Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRANSPORTS EN COMMUN

  • LES EFFETS DU TELETRAVAIL SE FONT SENTIR A VANVES

    L’incitation au télétravail pour lutter contre le Covid-19 semble avoir des effets incidents sur les routes  et les transports franciliens, mais aussi sur le stationnement et la restauration vanvéenne. Quel Vanvéen n’a pas eu le sentiment de vivre comme lors des vacances où l’on trouve facilement une place pour se garer, où l’on ne fait pas la queue pour faire ses courses, sauf pour se faire tester dans les pharmacies, les restaurateurs se plaignant de la baisse du nombre de clients, ne voyant plus certains habitués pour le déjeuner, ou une deux fois par semaine au lieu de cinq

    Sytadin, le service public d’information trafic a enregistré des valeurs très faibles de bouchons cumulés sur les autoroutes et routes nationales et le boulevard périphérique. Il a constaté que «le volume d’encombrements mesurés […] a été 4 fois inférieur à celui habituellement mesuré sur cette période. Ce qui correspond à une valeur d’environ -20 % de volume de trafic, par rapport à une situation moyenne annuelle». Ainsi les embouteillages ont été divisés par quatre : le cumul oscille autour de 60 kilomètres de bouchons, très loin de la moyenne habituelle d'un mercredi, par exemple, qui tourne autour des 225 km. A Vanves, sur plusieurs sites habituellement embouteillés comme le Clos Montholon, les axes A Fratacci-Bd du Lycée ou Larmeroux-R.Marcheron-J.BLeuzen, les automobilistes passent sans problèmes.  

    Plusieurs facteurs expliquent cette baisse, et en premier lieu, l’intensification du télétravail pour faire face à la vague omicron. «En IDF, l’activité professionnelle génère près de 50 % des flux routiers, il paraît raisonnable d’estimer qu’entre un actif sur trois et un actif sur deux se déplaçant habituellement en voiture ne s’est pas déplacé au cours de ces trois derniers jours» Et, ça se voit tout de suite ! D’autres raisons, d’importance moindre, sont également avancées. «L’isolement de certains usagers du fait de la pandémie et  un phénomène habituel de prolongement des congés de Noël de certains actifs».

    Même constat dans les transports en commun. «Nous n'avons pas beaucoup de recul, mais les retours terrain montrent une tendance nette à la baisse» a confirmé la RATP.  Selon IDF Mobilités,  depuis le début de la semaine, il y a seulement 60 % des voyageurs habituels. Cela représente près de 2 millions de déplacements en moins tous les jours, comparé au mois de décembre, avant la mise place du télétravail

  • UNE SIGNALETIQUE PAS SI DYNAMIQUE QUE CELA A VANVES

    Tous les vanvéens avaient remarqué que les nouveaux Abribus aménagés par GPSO, au cours du printemps 2021, suite à la désignation d’un nouveau concessionnaire (Decaux) notamment pour l’affichage électronique n’étaient pas pourvus des panneaux d’informations sur la circulation des bus leur donnant le temps d’attente, ni des plans de trajets. Des  vanvéens s’en sont plaint auprés de la mairie, des associations comme agir sur le Plateau ont relayé ces demandes de rétablissements au plus vite de cette information dynamique

    «Il s’agit d’un problème contractuel entre IDF-Mobilités et la RATP (sujet qui ressort à l’occasion de la préparation de la mise en concurrence du réseau de bus pour le 01/01/2025) et dont la Ville et GPSO pâtissent depuis près d’un an. Nous sommes intervenus directement auprès du Directeur Général d’lle-de-France Mobilités pour tenter de trouver une solution. GPSO et le service mobilité sont mobilisés pour faire avancer ce dossier qui semble aujourd’hui se débloquer. Ainsi Ile-de-France Mobilités a demandé à la RATP de mettre en place sur Vanves la signalétique dernière génération (ce qui n’a jamais été fait ailleurs). La RATP est en phase de prototypage et devrait transmettre les éléments (rapidement) à lIe de-France Mobilité. En conclusion, Vanves devrait être une des premières villes à disposer d’une info dynamique dernièr cri» a répondu le maire Bernard Gauducheau à cette association du Plateau

    Il en a profité pour apporté des prévisions concernant l’amélioration de la signalétique des voies publiques du Plateau  soulevé par cette association qui paraîssait anormalement long : «Ce projet instruit par I’EPT GPSO est sur le point d’aboutir puisque nous en sommes aux derniers arbitrages avant validation du bon à tirer (votre association sera consultée au préalable). Les premiers panneaux pourraientdonc être installés dans les prochaines semaines »

  • LA NAVETTE DE VANVES REMPLACE PAR VANVES EXPRESS UNIQUEMENT POUR DES CONDIDERATIONS FINANCIERES

    Pas moins 8 questions orales ont été posées par LREM (3),  la Majorité municipale  LR/UDI (3) et EELV(2) lors du conseil municipal de mardi dernier, puisque c’est la seule façon d’être informé pour les groupes de l’opposition comme l’a fait remarquer Pierre Toulouse (EELV). La plus attendue concernait la suppression de la navette municipale posée par Séverine Edou (LERM) auquel Sandrine Bourg (LR) maire adjoint a apporté une réponse

