Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sports

  • IAN LIPINSKI, L’ENFANT DE VANVES ARRIVE 12e SUR 13 SUR LA ROUTE DU RHUM

    Ian et son Class40(cr »édit Mutuel) est arrivée samedi à 4H23 en Guadeloue a passé laligne d’arrivée  en 13e position après 16 jours 14 heures 8 minutes et 46 secondes de course, à  2 jours 11 heures et 06 secondes du brillant vainqueur, Yoann Richomme (Paprec-Arkéa).. « Il y aura de meilleures courses à venir c’est certain ; j’ai malgré tout tenté de profiter ! »

    Sur la distance théorique de 3510 milles (6500 kilomètres) Crédit Mutuel a progressé à la vitesse de 8,9 nœuds. Sur la distance réellement parcourue (fond), soit 4222,3 milles, sa vitesse moyenne a été de 10,6 nœuds. Pénalisé par des incidents techniques survenus au plus mauvais moment, Ian Lipinski a tout donné pour aller au bout de sa première Route du Rhum, sans pouvoir atteindre ses objectifs. Cinq jours après le départ, le skipper du Class40 a connu une avarie de gréement, le contraignant à changer de cap pour pouvoir monter au mât et réparer ces incidents en cascade. Trois jours plus tard, Ian Lipinski avait retrouvé un bon rythme de croisière ; il subissait alors un choc avec un objet flottant non identifié, causant la déformation du profil du voile de quille, ce qui portait atteinte aux performances du bateau. Le skipper Lorientais a tout donné pour obtenir une 13e place honorable dans cette 12e édition de la Route du Rhum – Destination où 17 des 55 concurrents en Class40 ont été contraints à l’abandon.    

    «Pendant trois jours, j’ai réussi à faire la course, puis j’ai eu un problème technique qui m’a sorti du jeu. Après l’avoir accepté et digéré, alors que ça allait être intéressant, dans des conditions parfaites pour mon bateau, j’ai tapé quelque chose aux Açores. La quille était touchée et pendant huit jours, j’ai couru moins vite que prévu. Situation étrange, j’étais enfin dans les alizés après une semaine difficile, c’était plutôt agréable sous le soleil et sous spi au portant… et en même temps hyper frustrant parce que la vitesse n’était pas celle espérée. Je n’ai donc pas pu batailler devant alors que c’était mon objectif initial. IL y aura de meilleures courses à venir c’est certain ; j’ai malgré tout tenté de profiter !» précisait Ian Lipinski à son arrivée au ponton d’honneur.

    Habitué des podiums depuis la mise à l’eau du Class40 Crédit Mutuel en août 2019, Ian Lipinski se projette rapidement vers la suite : les études se poursuivent pour la construction d’un nouveau Class40, fer de lance de la reconduction du partenariat de quatre ans avec Crédit Mutuel Alliance Fédérale annoncé en septembre dernier. The Transat CIC en mai 2024 constituera un premier objectif ; en 2026, la Route du Rhum conclura le deuxième programme sportif de Crédit Mutuel et de son skipper. Riche d’enseignements, la 12e édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe qui s’achève a permis à Ian Lipinski et l’architecte David Raison d’étudier la concurrence et les moyens à déployer pour lui répondre. « Il faudra sans doute revenir sur des choix de gréement que j’avais faits, et sur l’ergonomie du bord, qui est très bien, mais qui peut encore être améliorée », précise Ian Lipinski.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    Des échos très sportifs sur des galéres,  normal après un week-end riche en rencontres à Vanves. A Noter un reportage sur la jeune équipe U2 football du stade dec Vanves dans le journal de 20H de France.

