Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Habitat - Page 5

  • L’HABITAT A VANVES ET SES HABITANTS : Une population de foyers intermédiaires

    Le Blog Vanves Au Quotidien continue de feuilleter  le PLH 2013-18 de la Communauté d’Agglomération  Grand Paris Seine Ouest (PLH 2013-18), ce document de près de 215 pages truffé de chiffres très intéressants sur l’habitat à Vanves et ses occupants.

     

    Rappelons que Vanves comptait 26 845 habitants au moment où il a été établi en constatant que notre commune avait renouée avec la croissance démographique comme Meudon, alors qu’elle avait perdu de la population entre 1990 et 1999 (- 0,21%).  23% ont moins de 20 ans, 16% entre 20 et 30 ans, 42% entre 30 et 60 ans, 20% ont plus de 60 ans. La taille des ménages vanvéens est globalement petite, passant de 2,11 personnes à 2,12 entre 1999 et 2008 (+ 0,06%). Ce qui expliquerait que notre commune compte moins de 30% de T4 comme à Issy les Moulineaux et Boulogne. En tous les cas, l’un des objectifs de ce PLH est de maintenir les familles sur les terrtoires et de prendre en compte le vieillissement de la population, en anticipant les besoins du parc.

     

    A ce propros, il est intéressant de noter que le rapport remis au premier ministre avant-hier « adaptation de la société au vieillissement : année zéro » préconise de repenser le cadre de vie en proposant  des mesures concernant le logement justement et que les documents d’urbanisme définissent des « zones propices au vieillissement » où serait appliqué un quota de 20% de logements adaptés pour toute nouvelle construction. Il suggére de remettre des bancs publics dans nos rues, car leur disparition est un frein à l’autonomie des aînes qui ont besoin de se reposer lors d’un trajet à pied. Tout comme allonger le temps laissé aux feux tricolores pour permettre à nos seniors de traverser la rue. Les candidats aux municipales vanvéennes qui font actuellement plancher leurs équipes sur leurs programmes, devraient bien s’en inspirer.

     

    Mais revenons à ce document qui indique que le revenu moyen des ménages vanvéens est de 32 480 €. Vanves fait partie des villes où les ménages intermédiaires sont le plus présents (17%), où plus de 21% des ménages sont éligibles au PLA. Et 27% des foyers sont non imposés. 47%  des locataires du parc social ont des revenus très modestes (inférieurs à 60% des planfonds PLUS). Par contre les ménages aux ressources supérieures au plafond PLUS représentent 14% du parc social comme à Sévres, Issy et Boulogne. Enfin, le parc social compte 34% de + de 60 ans  et 6% de jeunes de moins de 30 ans   

    31%  des vanvéens sont allocataires de la la CAF 92 dont 5,3% sont allocataires à faible revenu, 13,1% bénéficient d’une aide au logement et 3,2% touchent le RSA. 23 ménages ont été reconnus prioritaires ou urgents au titre DU DALO dont 20 ont été relogés entre 2008 et 2010. Vanves a des difficultés comme Ville d’Avray à respecter la loi MOLLE qui prévoit pour toute commune d’un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunal) de prévoir un logement pour 1000 habitants, soit 26.

     

    A Suivre …      

  • L’HABITAT A VANVES : Peu de constructions neuves, quelques transactions dans le privé, presque pas de rotation dans le social

    Cette dernière semaine de vacances durant laquelle l’actualité vanvéennes s’est ralentie, est l’occasion de revenir sur certains événements qui ont marqué notre commune. Et notamment le PLH (Plan Local de l’Habitat) de GPSO (Grand Paris Seine ouest) sur lequel le conseil municipal  début février, a donné un avis positif, la plupart des groupes politiques étant d’accord sur le constat et l’objectif  -  99 logements à construire par an dont 25% de logements sociaux –moins sur les actions.  Vanves est l’une des 3 villes de GPSO à avoir la densité la plus élevé avec 16 961 habitants au km2 et 910 logements à l’hectare (alors que la moyenne est de 65 à GPSO et 128 à Paris),  se plaçant entre Boulogne (18 190 habitants au km2) et Issy lesMoulineaux (14 893)

