Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRANSPORTS EN COMMUN

  • DANS LE CREUX DE L’OREILLE

     SANS AUTO : Hidalgo, après sa journée d’aujourd’hui sans voiture, a parait il l’intention de rééditer chaque mois, un dimanche sans auto dans les 4 premiers arrondissements de Paris. Il est vrai, à regarder le bilan de l’année dernière que cela vaut la chandelle. Des mesures du niveau de pollution réalisées par Airparif avaient relevé « une diminution accrue des niveaux de dioxyde d’azote le long des grands axes » mais aussi le long des « voies d’accès à la capitale ». Une bonne partie des habitants de la petite couronne avaient ainsi bénéficié comme les Parisiens d’un air de meilleure qualité. L’association Bruitparif avait quant à elle enregistré une baisse de 20 % du niveau de bruit, comparé à un dimanche normal. Cette réduction du bruit avait même atteint 32 % pour le quai Anatole France, ou encore 38 % sur les quais de l’Hôtel de Ville et des Célestins. Qu’en est il des week-ends sans voiture place de la République à Vanves  et surtout rue Pruvot depuis l’inversion du sens interdit ? Ne faudrait il pas les rendre piétonne chaque week-end de l’année entre Pâques et la Toussaint, en y ajoutant d'autres rues comme Louis Blanc par exemple, pour assurer la tranquillité des riverains, mais pas la sécurité des piétons mis à mal  par des infractions au code de la route (voir photo) ?

    SANS STRAPONTIN : «En annonçant un simple renfort des équipes de propreté et la suppression des strapontins dans les rames, la Région IDF n’a absolument pas pris la mesure des difficultés rencontrées par les voyageurs et de l’urgence à agir. Le renouvellement du matériel roulant est lui relégué à 2026» a déplorée la maire de Paris en réaction aux  annonces des mesures pour améliorer la ligne 13 étaient . D’ailleurs les réactions des habitués de cette ligne, dont de nombreux vanvéens ont fait le buzz sur les réseaux sociaux : « Si vous souhaitez retirer les strapontins autant retirer toutes les places assises tant qu'on y est ! ». «Autant enlevez tous les sièges et transformer les rames en bétaillères ! »

  • VANVES DEVRAIT BENEFICIER DU PLAN B DE LA RATP SUR LA LIGNE 13

    Les vanvéens qui fréquentent la ligne 13 devraient découvrir un dépliant que la RATP distribue ces jours-ci, qui résument les solutions alternatives et les nouveaux services mis en place pour lutter contre sa saturation dans l’attente du prolongement de la ligne 14 au nord

    C’est la 3ème ligne de métro la plus fréquentée d’Ile de France avec 650 000 voyageurs quotidiens qui doit absorber une augmentation continue du trafic (plus de 3% par rapport à 2017).  Cette ligne de 24 km avec deux branches au nord particulièrement denses, voit circuler en heure de pointe, 52 trains en même temps, avec 45 mn d’intervalle entre chacun. La ligne est saturé au Nord à partir de la station Miromesnil, l’installation de la cité Judiciaire à la porte d’Asniéres, de la Région à Mairie de Saint Ouen ne devant rien arranger, le sud n’étant pas (encore saturé). Le rapport est de 60%dans le Nord et 40% dans le sud des 650 000 voyageurs quotidiens. 

    Conscients des difficultés rencontrées par ses voyageurs, la RATP mène un vaste plan d’investissements pour la moderniser : Mise en place du système OURAGAN pleinement opérationnel depuis 2017, un pilotage automatique, en présence d’un conducteur dans la cabine, qui a permis de réduire les intervalles entre les trains, celui-ci pouvant reprendre la main, et veillant surtout au bon déroulement des accès au train dans les stations.  La mise en service d’un retournement automatique des trains au terminus de Châtillon en 2008. La modernisation du Poste de Commandement Centralisé  qui s’est installé à Malakoff en 2007 où une cinquantaine d’agents de maîtrise gèrent la circulation et la régulation des trains, leurs manœuvres aux terminus,  la sonorisation et l’information des voyageurs,  les incidents et les accidents etc… L’installation de portes palières entre les stations Montparnasse et place Clichy en  2012. «Grâce à toutes ces mesures, nous avons amélioré la régularité des trains de 7 points, passant de 90 à 97%  entre 2010 et 2018 !» constatait la pdg de la RATP, hier matin, en visitant ce PCC  avec Valérie Pécresse qui constatait malgré tout que « le ressenti des voyageurs reste souvent négatif, notamment en heure de pointe ». 

