Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

licra

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE MARQUEE PAR LE TERROIR

    C'est vraiment la semaine des terroirs à vanves avec le 15éme village des terroirs le week-end prochain place de la République, et l'ouverture parait il d'un restaurant aveyronnais, rue Jean Bleuzen à la place de Solan 

    Lundi 9 Décembre

    A 19H au Théâtre Le Vanves : Soirée Licra avec la projection du film « Le jeune Ahmed » précédée d’une intervention de Jacqueline Costa Lascoux, directrice émérite au CNRS sur « comment aborder la complexité de la radicalisation et prévenir la violence »

    Mardi 10 Décembre 

    A 18H30 à la Seine Musicale : Des élus de vanvéens devraient participer au débat que les présidents Devedjian et Bdier des Hauts et des Yvelines organisent sur le théme « Hauts de Seine + Yvelines : Pour un grand Paris Gagnant ? »

    A 19H (jusqu’à 21H) : Nuit de la Thermographie à Vanves : GPSO organise une balade nocturne dans la ville de Vanves avec une conseillère énergie de l'Agence locale de l'énergie et du climat

    A 20H au Gymnase A.Roche : Match de Basket – S.O.M.B.

    Mercredi 11 D2cembre

    A 19H à l’hôtel de ville : Conseil Municipal

    Vendredi 13 Décembre

    A 9H30 au Conseil Départemental des Hauts de Seine : Isabelle Debré vice présidente participe à la séance plénière consacrée au budget 2020

    A 18H30 Place de la République : Inauguration du 15éme Village des Terroirs qui se  déroule tour le week-end

    A 20H à l’espace Gazier : Match d’impro des “ESCAL-LIES” atelier d’improvisation théâtrale de l’ESCAL à les “Intermédiaires”, troupe d’improvisation théâtrale de Paris  au profit du téléthon

    A 20H30 au conservatoire de musique (ODE) : Concert de l’orchestre symphonique ‘Orsay en homage à Jean Louis Beydon

    Samedi 14 Décembre

    A 14H à la paroisse Saint Remy : Saint Remy en fête avec un diner en soirée (jusqu’à Dimanche)

    A 19H à la Palestre: Soirée Danse par l’association Passion Latina Vanves au profit duTéléthon

    Dimanche 15 Décembre

    A 15H au PMS A.Roche : Match de Foot Vanves – JSC Nanterre

    A 16H à Panopée : « Grasse Matinée » de René de Obaldia par la compagnie du Grain à Moudre et Musidora au profit du Téléthon

    A 17H à l’espace Gazier : « Le Cavavirus »de Jean Claude Grumberg pr la compagnie Un p’tit Bravo au profit du Téléthon  

  • LICRA DE VANVES : UNE SENTINELLE LOCALE QUI EVEILLE LES CONSCIENCES

    Bien évidemment, des vanvéens ont participé à la manifestation place de la République, dont le ministre Gabriel Attal, après les événements de ce week-end, avec le honteux déchaînement de haîne contre le philosophe Alain Finkielkraus, les multiples actes antisémites  dont les croix gammées sur les portraits de Simone Veil.

    A Vanves, depuis plus de 30 ans, la section de la LICRA animée par l’infatigable Monique Abecassis, avec ses adhérents, fait un boulot extraordinaire, en dehos du travail de ménoire vis-à-vis des jeunes, pour sensibiliser les vanvéens, face à ses dérapages. Comme le Blog l’avait titré voilà quelques années, cette section locale de la Licra est une véritable « sentinelle local qui éveille les consciences». Et notamment pour dénoncer les réseaux sociaux, où se développent  des discours racistes antisémitismes, homophobes, des incitations à la haine, à la violence, l’apologie du terrorisme et  parfois même appel au meurtre face auxquels les géants du web ne réagissent pas, tonnait encore sa présidente lors de la dernière assemblée générale le 17 Novembre dernier :   «Il faut savoir que chaque citoyen peut signaler des commentaires racistes, antisémites ou malveillants en saisissant l’Unité de lutte de la plate-forme PHAROS , il suffit de taper sur internet : internet-signalement.gouv.fr et que  la LICRA s’est investie dans la production de contre-discours. Une formation de militants est en préparation » indiquait elle  en rappelant que la lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été érigée en grande cause Nationale, avec la création d’une DILCRA (délégation ministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) sous la direction de Gilles Clavreul,  en charge de la lutte contre la haine et les discriminations

