Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand paris express

  • LE CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL DE VANVES EN PANNE ?

    Alors que le Conseil économique, social et Environnemental  (CESE) de Boulogne-Billancourt, est devenu une institution locale atypique, son Maire, Pierre Christophe Baguet (LR) n’ayant pas hésité à le consulter sur des sujets aussi divers que brûlants, comme  la planification des travaux, l’organisation des entretiens et concertations, ou sur des sujets structurants comme l’aménagement de la ZAC Seguin, la possible fusion Boulogne/Issy-les-Moulineaux, la valorisation du patrimoine culturel… rien de tel à Vanves, où les commissions ne se réunissent pratiquement plus, et l’assemblée générale qui se tient généralement fin Mai/début Juin, comme l’année dernière,  n’a même pas été convoqué. Et pour cause !

    « Notre dernière réunion de commission en novembre 2016 s’était terminée sur le constat navrant de ne pouvoir traiter les sujets proposés pour l’année 2017. En effet, les questions choisies ne relevaient pas d’un besoin municipal identifié et n’avaient pas d’élu référent.Une réunion des présidents de commission en février n’a fait que constater cette situation pour l’ensemble des commissions qui ne peuvent instruire leurs sujets faute d’interlocuteurs référents. Depuis, rien n’a changé ! » constatait un présidente de commission. Une autre commission (Espace Public)  s’est vu confié à la Rentrée 2016,  une étude  sur les déplacements à Vanves dans le cadre de la création de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart, alors qu’il est vrai que dans le même temps, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine (CD  92) réalisait une étude qui prenait en compte tous les modes de déplacement afin d’assurer pour chacun (piéton, cycliste, PMR, usagers des transports en commun, automobilistes, deux roues motorisées…) la meilleure accessibilité possible aux nouveaux pôles d’échanges, en concertation étroite avec les villes concernées par la future gare. Elle a sollicité la présence du maire adjoint chargé des travaux, de l’urbanisme, de l’environnement et du développement durable à une de ses réunions, sans succès, puisque l’ayant accepté, il l’a annulée au début de la campagne législative sans avoir proposé un nouveau rendez-vous

    L’impression générale est qu’aucun élu, ni administratif est à même de communiquer avec les membres de ses  commissions qui sont victimes d’une véritable rétention d’information. Et pour cause, car ils sont doublés par l’administration. Ainsi cette commission Espace Public qui a travaillé longuement sur la sécurisation de la rue J.BLeuzen entre 2015 et 2016, a découvert, par inadvertance que  GPSO avait réalisé une étude de sécurisation en amont de sa réflexion et qu’elle était en cours d’approbation par la municipalité. « Alors que notre étude sur la rue Jean Bleuzen préconisait des solutions pour apporter une circulation plus douce à cet axe important, en particulier en donnant une vraie place aux vélos, l’étude GPSO renvoyait l’accès des cyclistes à la rue sadi Carnot qui ne dessert qu’une partie de la zone, et tout les cas, pas l’accès au métro, ni à celui de Paris » constatait sa présidente. « Aussi le choix de la municipalité de retenir de notre étude, uniquement la création d’un passage piéton devant le Mac Do, tout en citant les travaux du CESEV dans le Vanves Infos, nous a beaucoup déçus » ajoutait elle en porte parole de ses membres, découragés devant les refus essuyés lorsqu’ils ont fait différentes propositions d’études rejetées pour leur « non actualité ». Du coup l’ensemble des membres de cette commission a décidé de démissionner pour ne pas cautionner ce simulacre de concertation  

  • VANVES ADHERE A UN COMITE DE COORDINATION CONTRE LES NUISANCES DU CHANTIER DU GRAND PARIS EXPRESS

    Vanves a adhéré comme toutes les communes concernées par un chantier du Grand Paris Express dans les Hauts de Seine à un comité de coordination routière créé par le Conseil Départemental des Hauts de Seine (CD 92), à la suite d’une convention qu’il a signé avec la Société du Grand paris (SGP) pour définir les mesures visant à réduire les perturbations à la circulation routière induites par ses chantiers, mais aussi d’autres chantiers qui pourraient être programmés à proximité, concernant l’aménagement urbain ou des constructions immobilières, commece sera lecas dans le triangle d’or de Vanves (rue Clos Montholon/avenues de la Paix et du Général de Gaulle) où sont prévus d’ici 2021, 600 logements. Les habitants du quartier du Clos Montholon et surtout les riverains des avenues de la Paix (sur la photo)  et du Général de Gaulle s’en aperçoivent matin et soir depuis maintenant un an, c’est à dire le lancement du chantier de la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart le 4 Juin 2016 et la neutralisation de la rue du Clos Montholon .

