Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Habitat

  • VANVES ET GPSO : BILAN DU PLH AU DERNIER CONSEIL TERRITORIAL

    Le dernier conseil territorial de GPSO qui a voté son budget 2017 a permis de dresser un bilan du plan local de l’habitat (PLH) avec quelques chiffres intéressants sur Vanves

    Le territoire de GPSO se caractérise par un marché immobilier tendu, révélateur de l’attractivité de ce territoire en lien avec l’importance de son bassin d’emploi et de sa qualité de vie. Le prix médian d’un appartement ancien s’éléve à 330 000€ soit 6210€ par m2 (+19% par rapport au prix moyen dans le 92 et +16% par rapport au prix moyen dans la Région). Pour un logement neuf, le prix médian est de 496 400€ soit 8150 € m2 (+16% d’augmentation en 2015). A Vanves les prix moyens pour un appartement ancien est de 5 340 € le m2 (-3,6% par rapport à 2014) et pour un appartement neuf, de 7 480 € le m2 (+°11% par rapport à 2014). 306 appartements anciens ont été vendus en 2015 (6% par rapport à 2014), ainsi que 16 maisons anciennes,  et 56 appartements neufs.

    Ces prix élevés témoignent du dynamisme du marché, mais aussi de la difficulté d’accés au logement des ménages disposant de revenus modestes, voire moyen : 16 266 demandeurs d’un logement dans GPSO qui compte 29 248 logements sociaux (19,66%) dont 2 453 sont en foyers ou en résidences à des publics dédiés. 1179 à Vanves pour un parc de 3042 logements sociaux (23,73%).

    En 2015, 862 logements ont été construits en 2015 (+33%)  alors que GPSO s’est engagé à en construire 2000 par an, témoignant ainsi d’une certaine reprise de la construction après des diminutions entre 2012 et 2014. 32 logements privés ont été construits à Vanves en 2015. Par ailleurs GPSO s’est engagé à produire 650 logements sociaux par an dont 50%  en ctégorie PLUS, 18% en PLA-I et 32% en PLS, le développement du parc social constituant un enjeu majeur pour GPSO. Il en a construit 495 en 2015 répartis danss 18 opérations, a soutenu des bailleurs sociaux pour 13 de ces projets en apportant des subventions d’un montant de 1,8 M€. Par ailleurs 13 opérations dédiées à des publics spécifiques (soit 1097 places) sont en cours.

    A Vanves, 98 logements sociaux ont été agrées en 2015 : 44 Logements PLS au 39 rue S.Carnot, 36 logements dont 6 PLA-I, 18 PLUS et 12 PLS rue R.Coche, 18 au 4/6Rue du Docteur Arnaud. L’opération de construction de 14 Logements sociaux au 16 avenue Victor Hugo, par Immobilière 3F a reçu une subvention de 70 000 de la part de l’EPT GPSO. 3 PLAI, 6 LUS et 5 PLS sont prévus pour un coût de 3,7 M€.

  • VANVES SIGNE AVEC HAUTS DE SEINE HABITAT UN CONTRAT DE PROXIMITE

    A l’occasion du salon des Maires d’Ile-de-France qui se termine aujourd’hui, Hauts-de-Seine Habitat renforce ses relations de proximité avec les élus du territoire en signant des contrats de proximité avec les communes. Après les Villes du Plessis-Robinson et de Châtenay-Malabry, les communes de Bois-Colombes, Boulogne-Billancourt, Colombes, Rueil-Malmaison, Suresnes et Vanves ont souhaité renforcer leur partenariat et signer un contrat de proximité avec Hauts-de-Seine Habitat

    Cette formule innovante  qui a été proposée par Christian Dupuy, président de cet office départemental HLM aux Maires des Hauts-de-Seine, intervient dans le contexte de la nouvelle organisation territoriale votée par la loi n° 2015-991 du 7 août 2015. Cette loi prévoit que les Offices Publics de l’Habitat seront rattachés aux Etablissements Publics Territoriaux (EPT) comme GPSO par exemple, créés dans le périmètre de la Métropole du Grand Paris (MGP), au plus tard le 31 décembre 2017. A travers ses contrats, Hauts-de-Seine Habitat, adossé à une collectivité de rattachement solide, et qui dispose de capacités d’investissement et d’une ingénierie bien rôdée, renforcera son partenariat avec les Villes dans les domaines de l’habitat et du cadre de vie et améliorera ainsi la qualité de la gestion des résidences au service des locataires et des citoyens.

