Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie

  • SELON UNE ELUE DE VANVES , LE CHANGEMENT CLIMATIQUE EST UNE OPPORTUNITE POUR LE VIN FRANÇAIS

    Lucile Schmid conseillée municipale EELV et Présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique a signé dernièrement une tribune pour expliquer que « le changement climatique est une opportunité pour le vin français » : « Avec le dé réglement climatique, l’évolution de la géographie du vin représente pour la France, un risque de perte d’influence commerciale, économique et culturelle. Ne nous dit on pas que même les Anglais pourraient faire des crus acceptables ou que la Pantagonie sera un jour plantée de Vignes ? » explique t-elle. « Lorsqu’on évoque les dangers des catastrophes naturelles, la montée des températures et leurs conséquences sur la production (récoltes précoces, teneur en alcool, évolution des cépages, l’émotion est vive et palpable. Autant la transition énergétique question centrale s’il en est, reste envisagée de manière assez technocratique, autant lorsqu’il s’agit de vin, l’écologie devient charnelle » constate t-elle en faisant appel à « l’audace et la créativité, le choix d’associer savoir faire traditionnel et innovation, de retrouver les manières de travailler le sol, de protéger la vigne, de choisir les variétés de cépages, de prendre le temps de faire le vin… ».

    Comme le montrent les nouvelles générations de viticulteurs dont « l’adaptation au réchauffement climatique, a permis d’émerger, et de s’installer dans des pratiques respectueuses de la nature » en  répondant à l’attente des consommateurs. « La contrainte s’est transformée en opportunité, l’offre de vins s’est diversifiée et enrichie. C’est une évolution qui s’est produite étonnamment vite et dont la résonance cultuelle dans la société est remarquable. Il faut savoir s’en nourrir pour en faire un argument de  promotion de l’excellence française. Mais surtout pour affronter l’inertie et la climatoscepticisme qui renaissent alors que l’ombre de Donald Trump s’étend sur la planète ».      

  • OUVERTURE CE SOIR DU FESTIVAL CINEMA ECOLOGIE DE VANVES : « Cette sobriété qui libére ! »

    La 9ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves organisée par la Ruche de Vanves et l’AMAP Panier Vanvéen qui débute ce soir à 19H30 au théâtre du Lycée Michelet a pour thème « Cette sobriété qui libère ». « Après avoir discuté du rôle des lobbies dans les choix politiques lors de l’édition précédente, nous avons choisi de revenir vers le rôle des citoyens et des entrepreneurs dans la gestion apaisée de la transition écologique » expliquent ses organisateurs.

    « La publicité dépense dans le monde 500 milliards de dollars par an pour inciter à consommer toujours plus. Notre croissance consume des ressources qui s'épuisent et contribue au dérèglement climatique. Et si nous étions plus sobres ? Des habitants et des entrepreneurs inventent ensemble la transition écologique dans la bonne humeur. La possession des biens fait place à un usage partagé, on recycle, on produit et on vit - bien - avec des énergies renouvelables, on réfléchit sur la valeur travail qui écrase ceux qui en ont trop (course à la productivité) comme ceux qui n'en ont pas. Que proposer face à la démesure de certains projets ? Les films que nous vous proposons cette année dévoileront d’autres façons d’aménager les territoires et d’y vivre tranquillement à l’opposé des projets de taille inhumaine et non respectueux de l’environnement.Les échanges qui auront lieu à l’issue des projections permettront de réfléchir à des solutions à mettre en œuvre dans les lieux où nous vivons ».

    Au programme ce soir : « Sacré village »: Pas besoin d'aller chercher en Angleterre une ville en transition ! Elle vit en Alsace, dans une dynamique entraînante. Le 24 Mars : « Nouveau monde » : Un tour de France à la rencontre d'initiatives locales innovantes pour mieux vivre ensemble et dans le respect de la planète. Et le 25 Mars : « Un revenu pour la vie » : Peut-on ne plus dépendre du travail pour subsister et et garantir un revenu de base qui émancipe et limite les inégalités sociales?

    Ainsi depuis 2009, La Ruche de Vanves organise des actions et événements tel que le Festival Cinéma & Écologie avec l’AMAP Le Panier Vanvéen et le lycée Michelet. « Chaque année, nous choisissons avec soin le thème et les films documentaires en fonction de l’actualité et de sujets qui nous posent question. Chaque projection est l’occasion d’échanger des idées avec le public avec l’aide des spécialistes que nous invitons pour alimenter le débat » indiquent ses responsables. L'impact sur les lycéens du lycée Michelet varie selon les années : cette fois-ci, un professeur de sciences économiques et sociales a demandé aux élèves de 4 classes de venir à au moins une séance du festival, afin de débattre ensuite en classe.

  • 8 éme FESTIVAL DU FILM & ECOLOGIE A VANVES SUR LOBBIES ET DEMOCRATIE

    Lobbies et démocratie en 2016 est le théme de ce 8éme festival Film & Ecologie organisé par les associations La Ruche de Vanves, l’AMAP le Panier Vanvéens  et Alternatives écologiques et solidaire. Catherine Naviaux  revient sur ses 8 ans et bien sur le choix du thème 2016 au nom des 3 associations organisatrices : La Ruche de Vanves,  L’AMAP Le Panier Vanvéen, Alternatives écologiques et solidaires

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi avez-vous créé ce festival voilà 8 ans et en, plus au Lycée Michelet ?