     

    Le document de près de 215 pages établi par la Communauté d’Agglomération (PLH 2013-18)  est truffé de chiffres très intéressants sur lesquels le Blog Vanves Au Quotidien reviendra ces jours-ci. L’habitat à Vanves est constitué de 13 988 logements dont 12 488 résidences principales (89%), 436 secondaires (3%), 1064 logements vacants (8%). 13% de ces 13 98 logements sont des studios, 27% des deux pièces, 31% des trois pièces, 29% des quatre piéces et plus. 31% ont été construit avant 1949, 36% entre 1949 et 1974 dont les bâtiments place Kennedy et la résidence des Chariots qui avaient accueillis beaucoup de pieds noirs grâce au maire Plazanet,  26% entre 1975 et 1989 dont tout le quartier du Plateau qui a fait l’objet d’une étude de domanialité récemment, 7% après 1990.

     

    Il est vrai que les constructions se sont raréfiés ces dernières années à Vanves : 394 logements ont été construit entre 2000 et 2009 dont 40 ont commencé en 2000, 13 en 2001, 54 en 2002, 12 en 2003, 156 en 2004, année où furent lancé de nombreux projets (Îlots République/Vieille Forge, de la poste place de l’Insurrection, rue de l’Eglise/Gaudray, Louis Blanc/Antoine Fratacci),  7 en 2005, 46 en 2006, 21 en 2007, 14 en 2008 et 31 en 2009,  soit une moyenne de 39 logement par an. Vanves contribue pour 3% de la construction récente sur le territoire de GPSO (2% pour Ville d’Avray, 37% pour Issy avec  l’éco quartier du Fort et 37% pour Boulogne avec le démarrage de la ZAC Seguin-Rives de Seine),  Enfin, parmi les 26 845 vanvéens,  46% sont propriétaires, 29% locataires dans le privé, 21% locataires dans le public, et 4% logés gratuitement.

     

    Dans le parc privé (11 011 logements), selon les derniers chiffres datant de 2010, 724 transactions se sont effectuées (6,6%) dont 290 dans l’ancien (2,9%) et 409 dans le neuf et 25 dans des maisons anciennes. Il apparait que le prix mediam dans le neuf était de 124 7000 € soit 6700 € le m2, dans l’ancien de 249 000 € soit 4610 € le m2 (5 840 € le m2 en 2012 soit +4,7%), et 575 000 € pour une maison anciennes. Les acquéreurs étaient surtout des cadres (41%) alors que leur part est faible par rapport aux autres communes de GPSO, ainsi que  des jeunes de moins de 30 ans (16%), beaucoup étant des vanvéens (47%), surtout pour les maisons anciennes,   21% venant d’autres communes des Hauts de Seine, 26% de Paris.

     

    Le parc social vanvéen comprend 2 963 logements  (23,55%)  qui se répartissent entre 4 bailleurs sociaux dont 3 privés  : Le logement Francilien (1044 logements) qui est le plus représenté alors qu’il est moins présent ailleurs,  l’OPH 92 (687), Toit et Joie (219), Batigére (190). 47% des occupants sont des ménages à revenus très modestes (inférieur de 60% au plafond PLUS), seuls 15% sont supérieur. 42% des locatataires sont des personnes seules, 24% des couples et 15% des familles monoparentales. Le taux de rotation des appartements est trèsfaibles : 3,8%. Enfon, 3636 logements sont en locations privés (29%) dont plus de 64% de T1 et T2,  ce qui permet parait il des rotations plus rapides, à des loyers de 15,4 € le métre carré.

     

    A SUIVRE….

