Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SECURITE

  • QUARTIER DU PLATEAU : L’INCIVILITE NOUVEAU FLEAU DE VANVES

    Le second temps fort de cette réunion publique de quartier du Plateau à l’école Marceau lundi dernier a concerné la sécurité en présence du commissaire de Vanves. «L’objectif est de se donner les moyens d’assurer la quiétide des habitants. Plus que de l’insécurité, on a, à faire face, à des incivilités de plus en plus répandues, phénomène qui a tendance à se généraliser. Il faut utiliser, la prévention, les aménagements, et la répression » a expliqué le maire de Vanves qui a fait part de sa volonté de ne rien laisser passer, et de trouver des solutions. « Il n’y a rien de pire de se défausser sur les autres. C’est une responsabilité collective. J’en suis à écrire des lettres aux parents car on a vu leur enfant dans la rue à 2H du matin. J’ai reçu une pétition de riverains de l’allée des Carriéres qui se plaignent de rodéos à moto à proximité d’une école en pleine journée » donnait il comme exemple.

    «Nous avons fait 53 interventions sur le Platzau depuis Décembre, pour des nuisances, surtout rue A.Comte, place des Provinces, où des jeunes se regroupent sans se préoccuper du voisinage, de l’état de l’espace public. Sans parler des rodéos en scooter avec des jeunes sans casque. Une nouvelle loi devrait nous permettre de poursuivre les auteurs de ses rodéos plus sévéremment avec l’aide de la vidéoprotection. Mais cela ne sert à rien de chercher à les poursuivre » a expliqué le commissaire de police de Vanves qui a parlé chiffres - «Vanves a connu une année 2017 sécurisante avec une baisse des faits (vols par effraction, de deux roues, de véhicules…) » – qui a insisté sur la nécessité d’appeler le commissariat dés la constatation de nuisances pour faire intervenir la police suite à l’intervention d’une résidente de l’immeruble Auvergne qui se plaignait de cette présence continuelle d’individus.

    «C’est la vraie problématique du Plateau. On a traversé une période difficile en 2015 avec les attentats. Mais depuis on a retrouvé une certaine autonomie, et lorsqu’on nous appelle, on répond présent (en fonction des circonstances). On a mutualisé sur le district nos moyens pour avoir des équipes qui interviennent. On est au courant des problèmes dans leur globalité. Et on peut assurer deux passages dans la nuit sur le Plateau. Mais il est important qu’au moment où cela se passe, de nous appeler, car il y a une trace de l’appel » a insisté le commissaire de piloce. « Mais ils n’ont jamais de contraventions lorsqu’ils font du rodéo dans une rue piétonne  sans casque, alors que si je roule en moto sans casque, je me prends un PV » constatait un habitant du Plateau. «Pour dresser un PV, il faut constater une contravention ! Par contre, si je constate l’infraction, je mets le 2 roues à la fourrière et l’individu en  garde à vue s’il y a plus grave » lui a répondu le commissaire de police en reconnaissant que les choses évoluent – « on réfléchit à la piste de la vidéoverbalisation ! » - même si les vanvéens présents restaient dubitatif

  • CENTRE ANCIEN-SAINT REMY DE VANVES : UNE SITUATION COMPLIQUEE PLACE DE LA REPUBLIQUE

    Plusieurs riverains se sont plaints de la situation sur la place de la République, avec ses individus déseouvrés qui traînent, font du bruit, se bagarrent, en se demandant à quoi servent ces caméras de vidéosurveillance lors de la réunion publique consacré au centre ancien-saint Remy jeudi dernier : «C’est un souci ! C’est plus de l’incivilité. Et c’est difficile à supporter pour les riverains. On a mis des caméras de vidéoprotection. On a tranquillisé et sécurisé ce quarrtiers ses dernières années. Mais depuis 3 à 4 ans, ils sont revenus, en s’installant autour du café du Maryland. On essaie de mettre fin à ces attroupements, ses incivilités. On a essayé de trouver des solutions face à des gens qui ont des ressorts insoupçonnés (prévenu avant que la police arrive), avec des contrôles policiers, des interventions» a expliqué le maire, sans citer ces deux roues  et surtout le trade en été qui circulent à toute vitess et pétaradent. «Ce n’est malheureusement pas le seul endroit où cela se passe. Mais il faut signaler ce qui ne va pas. La police nationale n’est pas nombreuse, et la police municipale est minime et s’arrête à 18H »a indiqué Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjointe chargé de la sécurité. « La vidéoprotection est un effort financier qui revient très cher» a-t-il ajouté

  • LES NUISANCES DES FETES ORGANISEES AU PALAIS SUD A VANVES : TEMOIGNAGE EDIFIANT D’UNE RIVERAINE

    Avec l’ouverture du Paris Convention Center, les riverains du Palais Sud n’ont pas souffert jusqu’à présent de nuisances provoquées par les Congrés. Et pourtant certains ont attiré de très nombreux congressistes, dont 5000 médecins-anesthésistes en Décembre. Comme c’est le cas lors de grands salons (Auto, Agriculture, Foire de Paris..) Tout simplement parce qu’ils viennent principalement par les transports publics. Mais c’est d’une autre nuisance que les vanvéens  habitant les rues Marcel Yol, Henri Martin etc…souffrent : les soirées de la société T7 organisées sur le toit du Palais Sud dans l’ex-salle Electrics qui suscitent des désordres, car son acccés s’effectue par les parkings du parc des expos situés au 32 rue Marcel Yol, au lieu de la porte de Versailles comme c’était le cas auparavant

