Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Associations

  • L’ASSOCIATION AGIR POUR LE PLATEAU REPOND AU MAIRE DE VANVES

    Agir Pour la Plateau vient de répondre à la lettre ouverte du maire de Vanves qu’il avait fait distribuer le 4 Mai, 6 jours avant son assemblée générale. Son bureau avait décidé de laisser passer le temps des élections qui occupait l'esprit de nombreuses personnes, et qui pouvaient susciter quelques fébrilités, malgré un ton que certains avaient trouvé quelque peu agressif

    « Ce serait peu dire qu’elle nous a choqués par son contenu agressif et inexact tenant plus de l’invective politicienne que d’un discours raisonnable et pondéré. Tout d’abord nous soulignons que l’apposition du logo de la ville avec la mention « avec le soutien de la Ville de Vanves » n’est que l’application de votre demande » commence-t-il en lui adressant en annexe le courrier qu’il avait signé lui-même. « Elle découlait ici de la mise à disposition d’une salle pour notre assemblée générale que vous nous aviez attribuée. Ensuite nous vous rappelons que les implantations d’un kiosque à journaux et d’une librairie ou la pose barrières anti rodéo, si vous vous en félicitez à juste titre, découlent d’initiatives de notre association. Il en est de même pour l’amélioration récente de la signalétique du Plateau qui a été étudiée par nos soins avec production de plans précisant les indications à ajouter. Le commentaire du dernier Vanves Le Mag l’attribuant à l’initiative d’habitants du plateau est encore un biais pour oublier notre contribution. Quant au projet d’une station-service GNV, il avait fait l’objet en réunion publique d’une remarque de notre part sur sa dangerosité liée au volume important de stockage sous haute pression de gaz, précision que vous n’aviez pas prise en compte et qui vous a amené à abandonner vous-même ce projet puis de vous féliciter de la réhabilitation du Skate Park initialement condamné. Il nous paraît également parfaitement fondé d’intervenir dans les enquêtes publiques qui sont justement destinées à connaître les opinions contradictoires. Il ne faut pas que vous soyez surpris dans une commune particulièrement dense par les réticences de la population vis à vis d’une fièvre constructive qui ne privilégie pas de nouveaux espaces verts » constate l’association

    « D’une façon générale nous nous attachons à vous exprimer les souhaits et les insatisfactions des habitants de notre quartier. Il nous semble que vous devriez vous en féliciter car cela vous permet d’y répondre avec plus de pertinence. Bien sûr nous pourrions apparaître comme des critiques systématiques mais les actions positives soulignées ci-dessus démontrent que ce n’est pas le cas. Nous sommes donc loin de « la démarche malfaisante » que vous nous attribuez bien à tort. Sachez que nous continuerons à agir comme nous l’avons fait jusqu’à présent pour que notre quartier puisse s’améliorer. Si c’est le propre d’une démocratie de s’enrichir de la diversité des points de vue, il nous semble que vous devriez méditer la phrase de Figaro: « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » et ne pas désirer des interlocuteurs qui ne seraient que de simples thuriféraires. Nous sommes toujours ouverts au dialogue dans la mesure où il est respectueux de chaque partie » concluent ils.

    Malheureusement ce n’est plus le cas car les lieutenants de la majorité municipale montent au créneau pour décrier cette association, avec la plus mauvaise foi possible, comme les participants au dernier conseil de quartier du Platzau ont s’en rendre compte, lorsque l’un de ses membres a eu (la malecontreuse) l’idée d se rapproche de l’association « Agir sur Plateau » Son animateur Alexis Gastauer a rappelé que «plusieurs membres de l’association ont été présents au sein du Conseil lors des dernières mandatures mais ne se sont jamais mobilisés pour être force de proposition ».  Erwan Martin maire adjoint a même déclaré que « compte-tenu des derniers éléments diffusés par cette association via le boîtage d’un trac dans un certain nombre de boîtes aux lettres du Plateau et constatant avec consternation le contenu à charge, erroné et disproportionné de ce document à l’égard de la commune, la Ville a décidé de suspendre toute activité avec l’association. L’association ne sera donc invitée à aucune réunion du Conseil de quartier. La Ville regrette vivement cette posture, alors que le dialogue avec cette association a été privilégié avec constance au cours des dernières années ».

