Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand paris express

  • VANVES DANS LE CREUX DE L'OREILLE

    SECURITE  : Alors que la moitié du terrain de football annexe est neutralisé face à un risque d’effondrement d’échaffaudage le long de la piscine pour les besoins de l’enquête et des expertises suite à l’accident du 4 Août, pour respecter le principe de précaution, des supporters et des spectateurs, ont pris l’habitude à chaque match de football, de s’installer dans la tribune du PMS André Roche alors en zone chantier (sur la photo dimanche dernier). Et personne ne dit rien ou n’intervient en quoi que soi alors que dans d’autres circonstances, les autorités municipales veillent au grain avec sévérité (et raison). Mais là, que se passe t-il ?

    DISPARITION : Alors que beaucoup pleure la disparition d’un autre monument de la chanson, Charles Anavour, après Johnny, une autre personne a disparue dont beaucoup de Vanvéens appréciaient les analyses sur ce proche et moyen Orient sur les chaînes d’informations : Antoine Sfeir. Il était venu, voilà presque un an, le 10 Octobre 2017, donner une conférence dans le cadre de la préparation d’un pélérinage des paroisses de Vanves au Liban en Avril dernier. Et bien sûr, comme d’habitude, il avait passionné son public en parlant de son pays, de son histoire bien sûr, des événements qui l’ont seccoué ses dernières années, et qui l’ont amené à s’installer en France.

    SGP- ENQUETE PUBLIQUE : Une enquête parcellaire a été ouverte hier jusqu’au 19 octobre 2018, portant sur l’établissement d’une servitude d’utilité publique en tréfonds au bénéfice de la Société du Grand Paris (SGP) en vue de la réalisation du tunnel ferroviaire du tronçon sud de la ligne 15 (tronçon Pont de Sèvres/Noisy-Champs : ligne rouge 15 sud) du métro souterrain du projet de réseau de transport public du Grand Paris du Grand Paris sur les communes de Sèvres, Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Vanves, Malakoff, Châtillon, Montrouge et Bagneux.

  • Ligne 15 Sud du Grand Paris Express et Vanves : Une progression considérable en 2019

    Tout le monde a retenu un nouveau retard pour la mise en service de la ligne 15 Sud qui desservira Vanves dont certains se sont offusqués. Mais avec le nouveau président du directoire de la société du Grand Paris, Thierry Dallart qui a pris ses fonctions en Juin dernier, «pas question de faire semblant et dire qu'on finira en 2025, car à un moment ou un autre, il faut dire la vérité et ma responsabilité sera de la dire régulièrement» expliquait il ses derniers jours en ayant décidé de privilégier la transparence et la pédagogie.  «Il faut être modeste pour ce genre d’exercice, car on est dans des travaux de génie civil, souterrain, dans une géologie compliquée en milieu urbain très dense, où en plus il y a du volume, avec des aléas» a-t-il expliqué, que ses équipes essaient d’anticiper quite à prendre 2 à 3 mois de retard

    Ce qui n’est pasle cas pour la gare du Fort d’Issy-Vanves-Clamart : le creusement de la boîte gare, débuté en septembre, se pour-suit à l’abri de la dalle de couverture jusqu’à fin avril 2019. La réalisation du couloir de correspondance entre la gare de Clamart et celle du Grand Paris Express a démarré en janvier. Ces travaux sont réalisés par SNCF et financés par la Société du Grand Paris. En parallèle, la SADE réalise des travaux de renforcement d’un collecteur d’assainissement situé sous le boulevard des Frères Vigouroux jusqu’à fin septembre. Des chantiers mobiles pour des sondages de sols prennent également place en septembre, boulevard des Frères Vigouroux et sentier des Garmants à Malakoff. Enfin, sur l’ouvrage annexe Malleret-Joinville à Malakoff, le premier VSM (Vertical Shaft Sinking Machine) s’apprête à commencer à creuser. Cet engin, fabriqué par Herrenknecht, permettra de creuser un tunnel vertical sans recourir à la technique des parois moulées. Le VSM sera ensuite utilisé sur les ouvrages «Cimetière Parisien» (Bagneux), Fort de Vanves (Châtillon – Montrouge) et «Pierre Plate» (Bagneux).

