Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SECURITE - Page 2

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    ATTAL SE PREOCCUPE DE LA SECURITE AERIENNE DES JO

    Pendant que Vanves célébrait l’Olympisme et le sports dans le cadre de e l’Opération TOP 92,  et notamment les Arts Martiaux, vendredi dernier, Gabriel Attal visitait la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun (Rhône) où lui a été présenté le dispositif renforcé de sûreté aérienne qui sera déployé, depuis Lyon, pour les Jeux Olympiques. La base aérienne lyonnaise tiendra, en effet, le rôle de tour de contrôle durant toute la période des festivités. Des « bulles de protection » aériennes seront activées autour des villes de Paris et Marseille, principaux sites des Jeux. 2400 aviateurs seront mobilisés durant toute la période des JO. Par ailleurs, un dispositif inédit sera appliqué lors de la cérémonie d’ouverture : aucun avion ne pourra survoler le ciel de la capitale dans un cercle de 150 kilomètres et tous les aéroports franciliens seront fermés pendant 5 heures. Le chef de l’exécutif a également pu assister à une démonstration de lutte contre les drones – qui représente une menace croissante pour la sûreté aérienne – et à la présentation d’un hélicoptère Fennec. « J’ai salué le courage et l’engagement de l’armée de l’Air et de l’Espace, qui garantit notre posture permanente de sûreté aérienne » a-t-il déclaré. Occasion d’apprendre que le Premier Ministre a en sa possession un « téléphone de poche présentant une sonnerie spéciale » pour pouvoir répondre à toute situation de crise (aérienne).

    MICHELET N’A PAS ETE TOUCHE PAR LA CYBERATTAQUE

    Le lycée Michelet ne fait pas parti de la cinquantaine de lycées franciliens qui ont été victime d'un piratage de leur espace numérique de travail (ENT), le 21 mars. Mais ce service en ligne qui rassemble des outils pédagogiques (devoirs, agendas, ressources…) accessibles à distance pour les élèves, les professeurs et les parents, a été suspendu. Selon les services de la région, «les auteurs de cette cyberattaque ont créé un site frauduleux visant à pirater l'ENT. A la suite de cette opération, des mails frauduleux ont été envoyés à des lycéens d'IDF avec des menaces d'attentat islamiste». Les services de police, immédiatement avisés, ont fait le nécessaire pour assurer la sécurité des élèves. «Le gouvernement traque les auteurs de menaces envoyées à des lycées de la région parisienne. Plusieurs dizaines d'auteurs de ces menaces, intervenues ces derniers mois, ont d'ores et déjà été judiciarisés» a indiqué Gabriel Attal, Premier ministre. Il a par ailleurs annoncé la tenue le 4 avril d'une réunion sur la sécurisation de «150 à 200 établissements qualifiés de plus particulièrement à risque»,

  • VANVES MET LES PIEDS DANS LE PLAT CONCERNANT LES PIEDS DANS L’HERBE

    A l’occasion de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, mardi soir à l’école Larmeroux, la municipalité a répondu à une préoccupation majeure des riverains du restaurant Les Pieds dans le pré (ex-pavillon de la Tourelle) qui se plaignent du bruit généré par cet établissement. La commissaire de police était présente pour répondre à d’autres questions notamment sur nuisances de voisinage, la sécurité routiére lors d’une réunion qui a abordé d’autres questions comme l’état d’avancement du chantier du Grand Paris Express et de sa gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart où la société du Grand Paris organise, vendredi,  une visite des coulisses (du chantier), de l’aménagement du Clos Montholon, la reconstruction de l’école du parc etc…sur lequel le blog reviendra

    « Son activité génère des nuisances d’activités – musique – et post-fermeture d’établissement (en fin de soirée)  avec des comportements gênants de ses clients. Chaque signalement de riverains a donné lieu à un signalement. Nous avons rencontré le gérant. Le maire a pris un arrêté pour une fermeture à 1H du matin au lieu de 2H. Nous avons fait des contrôles d’hygiène et de sécurité » a indiqué le maire adjoint à la lutte contre les nuisances. La commissaire de police a expliqué « qu’à chaque signalement, on intervient ! » mais «ce n’est pas prioritaire par rapport à d’autres urgence. Mais on fait à chaque fois un procs verbal » a-t-elle assuré. « On a fait un contrôle de débit de boissons, et on en a profité pour parler du  tapage nocturne. L’idée est d’instaurer une action commune pour éviter le retour de ce tapage nocturne au retour des beaux jours ! »