    « Ces soirées attirent une horde de voyous des banlieues qui arrivent et repartent alcoolisés et sous l'emprise de drogue. La nuit est ponctuée d'altercations bruyantes,de bagarres et de hurlements de ces personnes en état d'ivresse , et même d’intrusins dans un pavillon, sans parler d'abri bus détérioré et feux de poubelles» témoigne un riverain comme ce fut le cas dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 janvier. «En n'intervenant pas immédiatement, un accident grave va se produire inexorablement. Une prochaine soirée est prévue le 10 février, il est impératif que cette soirée soit annulée. La majorité des riverains est d'accord pour en référer au Préfet. Nous envisageons également d'informer les médias de ces désordres insupportables » indique t-il en faisant état d’un courrier de Valérie Léonard au maire de Vanves, véritable témoigne édifiant d’une soirée d’enfer dans ce lieu où sont organisées de grandes soirées Clubbing, House music, Electro music...etc..

    « Ces soirées commencent vers 23 heures et se prolongent jusqu'à 6 heures du matin. A chaque soirée , les groupes de jeunes surexcités et alcoolisés crient dans les rues. Tous ces groupes se succèdent tout au long de la nuit. La rue est devenue une grande toilette publique où les clients du T7 urinent et défèquent !! Nous retrouvons partout des bouteilles d'alcool sur les trottoirs le lendemain et devont passer le jet d'eau pour nettoyer les excréments. L'hygiène n'est pas la seule menacée, la sécurité aussi. Des jeunes totalement saoûls se poursuivant en voiture on pris la rue Henri Martin dans son sens interdit, lors de la soirée du 30 Décembre 2017 ... Ils ont failli m'écraser alors que je promenais mon chien. Puisque ce club dépend de la ville de Paris, il serait juste que la clientèle entre et sorte par la porte de Versailles ( ou par un autre accès à Paris ) et surtout pas par la rue Marcel Yol qui dépend de la Ville de Vanves » demande t-elle en recnant sur cettte soirée électro du 30 Décembre qui a été mémorable pour elle.

    « A 1 heure du matin j'ai ouvert mon portail pour aller promener mon chien. Deux hommes étaient à moins d'un mètre de moi en train d'uriner sur mon mur. Un autre, 2 minutes plus tard était en train de déféquer !! sur mon trottoir, j'avoue que je n'avais jamais vu ça. ( j'ai été Hôtesse longs-courriers pendant 29 ans chez Air France et j'ai passé mon temps dans des pays vraiment pauvres, où les hommes trouvent toujours un moyen de se cacher pour aller aux toilettes) . Un autre qui était en train d'uriner dans le jardin de ma voisine m'a traité de « sale pute » lorsque je lui ai dit d'arrêter et d'aller dans des toilettes. Un jeune homme visiblement ivre m'a accosté et ne m'a pas « laché »  pendant 20 minutes. Il me suivait, me touchait, voulait me parler …J'ai pu me défaire de lui et fermer à clé mon portail.J'ai appelé le commissariat de Vanves qui m'a répondu qu'il ne pouvaient rien faire puisqu'ils n'avaient pas de véhicule .Lorsque j'ai raccroché le téléphone j'ai entendu du bruit dans mon jardin. J'ai ouvert ma porte et ce jeune homme était à 10 cm de moi debout sur mon paillasson. J'étais terrifiée.... il avait escaladé les grilles ( pointues) de mon jardin. monté les marches de mon perron et se collait à ma porte vitrée. Il avait la main en sang , le pantalon déchiré et était couvert de vomit. J'ai reussi à le faire sortir dans la rue et je suis vite remontée chez moi pour rappeler le commissariat qui m'a conseillé d'appeler les pompiers !! Je suis ressortie dans mon jardin et ce jeune homme était à nouveau en train d'escalader mes grilles. J'ai dû, sous la pluie parler calmement avec lui ( je me devait d'être calme, il pouvait m'agresser à tout moment ).Je suis remontée chez moi et j'ai rappelé pour la troisième fois la police de Vanves.J'ai dû leur répéter plusieurs fois que cet homme était entré par effraction dans ma propriété qu'il avait pris des drogues ( MDMA ) , qu'il était ivre , que je ne me sentais pas en sécurité et qu'il était de leur devoir de me protéger. Une brigade de la police de Malakoff est finalement arrivée 20 minutes plus tard. Les policiers m'ont demandé de porter plainte contre le jeune homme. Je suis allée avec eux au commissariat pour porter plainte. J'ai passé la nuit au poste de police jusqu'à 5.50 du matin ».