Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRAVAUX

  • CHANTIER DE LA TRIBUNE DU STADE DE VANVES : TRAVAUX PREPARATOIRE ET RECONSTRUCTION DU MUR MITOYEN

    Les travaux préparatoires du chantier de rénovation et d’extension de la tribune du PMS A.Roche ont à peine commencé début Février après plus d’un an de retard à cause de recours déposés par les riverains de la rue Gresset devant le juge administratif. D’ailleurs, à cette occasion, un expert avait été désigné par le tribunal administratif de Cergy Pontoise, à la demande de la commune, pour prévenir tout risque de litige lié à la réalisation de ses travaux.

    Celui-ci a constaté que le mur séparant les parcelles voisines de la tribune, était dégradé et instable. Il empêchait la réalisation de toute construction en mitoyenneté et présenté un risque d’effondrement important, en particulier du fait d’un dévers important empiétant sur la propriété de la ville. La mairie s’est rapprochée des propriétaires concernés pour leur proposer de remplacer le mur existant leur appartenant par un mur situé sur la propriété de la commune.

    Un protocole d’accord, avalisé par le conseil municipal du 14 Février dernier, a été signé entre chaque riverain – 7 au total -  concerné dans lequel la commune prévoit que « ce mur sera construit à l’alignement en « blocs à bancher » dans les parties enterrées (protégés par un enduit d’imperméabilisation  et une nappe drainante) et en parpaing enduit dans les parties aériennes ». Sa hauteur devrait être variable bien sûr, sachant qu’en partie haute, une couvverture en aluminium thermodaqué gris focé est prévue pour assurer la protection en tête. Chaque chantier devrait durer 3 à 4 mois, avec en final, le ravalement du mur.

    L’un des propriétaires prudent a rajouté que « comme aucune surveillance ou alerte n’est prévue, la ville reste respinsable de la sécurité et de l’exposition au vol des locaux occupés (par ceux-ci) en cas d’intrusion étrangère par cette clôture provisoire(durant le chantier)"

  • TERRAIN SYNTHETIQUE DU PMS DE VANVES : QUELQUES RETATDS DÛS AUX INTEMPERIES ET A DES TERRAINS GORGES D’EAUX

    Les travaux  d’aménagement de la pelouse synthétique du terrain d’honneur qui devaintt se terminer le 22 Septembre ont pris du retard. Ils devraient plutôt se terminer dans la dernière quinzaine d’Octobre, ce qui mécontentent les responsables de la section  football et des équipes d’expograph  Vanves, ainsi que la section athlétisme qui risquent de perdre des licenciés notamment parmi les jeunes et les enfants. Les intempéries de cet été expliquent ce retard d'autant plus que le site du PMS est gorgée d’eau. Il a fallu renforcer le nombre de couches sous le terrain pour en assurer l’étanchéité et éviter des remontées d’eaux en cas jusrement de grosses pluies 

    Une sage précaution car l’ex-rû de Clamart qui alimentait la petite piéce d’eau du parc et se poursuivait vers la fontaine de la place du Val pour descendre la Seine via la rue d’Issy…passait sous ce terrain, ce qui explique pourquoi tant de blanchisseries s’étaient installées dans le Centre Ancien. Et ce rû continue de descendre des hauteurs de Clamart en souterrain, en passant sous le PMS par une moaïque de petits canaux.

    Les vanvéens s’en sont aperçu lors de la pollution de la piéce d’eau du parc F.Pic par une fuite d’hydrocarbures provenant des cuves de la société Popihn situé à la gare de Clamart. Ils avaient imprégnié tout le sous sol du PMS, à tel point que des odeurs de pétrole remontaient par les regards répartis sur le PMS les jours pluvieux. Bien avant, les boulistes s’en étaient aperçus lorsqu’un trou s’était formé sur leur terrain à cause d’un effondrement souterrain.          

