Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réunion publique

  • ECHANGES SUR LES PROJETS ET CHANTIERS DES HAUTS DE VANVES : FAIRE PREUVE DE PATIENCE

    La reprise est difficile en cette rentrée de vacances de printemps à vanves. La réunion publique du quartier des Hauts de Vanves animé par Julie Messier n’a pas fait recette, avec un public très clairsemé, un temps froid qui n’a pas empêché les organisateurs de laisser les portes ouvertes du préau de l’école Larmeroux, avec quelques échanges inaudibles, car certains intervenants parlaient sans micros.

    En dehors de l’impact des JO sur Vanves  et du projet local de santé, la partie la plus intéressante de cette réunion, était consacré aux chantiers et projets de ce  quartier où il va falloir faire preuve de patience pour certains d’entre eux :

    -Le réaménagement du carrefour Larmeroux-Marcheron-République-Falret pour sécuriser ces voies, protéger l’école et l’accès au parc F.Pic. Les voies seront surélevées sur l’ensemble du carrefour, avec élargissement des trottoirs à l’angle République/Marcheron, déplacement des passages piétons avec végétalisation sans masquer la visibilité ou en aménagements des emplacements deux roues pour éviter le stationnement de véhicules gênants comme c’est systématique maintenant à un carrefour, même s’ils ne sont pas énormément utilisés.

    - L’école du Parc : Avec l’installation de la grue avant les vacances de printemps, le génie civil avec les fondations et les dalles prennent fin. « Les bâtiments devraient commencer à s’élever cet été » a annoncé Pascal Vertanessian, adjoint à l’urbanisme qui a précisé que « la ville n’a pas de cours « Oasis » parce que les parents d’éléves ne l’ont pas demandés » ( ?) à une question d’un participant. Il a précisé que l’ensemble de l’école sera végétaliser avec la plantation de nouveaux arbres notamment, qu’il est prévu de récupérer l’eau de pluie, grâce une réalisation hydrologique financée par l’Agence de l’eau Seine Normandie, et que le toit du réfectoire disposera d’un jardin pédagogique

    - La rue Raymond Marcheron : « le planning des travaux est dans les temps » selon le maire adjoint sachant que pour l’instant c’est la phase travaux du SEDIF qui à la fin, permettra une reprise de la circulation normale à double sens. « la 2éme phase se déroulera après les JO et durera jusqu’à l’été 2025 vu la longueur de cette vue, et nécessitera quelques interruptions de trafic et de mise à sens unique »

    - La gare du Grand Paris Express Fort d’Issy/Vanves/Clamart dont les travaux ont connu une étape importante avant les vacances de printemps avec la pose du dernier rail de cette ligne 15 Sud. La première ayant été le ripage du toit de cette gare sous la voie ferrée Paris Montparnasse durant l’été 2017 Les aménagements intérieurs sont en cours. Pascal Vertanessian a insisté sur le coté clos Montholon de la gare où il est prévu sur le débouché de la gare, une placette sur laquelle donnera un immeuble de logements avec 750 m2 de commerces en rez-de-chaussée

    - La gare Transilien SNCF Vanves Malakoff : Les lourds travaux de rénovation devaient prendre fin en Juin. Pascal Vrtanessian en a profité pour répondre aux vanvéens qui s’étaient plaint que ces travaux n’aient pas donné lieu à des travaux d’accessibilité aux PMR (Personnes à Mobilité Réduite) : « Parce que la SNCF ne l’avait pas prévu dans son schéma directeur. La ville a insisté. La SNCF a accepté de financer une étude pour financer l’aménagement d’un ascenseur » tout en laissant entendre que ce n’est pas pour demain

  • LES RENDEZ-VOUSA VANVES D’UNE SEMAINE DE CONCERTATION

    Ce week-end de Pâques a été marqué par un bel orage dimanche après-midi après des célébrations qui ont rassemblées beaucoup de vanvéens : 10 Vanvéens ont été baptisé,  4  lors de la veillée Pascale à Saint Remy samedi soir,  6 de l’Aumonerie dimanche à la messe de Pâques de Saint François. La veillé Pascale et la messe de Pâques ont été célébré par mgr Migliore, Nonce apostolique chez les bénédictines,  clôturé par à un déjeuner amical  autour d’un buffet organisé par les soeurs auxquels ont participé les habitués. Beaucoup de résidents de Simon de Cyréne de Vanves ont participé ce week-end à une rencontre à Lourdes marquant les 15 ans de cette association qui ouvrait en 2009 sa première maison partagée dans notre commune. 25 ont été ouverte depuis, et 20 autres sont en projet où vivent ensemble personnes valides et handicapés. 650 résidents des ces maisons créées à Lyon, Dijon, Angers, Rungis, Vanves, Nantes, Toulouse, St Malo, Lille, Paris, Bordeaux, et l’île de Ré ont partagés, échangés sur le théme : « l’épreuve non choisie, la relation d’aide, le regard qui transforme, et rebondir après l’épreuve »

