Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plateau de vanves

  • VOILA 30 ANS, le 17 OCTOBRE 1991, LE PLATEAU SECCOUE PAR UNE EXPLOSION DE GAZ

    Le Plateau était alors secoué par une explosion de gaz spectaculaire,  le jeudi 17 Octobre dans la résidence Auvergne, derrière le gymnase Maurice Magne,  suite au suicide d‘une désespérée dont certains vanvéens se souviennent encore,  nécessitant l’intervention de 8 casernes de pompiers, c’est-à-dire 45 sapeurs pompiers venant de des centres de secours de Plaisance, Issy-les-Moulineaux et Grenelle qui avaient déployés 7 lances. C’est le coup de sonnette d’un visiteur qui a provoqué cette catastrophe. Elle aurait pu être plus dramatique car elle s’est produite à  8H25,  5 ou 10 mn après le départ des enfants pour les écoles - «Nous avons échappé à peu de chose à une véritable catastrophe à cinq minutes prés» reconnaissait Didier Morin, alors maire de Vanves - lorsque l’explosion s’est produite dans un studio de 3e étage, au dessus du passage piéton.

    A entendre les témoins de l’époque,  c’était l’apocalypse, car l’explosion a  ravagé 14 appartements sinistrés dont 2 dévastés par le feu. Un mort, 6 blessés dont 3 graves. Des gens étaient sous des meubles, les portes d’ascenseurs étaient arrachées, tous les appartements du 3e étage étaient dévastés, ne formant plus qu’un loft sans cloison, sa voisine la plus proche s’étant retrouvée presque nue sur le balcon, entourée par le feu, les fenêtres étant brisés, les placards et les murs enfoncés dans les étages supérieurs. L’obscurité et la fumée n’arrangeaint rien., les blessés étant évacués à l’hôpital Béclére.

    Une cellule de crise était mise en place dans le gymnase où était accueillit les locataires de cette résidence qui n’ont pu réintégrer leur logement qu’en début de soirée, la Cuisine centrale étant alors mobilisé pour confectionner des repas. Le Maire Didier Morin (RPR) était bien sûr sur place avec Roger Aveneau, conseiller général, rejoint par le préfet des Hauts de seine, Charles Noel Hardy. Et le secrétaire Général de mairie, à l’époque, Serge Bauville, s’était démené pour trouver de quoi reloger les sept familles qui ne pouvaient pas réintégrer leur appartement. Le quartier était bouclé pour faciliter les allées et venues des ambulances qui ont évacués les blessés vers l'hôpital Béclére.  Chaque intervenant a fait preuve d’une véritable solidarité  qui avait beaucoup marqué les vanvéens touchés par ce drame

  • UNE INSECURITE CHRONIQUE SUR LE PLATEAU DE VANVES IGNOREE

    Quelques riverains de la rue Marceau, dont l’ex-maire de Vanves, ont été victimes de cambriolages et d’agressions par de jeunes individus de couleurs ces derniers jours dont Guy Janvier a fait état à Bernard Gauducheau son successeur : Son épouse qui rentrait chez elle en pleine après-midi a senti une présence derrière elle alors qu’elle ouvrait la porte de son jardin. Elle s’est retournée et s’est retrouvé devant un jeune assez grand et costaud :« qu’est-ce que vous voulez ? » lui a-t-elle demandé. Il a désigné son collier. Elle s’est mise à crierpour alerter le voisinage,  ce  qui l’a fait fuir, avec un de ses complices resté en retrait.

    Cet incident intervenait quelques temps après une tentative de cambriolages de son pavillon alors qu’ils étaient en province. Heureusement un voisin a aperçu l’individu et a prévu la police qui est intervenue très rapidement, en moins de 3 mn,  pour arrêter ce jeune en flagrant délit. Entretemps, ce voisin attentif avait prévenu Guy Janvier de cette intrusion. Mais ce n’est pas la seule, puisque dans un pavillon voisin, quelle ne fut pas la surprise d’un couple d’être réveillé en pleine nuit, par du bruit au rez-de-chaussée. L’épouse s’est levée et a descendu les escaliers pour apercevoir un individu en train d’entre dans la salle de bain : « Mais qu’est-ce que vous faîtes là ? » - « dormir » lui a-t-il répondu alors qu’il s’apprêtait à s’installer dans la baignoire. Voyant l’époux arriver, il prit la fuite et sauta par-dessus le mur qu’il avait escaladé pour s’introduire dans le jardin…

    Beaucoup de ses victimes et habitants de ce quartier ont des doutes sur cette bande de jeunes, dont Guy Janvier en connaît quelques uns,  qui trainent devant le restaurant Il Giardino, avec une tactique très simple, Ils garent toujours une de leur voiture en double file, pour ne laisser passer les véhicules qye sur une file, s’amusant sur la chaussée les faire ralentir et rechercher sûrement une altercation . Voilà les tristes faits, souvent ignorés par les autorités de la ville jusqu’au moment où des victimes les saisissent de ces faits qui contredisent le discours majoritaire d’une ville paisible et tranquille, sans bandes, ni trafics, ni violence. 

  • PLATEAU DE VANVES : LA SIGNALETIQUE JUGEE « PERFECTIBLE » POURAIT ETRE AMELIOREE

    Avec le développement de l’e-commerce à cause de la rise sanitaire, le nombe de colis à retirer chez certains commerçants ou livrer à domicile ont explosé. Des adhérents de l’association Agir pour le Plateau ont remonté à ses responsables, les difficultés rencontrés par les livreurs pour trouver les adresses des clients qu’ils doivent desservir. Tout simplement à cause d’une signalétique insuffisante selon leur constat, la numérotation des rues présentant de nombreuses interruptions, notamment dans les rues Auguste Compte et Rabelais. Un petit groupe de travail a étudié les carences actuelles de la signalétique du Plateau afin de bâtir une proposition permettant d'améliorer cette situation qu’ils ont envoyé à la mairie de Vanves, avec unesérie de photos permettant de mieux apprécier la situation et un plan de principe de posede nouveaux panneaux . Elle consisterait à indiquer plus clairement les noms des rues et les numéros depuis les voies où les véhiculescirculation et stationnent

    Cette proposition une réponse favorable de la municipalité de Vanves qui reconnait que «la signalétique relatives à certains axes du quartier du Plateau s’avére perfectible» en les rejoignant sur «la nécessité d’améliorer dans les meilleurs délais cette ayant trait aux rues Auguste Compte et Rabelais». Elle considére que leur proposition de «localisation des futurs panneaux constitue une précieuse base de travail » qu’elle a communiqué aux services de GPSO