Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections municipales

  • LES MARCHEURS DE VANVES SE SERAIENT ILS FAIT PIEGES A LA GIRAFE ?

    Comme le laissait entendre le blog, la campagne pour les élections municipales 2020 à Vanves, ne sera pas très «républicaine». Le patron de la Crêperie a vivement réagit – par des propos très limites sur Facebook avec comme par hasard des commentaires assez orduriers de partisans du maire sortant  - en disant s’être fait piégé, suite à la tenue de l’atelier participatif de la candidate LR Séverine Edou, samedi drnier ( ?). Les marcheurs reconnaissent ne pas l’avoir contacté directement mais être passé par l’une de ses principales collaboratrice -  et pour cause : il n’est pas très souvent dans sa crêperie -  au demeurant patronne d’un restaurant corse qui lui donne un sérieux coup de main pour la tenue de sa crêperie, et manager les serveuses. 

    Ce qui est vraiment bizzare et troublant d’autant plus que le patron de la crêperie n’aurait pas caché son soutien au maire sortant, en tous les cas lors de la dernière campagne des municipales, et que Con Amor serait la cantine du Maire selon la rumeur. La ficelle, si c’était le cas, est un peu grosse, vu les réactions en majorité de soutiens du maire sur Facebook. Et ce serait la première fois que des commerçants/restaurateurs se prêtent à ce genre de manœuvre politique. Et qui devraient mieux s’occuper de leurs commerces, où l’accueil est très limite.     

    D’autant plus qu’avec la fermeture du Tout Va Mieux durement ressenti par les riverains et les habitués, car il animait vraiment le Centre Ancien, certains clients se sont tournés vers  La Girafe qui a essayé de suppléer à cette absence en ayant ouvert le matin un peu plus tôt pour les cafés et petits déjeuners. Mais voilà, certaines fois, l’accueil laisse à désirer, surtout en fin de matinée ou d’après-midi, pour un petit café ou apéritif, avec l’ex patronne de Con Amor, assez abrupt lors des «mises en place» et qui ne cherche pas à être convivial, quite à vous faire comprendre que vous êtes de trop. C’est plus coal avec d’autres jeunes serveuses. On comprend pourquoi à Corn Amor, cela ne marche pas trop, car elle n’hésitait pas à presser des seniors à laisser libre la place pour le second service, en n’offrant même pas le café au comptoir. Pas sur que la Girafe, pourtant apprécié des vanvéens, y est gagné, à moins d’éviter d’ouvrir dés le matin. Les vanvéens sauront trouver d’autres lieux où l’accueil est plus convivial et où leurs responsables ne se livrent pas à des manœuvres de basse politique.

  • LANCEMENT DE LA CANDIDATURE ET DE LA CAMPAGNE DU MAIRE DE VANVES : «Nous, ce n’est pas être en marche, mais en tête ! »

    Lancement de campagne et déclaration de candidature réussis samedi soir pour Bernard Gauducheau, qui a reçut le soutien de Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile de France, Jean Christophe Largade président de l’UDI, et Hervé Marseille sénateur et président du groupe UDI au sénat. Il avait choisi pour le faire un lieu fétiche : l’école Marceau avec un préau plein à craquer, après l’inauguration de sa permanence au 70 de la rue Jean Bleuzen, le même local que pour la campagne de 2014. Local que s’est vu refusé par les Procédés Chenel,  LREM parce que destiné à des activités de stockage et de logistique

    Le candidat a expliqué pourquoi «Vanves en tête !» : «Nous, ce n’’est pas être en marche, mais être en tête. Et c’est une démarche. On a mis du bleu et du jaune qui sont aussi les couleurs de l’Europe. Si l’appartenance politique n’est pas prioritaire, ce sont les valeurs notamment européennes qui priment. Il ne faut pas regarder l’avenir dans le rétroviseur ! Qui peut se targuer d’avoir la plus grande cité scolaire, le plus grand centre des congrés avec le Paris Convention Center, la première gare du Grand Paris Express qui  va sortir…Vanves est en tête. Ici c’est mieux qu’ailleurs » a-t-il déclaré en promettant une nouvelle équipe avec des personnes disponibles, proches.

    «C’est la soirée idéale pour remettre les pendule sà l’heure. J’ai vu tout le monde ! J’ai tendu la main ! Ils ont préféré aller tout seul sans me prévenir ! Je les attends, même sur un plateau TV. Mais ils ne s’y risqueront pas » a dénoncé un maire sortant remonté. «On ne devient pas maire par hasard ! Ce qui m’indigne, c’est  qu’on voit des gens qu’on n’a jamais vu, six mois avant les élections. Il y en a une qui est candidate. Je lui est même souhaité la bienvenue  à la cérémonie patriotique du 11 Novembre à quelques mois des municipales. Ce n’est pas crédible ! Combien de temps nous avons parcouru la ville avant de la prendre, payant de ma poche les gerbes déposés au Monument aux Morts. Je pourrais dire que je connais tout le monde. C’est un travail de longue haleine. Je ne suis pas sûr qu’ils savent où se trouve la villa Franco-russe ? » a-t-il continué.