    A cette occasion, il  a développé deux outils, l’un pour recenser les chantiers induisant des gênes significatives à la circulation, à vocation collaborative, l’autre de modélisation des déplacements dans lequel il analysera l’effet cumul des chantiers et leurs restrictions de la circulation. La SGP devrait financer la mise en œuvre d’un réseau de capteurs permettant de mieux comprendre l’évolution des trafics pendant les chantiers. Marie Françoise Goloubtzoff qui est la représentante de la ville de Vanves à ce comité de coordination devra l’informer des projets d’aménagement urbains, immobiliers ou de voirie que la ville envisage de mener jusqu’à 5 ans afin d’enrichir et d’actualiser la base de données de ce comité. Un défaut d’information sur les travaux engagés pourra provoquer un refus systématique de travaux  par le comité de coordination qui  ne prendra en considération que les travaux renseignés dans sa base de données, afin d’autorisre la commune à mettre en place déviations ponctuelles et localisées etc….      

  • CHANTIER DU GRAND PARIS EXPRESS A VANVES : DES DEROGATIONS MALGRE LES NUISANVCES POUR EVITER LE REPORT DU RIPAGE DE LA DALLE

    A l’occasion d’une question sur les nuisances sonores du chantier de la future gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, localisée à la jonction d’Issy-les-Moulineaux, de Vanves, de Clamart et de Malakoff, du Grand Paris Express posée par le groupe PS au Conseil municipal du 31 Mai, Pascal Vertanessian a été amené à apporter des précision sur les mesures tendant à sécuriser le planning d’exécution des travaux du Grand Paris Express.

    « Elles consistent en la possibilité pour la Société du Grand Paris (SGP) de demander aux Maires concernés par les travaux, d’accorder une dérogation à la réglementation relative aux nuisances sonores en vigueur sur leur territoire, notamment concernant les travaux bruyants et chantiers de BTP. Sur Vanves l’arrêté municipal du 28 mai 2002 « de lutte contre le bruit » établit dans son article 6 que : « sauf urgence caractérisé, les travaux bruyants sur la voie publique ainsi que les chantiers sont interdits de 19 h à 7 h 30 les jours ouvrables, les dimanches et les jours fériés ». La SGP nous a signalé le 14 mars dernier par courrier que les travaux entraient dans leur phase de génie civil sous tabliers ferroviaire SNCF du 17 avril au 12 août 2017. Une étape décisive visant la réalisation des parois moulées de l'enceinte de la station et de la dalle préfabriquée destinée à la recouvrir, à la suite d'une opération de ripage devant se dérouler du 12 au 16 août 2017. Cette opération de ripage imposant l'interruption de la circulation des trains SNCF, sur environ 4 jours, le créneau avait été défini avec SNCF il y a plus de 3 ans. Or des aléas découlant de problématiques liées à la libération d'emprises de la SNCF ou à des aspects géotechniques ont provoqué des retards nécessitant un ajustement temporaire des horaires de chantier…Sans lequel la prochaine interruption de circulation devrait être reportée à l'été 2019, décalant d’autant la poursuite du chantier et l'ouverture de l'ensemble de la ligne 15 sud. En conséquence dans son courrier la SGP demandait un aménagement des horaires comme suit : 7h00 à 22h00, du 17 avril au 5 mai 2017 et du 6 juillet au 11 août 2017 (excepté les samedis, dimanches et jours fériés). Et, entre ces 2 périodes, sans interruption (24/24, 7/7) du 8 mai au 5 juillet 2017. L’accord donné à ces dérogations a été clairement conditionné au respect des engagements pris par la SGP pour limiter au maximum les nuisances sonores générées pour les riverains. La SGP a en effet détaillé en réunion publique du 25 avril dernier les mesures, d’ordre technique ou organisationnel, prises pour limiter les nuisances sonores notamment la nuit : Ajout de bâches acoustiques autour du chantier. Camions de livraisons (béton, ferraillage…) stockées sous la dalle, après la bâche acoustique.  Limitation au maximum des bips de recul de jour, interdiction la nuit. Aménagement de la zone de chantier afin de limiter la marche arrière des véhicules. Création d’une aire de retournement côté Montholon afin d’éviter le recul des camions de livraison. Le chantier arrivant, par ailleurs, dans une phase enterrée, les nuisances sonores devraient être atténuées » a-t-il indiqué en assurant que « la Commune reste vigilante sur cette question et travaille en étroite coordination avec la SGP ainsi que les associations de riverains qui sont régulièrement informés de tous les évènements concernant la vie du chantier et qui peuvent faire valoir leurs propositions ».