    C’est pourquoi, lors de leur de leur visite au poste de commandement de cette ligne, elles ont annoncé un plan B, résumé dans ce tryptique distribué aux voyageurs :La principale est de proposer une information plus précise  qui met en avant des itinéraires alternatifs et de substitution (Bus notamment avec le renfort de la ligne 358 qui dessert le TGI de Paris,  RER C, Ligne L…) en cas d’affluence, avec information voyageurs via le Chatbot Messenger RATP, refonte des messages sonores et visuels à partir du nouveau poste de commandement des stations. D’autres concernent l’améliorer le confort des voyageurs avec le retrait de 10% des strapontins dans les rames pour faciliter les montées/descentes dans les trains, éviter que des voyageurs restent assis en cas de forte affluence, source de conflit, sachant que le taux de remplissage est de116%,  plus d’agents de propreté en heure creuse, le renforcement de la présence dans les stations très fréquentées et sur les quais pour gérer les flux aux heures de pointe et conseiller les voyageurs dans leurs déplacements.

  • LA CURIOSITE DE L’ETE 2018 A VANVES : LE CHANTIER DU TRANSILIEN A LA GARE VANVES/MALAKOFF

    Autant l’année dernière, les vanvéens avaient pu vivre un chantier exceptionnel à la mi-Août avec le ripage de la dalle qui couvrira le grand hall d’échanges de la future gare du Grand Paris Express, sous les voies de la ligne Paris-Montparnasse au niveau de la gare de Clamart, autant cet été, le chantier commencé à la gare  de Vanves/Malakoff est beaucoup moins étonnant, mais une première pour la SNCF/Transilien : Les travaux préparatoires à l'installation des rideaux de quais des portes  et non des palières - dont l'objectif reste le même - comme dans le métro, comme par exemple sur la ligne 13 entre Montparnasse et Saint Lazare (ainsi que la 14 voilà bientôt 20 ans, la 1 peu après et bientôt la 4) que les vanvéens empruntent : « Elles ont  permis d’augmenter la régularité aux heures de pointe (+ 7 points entre 2010 et 2017, pour atteindre en 2017 les 97,2% )», souligne la RATP.

    Dénommé dans le jargon ferroviaire « rideaux de quais » ils descendent ou montent à la verticale, comme des stores électriques, au lieu de s’écarter ou de se fermer, devant chaque porte des rames. Un système de capteurs détectent l’arrivée et le départ du train, afin d’activer les portes en plexigas. «Les portes-palières latérales sont idéales pour les lignes automatisées, qui permettent des arrêts extrêmements précis avec une marge d’erreur qui n’éxcéde pas 25 à 50 centimètres. Mais elles ne conviennent pas aux lignes RER et Transilien, car elles sont pour l’essentiel à l’extérieur. Selon la météo, les distances de freinage sont différentes», explique t-on à SNCF Transilien. «Des solutions rideaux de quais sont généralisées en asie (Japon, Corée du Sud…) et sont en cours d’études ou de déploiement en Europe. Ces solutions sont compatibles avec un parc de matériels roulants hétérogénes t ne nécessitent pas un point d’arrêt précis des trains »

    La gare de Vanves/Malakoff a été choisi pour tester ce matériel pendant un an, par SNCF/Transilien parce qu’elle enregistre un flux de voyageurs modérés – 4000 usagers par jour – et qu’elle dispose d’un quai central large, et long de 75 m. Ce test lui permettra «de valider le concept, d’affiner les spécifications techniques de l’opération, de tester et valider la pertinence de la solution, de préparer la phase de développement ». Elle souhaite introduire ce système de protection afin d’éviter des descendes ou des chutes sur les voies. Il faut rappeler que «chaque année en Ile-de-France, environ 200 personnes perdent la vie, volontairement ou non, en passant sous un train. Et dans l’immense majorité des cas, c’est depuis le quai d’une gare qu’ils accèdent aux voies. En termes de ponctualité ensuite, puisqu’au-delà de ces accidents mortels, la SNCF recense plus de 2 500 intrusions par an sur les voies ferrées en Ile-de-France. Sur les lignes où le phénomène est particulièrement prégnant, ces intrusions peuvent nous coûter jusqu’à un point de ponctualité » indique SNCF Transilien qui espére installer ces portes-palières progressivement.