Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    RENAISSANCE  : Un vanvéen Martin Caragnon (sur la photo) vient d’être nommé correspond de Renaissance (ex-LREM) des Hauts de Seine « Une très bonne nouvelle pour les Hauts-de-Seine. C’est une fierté pour notre comité de voir un des nôtres nommé à un poste à responsabilité dans notre département. Nous sommes certains que Martin saura relever les futurs enjeux grâce à sa force de travail et à son investissement que nous connaissons tous » a twittée Séverine Edou, conseillère municipale de Vanves. Il avait été sur sa liste aux Municipales de 2020 et candidat LREM aux élections départementales sur le canton ded Vanves. Il remplace Bai Achidi, qui a fait un travail formidable et désormais déléguée de la deuxième circonscription des Hauts-de-Seine, qui a fait un travail formidable. Il a pour mandat donné par Stéphane Séjourné, président de Renaissance, d’organiser la restructuration du parti à l’échelon départementale et la préparation des prochaines échéances. « Fier et honoré de la confiance de la confiance de S.Séjourné de pour construire notre parti Renaissance dans les Hauts de Seine» a-t-il réagi en ajoutant : «Militants, élus, parlementaires, vous pouvez compter sur mon engagement total pour porter notre projet politique au service des Français et de l’intérêt collectif»

    UDI : Hervé Marseille qui est souvent venu à Vanves, sénateur des Hauts de Seine,-Président du Groupe Union Centriste au Sénat a déclaré sa candidature, la semaine dernière, à la Présidence de l’UDI, dont il est Président délégu depuis le retrait de Jean-Christophe Lagarde à la mi-octobre. Un congrès pour élire le futur Président de l’UDI sera organisé le 10 décembre à Boulogne. Les  adhérents de Vanves comme tous les autres un courrier annonçant cette candidature. Il indique vouloir garantir l'autonomie du parti de centre-droit : «Notre courant n’aura d’avenir que s’il sait garantir son indépendance». Il appelle également à une refondation programmatique : «il est indispensable d’ajuster nos propositions sur l’avenir de l’Europe, sur l’équilibre de nos institutions, sur la décentralisation, sur la protection de l’environnement et pour une meilleure justice sociale : c’est la condition sine qua non pour faire entendre nos valeurs». Hervé Marseille est soutenu par un large rassemblement des cadres du mouvement et notamment par les porte-parole de l’UDI, Valérie Létard, vice-Présidente du Sénat et Christophe Naegelen, co-président du groupe LIOT à l’Assemblée nationale. Il défendra les convictions centristes : européennes, humanistes, social-libérales dans un paysage politique divisé qui fait face à la montée des extrêmes. Fondée par Jean-Louis Borloo en 2012, l’UDI est une formation politique de centre-droite indépendante dont la première adhérente est Simone Veil et la troisième force politique territoriale du pays.

  • LE MINISTRE DE VANVES SE PREPARE A DES SEMAINES INTENSES DE DEBAT SUR LE BUDGET 2023

    A partir de demain, Gabriel Attal plonge dans un long tunnel qui va l’occuper de longues semaines : le débat budgétaire au parlement, avec pour commercer l’Assemblée Nationale. Il l’a préparé en menant les « dialogues de Bercy », une série de trois après midi de discussions avec une trentaine de membres des bureaux des commissions des finances , des représentants des différents groupes qui y siégent, des deux assemblées, qui se sont sont déroulés, à chaque fois, dans un  lieu différent : A Bercy au 7e étage dans cette grande salle toute vitrée  sur un côté avec, en toile de fond, les imposantes toursde la bibliothéque françois Mitterrand, , à l’Assemblée, au Sénat. «L’intégralité des groupes sont venus et sont restés »constatait il. Un exercice «inédit» - comme il ne cesse de le répéter – et pourquoi pas, un «coup de com» en vue de mettre au pied du mur les oppositions.

    Auparavant, il a dû durant une bonne partie de l’été, recevoir  tous les ministres venus négocier leur budget qui avaient demandé pas moins de 45 milliards d’euros de crédits supplémentaires par rapport à 2022…  n’hésitant d’ailleurs pas à «tirer la sonnette d’alarme» directement auprès d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée et bras droit d’Emmanuel Macron, qu’il voit régulièrement, lorsque certains restaient sourds aux timides alertes sur la dette, en revenant à la charge.

    «C’est l’un des budgets les plus difficiles à construire de ces dernières années» confiait  Gabriel Attal à ses équipes, dont la tâche sera plus difficile que celle de son prédécesseur, Olivier Dussopt. « Les budgets de crise Covid en 2020 et 2021 consistaient à dépenser des dizaines et des dizaines de milliards d’euros pour sauver l’économie tricolore, avec la sacro-sainte bénédiction du «quoi qu’il en coûte» présidentiel. Aujourd’hui, il faut tenter de revenir à une certaine normalité dans un contexte très incertain » notent les observateurs avertis. Depuis des semaines, il a aiguisé ses couteaux pour être prêt à l’affront dès l’examen du budget au Parlement, à partir de lundi. Tout en ayant aussi à l’esprit que «le 6e étage» - celui de Bruno Le Maire - lui laissera un peu d’espace sur ce terrain-là.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    ATTAL EN PREMIERE LIGNE SUR LE BUDGET

    Notre député-ministre des comptes Publics a eu un avant-goût de ce qui l’attend lorsqu’il va falloir défendre le projet de loi de finances devant le Parlement jour et nuit. Hier il a eu une journée très chargée pour présenter le budget 2023 avec Bruno Le Maire, ministre de l’Econome :  conférence de presse, conseil des ministres, intervention au point de presse qui suit le conseil des ministres, audition devant les commissions des finances de l’Assemblée Nationale, puis du Sénat. Mais il a bien préparé cette longue séquence qui va l’occuper jusqu’en Décembre au parlement jour et nuit. Il a bûché tout l’été les fiches préparées par son cabinet pour se mettre au niveau. Après avoir reçu tous les ministres venus défendre leur budget

    SUITES DE L’AGRESSION DE YOURI

    A La suite de l’agression du jeune Yuriy dans la soirée du 15 Janvier, le parquet de Paris vient de demander le procès de 13 adolescents dont quelques vanvéens  pour cette agression  aussi grave que retentissante dont sept mineurs âgés de 16 et 17 ans au moment des faits,  de deux majeurs de 18 ans, ainsi que  quatre autres mineurs âgés alors de 14 à 15 ans comparaissent devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle. Ils  sont visés par les infractions criminelles de « tentative de meurtre » ou « complicité » de celle-ci. Certains mis en cause ont fini par exprimer des regrets et reconnaître leurs coups. Aucun des treize garçons, présumés innocents, n'a jamais été condamné par la justice. La grande majorité d'entre eux est décrite comme sans histoire, avec des cadres familiaux soudés et sans antécédent pénal.  La décision finale sur des renvois en procès revient à la juge d’instruction saisie.

    DEFAITE D’EXPOGRAPH VANVES PAR 3 A 0

    «...Mais la confiance règne et la saison sera longue. Pour nous ces 2 matches étaient des préparations à la semaine prochaine capitale. Les problèmes de licences, de délais etc etc..!ont fait que nous avons dérapé sur ces 2 premiers matches mais à 10 sans gardien et à chaque fois nos adversaires ont pris la misère. Donc continuez avec cet esprit,cette envie en respectant vos partenaires et tout le staff qui vous donne les moyens de réussir » commentent les co-présidents dece club après la martch de samedi.