    ROUE DU RHUMN : C’EST REPARTI

    «Malgré sa perte de potentiel, Ian avance un tout petit peu plus vite que les bateaux qui sont dans ses alentours. Laissons-le grignoter : le skipper du Class40 doit avoir la fringale» indique Sébastien Picault, son directeur technique, l’enfant de Vanves qui participe à la route du Rhum. « Ian Lipinski et son Class40 Crédit Mutuel crapahutent à travers les alizés au grand galop depuis Dimanche, et plus particulièrement depuis la nuit de dimanche à lundi. Les alizés sont bien au rendez-vous, gonflés d’un peu plus de 20 nœuds. À quelques variations-près, Ian sera soumis au même régime jusqu’à l’arrivée à la Tête à l’Anglais, l’îlet au nord de l’île de Basse-Terre. Il a encore 1150 milles à parcourir, mais l’avancée va bon train. Il a grignoté une place, devançant Nicolas d’Estais avec qui il faisait  route, à distance, le skipper de Happyvore – Café Joyeux naviguant dans le sillage du groupe de tête, à 250 milles de là».  L’option très sud prise par le skipper du Class40 Crédit Mutuel semble donc avoir ses vertus. Il, progresse au mieux de ce que lui offre son bateau endommagé. Et, puisque sa vitesse semble être établie à une quinzaine de nœuds, il devait franchir la barre symbolique des 1000 milles restant à parcourir au début de soirée d’hier.

    EXPOGRAPH  VANVES :ECHEC ET MAT…POUR L’INSTANT
    «Nous savions que le chemin serait long et nous en avons eu la preuve aujourd’hui. Dominer n’est pas gagné» constatait ce week’end  Jean Royer, co-président de cette AS vanvéenne après sadéfaite (1/2) en 32e de finale. «L’ouverture du score à la 2e minute laissait présager un match facile qui s’est transformé en coup de grâce à la 88e minute ,sur un coup franc pleine lucarne. Elm Leblance a transformé le peu d’occasion  qu’il s’est procuré alors que pendant toute la seconde mi-temps nous avons eu droit à une attaque défense dans le camp du pensionnaire de R2 qui s’accrochait par  tous les moyens. Ils ont réussi bravo à eux» commentait il en ajoutant : «Retenons la leçon et gardons nos objectifs sur 3 ans, même si ceux qui nous veulent du bien !!!!chantent en ce moment. La bête Expograph est blessée mais ne l’enterrez pas trop vite Messieurs.! Elle saura renaître de ses cendres»

  • DES NOUVELLES DE L’ENFANT DE VANVES SUR LA ROUTE DU RHUM

    «Après trois bonnes grosses journées de course, les leaders de la Route du Rhum - en Class40 - ont découvert un plaisir nouveau, dont ils doivent s’empresser de profiter : ils naviguent vent de travers ! Après avoir, en Manche comme durant toute la traversée du golfe de Gascogne, grignoté du terrain en avançant au près, dans une mer presque aussi rugueuse qu’un deuxième ligne sud-africain, les solitaires exploitent du vent portant dans une mer un peu moins hachée. Qu’ils ne se réjouissent pas trop vite : l’arrivée dans les parages d’une nouvelle zone dépressionnaire va leur imposer de naviguer face au vent une nouvelle fois dans cette journée de dimanche» indiquait la direction de la course en solitaire dimanche.

    «Les routages nous font toujours passer dans l’ouest de l’anticyclone des Açores, mais je pense rester sur la 1e idée, qui est d’aller chercher les alizés, ce qui ne sera pas simple parce qu’il faudra traverser une belle dorsale dans l’est de l’anticyclone» indiquait Ian lipinski (sur la photo) qui ajoutait «Ça pulse à plus de 30 noeuds sur le Class40». Chez les leaders de la Class40, la distance déjà parcourue était plus de 614 milles au classement pour Ian Lipinski, 6e samedi matin, soit 965 kilomètres. «Une Route du Rhum, c’est des bras, la tête et de la mécanique. Tout est sollicité dans le même temps. Chaque effort fourni gère la situation de l’instant et nourrit demain. Chaque mille que Ian conquiert aujourd’hui a une incidence sur les milles de demain, après-demain, la semaine prochaine».