Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EVENEMENT

  • UN ETE A VANVES ENTRE PANNES D’ELECTRICITE ET CAMBRIOLAGES

    A croire que l’été à vanves, est marqué par les pannes d’électricité : Souvenez-vous de l’été 2018 marqué par cette panne provoqué par l’incendie d’un poste RTE de le long de la ligne Paris Montparnasse à Issy les Moulineaux, ou de la panne du poste signalisation en gare de Vanves/Malakoff en 2017 qui avait bloqué la gare Montparnasse en plein chassé croisée de Juillet/Août. Là c’est une ligne à haute tension HTA qui a provoqué une coupure d’électricité à la fin du long week-end du 15 Août, mettant dans le noir pendant quelques minutes à quelques heurs le dimanche soir lorsque ce n’était pas jusqu’au lendemain certains secteurs de Vanves et d’Issy les Moulineaux. Enedis a dû intervenir pour réparer en creusant une tranchée dans la rue Sadi Carnot entre Danton et J.Jaurés dans la nuit du 21 au 22 Août. Mais ce n’était pas suffisant à cause de la vétusté du réseau et sûrement de la canicule,  puisque d’autres coupures se sont déroulés, toujours sur Plateau dans les jours qui ont suivis.

    Malheureusement, l’été est aussi marqué par les cambriolages. Le Parisien faisait état, en Août, d’un cambrioleur qui a dévalisé 70 logements grâce aux clés dans les boîtes aux lettres dans le XVe arrondissement et à Vanves notamment au domicile d’un ministre. «Équipé d'une clé passe-partout similaire à celle des facteurs, un quinquagénaire ouvrait les boîtes aux lettres des immeubles de la capitale pour y récupérer les clés de logements et les cambrioler» indiquait ce quotidien du matin. Heureusement, il a été appréhendé par la police et incarcéré. Mais cette affaire montre bien que le nombre de cambriolages a fortement augmenté dans Paris et les communes riveraines comme Vanves, Les vols avec effractions ont augmentés de 16 % dans le Grand Paris en 2018. Une polémique s’est d’ailleurs développée au moment des départs en vacances lorsque la maire de Paris et les élus du Conseil de Paris ont dénoncé l’attitude de la préfecture de police qui a préféré mettre des effectifs pour lutter contre les exactions des gilets jaunes que pour assurer la sécurité des grands parisiens. D’où cette augmentation des faits délictueux dans l’agglomération parisienne

  • VIOLENCES DES GILETS JAUNES A PARIS : BEAUCOUP DE VANVEENS REAGISSENT

    Les vanvéens ont été marqués bien sur par ces violences de ce 18e samedi de manifestation des gilets jaunes, plusieurs boutiques (91), trois kiosques et des restaurants dont la célébre brasserie Le Fouquet, ayant été saccagé. «C’est mettre 30 à 40 personnes au chomage technique ! Elle va devoir fermer plusieurs jours pour tout remettre en état » se désolait le patron du Tout Va Mieux en regardant les images de BFM le dimanche maton. Des clients ont été très choqué par cet incendie avec cette femme et son bébé «coincés au deuxième étage» qui ont été sauvés par les pompiers, parti d'une banque au rez-de-chaussée» comme le relevait cette cliente habitué du thé du matin.

    Un vanvéen vit ses événements chaque samedi en direct puisqu’il est l’un des commissaire du Comité de la Flamme à l’Arc de Triomphe, présent au ravivage de la Flamme à 18H30, auteur de cette photo de deux vabs plantés devant la dalle du soldat inconnu pour protéger ce lieu sacré. «Depuis le 1er décembre, la police a compris, tout le pourtour de l’Arc de Triomphe est bouclé pard es véhicules de police avec des barrières» témoigne Paul Guillaud, président de la Section UNC de Vanves. D’autant plus  que ces insurgés voulaient non seulement encercler l’Elysée, mais ils visaient aussi l’Arc de Triomphe  qui, à un moment donné a été assailli avec force gaz lacrymonéges envoyés par les forces de l’ordre pour le protéger

  • JEAN CLAUDE ABECASSIS, PRESIDENT DE L’ AMICALE DES PIEDS NOIRS DE VANVES : « Mon souhait est que l'Algérie , ce très beau pays où j'ai vécu une adolescence heureuse, s'ouvre davantage au monde !

