Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vanves et le Département des Hauts de Seine

  • VANVES RECEVRA 280 000 € D’AIDES COVID-19 DU DEPARTEMENT SI CE N’EST PLUS

    Malgré ses lourdes responsabilités à la tête de l’association l’Enfant bleu qui l’occupe beaucoup à la suite du confinement qui a eu des conséquences redoutables en matière de violences vis-à-vis des enfants, Isabelle Debré n’en a pas moins remplie ses obligations de vice présidente du Conseil départemental des Hauts de Seine (CD 92)  en participant ces jours-ci à deux importants assemblées plénières : Hier, lors du Conseil d’Administration de l’Etablissement Public Interdépartement Yvelines/Hauts de Seine qui a élu à sa tête, Georges Siffredi, président du CD 92, et où elle a été réélu membre du bureau,   vendredi dernier lorsque le CD 92 a voté un plan de relance de 77 M€ pour venir en aide tant aux entreprises, artisans et commences, aux communes, qu’aux habitants dont vont bénéficier la ville de Vanves et ses habitants.

    Vanves comme toutes les communes des Hauts-de-Seine, mises à rude épreuve ces derniers mois, seront soutenues à hauteur de 16,5 M€ au total, soit 10 € par habitant, afin .de les aider  à faire face à leurs dépenses exceptionnelles liées à la crise sanitaire, et pour leur permettre de poursuivre leurs actions de proximité en faveur de la population.  «Les subventions seront réparties au prorata du nombre d’habitants, sur la base d’un montant forfaitaire de 10 €/habitant -  soit prés de 280 000 € pour Vanves. En effet, toutes les communes des Hauts-de-Seine sont pleinement mobilisées dans le cadre de la crise sanitaire, avec de multiples mesures prises pour répondre aux besoins des habitants, en particulier à ceux des plus fragiles. Outre cette enveloppe, le Département maintiendra l’intégralité des subventions accordées aux Communes en faveur des crèches dans les contrats de développement, malgré la fermeture de ces établissements pendant la crise sanitaire»

    Les Vanvéens comme les altoséquanais aux revenus modestes, bénéficiaires de la prime d’activité recevront directement, dès le 18 juin, une aide financière complémentaire allant de 150 € à 400 €. Cela concerne 66 000 foyers, pour un montant total de 18 M€ dans les Hauts de Seine.  «La crise sanitaire ayant entraîné des baisses de revenus pour de nombreux foyers aux revenus modestes, la nécessité de leur apporter une aide financière importante, immédiate et complémentaire aux allocations déjà en place s’est révélée être une priorité pour le Département des Hauts-de-Seine. Cette aide forfaitaire sera versée le 18 juin directement par les services de la CAF des Hauts-de-Seine, grâce à leur aide gracieuse. 130 000 personnes, soit 8 % de la population altoséquanaise, sont concernées. Le montant de l’aide s’élève à 150 € pour une personne seule, 250 € pour un couple sans enfant,  400 € pour un couple ou une personne isolée avec enfant » indiquait les services du département.

    Enfin, les entreprises artisanales, les TPE et PME, durement touchées elles aussi, pourront bénéficier d’aides pour une enveloppe globale de 10 M€, pour leur permettre de pérenniser leur activité et faciliter leur redémarrage. Isabelle Debré a donné des conseils précieux à des artisans et commerçants vanvéens pour faire leur demande au département.  

  • VANVES ET LES HAUTS DE SEINE : ISABELLE DEBRE A PARTICIPEE A L’ELECTION DU NOUVEAU PRESIDENT SIFFREDI

    Le département des Hauts de Seine a un nouveau président, Georges Siffredi (LR) , élu par l’ensemble des 38 élus de la majorité départementale. Isabelle Debré était permi eux, bien sûr, lundi après-midi, lorsqu’ils se sont retrouvés dans la vaste salle polyvalente de l’ARENA où chacun était dans ses 2 m2 délimités  par des bandes jaunes avec son masque.  A peine installé dans le fauteuil de président, il s’est adressé à Sophie Devedjian, pour la remercier de sa présence à cette séance exceptionnelle, très émue,  tous les intervenants ayant rendu hommage  à son époux.  Isabelle Debré qui l’a connait bien, est venu longuement la saluer lorsd’une interruption de séance. C’était l’un des deux mentors du nouveau président avec Charles Pasqua, dont Georges Siffredi  a partagé 38 années de fidélité, lequel a été plongé dés sa jeunesse dans le bain de ce fief gaulliste et pasquien. Pour une simple raison : Son pére avait été le secrétaire général du Conseil Général à l’époque d’avant la décentralisation, ce qui l’avait amené à cotoyer,  tous ces jeunes qui l’entouraient alors dans les années 80 et qui ont conquis des mairies comme Balkany (Levallois), Schosteck (châtillon), Dupuy (Suresnes), Pemezec (Le Plessis Robinson), Devedjian (Antony)…Jusqu’à Didier Morin, maire de Vanves(1990-95) qu’il a perdu à 2 voix  lorsqu’il gagnait Chatenay en battant un maire socialiste un certain 18 Juin 1995.

