Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

personnalités vanvéennes

  • BERNARD SAINT HILLIER, LE COMPAGNON DE LA LIBERATION DE VANVES S’EST ILLUSTRE DE BIR-HARKEIM A L’ALGERIE

    L’anniversaire de l’appel du 18 Juin samedi dernier, fut l’occasion,  pour certains, de rappeler qu’un compagnon de la Libération repose au cimetière de Vanves : Bernard Saint-Hillier fait Compagnon de la Libération par décret du 27 Mai 1943 qui a donné son nom à la 202ᵉ promotion de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr venu lui rendre hommage à la Toussaint 2017. 

    C’est un ancien élève du lycée Michelet, car aprés des études secondaires au Prytanée national Mimiltaire de la Flèche il a achevé ses études secondaires au lycée de Vanves, puis il est entré à Saint-Cyr en 1931. Diplômé en 1933, il va participer aux conflits qui ont marqué la guerre et l’après guerre au gré de ses affectations : Son premier poste  est au 11e batailllon de chasseur alpin où il commande la section d’éclaireurs-skieurs. A La veille du déclenchement de la seconde guerre mondiale, il avait rejoint, comme lieutenant la légion étrangère et sa 13e demi-brigade, où il devient capitaine en août 1940. Il a participé à l’expédition de Narvick au cours de laquelle il est blessé par un éclat de bombe. Il s’engage alors dans les ForcesFrançaises Libres en empruntant le nom d’un Dolais célébre, Jean de Vienne  avec lesquelles il participe à toutes les campagnes de la 13eDBLE et notamment à la défense de Bir-Hakeim en 1942. Nommé chef d’État-major de la 1ére Division des Français Libres sous les ordres du général Diego Brosset en septembre 1943, il débarque en Italie en avril 1944, puis en France, à Cavalaire, le 16 août 1944.

    En 1945, il prend le commandement de la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère, puis il est affecté en 1946 en métropole et passe deux ans à l'état-major des forces armées, où il est colonel et commande le 18e régiment de parachutistes jusqu'en 1954 date de son départ en Indochine où il commande le Groupement Aéroporté n°1. Il a pris part à l’expédition de Suez en 1956, puis en Algérie en 1958, où il est chef d'état-major à Constantine.. Il commande la 10e division de parachutiste (1960-61) ce qui lui vaudra d’être arrêté par les mutins au moment du putsch d’Avril 1961 à Alger et interné à In Salah. Puis promu général de Brigade, il  devient chef de cabinet militaire du Ministre  de la Défense puis représentant militaire français auprès du commandement allié en Europe (1962). Promu général de division en 1965, il est nommé inspecteur des personnels de réserve de l'Armée de terre. Général de Corps d’armée en 1968, il commande la IIIe région militaire de Rennes et il  est membre du Conseil Supérieure de la guerre

    Jean Christophe Notin  lui a consacré un livre en Septembre 2009 : «Le général Saint-Hillier, de Bir-Hakeim au putsch d’Alger» (Edt Perrin). La Promotion 2015-2018 de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr l'a choisi comme parrain de promotion lors du baptême le 23 juillet 2016 à  Coëtquidam.  Et le 25 Mai 2017, les jeunes Saint-Cyriens de cette promotion  ont rendu hommage à leur parrain de promotion, en se rendant au cimetière pour une courte cérémonie avec dépôt de gerbes, en hommage à ce militaire qui s’est engagé dans les Forces Françaises Libre, au lendemain de l’armistice.

