Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vélos et cyclistes

  • PISTES CYCLABLES : RECORD A LA STATION MALAKOFF-PLATEAU DE VANVES

    En sortant du souterrain  des Reflets au niveau de la station de métro «Malakoff-Plateau de Vanves » ou en s’y engouffrant, les vanvéens passent sous la piste cyclable de la coulée verte qui détient un record à ce niveau là. Les services du département des Hauts de Seine ont enregistré le plus grand nombre de passages, avec une moyenne de 883 cyclistes par jour et même un pic à 2146 vélos le dimanche 16 Septembre 2028.

     Là comme sur une trentaine de points répartis dans le département, 43 compteurs avaient été déployé sur l'ensemble du territoire altoséquanais depuis Novembre 2017. Il s’agissait d'avoir une meilleure connaissance de l'évolution de la pratique cyclable sur le territoire.  Les comptages ont permis d'analyser les fréquentations des différents aménagements cyclables et d'identifier les secteurs les plus fréquentés. Les secteurs qui ressortent particulièrement sont les franchissements de la Seine, la Promenade des Vallons de la Bièvre (Coulée Verte) où passe la Véloroute Paris - Mont-Saint-Michel, les aménagements cyclables réalisés le long des tramways T2 et T6, la coulée verte à Malakoff bien sûr, et la Route départementale 906, entre Clamart et Montrouge, avec 499 cyclistes par jour au droit du cimetière de Clamart.

    Les comptages continus ont permis également d'identifier les jours et heures pour lesquels les fréquentations sont les plus importantes. Ainsi, les aménagements cyclables le long du tramway T6 sont plus fréquentés en semaine. La différence est encore plus flagrante pour les compteurs positionnés sur le pont d'Issy-les-Moulineaux sur la RD 72 et la RD 62 respectivement à Vanves et Montrouge, aménagements en moyenne deux fois plus fréquentés la semaine que le week-end. Les compteurs positionnés sur les itinéraires de Véloroutes (Avenue Verte London - Paris, Véloscénie), affichent quant à eux une plus grande fréquentation les week-ends et jours fériés (597 cyclistes en moyenne contre 411 en semaine). L'arrivée des beaux jours augmentent fortement les fréquentations quotidiennes. Une hausse de 71 % est constatée entre l'hiver et le printemps sur l'ensemble des postes de comptage (6 100 cyclistes à près de 10 450).

    Les hausses les plus spectaculaires concernent les compteurs implantés sur les itinéraires à vocation récréatives, principalement le long de la promenade bleue départementale à Nanterre et le long de la Coulée Verte à Antony. Sur ces itinéraires, près de 1 800 cyclistes ont été comptabilisés le 8 mai 2018 à Nanterre, et une fréquentation record de 2 344 vélos a été enregistrée à Antony le dimanche 2 septembre.

  • VANVES ET GPSO FETENT LE TOUR DE FRANCE ET LE VELO QUI A DOUBLE SES ADEPTES EN 10 ANS

    A l’occasion de la fête du vélo qui se déroule ce week-end sur les thémes du « vélo en ville » et « découverte du patrimoine en famille », plus de 1000 animations gratuites et accessibles sont organisées dans 450 villes françaises ce week-end dont Paris qui invite à « pédaler à la suédoise »…et surtout les 8 communes de GPSO qui organisent une « fête du tour » au complexe sportif de Marcel Bec dans la forêt de Meudon,  7 semaines avant la dernière étape  du Tour de France le 26 Juillet. Et pour cause, puisqu’elle est baptisée Sévres-GPSO/Paris-Champs Elysées : Le village départ sera installé dans ce complexe sportif  avant le départ de la dernière étape qui sillonnera toutes les villes de la Communauté d’Agglomération de GPSO avant de se diriger vers les Champs Elysées. Le départ fictif de la course se fera à Sévres et le départ réel à  Ville d’Avray où le peloton passera là où s’était achevé en 1903 le premier tour de l’histoire. Le peloton passera ensuite par  Chaville, Meudon, Vanves, Issy les Moulineaux, et les bords de Seine de Boulogne avant de filer vers les champs Elysées.

    Les passionnés se rappelleront qu’en 1986, le prologue s’était déroulé à Boulogne avec une première étape qui avait conduit les coureurs à passer dans toutes les communes des Hauts de seine. Une exposition qui repose sur une partie de la collection d’Emmanuel Déhan, historien du cyclisme et ancien coureur amateur, est organisé à l’hôtel de ville de Boulogne : « La grande histoire du cyclisme boulonnais ».  Elle rassemble beaucoup de documents, d’affiches d’époques, fanions, trophées, photos de champions, premiers vélocipédes…qui plantent le décor d’une discipline dont les premières compétitions notables se déroulérent dans l’ouest parisien et sur le territoire boulonnais. Et d’un club, l’ACBB qui a largement contribué à construire la légende et la tradition du cyclisme amateur de haut niveau en France totalise 5 médailles olympiques, 10 titres de champion du monde, 117 titres de champion de France en ayant compté dans ses rangs, Anquetil, Darrrigade, Stablinski, Thévenet, Roche, Anderson et Millar. A l’occasion de cette fête du Tour aujourd’hui, parmi les animations,  une randonnée cyclotouriste de 34 km  est prévue à 13H30 pour parcourir une partie du circuit qu’emprunteront les coureurs le 26 Juillet prochain, avec deux parcours de marche nordique, le traditionnel Trail du muguet (dés 10H) sur 10 et 21 Km, une randonnée équestre entre le parc de St Cloud et le bois de Meudon avec un pique-nique géant.

