Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections municipales

  • ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES : TRACTATIONS ET INTOX EN VU DU 2e TOUR

    Vanves fait partie des 4 897 communes en France dont 244 en Ile de France (sur 1268) et et 14 dans les Hauts de Seine (sur 36)  concernées par le second tour où il ne faut s’attendre à aucun changement en dehors de certaines grandes villes comme Lyon, Marseille, Bordeaux, mais aucunement Paris…et peut être  Levallois, Châtillon, Suresnes, et peut être  notre commune.

    Pour la simple raison que les équipes sortantes ont été indéniablement favorisées par cette situation qui les ont placée, de fait, en première ligne. Une occasion de mener une campagne qui ne disait pas son nom, mais où les maires sortants ont envoyé néanmoins des messages plus ou moins discrets aux électeurs. Chargés de coordonner la réponse à l’épidémie, ils peuvent espérer capitaliser sur leur image d’élus actifs et protecteurs d’autant qu’ils ont été appelés à jour un rôle clef dans la sortie du confinement, en tandem avec le préfet. Et à Vanves, le maire a appliqué les mesures de protection sanitaire en la matière la plus stricte possible mais «de la manière de la plus bête et stupide possible » explique l’un de ses adversaires aux municipales, Pierre Toulouse (EELV).   

    De toute façon quelle qu’est été la date choisie – le 28 Juin finalement – c’est quasiment plié pour les 2 listes de l’opposition municipales (LREM, EEELV) vu les résultats du 1er tour le 15 Mars, surtout si elles ne s’entendent pas pour faire liste commune tout au moins entre marcheurs et écologistes.  Les tractations d’entre deux tours auraient reprises, après des ébauches de discussions au lendemain du 15 Mai, entre les 2 listes EELV, LREM, arrêté vu le confinement décidé et mis en place deux jours après, tout le monde ayant stoppé leur campagne. Ce qui explique que ce fut »silence radio » pendant ses 55 jours, les marcheurs et les écologistes ayant répondu à l’appel à idée lancé par le maire pour son plan vélo communal…qui n’en ait pas un, malgré ses rondondonnate sur facebook et twiter: «Il s’est arrangé non seulement pour ne rien prendre en compte de ce qu’avaient proposé» les écologistes et les marcheurs, mais il n’a pratiquement rien fait, que forcé par les circonstances en déclarant zone 30 la ville, mettre quelques panneaux, signalant un passage vélo etc…mais toujours sans piste cyclable temporaire…contrairement à sa voisine Paris, où cela se voit, en pensant que ce sera largement suffisant, constataient les écologistes. Mais il a eu une petite piqure rappel donnée lors de l’événement orageux du 9 Mai qui a inondé le quartier du Clos Montholon, résultat de sa politique d’urbanisme et d artificialisation des sols vanvéens  au lieu de végétaliser sa ville comme le lui a expliqué un riverain du stade dont le pavillon avait été inondé. Mais ce qui le préoccupait le plus, était que des images de cette inondation aient été diffusé sur les chaînes d’infos en continu, mauvais pour son image.

    Depuis quelques jours, beaucoup de rumeurs ont circulées, aussi fantaisistes, les unes que les autres comme quoi, par exemple,  des tractations seraient en cours  entre les listes Vivre Vanves (LREM) et Vanves en Tête (UDI/LR),  que certains entretiennent du côté de la majorité municipale. Or contrairement à certains dires, les jeux très ouverts tant du côté écologistes qui n’auraient posés aucunes conditions….comme la présence de membres du gouvernement et d’ex-élus du conseil municipal,  d’autant plus que les programmes de Vivre Vanves et Vanves demain sont très proches. Que du côté des marcheurs où Séverine Edou est plus décidé que jamais à repartir à la bataille électorale, et pas du tout prêt à fusionner avec la liste du maire sortant contrairement aux rumeurs. D’autant plus que le maire sortant donné une fin de non recevoir  fort de ses 47%. Certains des co-listiers LREM  se seraient réunis virtuellement en visio-conférence ses derniers jours pour en discuter et préparer la campagne en étant dans les mêmes dispositions d’esprit que Severine Edou. Ils ont jusqu’à la pentecôte pour se décider puisque les dépôts de liste seraient prévus pour le 2 Juin en Préfecture, Pierre Toulouse étant tout disposé à fusionner,  mais avec le feu vert de ses colistiers à qui il devrait demander de se prononcer par un vote ces jours-ci.  

  • REPORT DES ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES ET 4000 COMMUNES EN OCTOBRE

    Emmanuel Macron a évoqué lors du Conseil des Ministres de Mercredi, l‘hypothèse d’un report les municipales au mois d'octobre. Et si c’était le cas, des modifications constitutionnelles plus larges seront à prévoir : Il pourrait ainsi être obligatoire de refaire l'intégralité du scrutin dans les 4 000 communes où aucune liste ne l'a emporté au premier tour, comme c’est le cas à Vanves .