    Chaque contrat de proximité est établi conjointement entre Hauts-de-Seine Habitat et les Villes pour une période de 3 ans. Des engagements réciproques permettront de renforcer la participation des communes aux décisions de l’Office sur la mise en œuvre opérationnelle de sa politique du logement. Ces contrats permettront de mieux partager les orientations stratégiques de développement, d’attribution, d’accompagnement social des locataires, de service et de gestion patrimoniale sur le territoire des villes ; de prendre en compte les besoins et attentes des villes pour définir et ajuster au mieux les orientations de l’Office ; d’associer plus étroitement les villes à la mise en œuvre des actions de l’Office au quotidien et termes d’information, de suivi et d’ajustement, de prise en compte des remontées du terrain.

     

  • NIWA UNE RESIDENCE COAL ET ZEN DANS UNE VILLE DE VANVES PLEINE DE QUIETUDE

    Ce titre pourrait bien résumer le sentiment du futur propriétaire qui a feuilleté  la plaquette de présentation de cette résidence s’il s’est rendu au bureau de vente de la future résidence NIWA de Bouygues Immobilier installé dans le square de l’Insurrection (photo lors du premier week-end où il a été pris d'assaut par les futurs acheteurs). De plus d’une vingtaine de pages, elle est de grand format avec de superbes photos sur papier glacé et ce titre « NIWA Vanves ». Dés la première page, Bouygues Immobilier indique qu’il signe « une nouvelle réalisation d’exception » : « Vanves accueille NIWA une nouvelle conception de l’habitat en ville, en pleine osmose avec la nature ».

    L’architecte japonais Kengo Kuma et le paysagiste Michel Devisgnes dont les photos apparaissent sur les deux pages accompagnés d’un texte les présentant,  invitent ainsi les potentiels acheteurs « à porter un regard neuf sur un cadre de vie où le beau sedevine depuis l’extérieur avant de se révéler. Inspirée de l’esthétique des intérieurs traditionnels japonais, NIWA invente des appartements où habiter s’apparente à une expérience sensorielle : jeux d’ombres, couleurs intemporelles, brise-soleil en bois, texture d’un mur, lumière d’un jardin, silhouette d’un arbre »… « Bienvenue dans l’univers de la Sérénité ». Cette plaquette présente des vues de l’immeuble depuis la rue Aristide Briand en insistant « sur les lignes pures de l’immeuble qui installent d’emblée, un décor apaisant comme l’enveloppe légère d’un secret bien gardé. Les larges toitures rappellent l’architecture des maisons de thé. Des brise-soleil et des gardes-corps vitrés soulignent la fluidité extérieure et intérieure. Des jardins miniatures inspirés des « tusboniwa » japonais s’installent dans les retraits des façades,  véritable cour jardin aux proportions intimes qui utilise le bois, la pierre et le végétal. Les enduits confèrent à la façade de la résidence un aspect velouté qui s’irise selon les variations de la lumière ».

    Puis des espaces communs intérieurs avec un plan d’ensemble en insistant sur ce « premier regard » qui « perçoit depuis la rue l’étonnante quiétude du lieu qui distille une atmosphère apaisante. La transparence du porche laisse entrevoir le calme du jardin intérieur que la résidence entoure comme un cocon. Les appartements profitant de belles orientations donnent pour la plupart sur ce véritable havre de paix », avec des baies vitrées, des balcons et des terrasses « dont le sol est en bois pour prolonger le plaisir de vivre pieds nus ». Les pages suivantes ouvrent sur ce jardin en trois dimensions en insistant sur « ce calepinage de petits pavés et de grandes dalles au son qui réinterprètent les célèbres pas japonais » et la composition florale, les appartements, les terrasses, en insistant sur des prestations de qualité et les performances énergétiques de cette résidence : « Nous avons travaillé sur des éléments passifs plutôt que sur des dispositifs actifs. Nous avons également choisi un mode constructif simple et très performant (structure à inertie lourde en béton, isolation thermique par l’extérieur traitant 100% des ponts thermiques) ».

    Cette belle plaquette se termine sur Vanves : « Aux portes de Paris, un village restauré » avec ces commentaires : « La plus petite commune des Hauts de Seine préserve un art de vivre empreint de quiétude, à découvrir en parcourant ses ruelles pavées et ses placettes agrémentées de fontaines. Le vieux Vanves accueille des terrasses ensoleillée où il fait bon flâner après le marché. Le prestigieux château des Condé forme le cadre du lycée Michelet dont les classes préparatoires sont très côtées. Avec ses hautes voûtes en verrière récemment restaurés, la chapelle Larmeroux illustre le patrimoine vanvéens des années 20 et intègre un vaste ensemble d’équipement réalisé au début du 20éme siécle pour faire cohabiter harmonieusement toutes les générations ». Ainsi tout est fait pour rassurer le futur propriétaire dans son choix