    «L’engagement politique ne s’improvise pas. Vanves n’est plus la même ville. Il faut que l’on soit  fier de notre commune. Elle est reconnue dans la métropole. Elle est en pleine expansion. Elle est en train  dedevenir le fleuron de la vie locale dans la métropole du Grand Paris. On va devenir la 3éme ville hôtelière avec l’ouverture de deux hôtels (Novotel Mama Shelter) porte de la Plaine et un projet de nouvel hôtel e n face du Mercure. Les commerces devraient en profiter. J’ai obtenu du Parc, l’ouverture d’une nouvelle porte au bout de la rue Jean Jaurés » a-t-il continue en esquissant un bilan qu’il a commencé à dresser dans sa lettre de candidature qui commence à être distribué dans la ville et dans une vidéo diffusé ce soir là, et sur son site de campagne.

    «Il y en a qui observent, qui regardent, et qui n’ont fait pour leur ville. On gére une ville en tant qu’acteur, et en ayant du cœur !C Ces gens là sontdes malfaisants et sont pour la régression. Ne leur prêtez pas attention ! Regardez la réalité » a-t-il conclu, amére surtout vis-à-vis de ceux qui l’ont quitté. «Vous aviez des amis un jour, et demain des ennemis. L’homme est l’homme, la vie est ainsi !». Heureusement il le soutien de Pécresse – « A quelqu’un qui donne 18 ans de sa vie à sa commune, il faut les lui rendre !- Lagarde – «Bernard vit dans sa ville de demain déjà, de dans 5 ans pour préparer ce dont vous bénéficierez demain ! » - Marseille : «Demain, on va vous expliquer qu’on rase gratis ! Et comment Vanves sera le paradis…Mais il est difficile de parler sécurité quand on n’est pas capable d’assurer celle de la Préfecture de Police, de logement lorsqu’on suprime les APL » a ironisé l’ex-maire de Meudon en concluant : «Bernard a fait de la recherche. Et dans la recherche des voix, il est très fort ! ». A bon entendeur salut !  

  • UNE COMMUNICATION COMMUNALE PRE ELECTORALE A VANVES COMME AILLEURS TRES REGLEMENTEE

    A l’occasion de ses élections municipales, chacun des protagonistes regardent de prés ce qu’il est possible de faire ou de ne pas faire durant cette période de six mois précédant une élection, municipale dans ce cas, et notamment avec ces réunions publiques de quartier semestrielle qui ont débutée hier soir par les Hauts de Vanves dans la salle Polyvalente des nouvelles installations du PMS A.ROche : Toute action de propagande est interdite depuis le 1er le Septembre 2019. Mais aucune disposition ne contraint le maire à cesser ses actions de communication à l’approche des élections.

    Mais il ne peut pas utilise des moyens matériels de la commune pour la campagne électorale (voiture de fonction, téléphone, etc.) ainsi que le recours au personnel municipal. Les cérémonies diverses (vœux, inaugurations, fêtes locales, etc.) peuvent toujours être organisées à la condition d’avoir lieu conformément à leur périodicité habituelle et dans les conditions habituelles (ni avancé, ni retardé, ni particulièrement amplifié). Il en est ainsi des réunions de présentations de projets aux habitants «dès lors que cela relève d'une pratique habituelle de la municipalité, qui tient régulièrement des réunions  d'information et de concertation de quartier» considère le Conseil d’Etat dans une décision en 2015. Ce qui est le cas à Vanves, le maire ayant habituellement tenu ses réunions en Novembre/Décembre 2013 et 2007

    Ainsi, le maire peut-il organiser, en période électorale, de telles réunions de quartiers. L’organisation de réunions informatives par la collectivité publique ne constitue en effet pas une violation des articles L. 52-8 du Code électorale, comme l’a jugé en de nombreuses occasions le juge électoral. Le Conseil d’Etat a rendu de nombreuses décisions à propos

    -          des réunions publiques ouvertes à l’ensemble des habitants et des élus, soit au titre des comités de quartiers, soit au cours de rencontres appelées « paroles d’habitants » en présence du maire et de ses adjoints (CE 29 juillet 2002, Elections municipales d’Amiens, req. n° 239992) ;

    -          de «  l’organisation d’une réunion de quartier organisée 10 jours avant les élections, consacrée à l’examen de projets d’aménagements du quartier. » (27 septembre 1999, Elections cantonales de Nice, req. n° 202078) ;

    -          des rencontres de la ville « organisées 3 mois avant les élections dans la continuité d’un projet lancé 3 ans auparavant même si elles ont donné lieu à une importante campagne de communication » (CE 29 juillet 2002, Elections municipales de Saint-Ouen, req. n° 239984).

    Il faut donc que le contenu des réunions demeure strictement limité à l’information des administrés sur les actions entreprises sur le quartier, en dehors de toute polémique électorale (CE 6 février 2002, Elections municipales de Monségur, req. n° 236264).