Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sports

  • COUPE ILE DE FRANCE : EXPOGRAPH VANVES BAT US METRO

    C’est par une après-midi ensoleillée mais très froide, samedi dernier,  que les équipes de l’US Métro et l’AS Expograph se sont affrontées sur la pelouse très collante de La Croix de Berny à Antony dans le cadre de la Coupe d'Ile de France, après 4 semaines sans jouer pour les 2 équipes ! «L’envie était là mais le rythme des 2 équipes n’y était pas trop. L’US Métro ouvre le score après un cafouillage de la défense  d’Expograph.Les vanvéens égalisent après un beau débordement sur la droite de Kalou un centre devant le but dévié par François Gilbert et repris dans l’axe par Greg Fenelon d’un tir rageur sous la barre. 1/1 à la mi-temps. La seconde mi-temps voit Expograph scorer une 2e fois après un tir manqué qui a la chance de prendre le gardien  de Métro à contre-pied la balle roulant tranquillement dans le but. 2/1 pour Expograph.
    La domination des vanvéens est récompensée par un 3e but marqué par Greg Fenelon d’une belle tête sous la barre au 2 e poteau. La messe est dite, les joueurs de l’US Métro n’ont plus la force pour revenir au score
    » commente jean Royer co-président de l’AS. «En coupe ,seul le résultat compte et même si tout n’était pas parfait loin de là, on s’en contentera.. Bravo à tous les acteurs du match qui ont essayé de jouer malgré le terrain très collant En route pour le 5e tour avec un match à domicile enfin!»

  • LA SECTION RUGBY DU STADE DE VANVES PAS CONTENTE DU RETARD PRIS A MICHELET

    Laurent Cazenave-Lacroutz président de la section rugby  du Stade Vanves qui l’a créé en 2013 avec ses fréres, anciens éléves du lycée Michelet qui a une logue histoire avec ce sport, ne tient pas sa langue dans sa poche, lorsqu’il est mécontent, comme l’ont vérifié ses collégues des autres sections lors des comités directeurs : «Alors qu'il nous avait été annoncé que le terrain de Michelet serait prêt pour la fin novembre, la Ville de Vanves vient de nous prévenir qu'il y aurait (encore) un nouveau retard. La date de janvier 2022 a été évoquée. La possibilité d'utiliser le terrain les week-ends avant cette date a été à nouveau mentionnée et nous espérons que le nécessaire sera fait pour que cette possibilité devienne une réalité. Nous espérons un retour rapide de la part du service des sports de la ville sur ce sujet pour pouvoir tenir informée la centaine de familles dans l'attente» écrivait il sur le sitre internet de sa section en regrettant qu’aucune autre solution n'ait été proposée : « Notre club s'est créé et se développe depuis 8 ans sans moyens ni infrastructures dédiées grâce à l'énorme travail totalement bénévole accompli par ses dirigeants et encadrants. Il nous paraît nécessaire que les efforts ne soient pas uniquement de notre fait pour notre projet d'école de rugby : nous espérons que la ville et le service des sports feront aussi leur part».

    Rappelons que cette section rugby a été créée en 2013 et a vocation à accueillir toute personne souhaitant jouer au rugby quel que soit son âge, son niveau ou encore son gabarit. Ses joueurs portent le surnom des «Servals», en référence au félin de la savane africaine. Elle évolue au sein du championnat FFSE et dispute le «Challenge Ile de France rugby FFSE», un sympathique championnat permettant à chaque équipe d'évoluer à son niveau. Depuis cette Rentrée, elle a créé des équipes de jeunes (à partir de 5 ans),  avec l’idée d »’ouvrir une école du rugby, en profitant de la rénovation du terrain de rugby du Lycée Michelet qui devait leur  permettre de bénéficier de plus de créneaux, dans un cadre sportif sain en  privilégiant l’amusement et l’épanouissement de l’enfant plutôt que la compétition à outrance. Mais voilà, des appels d’offres infructueux, la crise sanitaire a  provoqué des retards qui font partie malheureusement des avatars des chantiers publics

  • L’EQUIPE DE BASKET GPSO VANVES EN VOIE DE RETROGRADATION

    Que ce soit dans le journal Le Parisien que sur les réseaux sociaux, il a été fait état d ’une rétrogradation de l’équipe de basket GPSO Vanves alors  qu’elle était maintenu en Nationale 1 (NM1) à la fin d’un championnat écourté pour raisons sanitaires,  la Fédération française de Basketball (FFB) ayant annulé la seconde phase du championnat, avec les playoffs et les playdowns.  Elle devrait chuter d’une division du fait de moyens financiers, réduits,  la mairie ayant décidé de baisser sa subvention.

