Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

administration publique

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES REJETTE LE VŒU SUR LE SERVICE PUBLIC EN LA POSTE EN PLEINE GREVE

    Il n’a échappé à personne qu’un vœu relatif à la Défense et au développement du service public de la Poste a été déposé par Boris Amoroz (FG/PC) au Conseil Municipal qui l’a examiné et rejeté Mercredi soir alors qu’une nouvelle gréve avait éclatée. Sûrement à cause de ce contrat de présence postale territoriale qui est en cours de discussion pour les trois ans à venir entre La Poste, le gouvernement et l’Association des maires de France (AMF). Et « qui a pour objectif affiché, au nom de « l’adaptation du réseau aux contraintes économiques» de fermer de très nombreux bureaux de poste, aussi bien dans les zones rurales que dans les villes » selon Boris Amoroz.

    «Il s’agit de passer d’un réseau où les bureaux de poste étaient largement majoritaires, jusqu’en 2014, à un réseau largement dominé par les «partenariats», où les bureaux seront minoritaires. Ils ne sont déjà plus aujourd’hui que 54% des « points de contact ». Le nombre de « points de contact » restera inchangé, à 17000, mais les bureaux de poste seront transformés en agences postales communales ou en relais commerçants, via les  « partenariats ». Une quinzaine de bureaux de poste sont promis à la fermeture dans le département des Hauts-de-Seine. À Vanves, aucun bureau n’est pour l’instant dans cette liste, mais des risques pèsent sur le bureau de poste du Plateau. En effet, celui-ci subit depuis plusieurs années une forte dégradation du service, avec la suppresion de tout poste de conseiller financier, ou bien avec de nombreux jours de fermeture du bureau (tout le mois d’août par exemple), ou encore des horaires réduits, puisqu’il n’est plus ouvert le matin du lundi au vendredi. Certains jours de fermeture ont d’ailleurs coincidé avec des jours de fermeture du bureau de poste de Vanves Hôtel-de-ville en août, laissant sur notre commune le point de contact de la rue de Châtillon pour seul service postal, service très réduit au demeurant. Les habitants doivent donc faire face à un service public dégradé, manquant de personnels avec de longues attentes pour récupérer ou envoyer un colis. Le contrat de présence postale territoriale 2014-2016 stipule qu’aucun bureau ne peut  évoluer sans l’accord préalable du conseil municipal et des commissions départementales  de la présence postale territoriale » indique t-il

    Il a alors proposé son vœu - « L’Association des maires de France a refusé de signer le contrat de présence postale territoriale 2017-2019. Le conseil municipal de Vanves soutient cette position qui demande que : les ressources du fonds de péréquation qui permet de financer les rénovations et accompagnements du public dans les bureaux de poste soient augmentées et élargies au-delà des quartiers en politique de la ville ; les Commissions départementales de la présence postale territoriale soient élargies  et consultées sur l’ensemble des évolutions en cours au sein du réseau postal local ou sur les réorganisations de services qui concerne le service rendu aux usagers ;  les maires et les conseils municipaux soient consultés dans tous les cas. Le conseil municipal de Vanves s’oppose aux plans de fermeture programmée de nombreux bureaux de poste des Hauts-de-Seine, et demande une remise à niveau des services du bureau de Poste du Plateau, avec conseiller financier et horaires d’ouverture complets » - qui a été rejeté

    « C’est une initiative louable ! Mais on a déjà réagit et fait part de notre opposition à une fermeture du bureau de poste du Plateau en Aôut dernier » a indiqué Xavier Lemaire (UDI). « Ce vœu ne nous apparait pas un moyen opportun de nous opposer à toute fermeture dans la mesure où nous sommes en discussion et que nous voulons éviter une relation conflictuelle dans une telle situation »  a ajouté Bernard Gauducheau. « Il faut maintenir ce bureau de poste. Mais ce n’est pas d’actualité à Vanves. Il faut continuer le dialoguer » a demandé Jean Cyril Le Goff (PS) en indiquant que le groupe PS s’abstiendra. « Il est dommage que le conseil municipal ne soutienne pas l’AMF et que l’opposition ne défende pas le service public » a répondu Boris Amoroz (FG/PC). « Sans faire de la politique politcienne, je vois que M.Amoroz est sur la position ce françois Baroin (LR), président de l’AMF» a alors constaté Jean Cyril Le Goff (PS).