    « L’idée est d’avoir une décision équilibrée et ferme. Nous avons proposé une conciliation, comme nous l’avons fait avec d’autres établissements. La Ville va procéder à des mesures qui permettront d’avoir une situation claire » a annoncé le maire adjoint qui en a profité pour rappeler ce que fait l’équipe municipale en matière de prévention : Les médiateurs de rue entre Mai et Octobre dont le dispositif devrait être amélioré pour 2024, les éducateurs de rue au contact direct de jeunes  en situation de décrochage…

    Tout en reconnaissant que les rassemblements de jeunes sur certains lieux publics ou leur stationnement dans les halls d’immeubles sont plus difficile à gérer, «mais on fait des démarches auprès des bailleurs ». Fort à propos, une habitante du square Payret Dotail a soulevé la question de la présence des jeunes dans les parties commune  tous les soirs . «Nous intervenons régulièrement rue de Châtillon. On a travaillé avec la mairie et le bailleur. Notre souci est que lorsqu’on arrive, il n’y a plus rien. On a bien fait éteindre un barbecue » a répondu la commissaire tout en faisant comprendre que c’est aussi au bailleurs et aux résidents de sécuriser leurs immeubles.

  • SECURITE A VANVES : « ET QU’EN EST IL DU COMMERCE PLACE DES PROVINCES ?"

    Le Plateau, a lancé à l’école Marceau, mardi soir, les réunions publiques de quartier de l’automne qui se dérouleront le 10 Octobre à Larmeroux pour les Hauts de Vanves et le 18 Octobre à l’hôtel de Ville pour le Centre-Ancien Saint Remy. Occasion pour la ville de présenter le projet de requalification de la rue Auguste Comte et de la partie vanvéenne de la rue Louis Vicat, avec bientôt l’expérimentation de la suppression du réseau cuivre remplacé par la fibre dans la ville, et un point sur la situation des commerces sur lesquels le Blog reviendra

    Mais alors que la réunion ronronnait quelques peu, notamment avec les paroles apaisantes de Christiane Vlavianos, maire ajointe au commerce, ne voilà t-il pas, vers 21H30,  qu’un adhérent  d’Agir Pour le Plateau lui a demandé ce qu’il en était du commerce place des Provinces. Alors que le maire assistait comme les vanvéens présents à cette réunion aux présentations des projets par les maires adjoints et d'autres intervenants, et aux échanges avec les participants, il s’est levé tout d’un coup pour prendre la parole : «Je vois bien à quoi vous faîtes allusion ! Cette question est importante ! Mais qu’on arrête de dire  «que fait la mairie ?» lorsque cela ne va pas. Le maire n’a qu’un pouvoir limité en la matière, et là, face aux troubles du voisinage. Cela ne veut pas dire que l’on ne fait rien ! » a insisté Bernard Gauducheau en rappelant qu’il y a eu des réunions, qu’on a installé des caméras de vidéoprotection,  des  bacs, des barrières… «La mairie fait ! Sauf qu’il y a des limites à son action ! » a-t-il  souligné en expliquant que le rôle du maire n’est pas d’être un policier, en rappelant que «nous avons un rôle de prévention et d’éducation », notamment en proposant aux jeunes de rejoindre les activités (organisées par l’ESCAL, le pôle Jeunesse) pour éviter qu’ils restent oisifs. « On est là pour signaler et faire intervenir… et à Vanves, ce qui  se passe, est moins compliqué qu’ailleurs !.. On reste vigilant ! S’il faut mettre  encore des moyens pour éviter les nuisances, on le fera . A  ces yeux, c’est une responsabilité collective, « car chacun d’entre nous à sa part à apporter ! »  a-t-il conclu en rappelant trois choses : Tout d’abord que si des villes ont une police municipale comme à Vanves, elle n’est pas là pour remplacer la police nationale. Ensuite qu’il est à l’origine de la construction du nouveau commissariat de police inauguré par Michéle Alliot Marie : « Prévu pour 120 fonctionnaires de police, il n’en accueille que 60 actuellement ». Enfin, cela ne devrait pas s’arranger, parce que la police dépend maintenant du préfet de police de Paris qui est compétent sur l’ensemble de la capitale et de la petite couronne. Et à l’entendre, il aurait tendance à privilégier Paris notamment avec les manifs, et bientôt les JO