    Des signes avants-coureurs avaient laissé se dessiner un tel scénario. Et notamment lors du dernier conseil municipal du 27 Mars. Pierre Toulouse (ELLV) s’était interrogé sur la pérennité de la subvention versée à  GPSO Vanves Basket alors que le président de l’intercommunalité s’est tournée vers le Club de Levallois, et que les résultats ne sont pas mirobolants, ayant perdu ses 14 derniers matches. «Il faudra clarifier les choses concernant l’équipe de basket » avait laissé entendre le maire  avec sa maire adjointe chargée des sports,  A.C. Cahen. Il n’avait caché, ses derniers temps, montré sa volonté d’apporter quelques modifications dans la politique sportive de la ville et de d’en savoir plus sur la façon dont la subvention versée par la ville au Stade de Vanves, est répartie entre les sections. Une réunion s’est déroulée voilà une quinzaine de jours. Elle aurait été particulièrement orageuse entre les dirigeants du basket et le maire avec son adjointe qui n’aurait pas pipé un mot de la réunion. Certains au Stade de Vanves commence à regretter Maxime Gagliardi qui a été un maire adjoint des sports fort apprécié lors des mandats municipaux précédents. D’autant plus qu’il y a eu deux victimes en moins d’un an de mandat : La section boules lyonnaises qui a été éjecté de son local, pour y installer des vestiaires. Elle a été mis en stand by en attendant peut être des jours meilleurs. Et maintenant l’équipe première de basket. A qui le tour ?

    Le Stade de Vanves est en pleine tourmente. Ayant terminé dernier de la poule A de Nationale 1 masculine (NM1) cette saison, avec 3 victoires et 23 défaites, cette équipe GPSO Vanves Basket avait été soulagé par la décision de la Fédération française de basketball (FFBB) de ne pas jouer les deuxième et troisième phases, leur permettant de se maintenir dans la division. Il n’en restait pas moins que la situation économique restait problématique et le club était au cœur d'un problème majeur. D’autant plus que dans la foulée, ses dirigeants apprenaient, à travers un simple SMS, que la mairie aurait décidé de baisser la subvention au club. Cette dernière serait divisée par deux et passerait de 150 000 € à 75 000 € pour un budget global d’environ 500 000 €. Une diminution et une absence de soutien qui obligeraient le club à descendre d’un étage pour évoluer en N2 la saison prochaine. «On ne s’y attendait pas. Je peux entendre et comprendre qu’une mairie décide de baisser sa subvention pour un club dans le contexte actuel, mais ce qui nous gêne le plus c’est qu’on n’ait pas eu de réunion pour le moment pour discuter avec les élus. Pour pouvoir défendre notre dossier» confiait au Parisien Fabrice Bouchet, président de la section basket.

    Il est vrai que, monté en NM1 en 2019, le Stade de Vanves a connu deux saisons difficiles en NM1. Sauvé une première fois de la descente grâce au premier confinement en 2020, l'équipe essayait de se maintenir tant bien que mal cette saison. Ce problème de subvention pourrait tout changer pour le club qui perdrait alors des joueurs importants. Un départ était déjà connu, avec Raphaël Desroses, qui a terminé sa carrière après cette saison 2020-2021. «On a plein d’idées avec la volonté de multiplier des actions et des événements dans la ville, la situation n’est pas désespérée» pensait Fabrice Bouchet avant la réunion. Mais dés le début, avec cette montée en NM1, la création d’une équipe GPSO Vanves Basket en lien avec le projet d’une équipe commune aux villes de Boulogne et de Vanves était plombée pour une simple raison : l’opposition du maire tout simplement parce qu'il n'en avait pas pris lui-même l'initiative, ou qu’on ne l’en avait pas tenu au courant en amont avant de ce projet ne lui soit présenté tout ficelé. Des oppositions au sein du stade de Vanves, avec quelques comités directeurs très chauds, les répercussions financières de la crise sanitaire sur les finances communales, les piètres résultats…ont fait le reste.