    Pour l’instant, la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 a acté le report, au plus tard au mois de juin, du second tour des élections municipales. S’il a fait l’objet d’un large consensus politique et parlementaire, il n’en a pas été de même parmi les professeurs de droit public spécialistes du droit constitutionnel ou du droit électoral. Certains considèrent que ce report est justifié au regard des circonstances sanitaires exceptionnelles, d’autres jugent qu’il serait contraire à la Constitution en raison d’une atteinte à la sincérité du scrutin : «Découpler le premier tour du second tour est une atteinte manifeste au principe de sincérité et d’égalité des citoyens devant le suffrage» expliquait Dominique Rousseau dans les médias. «C’est un bloc qui ne peut être dissocié. Je peux comprendre que, pour des raisons politiciennes, on veuille sanctuariser les résultats du premier tour, mais constitutionnellement parlant, c’est une atteinte à la sincérité et à l’égalité de l’élection et, par ricochet, à la légitimité des élus et à la démocratie représentative» ajoutait il. «Déconnecter temporellement le premier tour du second revient à faire deux élections, là où il ne devait y en avoir qu’une. Cela fausse alors la sincérité du scrutin, qui est un principe constitutionnel, ce qui viole ainsi la Constitution, il n’y a plus deux tours d’une même élection mais, en réalité, deux élections à un tour» soulignait Jean-Philippe Derosier, pour qui «plus l’espace-temps entre les deux tours est important, plus les facteurs et les enjeux déterminant le vote au premier et au second tours pourront être différents».

    «Le report du second tour est justifié par les circonstances exceptionnelles nées de la propagation du virus Covid-19 et des mesures qu’il est nécessaire de mettre urgemment en œuvre pour faire face efficacement au danger qu’il représente pour la santé publique» a souligné de son côté, le Conseil d’Etat qui précisait «qu’eu égard à la nature et à la gravité du risque, qui rendent nécessaires des mesures de confinement et imposent en particulier d’interdire la tenue de rassemblements publics et de limiter les contacts entre les personnes, ce motif doit être regardé comme impérieux. Il affirmait aussi qu’en «l’état et eu égard aux circonstances qui le justifient, «ce délai de report du second tour apparaît proportionné et justifie, à titre exceptionnel, de ne pas reprendre l’ensemble des opérations électorales là où l’élection n’a pas été acquise».

     Par contre l’ensemble de ces professeurs de droit salue en revanche la disposition de la loi d’urgence prévoyant que «si l’élection ne pouvait pas se tenir en juin en raison de la situation sanitaire, le processus électoral repartirait de zéro dans les communes où le premier tour n’a pas été décisif. Avec une élection au mois de septembre ou plus tard, l’on porterait atteinte à l’unité de la période, et donc probablement à la sincérité du scrutin» expliquait Didier Maus. «IL faudrait recommencer la totalité de l’élection pour ne pas porter atteinte à la sincérité du scrutin» ajoutait Jean Philippe Derosier. Ce que Macron s’apprêterait à faire.

    Et dans ce cas à Vanves, avec ce 1er tour annulé, les cartes risquent d’être rebattues, avec quelques surprises de taille, non pas dans les résultats, car  généralement après une annulation d’élection par le Conseil d’Etat, le maire invalidé est reconduit, mais dans les alliances, après les résultats des tractations de l’après 1er tour ( ?)  

  • LENDEMAINS DE 1er TOUR A VANVES : REPORT DU 2e TOUR ET SUSPENSION DE LA CAMPAGNE

    A Vanves, Bernard Gauducheau a frôlé l'élection dès le premier tour avec ses 47,23% tout comme Patrick Donath (UDI) d’une trentaine de voix  à Bourg la Reine avec 49,42% ; Patrick Olllier (LR) à Rueil où il lui manquait 142 voix, avec 49,26%,  Jean-Didier Berger (Libres !) à Clamart avec 45,87 % ; Jean-Jacques Guillet (DVD) à Chaville  avec 44,24 % ;  Kossowski (LR) à Courbevoie avec 45,39%. Il a expliqué au Parisien que « les consignes contradictoires du gouvernement ont augmenté le taux d'abstention » et « pénalisé une petite partie » de son électorat. Mais il a promis « qu’il prendra en compte le message qui nous a été envoyé par les électeurs».

    Du coté de l’opposition, c’est une autre vision qu’en ont les candidats qui retiennent que 53% des vanvéens ont voté contre le maire sortant : puisque Sévérine Edou (LREM) a obtenu 23,07 des voix, Pierre Toulouse (EELV) 22,31%, et  Boris Amaroz (PCF) 7% . Du coup, Vanves pourrait connaître une triangulaire, car Boris Amoroz ne peut passe maintenir puisqu’il n'a recueilli que 7,37 % des voix, le plaçant sous le seuil des 10 % obligatoires pour se présenter au second tour. Si généralement, les listes ont deux jours pour se livrer aux tractations, d’entre deux tours, elles disposent de plus de temps puisque le 2e tour a été reporté d’ici l’été, le premier ministre ayant proposé la date du 21 Juin aux différents partis et associations d’élus avec les nouvelles annonces du Président de la République lundi soir. Une décision rare sous la Ve République.

    Pour l’instant le maire sortant a suspendu sa campagne pour se consacrer à sa ville face à l’épidémie de coronavirus comme il l’a annoncé sur le site de la liste Vanves de Tête. Ainsi que la candidate Séverine Edou (LREM), Stanislas Guérini, délégué général de LREM ayant appelé tous ses candidats de suspendre leur campagne. «Avec l’épidémie de coronavirus, nous traversons une crise historique face à laquelle nous devons faire bloc, rester unis. Toute notre attention, toute notre énergie, doit aujourd’hui être tournée vers la bataille contre ce virus. Dans ce contexte, je demande à tous nos candidats de suspendre leur campagne» écrivait-il dans un mail adressé aux adhérent d’En Marche lundi dernier .