    Cette fête intervient alors que l’utilisation du vélo a doublé en dix ans avec plus de 650 000 déplacements sont effectués à vélo chaque jour en Ile de France comme le montre une étude du STIF (Syndicat des Transports Ile de France). IL est ainsi devenu un mode de transport au quotidien : « S’il ne représente encore que 2 % des déplacements en ÎDF, le vélo a su s’imposer comme un atout du quotidien, largement utilisé pour se rendre au travail, et non plus seulement pour les loisirs. Ainsi, près de la moitié des déplacements à vélo sont liés au travail ou aux études. Il  est avant tout utilisé par des actifs (61 %), suivi par les scolaires et étudiants (23 %). Par ailleurs, 60 % des déplacements à vélo sont effectués par des hommes. Les adeptes du vélo habitent principalement à Paris ou en petite couronne, le vélo étant un mode de transport idéal pour des trajets de proximité (2 kilomètres en moyenne en Île-de-France) » indique cette étude. Les politiques de déplacements en faveur du vélo menées jusqu’alors par l’ensemble des collectivités de la Région aux communes ont permis la réalisation de 2 400 km d’aménagements cyclables dont 900 pour le réseau régional structurant, le développement de l’offre de vélos en libre service (dont Vélib’) qui  ont fortement contribué à l’augmentation de l’utilisation du vélo.

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : DURE VELORUTION !

    Avec le retour des beaux jours, les 4 ans de Vélib, déjà, le plan Vélo que vient d’adopter le Conseil Régional, l’Ile de France et Vanves vivent leur vélorution. Il faut reconnaitre que l’un des artisans de cette « vélorution » siége au conseil municipal de Vanves, sur le banc des Verts, Pierre Toulouse qui préside aux destinées de l’association « mieux se déplacer à bicyclette » qui défend la vélomobilité

     

    La région a adopté  un « plan vélo » qui prévoit notamment d'expérimenter pendant 18 mois, à partir de mars 2012, un système imaginé et baptisé par la SNCF « Véligo » permettant de garer son vélo dans un local fermé avec un abonnement annuel de 20 E directement chargé sur le pass Navigo. A partir de cet été, 16 garages à vélo offrant 758 places de stationnement au total vont être construits dans autant de gares du réseau Transilien, le plus grand étant prévu à Chelles (Seine-et-Marne). Cette expérimentation est financée par la région pour un montant de 1,9 ME. Ce « plan vélo » prévoit d'autre part la création d'un « portail vélo », site internet permettant aux usagers de rechercher leurs itinéraires en ayant une vision précise des conditions de déplacements à partir d'un moteur de recherche et de calcul d'itinéraires cyclables en ligne. Ce site devrait être ouvert « au plus tôt en 2013 ». Parmi les actions prévues, la Région doit aussi porter à 3.500 km le réseau de pistes cyclables francilien en 2020, contre 2.400 km aujourd'hui,  développer des « zones de rencontre » entre usagers de la route et piétons, obligeant les voitures à rouler très lentement.

     

    Le vélo est de nouveau dans l’air du temps. Et Vélib y a beaucoup contribué depuis 4 ans. Service qui avait été voulu par les Verts avec maintenant à son actif, une cinquantaine de millions de locations et une moyenne de 80 000 à 100 000 utilisateurs par 24H, et durant toute l’année, même l’hiver puisque le nombre d’utilisateues était de 30 000 par jour. Vélib a contribué au succés du vélo et en a subi les contrecoups, puisqu’un fléchissement du nombre d’abonnés a été constaté en 2008 et 2009 : « Après avour redécouvert qu’il était possible de parcourir rapidement la capitale en vélo, un certain nombre d’utlisateurs parisiens et banlieusards ont tout simplement achetés des vélos » expliquent les spécialistes en notant « que les enquêtes sur cette évolution sont confirmées par le nombre de magasins de vélos qui ciontinuent à s’ouvrir dans notre région ».  Lorsque Vélib célebrera son 4éme anniversaire le 15 Juillet prochain, il devrait compter 170 000 abonnés pour un réseau qui met en location 23 600 vélos dans 30 communers limitrophes de Paris, dont Vanves, répartis en 1800 stations.

     

    Seul point noir à cet anniversaire, l’indiscipline de ses utilisateurs mais aussi des propriétaires de vélo, qui ont tendance à prendre des risques et à en faire prendre aux autres usagers de la route ou des trottoirs, en ignorant les feux rouges ou en circulant sur les trottoirs. Mais aussi le kilométrage de pistes cyclables en site propre qui reste ridiculement faible. Vanves n’en a pratiquement pas… Les adaptes et spécialistes du vélo mettent cela sur le compte « de la résistance de la Préfecture de Police qui n’aime guére les cyclistes et les manœuvres de retardement de certains maires qui rechignent à aménager des pistes matériellement séparées du flot des voitures ». Peut être que le « plan vélo » régional contribuera à lever ces réticences.