Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

woodeum

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES PLEIN DE SURPRISES ET DE DEBATS

    Pas moins de 39 délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour d’un conseil municipal dense qui a duré 4 H entre 19H et 23H. Avec des décisions très techniques qui reviennent régulièrement (compte administratif, évolution de tarifs publics, délégations de services publics, ressources humaines), des questions orales sur l’affichage libre… avec une incongréuité totale : Ne voilà t-il pas que pour la majorité, la question a failli être posé avec la réponse par la même personne comme dans les régimes illibéraux. Heureusement, Bernard Gauducheau a rattrapé le coup en posant la question auquelle la maire adjointe à la culture a répondue sur les Estivales de Vanves

    En introduction de cette réunion, bien sûr, il y a eu  les félicitations du maire à Sandrine Bourg pour son élection au Conseil  départemental  qui a été officiellement installée hier matin, avec l’élection  de Georges Siffredi à sa tête  - Aucune délégationne lui a été attribué contrairement à son binôme Yves Coscas chargé du personnel – et à Valérie Pécresse réélue à la tête de la Région. Bernard Gauducheau a annoncé sa démission de conseiller métropolitain, où il sera remplacé par Xavière Martin

    Parmi les décisions importantes, le Conseil municipal a  tout d’abord donné son feu vert à la fusion de Montrouge Habitat avec Seine Ouest Habitat dont fait partie Vanves  dans une cadre d’une fusion des offices HLM Imposée par la loi ; et  à une convention de financement avec la fondation  du patrimoine qui versera 97 000 € pour la réhabilitation des glacières du parc F.Pic (sur un budget de 417 000 €), laisant une grand part du financement à supporter par la commune, le maire ayant reçu un accord du département pour l’aider. Il a ensuite obtenu un avenant du département au contrat de du CD 92-ville de Vanves : Elle lui permet de répartir le financement pour la requalification de l’école du parc (retardée ?) sur 2 projets : la médiathéque, la réhabilitation d’un logement à l’école Larmeroux pour le centre municipal de loisirs qui répond à une attente selon le maire.  Il a voté l’exonération de la redevance généralement payée par les cafés-bars-restaurants pour leurs terrasses pour 2001 ce qui représente un coût de 9300 €. Ce qui a donné l’occasion à Jean Cyril le Goff de rappeler ce qu’a fait le gouvernement en matière de commerce grâce au « quoi qu’il en coûte », ce qui a profondément agacé Bernard Gauducheau. «On souhaiterait que cette décision fasse jurisprudence et que les copropriétés bénéficient d’une telle aide pour leurs travaux de rénovations thermiques » a surenchérit Thibault Lejeune (EELV). Enfin, des subventions municipales exceptionnelles ont été attribuées aux associations dans le cadre du plan de relance de tout ce secteur

    Le conseil municipal est revenu la convention pluriannuelle de partenariat et d’objectifs entre la commune et Vanves GPSO Basket, en avalisant la baisse de la subvention accordée à l’équipe première qui évoluait en nat 1 et y avait été maintenue par la FFB pour la saison 2021-2022. Elle a eu pour conséquence de la  rétrograer en nat 2. La ville a fixé de nouveaux objectifs pour favoriser  la pratique locale de ce sports, notamment par les jeunes, donner une image positive. Jean Cyril Le Goff (LREM) s’est félicité que «la ville laisse une nouvelle chance à cette équipe ». Les  écologistes ont  félicité la municipalité pour sa démarche transparente et pour avoir défini de nouveaux objectifs dans le cadre d’une nouvelle politique sportive de la ville» a expliqué Loic Mechinaud (EELV). «Sans la crise sanitaire, l’équipe de basket serait redescendu en nat.2. Son budget en nat.1 était colossal. Allouer une telle somme uniquement à cette équipe ne paraissait pas responsable. La redistribuer  pour soutenir le sports (dans sa globalité) est un bon choix » a expliqué Anne Caroline Chahen, adjointe aux sports. «. En Nat2, cette équipe va pouvoir briller mieux qu’en nat 1. La ville de Vanves n’a pas les riens assez solides pour évoluer en Nat 1 où en plus son évolution passe inaperçu en région parisienne, contrairement aux équipes en province. Et les retombées pour a ville ne sont pas à la hauteur. Evoluer en Nat 2 est honorable ? Et ce n’est pas se désengager » a précisé le maire

