Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand paris express

  • RETOUR SUR LA PREMIERE REUNION PUBLIQUE VIRTUELLE DE LA MUNICIPALITE SUR ZOOM (Suite et fin) :

    Durant cette réunion de 2H20 mn, de multiplesquestions ont été posées concernant le projet municipal : «On a commencé à analyser les priorités sur les 120 projets inscrits au programme de notre équipe municipale» a indiqué Ury Israël, maire adjoint chargé du projet municipal  et notamment deux : Etendre l’action des médiateurs de rue  durant la période de l’été, et l’insertion de la transition écologique dans le PLU.

    Le patrimoine a été abordé avec les glacières du parc Frédéric Pic (sir la photo) qui ont été retenus par le loto du patrimoine : «La ville se préocupe depuis 30 ans de ce patrimoine classé, unique, privilégié, inaccessible (pour des raisons de sécurité. Mais le projet de rénovation est onéreux. C’est pour quoi ce loto du patrimoine est une aubaine. Mais le montant restant à la charge de la ville, est important » a indiqué Dominique Boez maire  adjoint à la culture.

    L’adjoint à l’urbanisme a fait le point sur le chantier du Grand Paris Express : « les différents planchers ont été mis en place, mais pas tous, car si le tunnelier Ellen est arrvéede Bagneux le tunnelier Laurence parti du pont de Sévres arrivera à l’autimne 2021. Les tavaux de génie civil pourront continuer avec l’émergence côté rue du Clos Montholon, suivi du réaménagement de la gare SNCF-Transilien sur la ligne Paris Montparnase et du tunnel piétonnier » a-t-il indiqué. «De nombreuses réunions sont en cours pour réaménager le quartier, sa circulation et les transports en commun entre les 4 Villes concernés, les deux intercommunalités et le département ».

    Ainsi que sur les déplacements en ville en déployant plusieurs projets : le passage en ville 30 km/h, la généralisation du double sens pour les vélos, la création de pistes cyclables notamment sur l’axe du CD 50 (E.Laval, A.Fratacci, Bd du Lycée), la sensibilisation au partage de l’espace public. Un vanvéen a d’ailleurs fait remarquer que les lycéens de Michelet remontaient toute la rue Mary Besseyre jusqu’à la place de l’Insurrection et roulaient sur les trottpirs entre l’hôtel de ville et ce carrefour. «C’est un souci ! Des vanvéens se plaignent ! » Un autre s’est inquiété de la propreté de la rue Louis vicat, question récurente aux réunions publiques du Plateau : « Un travail important est réalisé avec la ville de Paris  et la mairie du XVe sur cette rue mal considérée. On leur rappelle que c’est une rue qui leur appartient, et qu'elle doit l’entretenir » a-t-il indiqué en précisant «qu’un travail en commun est en cours pour la réaménager avec la requalification des immeubles donnant sur cette voie parisienne »  

  • MERCREDI VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS DANS LE CREUX DE L’OREILLE

     PARTAGE TON GRAND PARIS  

    16 projets artistiques qui se déploieront, en accès libre et gratuit, à partir du 1e octobre jusqu’au 31 décembre 2020 aux abords du tracé du Grand Paris Express, ont été retenu par le jury de cet appel à projet parmi 114 candidatures.  L’un d’entre d’eux se déploiera  à proximité dela future gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart : «Place à la gare» par l’Association Beat and Beer et le collectif Crème Fraîche qui vont proposer une préfiguration artistique. Lancé en juillet 2020 en partenariat avec la DRAC IDF  et l’Association des Directrices et Directeurs des Affaires Culturelles d’ÎDF, cet appel à projets a pour ambition le déploiement d’une programmation culturelle et vivante autour des chantiers du Grand Paris Express, soutenant ainsi les professionnels de l’art et de la culture franciliens, durement touchés par la crise de la COVID-19. Des artistes et jeunes créateurs sont ainsi invités à expérimenter, raconter, animer les territoires du Grand Paris, au travers d’actions et dispositifs divers, de rencontres dans l’espace public, d’expositions ouvertes à tous, de fêtes de chantier, conviviales et fédératrices.

    Le design des rames du futur Grand Paris Express

    Les vanvéens pourront découvrir une rame en taille réelle du futur métro du Grand Paris Express  qui circulera sur la ligne 15 qui desservira la gare du Fort d’Issy-Vanves-Clamart à partir du 3 Octobre à la Fabrique du Métro à Saint-Ouen (sur la photo),  en attendant sa mise en service prévue pour 2025. La Société du Grand Paris, en charge du projet, propose au travers d’une nouvelle exposition, «Les lignes du Design», de découvrir une voiture du futur métro et les nouvelles gares. Les visiteurs auront en effet la possibilité de monter dans une maquette d'une rame, qui sera disposée sur un quai factice, et pourront en découvrir l'aménagement intérieur et les fonctionnalités.  D'après le cahier des charges d'Alstom, les portes devraient être plus larges, des prises USB devraient être à disposition, la climatisation améliorée et des écrans d'information installés. Le JDD du 27 Septembre a levé le voile sur l'aménagement intérieur : Les rames seront plus larges (2,80m) que celles du RER (2,40m) avec chacune 30 places assises, aucun siège rabattables alternant classique face à face et alignement le long de la cloison et des parois blanches et noires, avec des espaces pour fauteuil roulant. Elles sont éclairées par des «douches lumières» surplombant les baies vitrées, bandeaux lumineux au plafond, lampes sous les sièges. Elles disposeront d’un diffuseur d’odeur, de prises USB pour recharger son portable, de 5 caméras de vidéoprotection, et interphones relié au PCC, des écrans pour afficher le plan de la ligne, les éventuelles perturbation. Surtout un compteur permettra de connaître le nombre de passagers dans chaque voiture et d’indiquer le taux de remplissage sur les façades du quai, ce qui est une première.  