  • LES ECOLOGISTES DE VANVES PRENNENT LA DEFENSE D’AGIR POUR LE PLATEAU DENIGREE PAR LA MUNICIPALITE

    «L’association Agir pour le plateau subit-elle une campagne de dénigrement de la part de la municipalité ?» se sont interrogés les écologistes de Vanves sur leur site internet «Coll’vert » à propos de cette association qui a pour objet «de défendre les intérêts des habitants de ce quartier agréable mais complexe du fait de l’extrême densité qui y règne» constataient ils. Tout a démarré début Mai lorsque cette association a diffusé un flyer pour annoncer son assemblée générale du 10 Mai, dans lequel elle évoquait différents projets qui concernent le quartier et sur lesquels elle cherche à être consultée en amont. Ce qui a valu une réponse du maire, sur papier glacée, envoyée à tous les vanvéens, où il ne fait pas dans la nuance. «Comme tous les vanvéens, elle se heurte à la conception étroite de la concertation dont fait preuve la municipalité qui se contente d’informations descendantes et ne prend pas en compte les désaccords. Il n’est donc pas étonnant qu’elle s’offusque de n’avoir pas de réponse à ses questions et du fait que ses propositions soient traitées le plus souvent par le mépris»

    Mais là, où la réaction des écologistes est intéressante, c’est qu’il apporte quelques éclairages sur les faits et les points évoqués dont certains ont été abordés et fait l’objet de questions orales lors des conseils municipaux :

    -Sur le fait de se prévaloir du « soutien de la Ville » comme l’indique le petit logo en bas à droite de l’invitation et mentionnant «Avec le soutien de la ville de Vanves», ils font remarquer «qu’il s’agit d’une obligation  contractuelle des associations pour bénéficier des subventions de celle-ci. Agir pour le Plateau ne fait donc que s’y conformer».

    - Sur le fun parc (petit stade de foot et basket) très fréquenté par les jeunes (et pas seulement ceux du Plateau) que le projet «Woodeum» va  faire disparaître :  «Depuis plus de deux ans, les habitants s’inquiètent de sa disparition et demandent instamment qu’il soit reconstruit. Sur ce sujet la réponse de la Ville est constante et lacunaire : il sera reconstruit à proximité Ce qui inquiète les habitants c’est que depuis deux ans aucun plan ni proposition de localisation n’ait pu être fourni. Rien n’apparaît à ce sujet dans le budget investissement de la Ville, aucune information n’est donnée sur la participation du promoteur à sa reconstruction. Il est donc légitime qu’ils continuent à s’inquiéter».

    -Sur l’hôtel de la rue du Moulin : «Alors qu’ avec le permis de construire de cet hôtel la Ville disposait d’un levier fort pour contraindre le Parc des Expositions à faire réellement plus d’efforts pour ouvrir ses espaces aux vanvéens en compensation des quelques nuisances qu’apportera ce bâtiment, elle s’est contentée de promesses de création d’un jardin d’enfants de 1600 m2 ( 40m sur 40m) dont seuls quelques privilégiés, invités par le Parc, ont eu connaissance. En parallèle de ce « jardin », le Parc prévoit semble-t-il la suppression de 400 à 600m2 d’espaces verts pour installer un commerce au coin des rues Marcel Yol et Jullien (en face de Michelet) et un espace de recharge pour véhicules électriques. Comment, dans ces conditions, s’étonner que les riverains n’y trouvent pas leur compte ? »

    -Sur la station de GNV : « Pas sûr donc que ce soit la seule opposition d’Agir pour le Plateau qui soit à l’origine de son abandon».

    -Sur l’abandon de la navette : « Elle offrait un service inefficace et coûteux, particulièrement depuis qu’elle avait été rendue payante. Il n’est pas anormal que la municipalité se soit interrogée sur une alternative. Mais d’un service visible par tous, elle est passé, là encore sans concertation, à un service de transport à la demande dont l’utilisation reste confidentielle même si les premiers chiffres énoncés satisfont ses promoteurs sans qu’on puisse savoir, faute d’enquête sérieuse, s’ils satisfont les besoins. Il est donc logique que l’association se saisisse du sujet ».

    Enfin, les écologistes remarquent, comme beaucoup de vanvéens que «pour Monsieur le maire toute interrogation, toute remarque devient «fake news» et ce serait « la seule arme de ceux que le suffrage universel a désavoué. Cette phrase à elle seule est symptomatique d’une dérive autocratique». Tout en ajoutant qu’il oublie juste que «l’association Agir pour le plateau n’est l’instrument d’aucune des listes qui se présentaient aux municipales de 2020 ; que le suffrage universel n’a accordé à l’actuelle majorité que moins de 4000 voix soit 22% des 18 000 inscrits. De la même façon, et alors que la Ville se prépare à ouvrir une «maison du vélo», elle n’a rien fait pour retenir à Vanves l’équipe de Vanves en Roue Libre qui, depuis des années, proposait gratuitement un service de vélo école et assurait les bourses aux vélos, mais avait le tord parfois des critiques des aménagements cyclables vanvéens. En considérant toute critique citoyenne comme une manœuvre politique, la majorité fait preuve d’un orgueil bien mal placé et se prive de tout la créativité et le dynamisme dont peuvent faire preuve les citoyens engagés».

