Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEMOCRATIE LOCALE

  • LE CESEV DE VANVES EN PANNE ET EN CRISE

    Le Maire de Vanves devrait réunir les présidents des commissions du CESEV avec son président en fin de journée, car cette assemblée consultative est en crise depuis sa première assemblée générale tenue avant les vacances d’été (24 Mai).  Beaucoup de ses membres n’ont pas du tout apprécié les réponses faites par le maire aux travaux effectués par les différentes commissions 

    La réponse apportée par la municipalité à la question orale sur l’aménagement de la rue Jean Bleuzen lors du Conseil Municipal de Septembre est un des éléments qui a fait déborder le vase. Car la commission espace public ne s’est pas saisi de son propre chef de cette question comme il a été laissé entendre, mais en bonne et due forme. Un vent de révolte souffle sur le CESEV (Conseil Economique, social, environnemental de Vanves) où des membres ont démissionné. « L’immobilisme et la concertation de façade ne m’inspire guère » exprimait l’un des démissionnaires. Certains de ses membres expliquent même que la situation a dégénéré : « On vit les difficultés dues à des méthodes de travail qui ne sont pas claires… face à un maire sur la défensive qui critiquent les propositions faites, qui les démontent sans explications. Il est en train de tuer le CESEV avec ces démissions » regrette Antonio Dos Santos, ex-tête de liste PS qui rappelle avoir félicité le maire pour avoir mis en place une des propositions des socialistes. « Mais il n’a pas su utiliser cet outil de participation. Il suffit de regarder ce que sont devenus les conseils de quartier par rapport au projet originel de Guy Janvier lorsqu’il était maire ! ». L’un des trois conseils de quartier ne se réunit même plus.

    Certaines réunions de commissions du CESEV ont été reportées depuis la Rentrée 2016,  faute de sujets à traiter puisque refusés. « Il se sert de cet organisme    pour  mettre en avant une politique  soi-disant moderne de la concertation. Ce qui compte c'est qu'elle existe, peu importe qu'elle soit sans moyens, sans budget, sans commande, sans travail des services  et sans écoute...  En restant dans cette instance nous servons cette imposture et je comprends la réaction de certains de ses membres. Cependant, j'ai été  pour ma part  très intéressé (et, je l'avoue, agréablement surpris)  par la qualité de nos échanges qui tranche heureusement avec les commissions  extra-municipales qui existaient lors du précédent mandat, alors peut-être ne faut-il pas jeter le bébé avec l'eau du bain » réagit Pierre Toulouse (EELV)  qui proposait de faire  un courrier collectif  de protestation et d’annoncer l’intention des membres de la la Commission Espace Public de la mettre en sommeil tant qu'il n'y aura pas une réelle inflexion dans sa prise en considération

    Pour le maire de Vanves « le CESEV n'est pas en crise, mais  il se construit.Cette nouvelle institution locale qui succède aux conseils consultatifs de la dernière mandature est née il y a seulement un an, il lui faut du temps pour prendre ses marques. Avec mon collègue Bernard Roche, chargé du suivi du fonctionnement du CESEV, nous allons rencontrer les Présidents de commissions, faire le bilan de cette première année d'activité en échangeant sur leurs missions, le cadre de leurs travaux et les suites données à leurs propositions et rapports, sans perdre de vue que le CESEV est un organe de démocratie locale à vocation consultative, alors que le Conseil Municipal est seul décisionnaire car élu au suffrage universel.Tous les rapports et travaux rendus par les commissions sont attentivement examinés par les élus et les services municipaux ou territoriaux (GPSO) afin d’étudier leur faisabilité et leur niveau de prise en compte. Régulièrement des avis et propositions des commissions du CESEV sont retenus et appliqués, mais il est parfois techniquement ou financièrement difficile d’en retenir certaines.  Lorsque nous ne donnons pas suite à une proposition d’une commission, les raisons sont toujours expliquées et motivées » indique t-iil en étant très sensible à l’engagement  bénévole de tous ses membres qui ont  le seul souci de l'intérêt général.

  • DINER DEBAT DE LA JCE GPSO-VANVES SUR LES CONSEILS ECONOMIQUES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX

    Voilà une semaine, la JCE GPSO consacrait un diner débat sur les Conseils Economiques, Sociaux, Environnementaux Locaux (CESEL) auquel a participé Bernard Roche en tant que président du CESE de Vanves. « Il est tout jeune, il n’a que quelques mois d’existence. Il s’inscrit dans une politique de participation locale qui repose sur des citoyens de bonne volonté » a-t-il expliqué en présentant son organisation, son fonctionnement, quelques thèmes de travail. L’intérêt de cette rencontre était aussi de montrer que l’histoire de la JCE (Jeune Chambe Economique) et des CESE régionaux et locaux  est liée. Tout simplement parce qu’elle a participé à la création du premier CESER en Ile de France dans les années 60/70, comme l’a rappelé l’un de ces anciens membres, avant que chaque région n’en créée un, grâce à la Décentralisation des années 80 qui a permis aux régions de passer du statut d’établissement public régional à collectivité locale. Elle y a eu toujours un représentant dans le CESER Ile de France, même s’il a fallu qu’il défende son siége en 2013, lorsqu’a été entrepris une fémininisation et un rajeunissement de ces assemblées consultatives régionales où siégent des représentants des entreprises, des syndicats, des associations et de la vie civile. Pierre Blanchard, le titulaire actuel siége à la  Commission Aménagement qui travaille sur les liens entre la Métropole du Grand Paris et les départements de la Grande Couronne, les JO et l’exposition Universelle. Mais ce diner débat a surtout permis d’insister sur ces CESEL  qui se développent dans beaucoup de communes  où ces jeunes responsables peuvent se faire une place. A Vanves, ils sont deux à y siéger dans l’une des 4 Commissions. 

