Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Habitat

  • MAUVAISE SURPRISE DE LA RENTREE POUR LES LOCATAIRES DE VANVES : CHARGES EN HAUSSE

    L’office public d’HLM départemental a décidé d’augmenter radicalement les charges de ses locataires depuis le mois de Juillet, une mesure pas forcément suivie par d’autres bailleurs sociaux, à cause de la hausse du prix du chauffage. Il anticipe une augmentation de 66% du coût du chauffage au gaz sur l’ensemble de l’année

    Cette augmentation pourrait atteindre jusqu’à 120 € par mois pour certains foyers (entre 40 et 120 € selon la taille du logement). Ainsi l’une habitantes de l’immeuble sur pilotis de la rue jean Baptiste Potin expliquait qu’elle va payer 70 € par mois.   Une des conséquences de la guerre en Ukraine qui devrait toucher 24 000 foyers dans les Hauts de Seine dont prés de 700 vanvéens.  Dans un courrier envoyé à ses locataires, le bailleur explique cette augmentation par une «forte hausse» du prix du chauffage estimée en moyenne à 66,4 % entre l’année 2020 et 2022. Une tension «liée au contexte géopolitique et au conflit entre l’Ukraine et la Russie» et ses incidences sur le prix du gaz »

    «On sait qu'il va y avoir une augmentation assez forte du prix de l'énergie» explique Damien Vanoverschelde, directeur général de Hauts-de-Seine Habitat, au micro de BFM Paris ÎDF. «On a donc décidé d'augmenter les provisions de charges pour anticiper la hausse des factures qui arrivent à la fin de l'année». De nombreux locataires ont déjà appelé le bailleur social pour alerter sur l'impact d'une telle augmentation sur leur niveau de vie. Damien Vanoverschelde mentionne d'ailleurs «un gros risque d'impayés et donc de précarisation des locataires », et dit «  envisager des solutions comme des étalements de charges pour ceux qui auraient le plus de difficultés à régler la facture». Il rappelle toutefois que l'augmentation concerne les provisions de charges, qui font donc l'objet d'une régulation à la fin de l'année. « S'il y a un écart au bénéfice des locataires, ils seront remboursés », assure-t-il.

    Le directeur général de Hauts-de-Seine Habitat affirme également travailler sur des solutions pour réduire la facture d'énergie pour les locataires. Il explique notamment que des travaux d'isolation thermique sont prévus sur les logements et envisage même une baisse de la TVA à 5,5% sur la consommation de gaz. Il invite les locataires à « retarder au maximum et à baisser le chauffage », rappelant « qu'un degré de chauffage [en moins], c'est 7% d'économie »

    De son côté, CLCV, une association de consommateurs, a assuré être prête à saisir la justice si tous les justificatifs de cette hausse de charge ne sont pas fournis

  • GPSO/HABITAT MET EN AVANT LES CARACTERISTIQUES DE VANVES ET D’UNE VILLE LIMITROPHE DE PARIS

    Dans sa dernière réunion de décembre  2019 et avant le renouvellement qu’améneront les élections municipales de Mars, le conseil territorial de GPSO a approuvé le dernier rapport de l’observatoire de l’habitat du territoire qui comporte des éléments d’informations très intéressant concernant Vanves pour l’année 2018 

    Les prix moyens pour l’acquisition d’un logement neuf sont de 7500 € le m2 sur le territoire, et de 6 970 € pour un appartement ancien. Le niveau des loyers dans le locatif se situe aux environs de 22,5 € le m2. Le marché de l’accession des appartements neufs s’est concentré de façon prédominante sur Meudon (300 Ventes) avec un prix médian ne dépassant pas 6000 € le m2 alors que les autres villes dépassent 7000 € et même 9000€ à Issy, 10 000 € à Boulogne.  Issy et Vanves sont à égalité (150 ventes) suivis par Boulogne et Chaville (110). Dans l’ancien, le volume de l’accession est 6 fois plus important avec 5 325 ventes, avec un prix median évoluant de 6560 à 6970 € le m2  (8000 € à Boulogne, 7300 € à Issy les Moulineaux, 6000€ à Vanves, 5000 € à Meudon, Sévres, Ville d’Avray, Chaville).  «L’accés au marché de l’accession comme de la location privée, induit un profil de ménage aux revenus disponible ( 30 420 € ) supérieure à toutes les moyennes départementale, régionale, nationale. Cette situation complexifie l’accomplissement du parcours résidentiel des ménages sur le territoire de GPSO, notamment des jeunes et met sous tensions la demande de logement social» constate l’observatoire . Enfin, les villes limitrophes de Paris comme Vanves  (42% de Studios et T2) se caractérisent par une grandes proportions de petits logements : 42% de studios et T2, 20 à 22% inférieurs à 35 m2