    Deux autres séries de décisions concernant le projet Mixcité de Viparis avec ses deux hôtels dont la tour hôtelière face à Mercure (étude d impact accompagnant la demande de permis de construire),  et celui de Woodeum avec la résidence étudiante prévu rue J.Bleuzen en bordure de la rue Louis Vicat ( protocole de vente sur une partie des terrain transféré de l’Etat à Vanves) sont passés comme une lettre à la poste, ne suscitant pas de vives oppositions de la part des écologistes, ni  des marcheurs. Les premiers se sont inquiétés des espaces verts prévus par Viparis. Les seconds qui ne sont pas hostiles à la construction de l’hôtel se sont félicités de la prise en compte de l’avis de l’AE (Autorité Environnementale) en demandant s’il y aura enquête publique. «Les riverains ont été déjà consultés. On ne peut pas dire qu’il n’y ait pas eu déchanges, que les riveraines aient été ignorés» selon Pascal Vertanessian, adjoint au Maire

    La vente d’une partie des terrains par l’Etat avec cession par la ville au promoteur pour permettre la construction de la résidence étudiante qi est passé de 150 à 100 chambres, pose problème aux écologistes selon Pierre Toulouse. Les marcheurs se sont inquiétés du devenir du skate parc déplacé et des terrains de jeux selon Jean Cyril Le Goff, mais tous étant d’accord sur l’opportunité d’une requalification de cette porte Brancion. « Il y a peut être autre chose à faire dans ce site avec des jardins partagés » a suggéré P.Toulouse. «On a écrit dans notre programme  qu’on privilégiait un projet plus étendue, moins étriqué, entre ses portes de la Plaine et Brancion» a rappelé le maire adjoint à l’urbanisme. « Avec tous ces projets, nous avons la chance de pouvoir changer l’allure de notre entrée de ville un peu désuet qui bénéficiera à tous, propriétaires, habitants, commerçants, et de revaloriser ce secteur" »

  • LE PROJET WOODEUM A VANVES PLOMBE PAR L’ARRET DES PROJETS D’IMMEUBLES PONTS A PARIS

    « Le projet lauréat de la 1re édition d'Inventons la métropole du Grand Paris illustre à nouveau toute la difficulté de porter à leur terme des opérations complexes sur des sites contraints. Chargée de l'équipement sportif, la société 3J a jeté l'éponge et est remplacée par la RIVP. Quant à Woodeum, mandataire, il a dû déposer un 2e permis de construire pour le foyer de jeunes travailleurs (sur la photo), tandis que la résidence étudiante côté Vanves a été revue à la baisse » annonçaient certains médias à la fin de l’année dernière à propos du projet woodeum porte Brancion entre Vanves et Paris. ce qui n’a guére étonné la municipalité de Vanves qui a quelque peu changé son fusil  d’épaule en privilégiant un projet des 3 portes (De la Plaine – Brancion – de Vanves) avec un  hub hôtelier autour de la porte de la Plaine depuis l’arrivée du Mama Shelter et du Novotel avenue de la porte de la plaine, du projet de tour hôtelière face au Mercure, et en cherchant à le relier au projet de Porte Brancion

    Mais là nouveau coup du sort, avec la remise en cause des bâtiments enjambant le périph (Gymnase Pont porte de Vincennes, projet mille arbres porte maillot, projet ville multistrates dans le 17e, et un autre projet porte Aubervilliers)  par la ville de Paris pour de multiples raisons : l’opposition d’une coalition d’écologistes, élus dont l’adjoint au maire David Belliard (EELV) avec le groupe EELV du conseil de Paris, d’associations comme les Amis de la Terre ou France Nature Environnement pour lesquels l’idée même d’installer des immeubles mêlant habitations et activités commerciales ou de loisirs  au dessus du Périph est incongru. Elle  pose problème,  même si les professionnels du BTP maitrisent la construction de tels bâtiments sans fondation classique,  pour le fait de construire dans une zone et au dessus d’une voie émettrice de pollutions, même si un atelier regroupant élus parisiens et des voisines riveraines planche pour en faire un boulevard urbain moins émetteur de pollution et de bruit,  et plus verdoyant d’ici 2024 . «Construire sur le Périph sans savoir ce qu’il va devenir du point de vue de la pollution pose des questions. On ne va pas installer forcément des gens là, où le taux de particules benzéne est la plus forte, même si on filtre les aérations !» s’interrogeait Pierre Mansat ex-adjoint de B.Delanoë chargé des relations Ville de Paris-Banlieue et spécialiste de la Métropole du Grand Paris.   La plupart des opposants à de tels projets s’appuient sur les avis de l’autorité environnementale qui a souligné « le risque sanitaire notamment en matière d’exposition aux  émissions polluantes » qui dépassaient les normes prescrites par l’OMS (organisation Mondiale de la Santé).  Sans parler du bruit.  Même des élus à droite commencent à demander l’abandon de «ces immeubles au dessus des pots d’échappement » et « qu’on ne construise pas d’immeuble sur le Périph, qu’on ne développe pas de logement au prix de la santé des futurs habitants »