  • INSTALLATION D’UNE NOUVELLE INSTANCE DE PARTICIPATION LOCALE A VANVES AVEC LE CESEV : « Ce CESEV sera un peu ce que vous en ferez ! »

    Vanves s’est doté d’un Conseil Economique, social et Environnemental (CEVEV) en même temps que la ville de Paris qui a choisi de la dénommer « conseil des générations ».  A Vanves, on s’en tient à la dénomination classique avec plus de 80 membres qui se sont répartis dans 4 commissions. Il remplace finalement les comités consultatifs créés sous les précédentes mandatures, puisque ces commissions reprennent ses grands thémes : Développement durable et Solidarités, Education et culture, Espaces publics, Economie/prospectives

    « C’est un moment important dans la vie démocratique locale » a déclaré Bernard Gauducheau,  maire de Vanvesq en accueillant mardi soir les conseillers à l’hôtel de ville pour l’installation de CESEV avec Bernard Roche, son président à ses côtés. Il a rappelé l’historique du développement de la participation locale à Vanves – un terme qu’il préfère à toute autre  pour parler de la participation des citoyens à un moment où la plupart d’entre eux se désintéressent de la vie de la cité et s’éloignent des urnes avec le développement de l’abstention  -  qui a commencé avec les Conseils de Quartier lancé par Guy Janvier (avec des commissions extra municipales) et qu’il  a repris en arrivant à la mairie en 2001. « Depuis que je suis maire, j’ai souhaité agir dans ce domaine, en associant les vanvéens à ce qui se passe dans leur ville : Conseils de quartier qui se sont structurés au fil du temps, Comités consultatifs sur différents thèmes qui ont bien fonctionné, un conseil de la vie associative, un comité de Jumelage, un syndicat d’initiative, un conseil des Seniors et un Conseil Municipal des Jeunes, avec les réunions publiques de quartiers semestrielles où on échange sur la vie municipale. Un millier de personnes sont concernés par ces différentes structures qui ont plus ou moins fonctionné » a-t-il expliqué.

    Cette participation connaît une nouvelle évolution avec ma création du CESEV qu remplace les comités consultatifs qui étaient lourds à gérer. « Peut être qu’avec une seule instance, on pourra en ressortir quelque chose de meilleur » espére le maire qui a confié l’organisation de cette nouvelle instance à Bernard Roche : « Notre volonté est de travailler et réfléchir ensemble, partager nos expériences et en faire partager la ville » a déclaré ce dernier en présentant les 4 commissions,  leurs présidents qui ont été nommés et non élus par leurs pairs, leurs premiers thèmes de travail  : M.Mondon pour la commission Education/Culture qui travaillera sur les orientations dans ces domaines et l’exposition Universelle 2025, Mme Azera pour la commission Espaces publics qui étudiera la problématique de la mise en sens unique de la rue Jean Bleuzen, l’aménagement d’une piste cyclable le long de la voie ferrée, et se penchera sur le sentiment d’insécurité. M.Deselle pour la commission développement durable/solidarités qui planchera sur la COP 21 et l’agenda 21. M.Dubreuil pour la commission Economie/prospectives qui réfléchira aux arbitrages budgétaires et sur le commerce local.

    Un tour de table a permis à chacun de ses membres de se présenter. Le CESEV est ainsi constitué d’anciens et de nouveaux vanvéens, d’anciens conseillers municipaux ( Perre Toulouse, Claire Papy) et maires adjoints (Mmes Sorensen, Noyer, M.Lacomére), de présidents d’associations, de citoyens désireux de participer à la vie de leur ville avec beaucoup de matière grise comme l’a reconnu le maire : « Je suis surpris de la diversité de ses membres. Si on arrive à exploiter cette ressource, car elle est basée sur la bonne volonté de tous, on peut faire du bon travail ».  Avec  les limites de  l’exercice qui ont été rappelé à l’occasion d’un échange à la fin de réunion : les présidents de commissions sont nommés et pas élus. Pas d’auto-saisine. Ce n’est pas un conseil municipal « bis ». Le conseil municipal est libre de retenir ou non une proposition, car c’est l’assemblée élue par les vanvéens qui est décisionnaire. « Ce CESEV sera un peu ce que vous en ferez » a conclu le maire.  Les premiers travaux commenceront à la Rentrée