    Heureusement les responsables du service des sports ont une bonne connaissance du site et son historique pour le réaménager comme ce fut le cas lors des premiers travaux de réaménagement et de restructuration du PMS entre 1990 et 1992 suivis de très prés par des spécialistes dont le directeur du service  des sports de l’époque, Gérard Clérin qui avait la maîtrîse des travaux  : construction de deux murs de soutainement pour remplacer le talus des trois plateformes qui lui a donné son aspect actuel, remise aux normes du terrain de football annexe en mélange terre-sable synthétisé en une surface de jeu en sable fillerisé de schiste de houille stabilisé mécaniquement, réfection de la piste d’athlétisme passant d’un revêtement en cendre à un revêtement synthétique tout temps avec création d’un sixiéme couloir et une extension de la ligne droite, réaménagement des aires de concours (saut en longueur, javelot), construction d’un nouveau pavillon des sports

    Une première grande intervention qui a été suivi par d’autres depuis 2001 : les deux courts de tennis couvert en 2006, l’installation d’une pelouse synthétique sur le terrain annexe couplée avec la construction d’une cuve de stockage d’eau de pluie sous le terrain, et maintenant le terrain d’honneur, et bientôt la rénovation des tribunes avec de nouveaux bâtiments de part et d’autres, qui a pris du retard à cause de recours  déposés par des riverains. 

  • UN ETE A VANVES PLEIN DE CHANTIERS ET DE PUBLICITES… SURPRISES

    Pendant que les vanvéens se prélassaient au soleil durant cet été 2017, bien ventueux et brûlant dans le sud quasiment automnale en Ile de France, Vanves était en chantier. Le plus emblématique a été le Grand Paris Express (GPE) et le ripage de cette dalle de 7000 tonnes dans la nuit du 12 au 13 Août qui constituera le support des voies SNCF Paris Montparnasse et le toit de la grande salle de correspondance entre la ligne N du Transilien et la ligne 15 Sud du GPE. Ce qui a impliqué une interruption du trafic sur cette ligne entre le 11 et le 16 Août programmé depuis 5 ans. Beaucoup de riverains notamment vanvéens ont pu profiter d’une visite du chantier le samedi après-midi, mais beaucoup étaient venus le long de la rue du Clos Montholon d’où ils avaient une vue imprenable sur l’évolution du chantier

    Pas comme l’incident de la gare Montparnasse qui a provoqué la pagaille le dernier week-end de Juillet et valu à Vanves une publicité involontaire : La panne provenait d’un défaut d'isolement électrique dans le poste de signalisation situé proche de la Vanves-Malakoff qui gère plusieurs centaines d'aiguillages et de signaux. Une forte sollicitation du réseau» lors de ce week-end de chassé-croisé en serait la cause, la maintenance du poste de commande «n' étant pas mise en cause» selon le PDG de la SNCF. Le problème trouverait plutôt sa source dans «l'extension de cet équipement dans le cadre de la mise en service des nouvelles lignes à grande vitesse (LGV) vers Rennes et Bordeaux» : «C'est un défaut dans ces travaux qui est à l'origine de la panne» avait-il ajouté. Ce qui n’a pas empêché cette réaction assez juste d’Elisabeth Borne ministre des transports : « C'est bien de faire des lignes à grande vitesse pour gagner du temps pour aller à Bordeaux et à Rennes mais, si après on est bloqué à Montparnasse, on voit bien que ça ne va pas ».

    Par contre Vanves a mise à l’honneur dans le JT de France2, le 14 Août avec un reportage sur le systéme particulier de traitement de l’eau de sa piscine à l’ozone qui attire beaucoup de parisiens et de voisins 

    L’autre caractéristique de cet été pourri à Vanves a été l’ensemble des travaux de voirie qui ont bloqué certaines voies publiques comme la rue Jean Bleuzen, l’un des plus longs chantiers, ou les rues Falret, Victor Hugo, Jullien, 4 Septembre pendant quelques jours pour des réfections nécessaires ou des aménagements de sécurité routière et piétonnaire comme ce fut le cas rue Jean Bleuzen. Et encore, la circulation était rétablie souvent en fin de journée

    Un important chantier qui se poursuit jusqu’au 22 septembre est la transformation du terrain de football d’honneur du PMS André Roche (sur la photo) où est amenagée une pelouse synthétique. Ce qui devrait entraîner une réfection de la piste d’athlétisme non prévu. Enfin des immeubles en cours de construction prennent forme comme la Résidence Niwa (158 logements) rue A.Briand, le 14 bis de la rue V.Hugo (13 logements) alors que voilà un an, la destruction du pavillon était en cours, le 41 bd du Lycée (24 logements) sur un terrain biscornu…