  • LA DERNIERE MERCIERE DE VANVES EST DECEDEE

    Cinq ans après ouvert sa mercerie « Loisirs créatif », créé voilà vingt ans, Françoise Buire ( à droite sur la photo) a tirée sa révérence ses derniers jours. C’était l’épouse du marchand de journaux et librairie installé juste à côté. Elle avait réussie à faire de la dernière mercerie de Vanves, un endroit convivial, comme son époux avec sa librairie. «J’ai ouvert cette mercerie pour payer ma retraite à 45 ans. Je n’étais plus en âge de trouver un emploi facilement et d’être employé. Au début, je voulais ouvrir un club de points comptés ou de croix. Mais de fil en aiguille, c’est le cas de le dire, les gens m’ont parlé de mercerie. Comme j’aimais la couture, j’ai sauté le pas. Et cela dure depuis 2001» confiait elle à l’auteur de ce blog, quelques jours avant sa fermeture en Décembre 2015.Combien de passionnés de couture, de tricotage,  de canevas, de point compté, de point de croix mais aussi tous ces créatifs,  pouvaient trouver de quoi assouvir leur passion pour créer des objets de toute sorte, d’où ce nom de « loisir créatif ». Elle avait suivi toutes les modes du scrapbooking, des bracelets paracordes après le décopatch, les perles swarovski, la pâte Fimo pour faire des bracelets et des bijoux apparus au fil du temps… Enfin, beaucoup de vanvéens avaient découvert cette mercerie car elle a été dépôt de la Redoute,  bien avant cette mode des commandes par  Internet que l’on vient maintenant chercher dans certains boutiques Après »Chez Fauvette » dans le centre ancien voilà longtemps, Vanves a non seulement vu disparaître sa dernière mercerie voilà cinq ans, et maintenant cette qui l’a tenu pendant quinze ans.. 

  • UN EX INVISIBLE S’EST ECLIPSE DE VANVES AUQUEL RENDENT HOMMAGE DE NOMBREUX AMIS

    Michel Judde nous a quitté après de longues années de combats contre la maladie qui l’avait amené à mettre fin à ses fonctions de président du CLAP (comité Local des Associations Patriotiques) qu’il a exercé pendant une dizaine d’année durant lesquels, il veillait au bon protocole des cérémonies patriotiques locales, et la bonne entente entre ls associations. Mais c’était un « monsieur » dans le Monde combattant président de l’association  des Ex-Invisibles (Association des Anciens Combattants Services de Renseignements de France et des Pays Alliés) )  qui organisait réguliérement des rasemblement de jeunes pour les sensibiliser comme la dernière fois, sur le théme de la citoyenneté  et du développement durable, les emmener participer  au ravivage de la Flamme à l’Arc de Triomphe. « Ils étaient fier de remonter une partie des Champs Elysées pour arriver devant la Flamme sacrée » confiait il au Blog après une cérémonie qui l’avait marqué, parce que la jeune fille qui avait ravivé la flamme avec lui,  en avait des larmes d‘émotion. IL organisait réguliérément pour les jeunes du lycée Michelet, des  visites les plages du débarquement et musée mémorial de Caen qu’il faisait financer par la fondation de la ligne André Maginot dont il était l’un des hauts membres, tout comme de la Fondation de la France Libre.

    Né le 8 septembre 1944, c'était un spécialiste des télécommunications et de la sécurité des systèmes d’information. Il a fait une brillante carrière militaire entre 1965 et 1991. Puis, il a travaillé chez Thomson, puis s’est lancé, par la suite dans le domaine de l’ingénierie d’études. Michel Judde a siégé au conseil municipal durant la première mandature du maire de Vanves sortant (2001-2008)  durant laquelle il  a contribué, en tant que délégué aux NTICS,  à la mise en place du programme d’informatisation des écoles. Il était particulièrement impliqué dans les associations patriotiques, correspondant Défense. Et il était l’un des piliers de l’Amicale des Pieds Noirs. IL avait été fait citoyen d’honneur de Vanves en 2010.  Aujourd’hui, ses amis comme l’a bien exprimé Paul Guillaud, président de l’UNC 92/Vanves, sur son site facebook, pleurent un homme attachant, avec lequel l’auteur du blog aimait commenté l’actualité autour d’un café à la buvette du marché le samedi matin,  et partagent la douleur de sa famille et de son épouse.