    Catherine Naviaux : « Lorsque nous avons créé l'association La Ruche de Vanves, alternatives écologiques et solidaires, après les élections municipales de 2008, nous voulions conserver la dynamique qui avait été créée par la liste que nous présentions pour ces élections. Notre projet était de sensibiliser les Vanvéens aux questions de l'écologie et des liens nécessaires à faire avec les problèmes sociaux et de justice.
    Parmi diverses activités que nous avons engagées sur le terrain de la ville,  celle d'un festival de cinéma nous est apparue comme un bon moyen de sensibilisation et permettant de nombreux échanges. Les premières années, il avait lieu en même temps que la semaine du développement durable auquel le lycée Michelet participait et certains d'entre nous y faisaient des interventions. Par ailleurs le lycée nous met gracieusement sa salle de spectacle à disposition.
    Nous avions essayé d'y impliquer la municipalité en proposant qu'une séance ait lieu au cinéma de Vanves mais l'obligation que nous avons eu de payer les entrées nous a conduits à ne pas réitérer cette initiative puisque notre festival est gratuit pour les spectateurs.


    VAQ - Quel bilan dressez-vous de ces 8 ans ?  

    C.N. : « Les deux premières années, le festival a centré sa programmation sur des thématiques environnementales. La troisième année, les organisateurs ont souhaité les élargir aux questions sociales et économiques qui nous semblaient indissociables de celles traitant de l’environnement. A partir de 2011, sous l’intitulé « Cinéma & Ecologie », le festival a abordé de nouveaux sujets autour des thèmes de l’économie sociale et solidaire et de la souffrance au travail. Loin de disperser l’orientation du festival, cet élargissement a été ressenti par tous comme quelque chose de très logique et de très positif. En 2013 le thème était « La croissance: pour  quoi faire et à quel prix? » et mettait clairement en cause le modèle de société dans lequel nous sommes, dénonçait l'obsolescence programmée des matériels électroniques,   le poids de l'économie dans nos modes de vies.  En 2014 le thème était « le Bien commun » qui est un sujet très vaste puisqu'il pose le problème de ce que chaque être humain est en droit de disposer de nos jours, dans des conditions et à un prix raisonnables. En 2015  il s’intitulait « le climat change, et nous ? » bien évidemment en lien avec l"année de la COP21 en France, il montrait comment chacun peut prendre sa part dans la lutte contre le réchauffement climatique.
    Au fur et à mesure des festivals, la participation est de plus en plus importante, et on sent que les participants ont pris conscience à la fois du dysfonctionnement économique de notre société et des conséquences sociales et environnemental qu'il engendre. Ils veulent de plus en plus être acteurs du changement qu'ils veulent voir opérer, cette prise de conscience était un des objectifs premiers de La Ruche de Vanves à la création du festival.

    VAQ - Pourquoi ce théme sur les lobbies et démocratie  en 2016 ? S’il ne fallait voir qu’un film et n’assister qu’à un débat lequel à ne pas rater ?

    C.N. : « Lorsque nous avons commencé à réfléchir sur les thèmes du festival 2016, nous nous heurtions en permanence au problème des groupes de pressions qui agissent auprès des politiques pour les empêcher de voter des lois ou de mettre en place des directives permettant d'améliorer l'environnement et la santé de leurs concitoyens. Les lobbies, voilà donc le sujet, et si les politiques ne peuvent agir librement c'est la démocratie qui est en danger.
    Il est toujours difficile de faire un choix entre plusieurs sujets que nous  avons choisis collectivement. Ils abordent le sujet des lobbies par des angles différents. Comment choisir entre celui qui montre que les lobbies sont installés dans les murs du parlement européen et que les associations qui défendent les citoyens doivent se constituer en contre lobbies pour espérer avoir un peu de poids auprès des structures européennes et celui qui montre les manipulations des lobbies pour pousser l'administration Bush à douter du réchauffement climatique et qui vont faire perdre 10 ans à la collectivité mondiale. Dans les 4 soirées on peut voir les différentes formes que peuvent prendre les mensonges des lobbies pour lesquels seul le profit compte au détriment de l'environnement, de la santé et du bien être des êtres humains, il n'est pas possible de choisir.

    LE PROGRAMME  

    2 Avril à 19H30 :

    Ouverture du 8éme festival Cinéma écologique autour du théme « Lobbies et démocratie » avec projection à 20H30 du film « Endoctriment » de Stéphane Horel

    5 Avril à  20H30 :

    Projection du film « Enfumés » de P.Moriera suivi d’un débat avec F .Vial dans le cadre du festival cinéma Ecologie

    7 Avril à 20H30

    Projection du film « Gaz de schiste, les lobbies contre attaquent » de Michel Tedoldi, suivi d’un débat avec Thomas Porcher, économiste et spécialiste des gaz de schistes et Isabelle Lévy militante du réseau "Non aux gaz et pétrole de schistes"

    8 Avril à  20H30

    Soirée courts métrages sur différents domaines techniques et pratiques du lobbying avec Benjamin Sourice