Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

boris amoroz (fgpc)

  • LEGISLATIVES A VANVES ET A ISSY : UNE ELECTION ATYPIQUE ENTRE JEUNES DE – DE 40 ANS

    L’élection législative dans la 10éme circonscription risque d’être complétement atypique. Tout d’abord parce qu’André Santini a décidé de ne pas se représenter, à cause de la loi sur le cumul des mandats. Ensuite parce qu’il a décidé de mettre en avant un jeune, Jeremy Coste, tout en étant son suppléant. Enfin parce qu’il n’y aura que des jeunes de moins de 40 ans comme candidats, dont certains se connaissent très bien – et s’apprécient malgré leurs divergences politiques – tout simplement parce qu’ils ont fait leurs premières armes au conseil municipal de Vanves, où ils ont été élus en 2014.

    Jeremy Coste, 31 ans, qui est dans la majorité UDI/LR,  a dû le quitter à cause d’un détachement  professionnel durant l’année 2016 à Nouméa avant de revenir en métropole au début de cette année. « Bernard Gauducheau m’a formé  à un mandat municipal, n’ayant jamais été élu avant, lorsque j’ai été son adjoint à l’éducation pendant deux ans durant lesquels j’ai vraiment appris ce que c’était de gérer une collectivité locale » explique t-il et rappelant qu’il a déjà eu une expérience de campagne législative puisqu’il s’était présenté en 2012 dans la Région lyonnaise lorsqu’il était président des Jeunes du NC. Les deux autres siègent toujours au conseil municipal dans l’opposition  :  Gabriel Attal (La République en Marche), 28 ans (sur la photo),  alors sur la liste PS, a choisi de marcher avec  Emmanuel Macron qui l’a designé officiellement hier après midi, avec sa suppléante qui est boulonnaise et vit dans ce nouveau quartier du trapéze  dont les électeurs se sont prononcés majoritairement pour Macron. Né tout à côté de Vanves, à Clamart, . Il est aujourd’hui créateur d’une start–up spécialisée dans la Santé après avoir été le conseiller politique de la ministre de la Santé Marysol Touraine. Boris Amoroz (FG/PC), 35 ans, est le plus vanvéen des deux,  puisqu’il y a vécu depuis sa plus tendre enfance à Vanves, a connu la Féclaz…. Il travaille comme ingénieur dans l’industrie ferroviaire

    Dans le contexte actuel de rajeunissement, de renouvellement, de « dégagisme », c’est assez original pour être noté.  Les jeux seront très ouverts dans la 10éme circonscription, surtout entre les candidats LR/UDI,  La République en Marche, et Front de Gauche/PC, et PS  si l’on ajoute  Thomas Puijalon avec sa campagne quelque peu originale, car il réalise des « world café » sorte de forum citoyen pour écrire ensemble les premières propositions. Ce sera le cas mardi prochain à l’école Marc Fourestier  A croire que les autres candidats ont pris un sacré coup de vieux, du côté des écologistes, des divers droites avec le général Soubelet à la retraite, du parti chrétien, du FN et même d'un artiste, Garald Dahan,  qui n’ont aucune chance, vu le contexte

  • LES ELECTIONS A VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    CANDIDATS : La plupart des candidats aux élections législatives dans la 10éme circonscription  (Vanves/Issy) sont connus : Thomas Puijalon (PS) qui mène une campagne originale avec ses « Wolrd Café » alors qu’il invitait à dîner des électeurs tirés au sort durant la campagne des municipales en 2014, Boris Amoroz (FG/PC) conseiller municipal de Vanves,  Jeremy Coste (UDI), ex-maire adjoint de Vanves,  avec un outsider qui cherche une investiture, maintenant du côté LR aprés l’avoir tenté du côté d’En Marche : le général Soubelet, qui est bien le frére du préfet des Hauts de Seine actuel. Du côté d’en Marche,  le candidat n’est pas connu, même si beaucoup parlent du jeune Gabriel Attal conseiller politique au Cabinet de la ministre Marysol Touraine et conseiller municipal à Vanves. Mais il serait en bute à quelques hostilités d’appareils  et de cabinet (ministériel ?) comme on dit. Mais là aussi  tout se décidera en fonction du résultat des élections présidentielles d’autant plus qu’il correspond parfaitement bien aux critères mis en avant par Emmanuel Macron pour être candidat d’En Marche   

