Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • BILAN DE MANDAT DE FLORENCE PROVENDIER AVEC GABRIEL ATTAL

    Depuis quelques jours, un document de 8 pages est distribué tant à Vanves qu’à Issy les Moulineaux dans la 10 circonscription des Hauts de Seine présentant le bilan de mandat de la député LREM Florence Provendier qu’elle a présentée lors d’une réunion publique au centre de loisirs de l’Abbé Derry, tout à côté de Vanves (et du Rosier Rouge) à Issy les Moulineaux, mercredi soir, avec Gabriel Attal bien sûr dont elle était la suppléante avant qu’il ne devienne ministre de la jeuneuse en lançant le service civique, puis porte parole du gouvernement où il a pris du poids (politique) devenant incontournable

    «5 ans se sont écoulés depuis que mon chemin a croisé celui d’Emmanuel Macron qui m’a donné envie de m’engager politiquement. Quelques mois après, j'ai fait la connaissance de Gabriel Attal, une rencontre qui va transformer ma vie. Devenue députée le 17 novembre 2018, ce mandat est un immense honneur, une chance, un défi également» a-t-elle expliquée. «Des année exceptionnelles, pour moi qui vient de la société civile, et pour nous tous marquée par une crise sanitaire sans précédent, qui nous a contraint à adapter nos modes de vies… La pandémie nous a forcé à nous adapter en permanence, avec comme objectifs prioritaires, la sécurité sanitaire de tous, la protection des plus fragiles, la préservation de l’ensemble des acteurs économiques, ainsi que le soutien à la relance pour bâtir le France de 2030 ».

    Elle a commentée ses 8 pages du document, chacune consacrée à un théme : «Œuvrer à un monde plus juste et plus durable », «Les enfantsd ’abord », «Vivre la culture », «Tout est liée » sur sa mission sur le développement durable confiée par le premier Ministre, « France Relace pour construire la France de demain » qui l'occupe beaucoup ces temps-ci…

    «Dans mon travail de député, j’ai voulu également  porter les sujets sur lesquels je me suis engagée depuis des années : la défense des droits de l’enfant et de la jeunesse, l’accès de tous à la culture, et la mise en œuvre des objectifs de développement durable de l’agenda 2030 pour un monde plus juste et plus durable» a-t-elle expliqué en voulant rappeler «les grandes actions réalisées ensemble avec le gouvernement, partager les progrés accomplis, les petits pas comme les plus grandes avancées, et quelques souvenirs qui ont marqué mon mandat »  comme ce voyage en Arménie où elle est allée lors de la guerre du haut Karabagh en Octobre 2020 pour « apporter mon soutien au peuple arménien et témoigner » ; ou cette visite dans un  foyer d’hébergement pour mineurs non accompagnés où des jeunes ont séjournés pendant la pandémie : «Je leur ai apporté un petit cadeau, des masques cousus par des dames de la Croix Bleue Arménienne d’Issy les Moulineaux. Ils étaient super contents. C’était drôle de voir ces masques Winnie l’Ourson portés sur ces grands gaillards. J’aime quand la solidarité s’exprime de la sorte »

    De son côté Gabriel Attal qui s’exprime dans ce document sur son rôle de plus jeune ministre de la Ve République, n’en a pas moins gardé des moments clés du temps où il était député de la circonscription : : Le One Planet Summit  à la Seine Musicale où il avait accueilli le président de La République qui recevait les chefsd’Etat du monde entier : «C’est ici mêle que des actions de financement de la transition écologique et de lutte contre le réchauffement climatique ont été décidé ». L’invitation des enfants de la circonscription dont certains des quartiers populaires  (de Boulogne) à l’Elysée pour la réception des  bleus vainqueur de  la Coupe du Monde en 2018 : «Voir leur enthousiasme, leurs sourires, la fierté de pénérer à l’Elysée, c’était un immense bonheur ». Mais rassurez-vous, ce n’est pas qu’il est ministre, qu’il n’ a pas gardé un pied dans la circonscription, très présent aux manifestations locales, aux conseils municipux de Vanves : «J’y habite toujjours. J’y suis toujours,. Nous travaillons main dans le main avec Florence, on avance ensemble ». Et, même sans le dire, il n'est pas faux de penser qu'ils seront candidat ensemble en juin 2022 dans cette circonscription. 

  • A COTE DE VANVES , LE CONGRES DE L’AMF A MONTRE QUE LES FRANÇAIS FONT LE PLUS CONFIANCE AUX MAIRES…SURTOUT AVEC CETTE CRISE SANITAIRE

    Le Congrés des maires est toujours un événement important de Novembre, tout à côté de Vanves, dans plusieurs halls du parc des expositions avec le salon des maires et des collectivités locales. Notre maire de Vanves a dû s’y déplacer, ne serait-ce que pour voter pour l’élection du président qui a pris le relais de François Baroin (LR) maire de Troyes : Il a dû voter pour Philippe Laurent son collègue UDI  de Sceaux, mais c’est le maire LR de Cannes que les maires ont choisi : David Lisnard. Mais l’essentiel n’est pas là, ni aux échanges aigres-doux entre le chef de l’Etat venu clôturer le Congrés et l’équipe dirigeante LR/PS de l’AMF, mais c’est l’image qu’ont acquis les maires, quel que soit leur couleur politique lors de cette crise sanitaire dontb uils ont tiré les leçons comme le montre une étude du CEVIPOF/Science -Po