    Pas besoin de revenir sur son parcours politique que les médias ont rappelés ces jours-ci, mais il est intéressant de rappeler que, parmi les fonctions qui lui avaient confiés Patrick Devedjian comme 1er vie-président de l’assemblée département, il avait le suivi des contrats Ville-Départements qui permettent aux Hauts de Seine de venir en aide aux communes et dont Vanves a profité depuis le début. Il a beaucoup insisté, dans son intervention inaugurale sur le rôle décisif de l’échelon local : « Cette crise sanitaire sans précédent aura montré, aussi, la réactivité et l’agilité dont savent faire preuve les collectivités et les élus locaux, pour compenser les lourdeurs des administrations centrales, voire rattraper les retards et les manquements d’un État qui s’est avéré, à bien trop d’égards, défaillant. A ceux qui en doutaient encore, elle aura permis de démontrer le rôle décisif de l’échelon local, au plus près des réalités du terrain, et tout particulièrement du couple commune/département, essentiel au bon fonctionnement de notre démocratie.  Le Département des Hauts-de-Seine, que d’aucuns voulaient supprimer il n’y a encore pas si longtemps, en a fait tout particulièrement la démonstration» a-t-il déclaré. Et surtout, il a beaucoup insisté sur le soutien aux communes : «Elles ont été en première ligne, à nos côtés, dans la gestion de cette crise sanitaire, elles le seront encore demain, pour accompagner nos concitoyens confrontés à la crise économique et sociale, et nous devons les aider d’autant plus à faire face ! ». Il n’a rien changé à l’Exécutif départemental, Isabelle Debré étant 5e vice présidente chargée des transports et des anciens combattants.

  • VANVES ET LES HAUTS DE SEINE : LE DECES PATRICK DEVEDJIAN VICTIME DU COVID-19 PROVOQUE UNE FORTE EMOTION !

    C’est stupeur et une profonde tristesse que les vanvéens comme beaucoup d’altoséquanais ont appris en se réveillant dimanche matin, le décés de Patrick Devedjian président du conseil départemental des Hauts-de-Seine et ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Diagnostiqué positif au Covid-19, l'homme politique de 75 ans avait été placé en observation mercredi dans un hôpital du département, et il est décédé dans la nuit de samedi à dimanche. Jeudi dernier, il avait indiqué dans un tweet être «touché par l'épidémie, donc à même de témoigner directement du travail exceptionnel des médecins et de tous les personnels soignants. Fatigué mais stabilisé grâce à eux, je remonte la pente et leur adresse un très grand merci pour leur aide constante à tous les malades».

     Pour beaucoup d’élus, de militants gaullistes, de journaliste qui l’ont côtoyés depuis plus de 40 ans comme l’auteur du blog qui faisait des premiers articles au Quotidien de Paris sur son élection d’Antony en Octobre 1983 c’est une figure altoséquanaise qui disparait. Point n’est besoin de retracer sa carrière qui l’est dans la presse, mais un trait ressort de sa personnalité : C’est sa passion pour la culture car Patrick Devedjian s'était aussi illustré comme administrateur du Musée du Louvre et comme vice-président de la Société des Amis du Louvre. Il fut aussi à l’initiative de la construction de La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt et de Paris-La Défense Arena à Nanterre, et ll a lancé la rénovation de la caserne Sully à Saint Cloud pour y créer le Musée du Grand Siècle

    « Fier de ses origines arméniennes, il n'a cessé de combattre pour la reconnaissance du génocide et pour le développement de l'Arménie d'aujourd'hui», ajoutait le département des Hauts-de-Seine dans son communiqué de presse. Et un vanvéen peut en témoigner : Gabriel Attal Secrétaire d’Etat à la Jeunesse qui l’avait accompagné lorsd’un déplacement en Arménie, tweetait dimanche : «Patrick Devedjian était un esprit d’une finesse et d’une culture hors norme. Echanger avec lui, c’était tout à la fois confronter des idées, partager des découvertes, se remettre en question, rire, apprendre, beaucoup… Je garde un souvenir ému d’un voyage avec lui à Erevan, à l’écouter parler la gorge serrée du génocide arménien… puis avec entrain de la coopération laitière entre les Hauts de Seine et la Tavouch. Merci à lui d’avoir montré par son parcours, combien la politique est tout autant affaire d’engagements que de passions»…

    La plupart des élus ont réagis bien sûr sur les plans national, altoséquanais, et dans la circonscription bien sûr : «Extrêmement ému suite à la disparition brutale de Patrick #Devedjian. Une amitié longue de 40 ans, entretenue au gouvernement, à l’Assemblée, au Département...Je retiens son dévouement inépuisable pour son territoire, les Hauts-de-Seine, et son attachement à la décentralisation» tweetait André Santini, maire d’Issy les Moulineaux  «C'est avec une immense tristesse que je viens d'apprendre le décès de Patrick Devedjian, ancien Ministre, Président du Département des Hauts-de-Seine, la nuit dernière, après avoir été diagnostiqué positif au Covid-19. Nous perdons un homme politique de talent, un ami, dont je salue l'engagement infatigable au service du Département et des Communes et la passion sans failles pour l'action publique. Nous sommes profondément émus» réagissait Bernard Gauducheau maire de Vanves sur Facebook. Isabelle Debré vice Président du conseil départemental  (sur la photo avec P.Devedjian et V.Pécresse) faisait par de son «infinie tristesse. Je garderai de lui le souvenir d’un homme d’une immense culture, un esprit libre et toujours fidèle à ses convictions. Un grand serviteur de l’Etat».