    A l’occasion de l’assemblée générale de l’amicale des Pieds Noirs, aujourd’hui, il sera question bien sûr de l’algérie aujourd’hui en ébullution avec ces manifestations contre un cinquiéme mandat d’Abdelaziz Bouteflika  Parmi ses pieds noirs, beaucoup  espére que ce printemps algérien ne se terminera comme ailleurs. Ils ont été étonné par cet aspect pacifique extraodinaire de la contestation, malgré des expressions violentes sur Bouteflika et surtout  son frére cadet. «Cette révolution est faite par des jeunes qui ont moins peur que leur ainés !» constatait sur une chaîne d’infos un  témoin de ces manifestations à Alger. «C’est un une génération qui a perdu sa jeunesse ! Mais un jour viendra !» expliquait sur LCP cette semaine l’un  de ses jeunes algériens lors de la précédente élection présidentielle pour un  quatriéme mandat  qui avait été alors contesté mais avec moins d’ampleur qu’aujourd’hui.

    Le Blog Vanves Au Quotidien a sollicité jean Claude Abécassis, président de l’Amicale des Pieds Noirs de Vanves qui a donné son avis personnel, sans chercher à jouer le porte parole des pieds noirs, sur la situation en Algérie 

    Vanves Au Quotidien – Comment vit un pied noir,  les événements qui secouent l’Algérie comme nous le voyons actuellement à propos du cinquiéme mandat d’Abdelaziz Bouteflika ?

    Jean Claude Abecassis : « C'est avec intérêt que je constate que la jeunesse algérienne nombreuse se préoccupe sérieusement de son avenir et qu'elle n'hésite pas à se rebeller contre un pouvoir absolu incapable semble-t-il, d'apporter une solution pérenne au problème du chômage très important notamment  chez les jeunes souvent très diplomés et ce malgré la richesse tirée des gisements pétrolier et gazier.  Il a suffi que le président BoutéfliKa, malade, absent physiquement de la scène politique algérienne depuis 2012 dont il faut encore le rappeler en est le premier personnage, annonce sa candidature pour un 5eme mandat pour soulever spontanément le mouvement que l'on voit s'étoffer depuis maintenant 4 semaines

    Après plus de 3 semaines de manifestations massives d'étudiants de lycéens et de professions diverses et variées dans les plus grandes villes, le retrait annoncé dans un court message de sa candidature a été accueilli , dans un premier temps, comme une victoire. Mais le report sine die des élections qui devaient se tenir le 18 avril 2019 avec prolongation de facto de la présidence Bouteflka a, malgré le remaniement du gouvernement et la promesse d'une nouvelle constitution, semé le doute .Les algériens apparemment ne sont pas dupes, qui manifestaient encore massivement vendredi en exigeant le départ sans condition de leur président. Il nous faut encore attendre pour juger de l'évolution de la situation en espérant que la sagesse l'emportera malgré une inquiétude palpable .

    VAQ - Qu’est-ce qui vous a marqué dans ce soulévenement populaire mené par tous cette jeunesse algérienne ?

    J.C.A. : « La détermination de cette jeunesse souvent diplomée au chômage, le côté pacifique des manifestations de part et d'autre" manifestants et forces de l'ordre", la lucidité des manifestants après le renoncement du président Boutéflika ont révélé une grande maturité de cette jeunesse.Une page de l'Histoire de l'Algérie semble se tourner à travers ce mouvement de fond d'une jeunesse qui veut prendre en main son destin.

    VAQ – Qu’est-ce que vous craigniez ?

    J.C.A. : La crainte, par dessus tout , l'arrivée au pouvoir des islamistes au prochaines élections !Mon souhait que l'Algérie , ce très beau pays où j'ai vécu une adolescence heureuse, s'ouvre davantage au monde et au tourisme à l'instar des 2 autres pays du Maghreb que sont le Maroc et la Tunisie