    Deux interventions entendus lors de ce congrés résument le sentiment des français : «Le maire est l’acteur public auquel les français font le plus confiance. Cette idée de prendre soin des autres est l’essence même de la proximité » constatait Partial Foucault du CEVIPOF «J’ai vu tout ce qui faisait, tout ce que faisaient ses maires en première ligne» témoignait Eric Orsenna académicien et grand témoin de l’AMF. Ainsi cette enquête auprès des maires en exercice répétée en 2018, 2019 et 2020 et une enquête miroir auprès d’un échantillon de 16 000 (juillet 2019) et 10 000 Français (juillet 2021) ont montré que depuis plus de 20 ans, la confiance des Français envers leur maire ne cesse de se maintenir à des niveaux élevés (environ 70 %), contrairement au capital de confiance dont disposent les représentants nationaux (députés, sénateurs, membres du gouvernement ou président de la République). «La crise des gilets jaunes et la pandémie du coronavirus ont mis en évidence deux phénomènes singuliers : l’amortissement démocratique par le local et la solidarité comme remède à la décision technocratique» indique cette enquête. «La confiance accordée aux maires est d’autant plus élevée que la taille du territoire gouvernée est petite : 79 % des Français résidant dans des communes de moins de 2 000 habitants font confiance à leur maire contre 61 % dans les communes de plus de 200 000 habitants». Mais «quelle que soit la taille de la commune, accorder sa confiance au maire, c’est reconnaître le caractère juste de ses décisions ou du renoncement à certaines décisions. C’est en ce sens que nos enquêtes ont mis en évidence que l’honnêteté et le respect des engagements arrivent largement en tête des qualités attendues d’un maire» indique-t-elle.

    « Ainsi pendant l’épidémie,  ce sont les maires qui ont été à la manœuvre , lorsqu’il a fallu organiser la logistique, sur les masques en les distribuant avant que le président nous y autorise, lorsqu’il a fallu organiser les centres de tests. Quand nous avons proposé d’organiser les vaccinodromes, on nous a répondu : pas besoin. On a vu ce qu’il en a été deux mois plus tard… » a expliqué François Baroin en ajoutant :  «Nous avons gagné la bataille de l’opinion publique. Aujourd’hui, nous sommes considérés comme les premiers piliers de la République».  Le chef de l’Etat a rendu hommage à l’ensemble des maires pour leur rôle durant la crise :  «Depuis que nous sommes ensemble dans les responsabilité, nous avons vécu des événements, et à chaque fois,  j’ai toujours vu les maires aux avant-postes,  agir avec courage​, de manière concrète, en étant au cœur de l’action» leur  a dit-il. «Catastrophes climatiques, attentats, Gilets jaunes, crise sanitaire : A chaque étape vous étiez là, et je vous en remercie. Notre capacité à tenir, ce fut la vôtre pendant toute cette période ».

  • UNE LEGION D’HONNEUR POUR LA DAME DE CŒUR DE VANVES

    «C’est le cœur qui vous conduit. Vous donnez de vous-même au travers des associations, de votre lutte contre la maltraitance des enfants, à travers l’Enfant Bleu depuis 1992 de vos fonctions d’élue que vous avez rempli au niveau local, maire ajoint chargé des solidarités, départementale, vice président du conseil Départemental des Hauts de Seine, chargé des transports et des anciens combattants, régional comme conseillère régionale et nationale comme sénatrice» a déclaré Gérard Larcher, Président du Sénat, lors de sa remise des insignes de chevalier de la Légion d’Honneur Mercredi soir dans les salons de Boffrand du Sénat, en présece de très nombreuses personnalités : Des ministres, Gabriel Attal, Adrien Taqué, des anciens, comme Michéle Alliot Marie, Roger Karoutchi, des collégues comme Bruno Retailleau, Jacques Gautier, des élus altoséquanais, Georges Siffredi président du CD 92, Sophie Devedjian, des vanvéens, Bruno Jeudy, Françoise Saimpert, Laurent Lacomére, Patricia Kazan, le pére Auville ex-curé de Vanves.  Le président du Sénat a rappelé tout son travail législatif (impressionnant) comme membre puis présidente de la Commission Sociale, puis Vice Présidente lors de son second mandat auprés de lui, qui lui a permis de présider avec courtoise les séances, très apprécié de ses collègues comme l’a constaté Gérard Larcher . «J’ai apprécié de vous avoir à mes côtés !» saluant la Gaulliste de conviction, et sa ténacité que la République a honorée. «Accéder à de telles fonctions étaient inimaginables pour la petite fille que j’étais. Je me demande si tout cela était bien réel. J’ai maintenant tournée la page. Pour ces 13 années, je veux dire merci, puis remercier ceux qui m’ont sorti et m’ont offert une nouvelle vie !» a déclaré Isabelle Debré.