Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

administration publique - Page 2

  • APRES LA POSTE QUI REDUIT SES SERVICES, BERCY FERME LE CENTRE DES IMPOTS DE VANVES

    Vanves fait partie des huit centre des services des impôts aux particulers (SIP) sur 16 dans les Hautsde Seine qui fermeront,  des 19 trésorories municipales qu’elle partage avec Issy Les Moulineaux, et des neuf services des impôts aux entreprises (SIE) sur 15 qui suivront ce mouvement. Ce qui a provoqué des gréves dans certains de ces centres  ces derniers temps, auxquels a participé une ex-élue municipale de Vanves, Claudine Charfe, devant le Centre des Impôts de la rue Marcheron. «Quand une trésorerie ferme, les services sont déportés sur la commune voisine et les agents redispatchés sur le département. L'Etat veut ainsi faire des économies et récupérer de l'argent en vendant son patrimoine. Mais on éloigne ainsi les services des élus locaux et des citoyens» expliquent les syndicats.  «Et on supprime des emplois : 50 postes encore cette année dans les Hauts-de-Seine qui s'ajoutent aux 500 suppressions intervenues dans le département depuis 2009» déplorent-ils

    En contrepartie, l’État développera des «accueils de proximité à moins de 30 minutes maximum selon Gérard Darmanin, ministre du budget dans une lettre adressée aux élus locaux  où il n’a pas caché que « la suppression de près de 1000 centres des Finances publiques en France doit par ailleurs permettre de «tirer parti des nouveaux usages (démarches en ligne, dématérialisation…. Ces accueils de proximité  se traduiraient par  permanences dans les mairies ou bureaux de poste ainsi que ces fameuses «Maisons de France service». Il n’en existeque deux dans les Hauts de Seine, à Antony et à Boulogne. «Au sein de ces structures, des agents publics venant de différentes administrations comme la Poste, les mairies, voire les finances publiques conseillent les usagers dans leurs démarches administratives. Plus besoin de se rendre à la préfecture, puis à la CAF, puis au centre des impôts, l’ensemble des services de l’administration sont assurés dans un seul et même endroi

    Enfin dernière trouvaille qui sera expérimenté à Issy les Moulineaux et à Rueil : la création d’agence comptable locale : «Aujourd’hui, les élus locaux votent des dépenses, un budget, fixent des tarifs… sous l’œil de l’Etat et du comptable qui exercent leurs compétences en matière de paiement, d’encaissement des recettes, de tenues de comptabilité. L’expérimentation instaurée par la loi definances 2019 autorise désormais des villes à se saisir de ces compétences en accieillant au sein e leurs services, des agents de l’Etat détachés» explique à la DGFIP à Bercy. L’association des maires de France est très réservée sur ce dispositif : «Nous ne sommes pas opposés à une évolution, mais nous sommes attachés au principe de sécurit » de la séparation ordonnateur-compable. Pour nous cela va trop vite. Nous voulons une réflexion sur la répartition des responsabilités, y compris pénales»

  • EGALITE FEMMES ET HOMMES A VANVES : PAS DE PARTICULARITES EXCEPTIONNELLES

    Le rapport annuel sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes a été présenté au conseil municipal du 14 Février dernier par Marie France Mugnier, adjointe au maire chargée de l'administration, pour la 3éme fois, avec des statistiques probantes sur les collaborateurs de la ville.

    Elle n’a pas de particularités différentes de la fonction publique locale (FPL)/ Ainsi le nombre de femmes (68%) est un peu plus élévé proportionnellement en comparaison avec les chiffres de la FPL (61%) conformément avec ses missions petite enfance. A la direction générale et au niveau des chefs de services le rapport est de 12 femmes et 7 hommes, parmi les non titulaires, il est de 66% de F et 34% d’H. Dans les services : 32,6% de F et 0,5% d’hommes dans le sanitaire et sociale, 11,7% de F et 21,8 de H dans l’animation, 1,2% de F  et 6,7 de H dans le sport, 30,7% de F et 49% de H dans les services techniques, 21,7 de F et 18, % d’H dans l’administration.