    « Lors du dernier Conseil Municipal, suite à une question orale de votre majorité municipale, vous nous informiez de la suppression de la navette municipale au 31/12/2021 en ces termes : « S'agissant de la navette, il est vrai qu'elle ne fonctionne pas de manière satisfaisante. Peu d'usagers l’empruntent. La mise en place de la ligne 59 a accentué la baisse de la fréquentation du service. Celui-ci n'est plus efficient. Au moment du lancement du marché, GPSO nous a sollicités sur le renouvellement du contrat de la navette qui arrivait à son terme. Son fonctionnement prendra fin au 31/12/2021 ». Pourtant le service proposé par la Navette de Vanves permet d’étoffer l’offre de transport intra communal au regard de la typologie géographique de notre ville pour faciliter la mobilité et les déplacements de certains publics utilisateurs notamment les personnes âgées, les personnes malades ou en situation d’handicap ou  encore les  jeunes parents. Sa tarification sur la base de la tarification RATP (Navigo, Imagine R, Améthyste, Ticket) permet de recevoir une subvention d’IDF Mobilités pour la financer.  De plus, la navette étant 100% électrique, elle contribue à l’action de notre collectivité pour l’environnement» a déclaré Séverine Edou

    «La mise en place de « Vanves Express », service de transport à la demande destiné aux séniors avec une tarification selon les ressources, ne peut justifier l’arrêt de la navette. Ce service personnalisé ne peut être que complémentaire à l’offre de transport existante. D’ailleurs il ne relève pas du champ de compétence de GPSO par délégation d’IDF mobilités mais bien de celui du CCAS de Vanves. Si nous pouvons entendre certains de vos arguments, nous déplorons qu’il n’y ait eu, encore une fois, aucune concertation préalable avec les élus, les conseils de quartier, aucune consultation auprès des Vanvéens, ce qui aurait eu pour effet de trouver une solution plus adaptée. D’ailleurs, une pétition de plus de 800 signatures contre cette suppression, vous a été adressée. De ce fait, ce projet d’arrêt de la navette est-il définitif ou seriez-vous prêt à en revoir sa définition et ses objectifs en concertation avec vos administrés ?  Si votre décision d’arrêt de la navette était définitive, pouvez-vous nous apporter les éléments factuels et argumentés (étude d’impact, fréquentation sur les trois dernières années,…) qui ont motivé votre choix ? » a demandé Séverine Edou

    «Depuis environ deux ans, la Commune a engagé avec l’EPT GPSO un travail de diagnostic sur l’offre locale de transport afin de mieux adapter le service rendu à la demande du public qui ne trouvait pas de solutions répondant à leurs attentes en matière de transport. Il est très vite apparu que si l’offre sur Vanves est abondante et s’est largement développée ces dernières années avec l’ouverture de la ligne 59, il subsistait plusieurs déséquilibres qu’il devenait urgent de corriger. L’objectif a été d’adapter plus efficacement le service public à de nouvelles demandes, à de nouveaux publics et utiliser de façon plus efficiente l’argent public. Dans le cas de la Navette, j’ai bien noté que la qualité majeure dont vous faites état pour ce service serait d’étoffer l’offre de transport déjà existante. Comme je le soulignais, celle-ci fait déjà partie des plus importantes pour une Commune de petite couronne : 5 lignes de bus RATP dont deux au départ de Vanves permettent de desservir directement le centre de la capitale et les points d’attraction les plus divers dans les domaines culturel, commercial, hospitalier, récréatif. Ces 5 lignes desservent aussi directement la totalité des Communes proches de Vanves ainsi que de nombreux lieux d’activité. Chacune de ces lignes permet par ailleurs des interconnections faciles avec l’ensemble du réseau francilien RATP ou SNCF. Aucun point de Vanves n’est à l’écart de ce réseau dont l’accès est particulièrement aisé quel que soit le quartier » a répondu Sandrine Bourg, maire adjointe.

    «La nécessité d’étoffer cette offre avec la Navette aurait pu se comprendre et justifier d’y consacrer de l’argent public s’il avait existé une réelle demande et si malgré tous les efforts consentis depuis 20 ans, il était resté à Vanves des secteurs à l’écart, isolés de l’offre globale. Compte tenu de la faible superficie de notre Commune et de la densité actuelle du réseau, votre affirmation est en total décalage avec la réalité et avec les besoins des vanvéens. Les chiffres le démontrent parfaitement. Ainsi en 2016 la fréquentation de la Navette était de 70 670 voyages par an. Depuis 5 ans, la chute de fréquentation est constante : 29 949 voyages en 2018, 9 666 voyages en 2019, 3 952 voyages en 2020. Une fréquentation divisée par 17 entre 2016 et 2020 ; même si l’on exclut l’année 2020 des statistiques du fait de l’effet COVID, les chiffres restent éloquents : - 86 % de fréquentation entre 2016 et 2019. Bien évidemment si les chiffres de fréquentation sont en chute libre, le coût moyen d’un voyage atteint des sommets puisque le coût global du service reste constant (aux alentours de 200 K€ annuel). Ainsi le coût de revient pour la collectivité d’un voyage en Navette est passé de 792 000 en 2018 à 4,972 000 en 2020 » a -t-elle poursuivi en ajoutant : «Fallait-il donc s’entêter ? »

    « Nous avons préféré adapter le service public pour répondre à une demande que la Navette ne remplissait pas et affecter l’argent public pour répondre correctement à un vrai besoin : celui d’un transport à la demande nécessaire notamment à un public que vous avez-vous-mêmes cité : personnes âgées, handicapés, personnes malades. Le nouveau service de transport individuel à la demande « Vanves Express » offre la possibilité de desservir des localisations précises et accroit le champ de mobilité jusqu’à un rayon de 3 kilomètres depuis le centre de Vanves ce qui inclut toutes les Communes voisines (Issy-les-Moulineaux, Paris, Malakoff, Clamart et même une partie de Montrouge et Chatillon). L’ex Navette ne permettait pas toutes ces possibilités. D’ailleurs, les chiffres de fréquentation de Vanves Express sont en hausse constante depuis sa mise en service.. Une façon concrète de démontrer que notre choix était non seulement avisé s’agissant de la réponse au besoin et aussi sage s’agissant de l’impact pour le contribuable»