  • TRESORERIE DE VANVES : Le ton monte face à une délocalisation inéluctable

    Les organisations syndicales CGT, Solidaires, FO et CFDT ont envoyé un courrier à l’ensemble des élus de Vanves  et ont demandé à rencontrer le maire sur la fermeture définitive de la Trésorerie Municipale de Vanves. Elle doit intervenir le 1er janvier prochain par une fusion avec la trésorerie d’Issy-les-Moulineaux. De façon unanime, ces organisations syndicales CGT, Solidaires, FO et CFDT ont voté contre la proposition de l’Administration lors d’un récent Comité Technique Local et  ont décidé de sensibiliser élus, population et médias.

     

    Cette trésorerie s’occupe de la tenue de la comptabilité de la commune, du CCAS (Centre Communal d’Action Social), de la maison de retraite Larmeroux ainsi que de toutes les relations à l’usager qu’il s’agisse du paiement des créches, cantines, études, attribution d’aide du CCAS, délivrance de formulaires, information et explication sur divers documents émanant des services publiques. Grâce à 5 fonctionnaires dont 4 seront transférés à Issy les Moulineaux, le 5éme étant muté dans un autre département. Or la particularité de son implantation au carrefour de l’Insurection la situe à une place stratéfgique prés de Malakoff, du marché couvert, des services municipaux, de plusieurs lieux de vie des vanvéens.

     

    Ainsi sa fermeture aura des conséquences indéniables sur la relation avec les usagers : « Nous souhaiterions attirer votre attention sur le fait que les « usagers », qui se déplacent au guichet, sont souvent des personnes âgées, des personnes en difficulté ou étrangères, qui ne font pas qu’effectuer un simple paiement ou percevoir une aide, mais ont également besoin de conseils et d’explications. En conséquence, ils ne pourront plus continuer à effectuer, comme par le passé, leurs opérations à leur trésorerie habituelle mais devront se rendre dans une trésorerie nouvelle et différente (plus éloignée de leur lieu d’habitation) leur compliquant, de fait, les relations avec nos services, leur demandant des démarches supplémentaires et les obligeant à plus de frais, sans parler du temps supplémentaire qu’ils devront passer à régler leurs dossiers » expliquent ces organisations syndicales.

     

    « C’est, en particulier, pour ces personnes dites « fragiles » (personnes âgées, personnes qui ne maîtrisent pas bien la langue voire le langage administratif) que ce projet est dommageable. Le « bon service » à rendre à l’usager consiste plutôt à le rapprocher de ses lieux de vie et d’activité, la proximité des trésoreries est un atout pour une plus grande efficacité du service public dans ses missions de recouvrement des créances publiques  et de soutien aux collectivités locales… »ajoutent elles en  en considérant que « les conséquences d’une telle décision sont imaginables : incompréhension des « usagers » qui manifesteront leur mauvaise humeur et désapprobation, face à un service public peu lisible, auprès des agents au guichet. Pour les services municipaux, les conséquences, également, ne sont pas négligeables. En effet, porteurs de fonds et de valeurs leurs déplacements dans les rues de Vanves et d’Issy-les-Moulineaux ne donnent pas de signes positifs de sécurité au regard de la convoitise dont les fonds publics sont l’objet. La relation de confiance établie depuis de longues années entre les services de la Mairie et les agents des Finances Publiques risque de se trouver  écornée compte tenu du brassage des équipes de Vanves et d’Issy-les-Moulineaux, d’une nouvelle organisation et de nouvelles méthodes de travail ».