    Par catégorie, l’évolution est stable avec 59% d’H et 41% De F en catégorie A, sachant que le différentiel de salaire de 10,7% (2648 € pour les H et 2364 € pour les F) ; 64% de H et 436% de F en catégorie B avec un différentiel de salaire de 14,5% (1820€ pour les H et 1557 € pour les F)  et 70% de H et 30% de F en catégorie C avec un différentiel de salaire de 0,5% ( 1459 € pour les H Et 1451 € pour les F).

    La ville a opéré 31 recrutements en 2017 dont 80,6% de femmes (25) et 19,4% d’hommes (5). Ce rapport montre que 15% de femmes travaillent en temps partiel contre 2% pour les hommes. Enfin la ville a enregistré 12 069 jours de congés maladies dont 8 757 pour les F et 3 322 pour les H, 65%% des F étant en arrêt maladie au moins1 fois, 39,4% de H et qui ont concerné 331 agents dont 255 F et 76 H.  

    La ville a adopté une démarche active pour accompagner les femmes dans leur évolution professionnelle, avec un nombre important de jours de formation pour les femmes de catégorie C, notamment par le biais de la VAE. D’ailleurs des actions en lien avec la formation et la sensibilisation des personnels à l’égalité F/H ont été menée tout au long de l’année 2017 grâce notamment auu CNPFT (Centre de Formation de la fonction publique territoriale. Des actions de sensibilisation permettent de prévenir les préjugés sur les rôles masculins ou féminins stéréotypés.  La ville participe à des réseaux « Egalité F/H » comme l’association des Maires du 92 ou la Charte Européenne pour l’égalité entre F et H, et des échanges de bonnes pratiques entre collectivités afin de proposer des actions complémentaires.

    Dans leurs commentaires, Jean Cyril Le Goff (LREM) a noté que « ce rapport était plus riche qu’en 2017 », et Boris Amoroz (FG/PC) a noté « qu’il y a un renforcement des H en catégorie A et des femmes en catégorie C, et le comparatif des rémunérations montre un différentiel de salaire important » en demandant « quel est le plan de la mairie pour remédier à cela ? ».  

  • FERMETURE DE LA POSTE DU PLATEAU DE VANVES : RIEN N’AVANCE, CHACUN CAMPE SUR SES POSITIONS, ET LA POSTE FAIT CE QU’ELLE VEUT !

    Les questions orales, à la fin  du conseil municipal de mercredi dernier ont permis à l’opposition municipale d’interroger la municipalité sur quelques sujets d’actualité : La fermeture de l’agence postale du Plateau revient régulièrement  comme c’est le cas depuis le début de l’année. «Je proposais au Conseil Municipal du 7 décembre 2016 un vœu – rejeté - relatif à la défense et au développement du service public de la Poste, abordant les défauts du Contrat de Présence Postale Territoriale 2017-2019, ainsi que les fermetures de bureaux de Poste dans les Hauts-de-Seine, et demandait la remise à niveau des services du bureau de Poste du Plateau, la dégradation de ceux-ci montrant clairement des risques de fermeture» rappelait Boris Amoroz (FG/PC) en revenant sur les propos échangés qui, avec le recul, «montrent malheureusement l’absence de vision de la réalité du risque chez tous ceux qui n’ont pas soutenu le vœu : Le Maire-adjoint précisait «l'émission d'un vœu formel par le Conseil Municipal ne nous paraît pas aujourd'hui être la forme adéquate pour traiter avec efficacité ce dossier sensible». Le Maire iindiquait «Pour l'instant, ils sont dans l'idée du maintien du service tel qu'il est assuré, en tous les cas pas de sa suppression […] mais je ne veux pas que les relations deviennent conflictuelles, et un vœu […] pourrait […] envenimer les choses». Le leader du groupe ni-opposition ni-majorité «Aujourd'hui, ce n'est pas d'actualité On est assez sur votre position, Monsieur le Maire, de continuer le dialogue». Bref, suite à votre absence d'anticipation du risque et à votre absence de volonté politique sur la défense du service public postal, nous avons tous pu apprendre brutalement dans la presse il y a quelques jours que plusieurs bureaux de Poste allaient à nouveau fermer dans le département, dont celui du Plateau à Vanves. Je crois que maintenant Monsieur le Maire, après votre aveuglement, vous allez enfin admettre que les risques de fermeture étaient réels, en lien avec la dégradation des services» expliquait il avant de poser ses questions sur «l'évolution du bureau de Poste du Plateau de Vanves, dans le cadre du contrat de présence postale territoriale 2017-2019, face à la volonté manifeste de la direction de la Poste de le fermer, et de le transformer en « partenariat » c’est-à-dire en agence postale communale ou en magasin, comme nombre d'autres bureaux en France ? » et sur « la remise à niveaux des services du Bureau de Poste du Plateau, avec conseiller financier, horaires d'ouverture complets, effectifs suffisants ? »

