Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRAVAUX

  • CHANTIER DU GRAND PARIS EXPRESS A VANVES : DES DEROGATIONS MALGRE LES NUISANVCES POUR EVITER LE REPORT DU RIPAGE DE LA DALLE

    A l’occasion d’une question sur les nuisances sonores du chantier de la future gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, localisée à la jonction d’Issy-les-Moulineaux, de Vanves, de Clamart et de Malakoff, du Grand Paris Express posée par le groupe PS au Conseil municipal du 31 Mai, Pascal Vertanessian a été amené à apporter des précision sur les mesures tendant à sécuriser le planning d’exécution des travaux du Grand Paris Express.

    « Elles consistent en la possibilité pour la Société du Grand Paris (SGP) de demander aux Maires concernés par les travaux, d’accorder une dérogation à la réglementation relative aux nuisances sonores en vigueur sur leur territoire, notamment concernant les travaux bruyants et chantiers de BTP. Sur Vanves l’arrêté municipal du 28 mai 2002 « de lutte contre le bruit » établit dans son article 6 que : « sauf urgence caractérisé, les travaux bruyants sur la voie publique ainsi que les chantiers sont interdits de 19 h à 7 h 30 les jours ouvrables, les dimanches et les jours fériés ». La SGP nous a signalé le 14 mars dernier par courrier que les travaux entraient dans leur phase de génie civil sous tabliers ferroviaire SNCF du 17 avril au 12 août 2017. Une étape décisive visant la réalisation des parois moulées de l'enceinte de la station et de la dalle préfabriquée destinée à la recouvrir, à la suite d'une opération de ripage devant se dérouler du 12 au 16 août 2017. Cette opération de ripage imposant l'interruption de la circulation des trains SNCF, sur environ 4 jours, le créneau avait été défini avec SNCF il y a plus de 3 ans. Or des aléas découlant de problématiques liées à la libération d'emprises de la SNCF ou à des aspects géotechniques ont provoqué des retards nécessitant un ajustement temporaire des horaires de chantier…Sans lequel la prochaine interruption de circulation devrait être reportée à l'été 2019, décalant d’autant la poursuite du chantier et l'ouverture de l'ensemble de la ligne 15 sud. En conséquence dans son courrier la SGP demandait un aménagement des horaires comme suit : 7h00 à 22h00, du 17 avril au 5 mai 2017 et du 6 juillet au 11 août 2017 (excepté les samedis, dimanches et jours fériés). Et, entre ces 2 périodes, sans interruption (24/24, 7/7) du 8 mai au 5 juillet 2017. L’accord donné à ces dérogations a été clairement conditionné au respect des engagements pris par la SGP pour limiter au maximum les nuisances sonores générées pour les riverains. La SGP a en effet détaillé en réunion publique du 25 avril dernier les mesures, d’ordre technique ou organisationnel, prises pour limiter les nuisances sonores notamment la nuit : Ajout de bâches acoustiques autour du chantier. Camions de livraisons (béton, ferraillage…) stockées sous la dalle, après la bâche acoustique.  Limitation au maximum des bips de recul de jour, interdiction la nuit. Aménagement de la zone de chantier afin de limiter la marche arrière des véhicules. Création d’une aire de retournement côté Montholon afin d’éviter le recul des camions de livraison. Le chantier arrivant, par ailleurs, dans une phase enterrée, les nuisances sonores devraient être atténuées » a-t-il indiqué en assurant que « la Commune reste vigilante sur cette question et travaille en étroite coordination avec la SGP ainsi que les associations de riverains qui sont régulièrement informés de tous les évènements concernant la vie du chantier et qui peuvent faire valoir leurs propositions ».

  • TRAVAUX GPSO A VANVES : l’ETE SERA CHAUD !