    Cette semaine sera dominé par la concertation à travers deux réunions publiques, l’une sur la Tour Triangle organisé par le comité des Riverains, la seconde sur le quartier du Plateau (sur la photo).  Elle se terminera par le festival du film écologique organisé par La Ruche, non plus au lycée Michelet mais à la salle Panopée, et pendant 3 jours au lieu d’une semaine.

    Enfin,  sur le plan politique, il faut reconnaitre que notre vanvéen Premier Ministre a été nommé à Matignon à un moment plutôt difficile, entre la crise des agriculteurs,  le déficit de nos finances publiques qui a amené dans un courrier à Gabriel Attal, Éric Ciotti, président des Républicains, à dénoncer l’état «catastrophique» de nos finances publiques en lui demandant de prévoir un budget rectificatif, tout en  laissant planer la menace d’une motion de censure. Et de renverser le gouvernement comme ce fut le cas lorsque Georges Pompidou dont on célèbre aujourd’hui les 50 ans de sa disparition, était à Matignon. Un président qui a succédé au Général auxquels beaucoup de nos politiques actuellement, se référent, nostalgiques de cette France des « Trente glorieuses » et qui prônait la réindustrialisation de la France, comme aujourd’hui Macron,  à travers livres et colloques

    Mardi 2 Avril

    A 18H30 à l’hôtel EKLO : Comité des Riverains de la Tour Triangle

    A 19H30 à l’école Marceau : Réunion publique du quartier du Plateau qui reviendra sûrement sur les projets de requalification des rues louis Vicat et Auguste Comte, et le réaménagement du square Marceau (Charles de Gaulle), avec une présentation du budget 2024

    Mercredi 3 Avril

    A 18H30 à l'hôtel de ville de Boulogne : Conseil territorial de GPSO  

    Vendredi 5 Avril

    A 9H30 au conseil Départemental des Hauts de Seine : Réunion plénière consacrée au vote du budget 2024 auquel participe Sandrine Bourg

    A 20H30 à  Panopée : Dans le cadre du festival du film écologique organisée par La Ruche, sur le théme « Agir avec la biodiversité » projection du film «Comment échapper à la canicule en ville ? (2023) de Nina Montané, avec Hugo Clément :  Face aux nombreuses agressions dont elle est victime, dont la canicule, la biodiversité en ville tente de résister. Que faire pour la protéger ? Comment faire en sorte qu’elle se développe ? Échange avec Hélène Soubelet, directrice générale de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité

    Samedi 6 Avril

    A 15H  à Panopée : Dans le cadre du festival du film écologique organisée par La Ruche, projection du film : « L'Europe à la reconquête de la biodiversité » (2018) de Vincent Perazio et Nicolas Cennac : Des scientifiques tentent de faire revivre une nature sauvage par la réintroduction de grands animaux comme les bisons, les chevaux, les ours, qui agissent comme de véritables architectes du paysage, permettant une diversification des habitats et l’installation de nombreuses espèces. Mais dans une Europe très cultivée, la cohabitation est-elle possible

    A 16H30 à Panopée : Dans le cadre du festival du film écologique organisée par La Ruche, projection du film : «Des fraises pour le renard» (2020) de Thierry Robert et Stéphane Durand : En France, des agriculteurs tentent de faire dialoguer vie domestique et vie sauvage. On découvre comment ils produisent, tout en favorisant une biodiversité dont ils savent utiliser les services. Pourquoi ne sont-ils pas plus nombreux à appliquer ces méthodes. Echanges avec Bernard Chevassus-au-Louis, écologue, personnalité scientifique, président de l’association Humanité et Biodiversité.

    Dimanche 7 Avril

    A 16H Chez les Bénédictines : Concert  « les plus beaux airs sacrés pour violoncelle et Orgue » avec Christophe Jeannin et Lorenzo Cipriani

    A 17H à Panopée : Dans le cadre du festival du film écologique organisée par La Ruche, projection du film : « L'Océan vu du cœur (2023) de Iolande Cadrin-Rossignol et Marie-Dominique Michaud, avec Hubert Reeves : Hymne à l’infinie variété du vivant dans ces océans longtemps perçus comme une ressource inépuisable, ce film explore les menaces alarmantes qui pèsent sur leur équilibre, mais propose aussi sources d’espoir et pistes de réflexions pour une préservation devenue indispensable. Échange avec Jean-Benoît Charrassin, professeur du Muséum national d'Histoire naturelle et directeur du LOCEAN (Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques).