    UDI : André Santini (UDI) qui ne se représente pas à l’Assemblée Nationale, a finalement choisi de mettre en avant Jeremy Coste (UDI) pour représenter la 10éme circonscription à sa place, si les électeurs évidemment le suivent sur ce choix, ce qui est moins sûr, même s’il sera son suppléant. Mais tout dépendra, là aussi, du résultat des élections présidentielles. Beaucoup à Vanves se sont étonnés qu’il n’ait pas choisi Bernard Gauducheau qui fait parti des « Santini’s boys ». D’autant plus qu’un élu de Vanves (Isabelle Debré, Françoise Saimpret) de surcroît le maire (Gérard Orillard), a toujours été son  suppléant.  ll s’en est expliqué, sur le Parisien.Fr, hier, d’une manière très claire pour ceux qui savent lire entre les lignes. Le Blog n’en rajoutera pas plus pour éviter un  nouveau droit de réponse. Certains élus vanvéens UDI, et non des moindres,  ont d’ailleurs décidé de soutenir le jeune Jeremy Coste. D’ailleurs Pascal Vertanessian serait son référent à Vanves. Et ils  se voient régulièrement à Issy les Moulineaux pour préparer la campagne notamment à Vanves. Selon certaines sources, les grandes manœuvres sont déjà entamés, car une réunion serait prévue entre élus UDI et LR vanvéens, mardi prochain avec Jeremy Coste et vraisemblablement André Santini. Quelques élus LR risquent de faire défaut tout simplement à cause de la participation très active de l’UDI de Vanves à la campagne de Fillion, et de son chef de fire quoi qu’il en dise dans son droit de réponse envoyé au Blog : « Concernant la soi-disant absence de l’UDI sur le terrain durant la campagne présidentielle et vos leçons de militantisme, permettez-moi de vous dire que je trouve vos remarques déplacées et je vous assure qu’une observation plus fine et surtout moins partisane de la campagne à Vanves vous permettra de vous apercevoir de votre erreur et de revoir votre jugement ». Les militants LR apprécieront, surtout ceux qui n'étaient pas sur la photo..  

  • LES PRIMAIRES A VANVES : REACTIONS DE RESPONSABLES POLITIQUES

    A.DOS SANTOS SECRETAIRE DE LA SECTION PS

    « Le taux de participatino du 2éme tour confirme la volonté des citoyens de participer aux choix confirmant la réussite d’une démarche novatrice initiée par la gauche en  2011. Excellente nouvelle si cela devait se confirmer lors des scrutins nationaux. Le victoire de F ?Fillon est incontestable, mais il ne s’agissait que dedésigner le candidat d’une famille politique aux présidentielles. C'est en Mai 2017 que les français auront à faire des choix qui comptent. Cette étape a permis de connaître le projet de la droite d’une grande rudesse et notoirement conservateur ; d’autres projets seront proposés aux français qui offriront de vraies alternatives sur la base d’autre valeurs . La vraie campagne, vendra, les vrais choix seront à faire en mai prochain, pour des orientations de  progrès et de solidarité, évitant les tentations de tous extrémismes

    LUCILE SCHMID CONSEILLERE MUNICIPALE EELV

    « La victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre est nette, la participation a été très large aux deux tours,  c’est un  succès démocratique. Nicolas Sarkozy a été battu au premier tour et cette  mobilisation témoigne d’une envie d’alternance sur les personnes au moins autant que sur le projet. Le projet porté par François Fillon n’est pas le mien, il n’est pas celui que portent les écologistes. Rôle de l’Etat, attachement à la sécurité sociale, place du nucléaire, Europe et politique étrangère, c’est vrai sur tous les grands sujets. Je souhaite que cela incite les candidats à la présidentielle à débattre projet contre projet. Je souhaite aussi que les questions relatives à la vie privée soient évacuées de la campagne à venir.  Et je pense que le fait que François Fillon n’avait jamais eu de problèmes judiciaires a joué en sa faveur.