    «Alors que notre pays a vu de nouveau affleurer ces derniers jours, ces dernières semaines, les stigmates de l’antisémitisme, un front républicain de partis politiques, de droite, de gauche et du centre, a décidé d’appeller à un grand rassemblement place de la République ainsi qu’à la tenue d’événements de même nature dans l’ensemble du pays. Cette unité politique, au-delà des querelles partisanes et des divergences électorales, était attendue depuis longtemps. Elle est  enfin venue et il faut la saluer, la soutenir et l’encourager» expliquaient ses dernières heures les responsables de la LICRA dont Mario Stasi, son président. «Notre devoir est de marteler que la lutte contre l’antisémitisme n’est pas seulement l’affaire d’une communauté. C’est l’affaire de la nation tout entière. Quand les juifs sont désignés à la vindicte, la nation indivisible doit rappeler que c’est elle qui est visée et qu’elle fera corps, unie dans la fraternité, contre les fauteurs de haine».

  • JOURNEE INTERNATIONALE DES VICTIMES DE L’HOLOCAUSTE : DES RENCONTRES DE LA MEMOIRE A VANVES PLEINE D’ESPOIRS

    Entre la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’holocauste, de prévention des crimes contre l’Humanité célébrée hier Vanves place de l’Insurrection, sous la pluie, et la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation fin Avril, des associations comme la LICRA avec sa section vanvéenne,  depuis 20 ans, organisent des rencontres de la Mémoire dans les collèges, à Saint Exupery, et cette année, pour la premiére fois à Michelet, entre ces jeunes collégiens/lycéens et des déportés : « A travers les livres, les musées et les cours d’Histoire d’une rigueur scientifique, il fallait ajouter une dimension humaine, le témoignage des survivants de ses camps. Au fil du temps plus de 3000 élèves ont participé à ces rencontres de la Mémoire, de nombreux témoins anciens déportés se sont succédé : Les époux Farnoux aujourd’hui décédés, fondateur de l’association Mémoires des déportés et Résistants d’Europe, Charles Baron et Yvonne Broder,  les frères Zelti, le hongrois Nicolas Roth auteur de l’ouvrage «  avoir 16 ans à Auschwitz »,  Esther Senot 91 ans et Robert Wajman dont les témoignages sont conservés à la fondation de Steven Spielberg à l’université de Californie du Sud.  Tous ont laissé leur empreinte dans l’esprit de ses jeunes » indique Monique Abecassis, présidente de la LICRA de Vanves

    «C’est au travers le témoignage de nos ainés, derniers survivants de cette tragédie, que nos jeunes réalisent jusqu’où peut mener la haine de l’autre, le mépris de la vie humaine, la barbarie et aussi jusqu’où peut conduire l’indifférence et la passivité de ceux qui laissent faire sans réagir. A l’heure où notre jeunesse est dangereusement exposée aux propagandes haineuses sur internet et les réseaux sociaux, plus que jamais nous restons convaincus de la nécessité de perpétuer ce travail de mémoire avec les scolaires. Certains assureront le relais de cette mémoire, ils en parleront à leur entourage et plus tard à leurs enfants, d’autres disent qu’il faut savoir dire Non à la haine et se battre pour que ces horreurs ne se reproduisent plus »expliquait elle à la derniére assemblée générale. Ces rescapés racontent tout cela face à des jeunes toujours très silencieux, très attentifs, souvent très réceptif, certains quelquefois les yeux humides « Cette intervention m’a ouvert les yeux sur l’Histoire, sur notre Histoire. C’est une chose qu’on ne pourra pas effacer et oublier » réagissait Marléne, collégienne, après le témoignage d’Esther Senot par exemple..  « Après le témoignage, j’en ai parlé avec ma grand-mère. J’ai appris que son père avait repris son métier de boulanger pour nourrir les maquis. Il aurait pu être dénoncé mais il les a quand même aidés. Je suis fière de descendre de cette famille. De mon coté je n’oublierai jamais le témoignage de cette personne et cette inhumanité des nazis» confiait Lucille à  Monique Abecassis qui prend toujours soin de terminer cette séquence mémorielle par une note d’espoir : Elle parle de ces « Justes » qui n’étaient pas des héros, des gens extraordinaires mais tout à fait ordinaires qui ont sauvés beaucoup d’enfants.