Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVEENS

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : OBSEQUES A VANVES ET A RICHEMONT

    Deux vanvéens ont été portés en terre vendredi matin par leurs proches et amis : Sylvain Millot, charcutier de Vanves, au cimetière municipal après une célébration à l’église Saint Remy auquel de nombreux vanvéens ont assistés. Sœur Monique (Xavières)  a parlé d’un homme qui était discret, qui ne parlait pas beaucoup et souriait à ses clients. Il lui avait dit  un jour « pourquoi une sœur s’intéresse à moi ?». 500 km plus loin à Richemont prés de Cognac, Daniel Roche, ex-élu de Vanves, était porté à sa dernière demeure. Beaucoup de vanvéens qui n’ont pu se déplacer, ont eu une pensée pour cet enfant du pays vanvéen, et notamment ses amis boulistes-stadistes, par une simple gerbe

  • VANVES VIENT DE PERDRE L’UN DE SES TRES CHERS ENFANTS : DANIEL ROCHE

    Après toutes ces disparitions, voilà qu’hier en fin d’après-midi est tombé cette nouvelle : Daniel Roche nous a quitté ! 

    C’était vraiment un enfant du pays de Vanves, ainé des fils d’André Roche maire de Vanves (1965-1980) qui a vécut toute sa vie vanvéenne au « 13 » avant de s’installer à Cognac en 2000 lorsqu’il a pris sa retraite. Il a passé toute sa vie professionnelle à la RATP, tout d’abord comme conducteur de bus, puis contrôleur.

    Mais il s’était intéressé très tôt à la vie citoyenne dans sa ville, en prenant des responsabilités associatives au stade de Vanves – il a présidé et animé la section bouliste pendant de très nombreuses années car les boules lyonnaises étaient une passion qu’il a su faire partagé aux autres (sur la photo à gauche avec Benoît et Michel Bacon, François Praud lors d'une remise de coupe)  – et politique bien sûr : Il a été élu conseiller municipal de Vanves lors d’une élection partielle suite au décés de son père en 1980, et rejoint l’équipe dirigée par Gérard Orillard (1980-1991). Il a été maire adjoint lors du mandat de Didier Morin (1991-1995) chargé des travaux et a suivi de prés la première requalification du PMS A.Roche et  l’édification du pavillon des sports inauguré en Juin 1992.

    Enfin gaulliste convaincu, il était un pilier de la section gaulliste de Vanves, avec des idées chevillées au corps. Ses différents familles familiales, gaullistes, municipales, stadistes et boulistes sont tristes et pensent beaucoup à ses proches. Ses obséques sont prévus à Cognac où il sera enterré

  • VANVES ENCORE MARQUE PAR LA DISPARITION D’UN COMMERCANT ATTACHANT : SYLVAIN MILLOT

    Combien de fois ses amis s’amusaient à l’appeler « monsieur le maire du centre ancien » tellement Sylvain Millot aimait et défendait le cœur historique de Vanves. Il y a travaillé de nombreuses années, plus de 30 ans, dans sa charcuterie de la rue de la République, avec son épouse, avant de prendre sa retraite et passer la main à Eric Malinverni.

    Il partageait alors son temps avec le café pris chaque matin au Relais de Vanvres avec Françoise et les autres retraités, puis au marché avec Mireille et ses copines le samedi à la buvette, la famille et ses petits enfants  et la section tennis dont il était un pilier avec les parties de cartes chaque fin d’après midi, ses copains « Kalanichkov »avec lequel il avait passé ses vacances en Turquie, Castellino et Glavany avec lesquels il échangeait souvent dehors prés du pavillon du tennis en  fumant une cigarette ou en prenant le soleil.

    Il était un supporter historique de l'AJ Auxerre et un ami de son entraîneur historique, Guy Roux. Il ne ratait aucun match de cette grande équipe, au temps de sa splendeur, faisant des aller-retours entre Paris et Auxerre où une partie de sa famille vivait, dont son frére. Sa grande silhouette clauquedinante, sa gentillesse, son humour  va énormément manquer à ses amis dévastés après cette disparition brutale et son malaise vendredi en fin d’après lorsqu’il jouait aux cartes. Il a rejoint son fils dont il n’avait jamais accepté la disparition brutale