Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVES ET LE GRAND PARIS

  • VANVES PIEGE PAR VELIB ET LES OFFRES DE « FREE FLOTTING » ?

    Isabelle Debré, vice président Mobilités du Conseil Départemental des Hauts de Seine a eu l’occasion d’apporter aux élus qui siegeaient Vendredi dernier pour voter le budget 2018, une précision importante concernant la mise en place du nouveau service de Vélib par Smovengo à partir du 1er Janvier 2018 qui pose quelques soucis. D’autant plus que dans  le même temps, plusieurs offres de locations privées dites « Free Flotting » inexistantes en 2007, au moment de la création de Velib, sont aujourd’hui présentes sur le marché avec notamment Gobee Bike, oBike, Ofo.

    «On n’a pas le droit, à partir de l’instant où vous avez plusieurs acteurs en concurrence sur le marché, de subventionner l’un d’entre eux quel qu’il soit. Et je ne veux pas être condamné pour avoir soutenu l’un d’entre eux. Je ne peux pas sur la voie publique, faire une discrimination parmi les usagers de la voie publique, exonérer tel entrepreneur et pas un autre » a précisé Patrick Devedjian, président du département,  pour justifier la redevance d’occupation du domaine public que devront payer tous ces opérateurs aux Hauts de Seine  lorsqu’ils installeront une station sur une voie départementale, ce qui est le cas pour deux stations vélib sur l’axee J.BLeuzen-R.Marcheron et Larmeroux

     « Le département ne veut pas soutenir un service dont la plus value par rapport à l’offre privée, manifestée lors de création du nouveau service vélib’, n’est aujourd’hui, plus démontrée et ne peut exister sans une dépense publique élevée. Ce mode économique souffre de décisions biaisées et unilatérales de la ville de Paris prises lors de la conception de Vélib/AutoLib Métropole. Le service Vélib exerce une activité commerciale et concurrentielle, ce qui pose par ailleurs la question de la justification des aides publiques directes ou indirectes liées à l’éxonération notamment de la redevance d’occupation du domaine public -  On ne peut pas le faire pour l’un et pas pour les autres  - qui distourne la concurrence et constitue un frein à l’essor des offres privées qui pourraient répondre aux besoins de plus de flexibilité. Le département ne souhaite pas s’engager de manière plus importante dans un service dont la compétitivité est artificiellement entretenue par le soutien public dont il bénéficie.  La mairie de Paris est en train de réfléchir à ce propos, car elle ne veut plus que ses deux roues, vélos et motos, ne puissent plus  se garer sur le domaine public s’il n’y pas d’aménagements spécifiques» a répondu Isabelle Debré, vice Présidente Transports.

    Elle n’a pas cachée avec son collègue PC Baguet qu’on assiste à un emballement et que les communes se retrouvent piégés avec d’un côté Vélib, Gobee Bike, oBike, Ofo,  les chinois envisageant de mettre 1000 vélos en service d’ici la fin du mois de décembre sur Paris et les villes limitrophes, en libre service commandés par lphone, et de l’autre des systèmes comme City Scoot ou même tes trotinettes de la RATP

  • AUCUNE OPERATION D’INTERET METROPOLITAIN SUR LE TERRITOIRE DE VANVES

    Le Conseil Municipal a constaté officiellement qu’aucune opération existante sur le territoire de Vanves ne relève du critère d’intérêt métropolitain, et n’est donc pas susceptible d’être transférée à la MGP ou à GPSO. Cette délibération était importante dans la mesure où à partir du 1er Janvier 2018, sont transférées à la MGP toutes les opérations d’aménagements importantes, portant sur une portion significative du territoire communal ou lorsque l’opération vise à assurer une combinaison complexe d’activités et d’affectation diverses (logements, bureaux, commerce…)

    Cette question  de l’intérêt métropolitain en matière de développement de l’espace métropolitain a fait l’objet d’âpres débats et tractations jusque tard le soir à la veille du conseil métropolitain du 8 Décembre dernier  pour dégager un consensus et arriver à une délibération équilibrée. Il s’agissait d’ éviter que tous les projets d’aménagement  (ZAC) remontent à la MGP dés le 1er Janvier 2018, et que finalement les maires gardent la main sur les projets de leur territoire.  Ainsi  un grand projet d’intérêt national comme la future piscine olympique des JO de 2024 dans le 9.3 (ZACdes Stocks) est reconnu d’intérêt métropolitain. «Les maires et Les EPT sont soucieux de veiller à l’intérêt de leur territoire. Si on veut affirmer cette MGP comme une coopérative de maires, il faut les respecter ! » a demandé Patrick Brouazec (FG/PC) président de Plaine Commune, territoire sur lequel est situé la ZAC de Docks. « Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait des maires qui aient la volonté de sacrifier leur territoire à une super-structure ! » .