    Ses réunions publiques de quartier, comme hier à l'école Larmeroux,  sont l’occasion de faire un bilan et de présenter les nouveaux travaux menés par GPSO dans chaque quartier avec pour vedette, Yann Texier (sur la photo avec B.Gauduchrau) qui a tout même rappelé que durant ses six derniers mois, l’interco était intervenu une soixantaine de fois pour des petits travaux sur la voirie. Pour le centre Ancien-Saint Remy, il a présenté les travaux de la balançoire du parc F.Pic qui a réouvert après un chantier de rénovation de 12 200 €, et durant l’été l’aire de jeux des « petits » qui n’est plus aux normes (80 000 €) avec réfection des deux bacs à sable. D’ailleurs le maire a précisé qu’il faudra bien se préoccuper de la « Glaciére » du parc dont le coût de sécurisation et de remise en état se monte à 800 000 €, alors qu’il faut refaire les bassins. « On doit faire des arbitrages. C’est frustrant car on est obligé de faire moins que prévu ! »

    Pour les rues, 4 Septembre (150 000 €), Jullien (18 000 €), Falret, Raphael, Rabelais, le trottoir de la rue Falret côté école, la partie haute de la rue de l'avenir (pour 88 000 €)  sont concernées, avec la création de passage piétons surélevés Jean Bleuzen devant le square Marceau et le métro, et les travaux d'accessibilité avec les bandes sur les trottoirs (pour 100 000 €). Il a rappelé la réfection du terre-plein central de la rue Antoine Fratacci, avec de nouveaux végétaux pour faire une barrière végétale lorsqu’ils auront poussé et pris de l’ampleur. Il en a profité pour parler de ses 250  corbeilles en ville qui servent maintenant de dépots d’ordures ménagéres, dedans et autour lorsqu’elles sont pleines bien sûr. Elles ne servent pas à cela bien sûr ! « Une campagne de sensibisation devrait être lancée. Mais si les vanvéens ne respectent rien, on les enlèvera » a prévenu le maire qui a ajouté : « On devrait s’inspirer que ce qu’a fait Malakoff où 600 habitants se sont mobilisés pour nettoyer leur ville »

  • LE PLUS GRAND CENTRE DE CONGRES D’EUROPE A VANVES DANS LE PARC DES EXPOSITIONS

    Le plus grand centre de congrès d’Europe, situé sur le territoire de Vanves,  sera inauguré le 27 Novembre 2017 :  Il s’agit du Paris Convention Center pièce maîtresse de la modernisation du parc des expositions de la porte de Versailles  dans le Palais sud (Hall 7). Avec sa grande salle plénière (jusqu’à 5200 places assises), dont le plafond sans poutre, transparent, est une véritable prouesse architecturale. « Il permettra à Paris de recevoir les plus  grands congrès mondiaux en offrant des configurations sur-mesure, connectée à 44 000 m² d’exposition » expliquaient les responsables de Viparis et d’Unibail  en faisant le point sur le vaste plan de remodernisation étalées sur 3 phases dont la première phase se termine (2015-17)

    Après 2 ans de travaux, la place d’accueil, à l’entrée du parc,  a été intégralement repensée : « La Plaza »  (sur la photo lors du salon de l’Agriculture) a été conçue comme un lieu de rencontre et d’échanges autour d’un gigantesque anneau de LEDs de 40 m de diamètre, ce qui en fait le plus grand dispositif en Europe. Dans le Hub des Services, un Relay et un Monop’Daily ont ouvert et offrent des services et des produits de proximité. Un café de l’Innovation doit compléter cette entrée, véritable lien entre l’intérieur et l’extérieur du parc des expositions. Il a  été confié à l’enseigne PAUL.

    Des travalators ont été installés le long de l’allée centrale entre la Plaza et le pavillon 7,  la passerelle Orion ayant été démolie. Afin de faciliter les périodes de montage et de démontage, et garantir le confort des piétons, une nouvelle terrasse logistique a été aménagée derrière le hall 4 qui se transforme avec un immense auvent au dessus de son entrée principale et surtout du futur Mac Donald qui ouvrira là ses portes, unique en son genre dont le décor devrait reproduire un café de Paris. Dans le «petit parc», la façade du Pavillon 1 se drape désormais d’une grande voile métallique de couleurs argentée et dorée signée Dominique Perrault.

    Dés la fin de ce premier semestre  2017, lorsque la Foire de Paris aura fermé ses portes les Halls 6 et 8 seront détruits. Deux hôtels sont prévus : un Mama Shelter côté Périph, un Novotel côté Bd Lefebvre. Rappelons que  Viparis a confié toute sa restauration à une filiale d’Elior, Areas, qui l’a entièrement repensé  en développant des concepts nouveaux (permanents, mobiles, hyper mobiles) sur ses 40 points de ventes  avec une trentaine de marques  dont certaines nouvelles.