    Dans les chiffres cités par l’observatoire, Vanves compte 14 518 logements dont 88% de résidences principales, dont 46,5% sont propriétaires et plus de 50% sont locataires, 7% de logements vacants, 4% de résidences secondaires et 1% de meublés. Les ventes en 2018 ont concernés 397 appartements anciens (-3%), 141 appartements neufs et 16 maisons anciennes. 41 habitants ont sollicités un conseil pour des travaux d’amélioration et 4 immeubles sont suivis dans le cadre d’une « OPAH Copropriété ». Parmi ses 14 518 logements, 3022 sont sociaux soit un taux de 23,58%, 227 ont été agréés avant 2018 en cours de livraison ou de conventionnements, et 33 en 2018 : 18 dont PLAI au 18 rue R.Sahors et 15 dont 5 PLUS et 10 PLS aux 54-58 rue Marcheron. Elle a été concerné  pour l’ouverture d’une résidence étudiante (60 logements) et d’une résidence pour jeunes actifs (67 Logements) sur le terrain du Rosier Rouge à cheval sur Vanveset Issy les Moulineaux. Avec deux projets de résidences étudiante et pour jeunes actifs porte Brancion dans le cadre du projet Woodeum.

  • UNE RESIDENCE DE COLIVING BIENTOT A VANVES, MAIS AU CLOS MONTHOLON

    Vanves devrait bientôt acueillir une résidence de coliving non pas du côté de la rue du 4 Septembre dans le cadre du projet de Mixcité de Viparis suspendu pour l’instant, mais du côté de la gare du Grand Paris Express, Fort d’Issy/Vanves/Clamart dans le quartier du clos Montholon.  Après avoir annoncé fin septembre le lancement du premier fonds dédié à 100% au Coliving, Audacia a fait l’acquisition d’une résidence en VEFA située dans ce quartier qui sera développée en offre de Coliving et dont l’exploitation sera confiée à Sharies, pionnier dans le domaine en France :  Cette résidence  de prés de 1500 m2 offrira 11 appartements partagés avec 60 chambres au total permettant aux habitants de bénéficier de parties privatives ainsi que de larges espaces de vie communs, enrichis par de nombreux services (conciergerie, fitness, espaces de Coworking, petite restauration…). Sharies, fera bénéficier aux résidents d’une offre «clé en main» (espaces entièrement meublés, aménagés et décorés, consommations d’énergie, Wifi, ménage, produits du quotidien inclus).

    «En bouclant cette opération, nous poursuivons la feuille de route, de faire d’Audacia un acteur clé du Coliving et de répondre aux attentes de nos investisseurs en leur offrant des solutions d’investissements valorisantes et résilientes» exoplique Joseph-Marie Absil qui dirige l’équipe immobilière d’Audacia, société d’investissement indépendante créée en 2006 par Charles Beigbeder qui accompagne en fonds propres et en dette les entrepreneurs dans leurs projets d’innovation et de croissance.  750 M€ ont déjà été investis pour le compte d’investisseurs privés, de family offices et d’institutionnels. Audacia structure des solutions d’investissement innovantes dans des actifs valorisants et décorrélés des marchés : PME-ETI, Venture, Immobilier.

    Comme l’a rappelé le blog à Vanves, ce concept n’est pas nouveau à Vanves même si le concept a évolué avec le coliving : Mais c’est ce que proposait à l’époque de sa construction la résidence des célibataires rue du Moulin, construite en même temps que l’hôtel Mercure et ses immeubles voisins en 1982/1983 sur le Plateau : Ce n’était pas des appartements partagés, mais 220 studios de 25 m2 avec différents services : Salle de gymnastique, buanderie avec des machines à laver le linge et deux sécheusses, une sallteTV…Cette résidence avait été imaginé par le promoteur Pierre Devillard. D‘ailleurs, les agents immobiliers et les notaires ont noté que dans des secteurs, comme le parc des expositions, que des entreprises recherchent de grands appartements pour les transformer en coliving avec 3 à 4 ou 5 chambres avec living/salle à Manger, cuisine communes pour les louer à des personnes venant travailler pour un salon ou plus longtemps 6 mois, un an ou plus à Paris.