    Du coup les maires ont convenu d’arrêter un pacte de bonne conduite, une charte qui permettra de définir les lignes de partages entre les communes, les territoires et la MGP. « Il est légitime de demander des garanties. Tous les élus sont légitimes quelle que soit la taille de leur commune. Personne ne remet en cause la centralité parisienne, mais cette métropole ne peut se construire que sur le polycentrisme. Il faut prendre en compte la spécificité de chaque territoire pour construire la métropole» ajoutait P.Braouzec. Pas facile de faire métropole

  • VANVES AUX PREMIERES LOGES DU JURY « INVENTONS LA METROPOLE »

    La Métropole du Grand Paris (MGP) a lancé en début de semaine dernière, les premières sessions du jury «Inventons la MGP». Plus de 200 heures d’audition sont prévues par le jury à travers une cinquantaine de réunions au siège de la Métropole jusqu’au 12 Octobre. Elles se tiennent sous la présidence de Patrick Ollier, président de la MGP, avec Patrick Braouzec, Daniel Breuiller, Eric Cesari, Daniel Guiraud, Valérie Mayer-Blimont, Jacques JP Martin et le maire de Vanves qui va être très occupé jusqu’au 17 Octobre, en présence des maires des communes concernées, des présidents des territoires, de représentants de l'Etat et de la Société du Grand Paris(SGP). 

    Les 153 groupements finalistes, soit environ 2000 personnes, vont se succéder sur une période d’un mois pour présenter leurs projets devant renforcer l’attractivité métropolitaine Ainsi, le 18 septembre dernier, pour commencer, le jury avait reçu les groupements finalistes pour les sites Tartres Nord (Pierrefitte/Stains), Yves du Manoir (Vaucresson) et du Marché aux puces / CAP Saint-Ouen (Saint-Ouen). Pour rappel, les 56 projets génèreront des investissements estimés à 6,4 milliards €, soit un point de PIB métropolitain, et permettront de bâtir 2,6 millions de m2 de bureaux, logements, espaces de loisirs et d'équipements publics. «Son succès reflète l'attractivité croissante de la Métropole du Grand Paris et la positionne au rang des métropoles mondiales les plus attractives» indique Patrick Ollier

    Rappelons qu’à l'issue de l'appel à projets, lancé au Pavillon Baltard en octobre 2016, «Inventons la MGP» avait reçu 420 candidatures. Les propositions émanaient de groupements composés d'architectes, de promoteurs et d'investisseurs, parmi lesquelles plus de 326 start-up, associations et PME innovantes. Les 153 candidatures finalistes répondent toutes à un même objectif : apporter des solutions innovantes aux nouveaux usages des habitants de la Métropole. Ainsi, des services mutualisés sont proposés dans la moitié des projets (autopartage, conciergerie partagée, co-living, co-making). Deux tiers prévoient des lieux où se renforcent les liens sociaux, et plusieurs autres réservent un espace à l'agriculture urbaine partagée. Pour certains sites, les candidats ont même imaginé des services innovants, comme la livraison par drone, la station-service proposant des carburants propres, un réseau de minibus à la demande…  .

    Vanves est concerné avec Paris, puisque la porte Brancion fait parti des projets retenus. Trois espaces constructibles avaient été recensés  au niveau des deux dalles nettoyées durant l’été 2016 qui se trouvent au dessus du Périph entre les bretelles de sortie et d’accès, et un terrain situé à Vanves à l’angle L.Vicat/J.Bleuzen. Ce site pourrait accueillir non pas de  l’habitat mais des activités innovantes en lien avec le futur Centre de Congrès international à Vanves (Palais Sud),  des espaces de co-working ou une pépinière d’entreprises, des occupations légéres comme l’agriculture urbaine hors sol. La visite des aménageurs potentiels n’avait guére suscité l’intérêt, l’attention d’un seul d’entre eux, s’est finalement portée que sur  les deux terrains de la porte Brancion qui sont sur le Bd Périphérique pour y installer une pépinière d'entreprise, un équipement sportif … et les  terrains des jeux pour les jeunes sur le territoire vanvéen.