  • ENTREE DE VILLE : A VANVES LES PROJETS DE TOUR HOTELIERE ET WOODEUM EN PANNE, A MALAKOFF, LA ZAC AVANCE

    Après le report du projet de révision du PLU pour permettre la construction d’une tour hôtelière porte de la Plaine face à l’hôtel Mercure par GPSO, un projet Woodeum inscrit l’appel à projet «Inventez la MGP» en panne, porte Brançion, le seul projet qui avance aux portes de Paris est celui de «la porte Malakoff » à la porte de Vanves grâce à une équipe municipale conduite à Jacqueline Belhomme (FG/PC) qui a souhaité garder la main sur le réaménagement de son entrée de ville après le départ de l’INSEE. Même si l’Etat a changé son fusil d’épaule en souhaitant y installer le ministére des affaires sociales après avoir tervigésé

    Vallée Sud Grand Pari , l’interco similaire de GPSO,  qui regroupe des villes comme Malakoff, Fonteny aux Roses Clamart, Bagneux,  vient de voter en faveur d'une demande de concertation avec l'Etat sur le projet de Grand site de l'Administration centrale à Malakoff sur le terrain des anciens locaux de l’Insee, prés de la porte de Vanves (future porte de Malakoff)  L’Etat souhaite y installer le futur  Ministère des Affaires sociales regroupant la Santé, le Travail et les Sports avance.  En octobre 2020, l’État avait émis une déclaration d’intention relative à sa construction sur un terrain de la ZAC dont il est propriétaire.  Jacqueline Belhomme (FG/PC) maire de Malakoff souhaite cependant organiser une nouvelle concertation publique. Lors de du dernier conseil de territoire de Vallée Sud Grand Paris, ses élus ont délibéré en faveur de «l’exercice du droit d’initiative, en application du Code de l’environnement». Jean-Didier Berger, son président et maire Clamart va ainsi saisir l’État pour demander cette concertation. «Demander une concertation préalable à l’État, c’est notre droit. Ce que nous propose l’État en terme de projet n’est pas tout à fait ce que la population de Malakoff avait en amont défini»

    Dès 2017, une concertation avec les habitants de Malakoff a déjà eu lieu : «Quand l’Insee est partie sur Montrouge en 2015, l’État voulait vendre. Malakoff a tout de suite déterminé un périmètre d’étude sur ce triangle. On a saisi cette opportunité pour redessiner notre entrée de ville et décidé de faire un projet qui correspondrait au mieux à la population» explique Jacqueline Belhomme. Pendant six mois, la mairie a organisé des balades de quartiers, des ateliers participatifs, des réunions publiques et une enquête téléphonique, auxquels ont participé certains vanvéens. Le projet envisagé a été présenté dans une enquête publique fin 2019 pour la création d’une zone d’aménagement concerté (ZAC). «Depuis, l'État a décidé de revenir sur ce terrain qui lui appartient. Il est passé en force, parce qu'il a lui-même fait une déclaration de projet alors que nous avions déjà fait la création de notre ZAC, écrasant notre PLU par la même occasion» explique-t-elle en prenant acte et en  ne s’opposant pas à la construction du futur ministère, mais elle souhaite toutefois consulter les habitants : «Nous avons le droit de demander cette concertation de la population et nous avons bien l’intention de l’obtenir». Un ensemble comportant une école, un équipement polyvalent à dimension culturelle, un équipement sportif et des bureaux sont prévu sur le périmètre d’aménagement de la ZAC