    Par contre les chantiers sur cette ligne 15 sud vont conaître une progression considérable en 2019 : Deux tunneliers sont déjà en action sur la ligne 15 Sud : A Champigny plateau  où 289 m linéaire ont été creusé en direction de l’ouvrage de raccordement «Sentier des Marins» à Villiers sur Marne ;  et à Noisy le Grand en direction de la gare Bry-Villiers-Champigny où il est dans sa  phase de rodage (35 m linéaire creusé). 4 devraient entrer en action au cours de l’année2019  depuis le puit Robespiere à Bagneux jusqu’au fort d’Issy-Vanves-Clamart, ensuite à Arcueil-cachan, Créteil L’Echat et de vitry, avec le dernier à l’île  Monsieur.  La quasi-totalité des ouvrages annexes de la ligne est en travaux : Indispensables au fonctionnement du métro, à la sécurité et au confort des voyageurs, ces 37 ouvrages sont principalement des puits de ventilation et des accès de sécurité pour les pompiers. D’autres types d’ouvrages sont prévus. Par exemple, à Vitry-sur-Seine, les travaux préparatoires de la plateforme fluviale dédiée au transport des déblais sont en cours. La construction des deux centres d’exploitation de la ligne débutera en 2019 : Le centre d’exploitation Champigny qui assurera la maintenance des matériels roulants et accueillera le Poste de commandement centralisé (PCC).  Le centre d’exploitation Vitry qui sera dédié à la maintenance des infrastructures, des systèmes et des équipements.

  • HAUTS DE VANVES : DES NOUVEAUX LOGEMENTS ET UNE EXTENSION DE L’ECOLE DU PARC EN PERSPECTIVE

    L'un des autres exercices obligatoire de cette réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, qui s’est déroulé lundi dernier à Larmeroux sous l’orage, concerne les projets immobiliers et leurs conséquences. Cette fois-ci, le promoteur immobilier Atome, spécialisé dans les opérations de 20/30 logements, a présenté son projet (sur la photo) de 22 logements à l’angle des rues de l’Avenir et Larmeroux, à l’emplacement de 3 pavillons. Un bâtiment R+6 avec  des appartements traversants, des studios, avec terrasses/balcons/loggias (à 7400/7500 € le m2), 11 parkings jouant sur un dénivellé de 9 m du terrain

    Des riverains de la rue de l’Avenir se sont tout d’abord inquiété du chantier, avec son emprise (côté Larmeroux), la circulation des camions, alors qu’il est arrivé que des conducteurs de mastodontes s’engagent rue de l’avenir, sans pouvoir reculer, à cause de Gooogle. «Il faudra étudier avec vous des solutions pour assurer le maximum de sécurité » a rassuré le maire de Vanves. « Lors de la présentation du chantier de construction de l’immeuble rue du docteur Arnaud, on ne nous a pas annoncé que le trottoir serait neutralisé, rendant difficile la circulation des piétons » s’est plainte à cette ocassion, une riveraine du stade. Un autre de la rue de l’Avenir s’est étonné du faible nombre de places de parkings : « La proximité de la gare du GPE explique ce choix » selon un représentant d’Atome. « Notre PLU ne prévoit pas un parking par logement neuf en cas de logement social » a indiqué le maire qui a insisté sur la nouvelle ligne de bus qui devrait desservir ce secteur entre la gare du GPE et Paris à partir de 2019.  

    Enfin, des riverains ont souhaité savoir où on en était le dossier du classement en voie publique de la rue de l’Avenir qui traîne : « Sur 60 copropriétaires, il en reste 6 à 8 convaincre. Mais on n’arrive pas à les toucher ! Nous réfléchissons à comment pouvoir se passer de 2 à 3 signatures manquantes pour ne pas pénaliser les autres. Mais on a besoin d’avoir votre accord à tous pour pouvoir paramétrer ! »

    Parmi les conséquences de tous ces chantiers immobiliers dans ce secteur du Clos Montholon, présenté au fil des réunions publiques du quartier des Hauts de Vanves, il y a bien sûr la question des équipements publics qui vont accompagner cet accroissement démographique, en surtout de l’école, notamment celle du Parc comme l’a évoqué un habitant, sûrement parent d’élève. Ce qui a permis une très longue intervention du maire sur le travail d’anticipation en cours et de concertation services municipaux-Education Nationale-association de parents d’élèves-enseignants  sur cette école du parc où seront scolarisés ses nouveaux écoliers. D’autant plus qu’elle a le potentiel de s’agrandir vu son site, sans pour cela détruire les pavillons (de type Mansard) qui existent comme l’a précisé le maire adjoint chargé de l’urbanisme  : Deux classes de maternelles et trois classes d’élémentaires sont prévus, dans un contexte où, les effectifs baissant, des classes sont supprimées. Mais la ville doit anticiper une capacité d’accueil et en profiter pour rénover cette école. L’équipe du maire a imaginé comme pour Cabourg, d’installer une école provisoire à l’emplacement d’une partie du garage municipal  pendant le chantier. Une affaire qui demandera cinq ans.