    LA FABRIQUE DU METRO

    Les vanvéens sont à 30/35 mn de la Fabrique du Métro par la ligne 13. Il suffit de descendre à Garibaldi ou mairie de Saint Ouen pour la rejoindre, situé dans le parc des Docks, pour découvrir ce lieu inédit d’expérimentation et de communication sur le Grand Paris Express. Pensée comme une gare reconstituée, elle propose une soixantaine de maquettes et prototypes liés à l’aménagement des gares. Elle raconte une aventure humaine et technique hors norme : la conception et la construction de ce métro qui compte 200 km et 68 gares. Ainsi le visiteur peut découvrir les étapes de sa construction, les tunneliers, la géologie, l’architecture des gares. Maquettes, panneaux et vidéos, dispositifs multimédias interactifs et une salle immersive avec images projetées en 3D le plonge au cœur de la construction de ce nouveau métro. Sachez que chaque 1er samedi du mois, une journée porte ouverte est organisée

  • RETOUR SUR UN ETE CORONA A VANVES : L’ARRIVEE DU TUNNEL ELLEN A LA GARE DU FORT D’ISSY-VANVES-CLAMART

    Le chantier du Grand Paris Express à la gare du Fort d’Issy-Vanves-Clamart a vécu un événement important 3 ans après le ripage du toit de la gare sous les voies SNCF Transilienà la mi-Août 2017. L’arrivée du premier tunnelier à être mis en service dans les Hauts-de-Seine, Ellen le 28 Juillet dernier. Il a creusé un tunnel de 4 km à 23 m de profondeur, depuis le 14 février 2019 entre les gares de Bagneux, Châtillon-Montrouge, Fort d’Issy-Vanves-Clamart sur la future ligne 15 sud du métro.

    Une impressionnante machine fabriqué par une société allemand qui a avancé au rythme moyen de 12 m par jour en fonctionnant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 grâce à une vingtaine de personnes en trois fois huit, sauf au début du confinement: «La tête de coupe, qui fait en elle-même plusieurs tonnes, c'est l'extrême bout d'un train avec plusieurs wagons .Juste derrière la roue se fait l'approvisionnement des voussoirs (NDLR : éléments préfabriqués en béton armé qui s'imbriquent les uns aux autres comme un puzzle) et la pose. Les wagons derrière permettent d'acheminer différentes choses, comme l'énergie ou l'équipement de sécurité» expliquait Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP) présent à son arrivée où élus comme responsables du chantier ont assisté au percement des derniers 50 cm du tunnel à 42 m de profondeur (sur la photo)

    « Ça fait quatre ans qu'il creuse et aujourd'hui il arrive ici, parfaitement là où c'était prévu » constatait alors Gualtiero Zamuner, l'un des chefs du projet, en expliquant « Le creusement du tunnel est un vrai travail de précision. À l'avant, la roue de coupe, de 10 m de diamètre et de 135 tonnes, creuse entre 10 et 15 m par jour, broyant la roche en tournant sur son axe. L'engin assemble en même temps le tunnel derrière lui en posant le revêtement à l'aide d'une machine à ventouses. Les déblais, aspirés au fur et à mesure, sont évacués à l'arrière du tunnel. Une centaine d'opérateurs se sont relayés pendant plusieurs années aux commandes de ce titan de 1 600 tonnes»

    Une partie du tunnelier doit à présent être démontée et sera ensuite réacheminée par convois exceptionnels jusqu’à son point de départ à Bagneux. Pour ce faire, une grue permettant le levage de la roue de coupe, du bouclier et de la jupe du tunnelier est arrivé par convois exceptionnels fin Juillet. Le train suiveur, quant à lui, a emprunté de nouveau le tunnel. La machine, une fois ré-assemblée, repartira à l’automne pour un second creusement d'environ 900m entre le puits Robespierre et la gare Arcueil-Cachan.. A Fort d'Issy-Vanves-Clamart, « on va pouvoir finir les planchers, avant de commencer à construire les locaux techniques. On aura ensuite besoin de trois ans pour aménager la gare. » indiquait il

    Cette future gare, à quelques mètres seulement de la gare de Clamart, est la première du Grand Paris à avoir entamé sa construction. Un ouvrage particulièrement technique car situé sous les voies ferrées et à proximité des habitations. La mise en service est prévue à l'horizon 2025, un délai que le président du directoire de la Société du Grand Paris espère pouvoir tenir malgré l'impact de la pandémie. Sur l'ensemble du projet, « l'impact du Covid se traduit par un rallongement des procédures de trois à huit mois », estime Thierry Dallard. « Un retard qui ne retardera pas forcément la mise en service », a-t-il nuancé, mais qui « peut se traduire par une augmentation des cadences ».