    «Vous vous êtes effectivement préoccupé de l’avenir du bureau de poste Vanves Plateau en toute fin d’année 2016 et je me permets de vous rappeler qu’à cette date Monsieur le Maire était déjà intervenu 5 mois auparavant pour demander à la direction départementale de cette entreprise publique le maintient de ce bureau sur le même site en conservant le même niveau de service» a rappelé Xavier Le Maire, maire adjoint. «La lettre de Monsieur le Maire en date du 23 août 2016 insistait notamment sur la nécessité pour La Poste de tenir compte du projet de rénovation de l’espace public engagé par la Commune et GPSO, rappelait tous les efforts entrepris par les opérateurs publics et privés pour encourager le dynamisme du quartier et demandait clairement à la Poste en tant qu’entreprise chargée d’un service public de proximité d’assumer aussi son rôle. Cette position n’a jamais varié et elle a été renouvelée tout aussi clairement par lettres du 09 janvier 2017, puis du 23 mars 2017 dans lesquelles la Commune demandait expressément l’engagement d’une réflexion conjointe pour renforcer l’attractivité du bureau de Poste Vanves Plateau en évoquant notamment la nécessité d’une meilleure communication sur ce service public local, le maintien de l’ensemble des prestations d’usagers (notamment le conseil financier) et même la mise en place de nouvelles activités. Il a  proposé à de nombreuses reprises à la direction de La Poste que la Commune s’associe à cette réflexion  et mette à disposition les supports de communication dont elle dispose dès lors, que l’entreprise La Poste respectait le préalable incontournable d’un maintien sur site du bureau Vanves Plateau. Il est également intervenu sur la question des horaires d’ouverture du bureau Vanves Hôtel de Ville en demandant que l’accueil du public soit possible jusqu’à 19 heures ce qui a d’ailleurs été accepté » a t-il indiqué.

    «Vous pouvez donc constater que la Commune a maintenue une attention tout à fait spécifique sur le fonctionnement de ce service public dès que les premiers signaux concernant un risque de désengagement nous sont apparus à la mi 2016. Votre question concernant notre engagement à défendre le maintien de la même activité, aux mêmes horaires et avec les mêmes services peut donc sembler anachronique sachant que nous avons largement répondu positivement et par écrit sur tous ces points. Par ailleurs, nos échanges avec La Poste se poursuivent et nous aurons très prochainement l’occasion de rencontrer la direction départementale de cette entreprise pour évoquer ensemble ce sujet qui fait partie depuis plusieurs années maintenant des priorités de la Municipalité.  Si La Poste choisissait de se désengager, la Commune engagerait tous les moyens et s’opposer à ce choix, bien évidemment l’avis du Conseil Municipal serait sollicité». Un voeu pieu !