  • LOGEMENTS ET CONSTRUCTIONS A VANVES : Laisser le temps au temps !

    Contrairement à ce que certains disent en ville, on construit et on équipe à Vanves : Un conservatoire dont le chantier a pris du retard qui a fait l’objet d’une réunion publique à l’école J.Cabourg sur lequel Le Blog reviendra. Il a d’ailleurs été confié à la même entreprise qui a réalisé les écoles et les équipements de l’îlot Cabourg. Hachette  est passé à la phase du gros œuvre avec l’arrivée des grues au milieu de Janvier, et les projets immobiliers autour de la rue Aristide Briand dont les chantiers sont entrés dans la phase active. Notamment  le projet de MARTEK Promotion à l’emplacement de l’imprimerie  - sur 3600 m2 shon, trois bâtiments de R+4 à R+7, de 60 logements avec parking souterrain, espaces verts – qui est en cours de démolition avec déjà quelques incidents graves puisque des parpaings ont atterris dans des propriétés voisines en détériorant certains pavillons dont celui d’un célébre architecte de Vanves. D’après les proches riverains, l’entreprise de démolition n’en fait qu’à sa tête et ne veut rien entendre, arguant que c’est un terrain privé.

     

    Le Conseil municipal du 6 Février dernier a d’ailleurs donné son aval à la proposition de la société OSICA de prendre en  location pour une durée de 55 ans, le petit immeuble situé à l’angle de l’avenue de Verdun et de la rue Jean Bleuzen afin d’y réaliser 6 logements sociaux après sa réhablitation, la ville conservant l’espace vert public aménagé sur le terrain voisin côté avenue de Verdun.  Ce bâtiment  actuellement muré pour éviter d’être squatté, est composé d’un rez-de-chaussée, de 2 étages et un sous sol, avec 5 logements. Cette société devrait ravaler l’immeuble avec remplacement des menuiseries extérieurs, et assurer une réfection complète de l’intérieur avec un aménagement de la petite courette à l’arrière. Jean Cyril Le Goff (PS) a demandé s’il était prévu « un logement d’urgence puisqu’on n’en a pas à Vanves ». Bernard Gauducheau maire (UDI) l’a rassuré : « Il est prévu dans le bal qu’il y ait un tel logement. Mais pour l’instant, OSCICA va utiliserr cet immeuble pour faire une opération tiroir avec la résidence des 34-38 rue Jean Bleuzen en cours de réhablitation, et dont les logements  pourraient être utilisé pour le relogement provisoire des occupants de cette résidence pendant les travaux »

     

    Il a fait deux demandes de subventions : Tout d’abord au Sipperec pour l’aménagement d’un acceuil petit enfance de 10 berceaux situé au 1 rue de Châtillon, suite au don de la famille Magne. D’autant plus que le programme de travaux prévoit une amélioration de la performance énergétique du bâtiment cpmprenant une isolation des murs et plafond, la mise en place de double vitrage et l’utilisation de matériel performant pour l’éclairage. Ensuite au Conseil Régional, pour les audits énérgétiques préalables aux travaux de rénovation des bâtiments comunaux. Il s’agit d’identifier les solutions qui permettront d’améliorer leurs performances énergétiques et intégrées.

    Enfin, le conseil municipal a renouvelé sa vente par adjudication d’un petit terrain de 75 m2 de forme trapézoïdale rue Gabrielle d’Estrée lui appartenant, tout simplement parce que la première décidée le 29 Mars 2011 n’avait pas pu se faire, et qu’entretemps les régles d’urbanisme avaient changée ainsi que l’évaluation du prix de ce bien  passée de 83 00 à 225 000 €. Un immeuble collectif R+4 de 3 logements développant 216,01 m2 de surface de plancher avec une façade sur rue de 16 m pourrait ainsi être construit, mais sans parking impossible à réaliser vu la forme et la déclinivité du terrain