  • AGIR SUR LE PLATEAU DE VANVES N’EN CONTINUE PAS MOINS SON ACTION MALGRE UNE CERTAINE FEBRILITE ELECTORALE

    Malgré les polémiques suscitées par son flyer d’invitation à son assemblée générale du 10 Mai dernier à l’école Max Fourestier, et démultiplié par une lettre ouverte du Maire sur papier glacé, et non écologique, l’association Agir sur le Plateau n’en continue pas moins son action en restant sereine et Zen, ses responsables mettant cela  sur le compte d’une certaine fébrilité politique provoqué par cette période électorale

    Elle n’en continue pas moins son action au jour le jour et ayant fait mardi soir, le point sur ses actions devant plus d’une cinquantaine de membres sur les 250 qu’elle compte, avec quelques curieux venus grâce justement à ce flyer. «On représente des soucis et des inquiétudes qu’on essaie d’apporter à la mairie et à GPSO » explique Pierre Bousseau son président qui a passé en revue, avec son bureau, les sujets d’actualité, après avoir constaté que depuis sa création, elle avait obtenue des résultats mis en place par la mairie et GPSO : le kiosque, la librairie le Cheval Vapeur, la station de bus 95 sous le pont SNCF...

    -La révision du PLU de Vanves provoqué par le projet d’hôtel rue du Moulin par Viparis sur un terrain dans le périmétre du parc des expositions où les travaux ont commencé : «Lors de l’enquête publique, on est intervenu avec le collectif du 4 Septembre pour faire part de nos observations. Des avis défavorables ont été émis par ls habitants notamment sur sa hauteur de 33m. 12 alertes ont été faites par la commissaire enquêteur notamment sur la préservation des arbres, la consolidation du terrain, à cause de carrières » a indiqué son président. «On peut s’étonner du choix de cet hôtel, sorte d’auberge de jeunesse, par Viparis et la ville avec la chambre à 40 € » selon une habitante. « On a des doutes sur la qualité du bâtiment qui sera inhabitable dans 5 ans» ajoute un autre participant. «Ce n’est pas l’hôtel qui nous a été présenté lors du comité des riverains » soulignait Claudine Charfe.  En tous les cas, une chose est sûre, à Issy les Moulineaux, André Santini a pris en compte les observations des riverains en abaissant la hauteur de 40 à 25 m du futur hôtel Marriott, et à Vanves, Bernard Gauducheau n’a rien pris en compte des avis émis par ses futurs riverains en imposant ce projet «d’un hôtel du pauvre» géré par la chaîne Oklo

    - La Signalétique : Le président Bousseau a rappelé que l’association avait remis en janvier 2021 à la mairie et à GPSO montrant que les livreurs avaient du mal à trouver leurs clients, d’autant plus qu’avec la crise sanitaire, l’e-commerce s’est développé avec la multiplication de livraison, qui a commencé à avoir un début de concrétisation à l’automne dernier. Mais ce n’est tout à fait réglé comme le remarquait un riverain de la rue Auguste Compte qui constatait toujours un manque de plaques de rues.

    - Le projet Mozaïc : » le désiamantage et l’apurement des immeubles où étaient installés l’aDEME et Orange en autres, sont sur le point d’être terminé, avec l’enlévement des faiences sur les façades. Il est prévu maintenant de faire sauter les petites fenêtres pour les remplacer par de grandes baies vitrées, ce qui va générer du bruit (jusqu’en Juin) et de détruire le bâtiment qui accueillait le self service prés du carrefour du 19 Mars » ont indiqué les dirigeants de l’association qui sont satisfait de cette opération qui réhabilite des immeubles avec 22 600 m2 de bureaux, des commerces en rez-de-chaussée. Il n’en reste pas moins qu’ils s’interrogent sur le devenir du fun Park et des terrains de jeux, vu le manque de terrains dans ce secteur de la porte Brancion, avec la réalisation de la résidence étudiante de Woodeum, seule réalisation qui ait survécu du projet «Imaginons la Métropole du Grand Paris», malgré les assurances de la mairie de Vanves

    - Relais Postal : c’est le « serpent de mer » qui fâche sur le Plateau, car aux yeux des habitants, aucun relais postal n’a remplacé l’ancienne annexe de la poste  qui devrait accueillir une mini-créche privée. Le relais postal installé dans le Franprix de l’avenue de Verdun est complétement excentrée du Plateau. Autant aller place de l’insurrection à 250 m de là, ce qui impossible pour des personnes âgées ayant quelques problèmes de motricités  d’autant plus qu’il n’y a plus de navette municipale, remplacé par un nouvau dispositif « Vanves Express » qui parait bien disuassif pour certains d’entre eux