenne, cette ligne 59 ressuscitera une ligne de tramway qui descendait de Clamart vers Vanves, empruntait cet axe Nord-Sud pour filer vers l’Hôtel de Ville de Paris entre 1877 et 1927 Ligne dont le blog a parlé lors de l’évocation du centenaire de la 1ére guerre Mondiale à Vanves, car elle avait été victime des conséquences de la guerre avec la suppression d’un terminus intermédiaire qui existait place de l’insurrection à Vanves, fort pratique, car il permettait aux vanvéens d’être assuré d’avoir une place, et du manque de personnel dû à la mobilisation. La compagnie Parisienne de tranway chargée de son fonctionnement avait fait appel aux femmes pour remplacer les hommes pour conduire ces trams, contrôler les passagers, mais aussi de la crise du charbon qui l’obligeait à exercer un service restreint. Ainsi Vanves retrouve,  92 ans après, une nouvelle ligne non pas de tranway mais de bus électrique descendant de la gare de Clamart pour rejoindre Paris en reliant le Clos Montholon au reste de la ville demandé depuis longtemps par ses habitants