    Ce n’est pas l’élection du président de la République, ne l’oublions pas.Car  aujourd’hui la tentation de sauter l’ensemble des étapes à venir pour élire un nouveau président de la République semble grande chez certains commentateurs.  Je vois qu’on se demande même qui serait le premier ministre de François Fillon, qu’on nous raconte qu’il a déjà battu Marine Le Pen etc. Cela me surprend et me choque, de même que les réactions de ceux  qui avaient appelé à ne pas faire le second tour car l’avance de François Fillon était forte au premier.

    A minima trois  questions se posent et les réponses qui y seront apportées seront déterminantes pour l’élection.

    C’était censé être une primaire de la droite et du centre,  c’est à l’évidence une primaire de la droite,  quoique veuillent nous faire croire les déclarations du président de l’UDI qui appelle déjà à un accord de législature.  François Bayrou ne s’y est pas trompé pas plus qu’Emmanuel Macron.

    La capacité de mobilisation à gauche. Une primaire de la gauche n’y suffira pas (surtout que cette primaire apparait de plus en plus comme ayant d’abord  pour fonction de résoudre les problèmes internes du parti socialiste). J’espère donc aussi d’autres formes de mobilisation de la gauche. Je pense notamment qu’une initiative devrait être prise sur ce que serait une stratégie de transformation et de réformes de gauche et écologiste et qu’elle devrait être large. Il faut à la fois être précis,  et intégrer l’ensemble des questions, en montrant leurs liens entre elles,  économie et écologie,  Europe et niveau national et local, politique étrangère et questions climatiques, diversité de la société française et attractivité. Il faut aussi rappeler nos valeurs. Nous devons élaborer un contre-projet Fillon avec des propositions, une éthique du pouvoir, un discours sur la France, l’Europe et le monde. C’est nécessaire pour montrer la compétence de cette famille de gauche et écologiste,  son esprit de responsabilité,  et pour rassurer sur sa capacité d’union. Ça ne sert à rien d’appeler à cette union si aucun  processus de rapprochement sur le projet et les objectifs de fond n’est élaboré.

    La place de l’écologie enfin.  Jamais la société française n’a été aussi écologiste,  jamais on n’a aussi  peu entendu parler d’écologie dans les débats politiques.  La COP 22 qui vient de se dérouler au Maroc a été passée à la trappe. L’écologie ne peut être un sujet intermittent. Il engage notre avenir et surtout celui des générations futures. La dette est abord écologique

     

    BORIS AMOROZ CONSELLER MUNICIPAL FG/PC

    Les communistes se prononçaient donc les 24, 25 & 26 novembre sur leur stratégie pour l'élection présidentielle de 2017.
    Ce sont près de 41.000 communistes qui ont participé à la consultation nationale.Un débat démocratique de grande qualité, des discussions passionnées, ont animés tous les niveaux de notre organistion, jusque dans notre section de Vanves.

    Deux options étaient proposées : Tout d’abord l’option 1 :« Les communistes décident d’appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon, considérant qu’un rassemblement peur s’opérer avec cette candidature et qu’elle porte une grande partie des propositions de la gauche alternative à l’austérité. » Ensuite l’option 2 : « Les communistes décident de présenter une candidature issue de leurs rangs, considérant qu’elle est le moyen de porter dans le débat nos propositions et notre démarche de rassemblement ». 53,52% des communistes ont voté pour l'option 1, qui devient de ce fait la décision du Parti communiste français, et 46,48% ont voté pour l'option 2. À Vanves, les résultats sont de 77,8% pour l’option1 (appel à voter Mélenchon), 22,2% pour l’option 2 (candidature PCF).C’est ainsi que le Parti Communiste appelle à voter pour Jean-Luc Mélenchon en 2017, autour d’un rassemblement pour des valeurs progressistes.

    La droite, qu’elle soit menée par F.Fillon ou A.Juppé, et l’extrême-droite vont être nos principaux ennemis dans cette bataille, car leursprojets menacent gravement notre pays, son projet social et la démocratie. Face à ces droites, et aux candidats socialistes cherchant à faire oublier le bilan du Président issu de leur parti, le choix de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle peut déjouer tous les scénarios pré-établis