  • REUNON PUBLIQUE SUR LE BILAN ET LES PERSPECTIVES D’UN MI-MANDAT A VANVES (Suite et fin)

    La réunion publique plénière annuelle qui s’est déroulé jeudi dernier à la Palestre, avait pour théme le bilan à mi-mandat mais aussi ce qui va se passer dans les 2 à 3 années à venir. Elle a permis un échange de questions-réponses fructueux avec comme animateur Ury Israël adjoint au maire au projet municipal qui a donné la parole au maire et à ces collègues

    Le Fun Park : « On nous a fait beaucoup de procès d’intention depuis le début. Mais il est bien en cours de réalisation » a répondu Pascal Vertanessian maire adjoint à l’Urbanisme. « Il était important que cette porte Brancion soit réaménagé pour permettre aux piétons de pouvoir la traverser en toute sécurité, avec cette résidence étudiante, toute proche d’une faculté » ajoutait il

    Le terrain Larmeroux où se trouve l’école temporaire du Parc : A la question de son devenir lorsque des travaux d’extension- rénovation seront terminés, le maire a précisé que « rien n’est décidé. Tout dépendra de la conjoncture. On n’a pas de projet définitif. On mettra sur le marché, un bien qui appartient à la ville. Ce qui permetrra de désendetter la commune »

    Les nuisances du  pavillon de la Tourelle : « C’est un souci ! » a reconnu le maire  en expliquant que la ville n’est pas intervenu dans le choix du nouveau gérant qui venait de Neuilly où son établissement  «les pieds dans l’Eau » était installée sur l’Ile(de la Jatte) où il n’était entouré par aucune habitation. « on se bat pour limiter les nuisances sonores. Cela m’ennuie beaucoup. Si je pouvais les faire partir, je le ferai » n’a pas caché le maire en reconnaissant que « c’est un lieu apprécié des jeunes. C’est pour cela qu’on essaie d’être conciliant »

    GPSO : « Grâce à note intégration dans GPSO, nous avons réaménagé la ville, tous ses espaces publics, refait l’assainissement, puis entièrement l’éclairage public…afin de remettre à niveau Vanves depuis 20 ans » a répondu Bernard Gauducheau à une question sur ce que faisait la ville pour lutter contre le réchauffement climatique à travers le PLUi qui a été voté par le Conseil du Territoire GPSO le 7 Février dernier.   

    Lutte contre le réchauffement climatique : « On va végétaliser les espaces publics, mais la configuration de la ville fait que ses espaces et ses rues sont étroites » a fait remarquer Pascal Vertanessian en citant la rue Raymond Marcheron où 500 m2 d’espaces verts seront aménagés, le square du Général Gaulle où est prévu une forêt urbaine (comme à Paris)… « Le verdissement de la ville est un enjeu face au réchauffement climatique. Mais ce n’est pas uniquement une affaire de la ville, mais une action citoyenne qui concerne tous les vanvéens  qui ont un rôle à jouer pour verdir les espaces privés » a-t-il expliqué en rappelant que la ville participe au financement de l’achat d’arbres par les copropriétés. «Il y a des enclos privés qui pourraient être réaménagés et replantés » a ajouté le maire en donnant l’exemple de ce petit espace derrière l’immeuble de la rue Ernest Laval où se trouve le restaurant asiatique

    Pistes cyclables : « Des pistes cyclables ont été aménagées depuis la crise sanitaire du Covid-19 » et sont devenus pérennes depuis. « Ce projet communal s’inscrit dans un plan vélo territorial. On fait partie des villes les plus avancées dans ce domaine, car elles sont reliées à celles des villes voisines » a indiqué Pascal Vertanessian en ajoutant la réparation vélo, la formation au vélo dans les écoles, et l’aménagement d’un local au 19 avenue Verdun pour essayer d’y installer atelier vélo

    Commerces : « Nous menons une politique de préemption pour justement diversifier les commerce comme la librairie le Cheval Vapeur sur le Plateau, le barbier de la place de la place de Lattre de Tassigny, le primeur du quartier de lagare »  a indiqué Christiane Vlavianos adjointe au commerce, relayé par le maire qui a précisé que la mairie cherche à les rendre pérenne en leur sous louant le local