Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENVIRONNEMENT

  • VANVES, GPSO ET HAUTS DE SEINE FORTEMENT EXPOSES AU BRUIT

    La métropole du Grand Paris (MGP)  vient de publier les cartes stratégiques du bruit généré par les transports terrestres à l’échelle métropolitaine grâce au travail de l’agence régionale BruitParif. Elles  montrent que la population de la MGP est fortement exposée au bruit routier sur l’ensemble de la journée : 82% de sa population (5,6 millions de personnes) sont exposées à des niveaux supérieurs à 55dB(A) selon l’indicateur Lden : 29% (1,9 millions) à 55-60 dB(A), 25% (1,7 million) à 60-65 dB(A), 21% 1,4 million) à 65-70 dB(A), 6%  (425 000 personnes) à plus de 70 dB(A).

    Toujours selon cet indicateur Lden, les Hauts de Seine sont globalement plus touchés par le bruit routier, 24 à 28% connaissent un niveau de 55-60 dB(A), 24 à 30% de 60-65 dB(A) et 22 à 27% entre 65 et 70 dB(A), GPSO (Grand Paris Seine Ouest)  étant pami les 4 territoires les plus exposées au bruit routier (un quart de sa population est exposé au dépassement de la valeur limite de 68 dB (A). Cette exposition au bruit s’explique par sa forte densité de population vivant autour  d’axes bruyants et la traversée de certaines communes par de très forts volumes de circulation en lien avec les déplacements pendulaires que suscité l’intense concentration de sièges sociaux comme à Issy les Moulineaux, mais aussi Boulogne et La Défense). Avec les fronts bâtis qui jouxtent de grandes infrastructures routières comme le Bd Périphérique pour Vanves  

    13% de la population métropolitaine vivent dans un bâtiment ayant une façade soumise à des niveaux de bruit ferroviaire en Lden supérieur à 55 dB(A), 7% au  au delà de 55 dB(A). Là aussi, GPSO fait partie des territoires les plus exposé avec les voies ferrées de Paris Montparnasse notamment. Vanves avec Malakoff fait partie du programme de résorptions de points noirs financée par la Métropole dans le cadre du Fond d’Investissement Métropolitain (FIM) et du Pacte Métropolitain d’Innovation (PMI)

  • OUVERTURE CE SOIR DU FESTIVAL CINEMA ECOLOGIE DE VANVES : « Cette sobriété qui libére ! »

    La 9ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves organisée par la Ruche de Vanves et l’AMAP Panier Vanvéen qui débute ce soir à 19H30 au théâtre du Lycée Michelet a pour thème « Cette sobriété qui libère ». « Après avoir discuté du rôle des lobbies dans les choix politiques lors de l’édition précédente, nous avons choisi de revenir vers le rôle des citoyens et des entrepreneurs dans la gestion apaisée de la transition écologique » expliquent ses organisateurs.

    « La publicité dépense dans le monde 500 milliards de dollars par an pour inciter à consommer toujours plus. Notre croissance consume des ressources qui s'épuisent et contribue au dérèglement climatique. Et si nous étions plus sobres ? Des habitants et des entrepreneurs inventent ensemble la transition écologique dans la bonne humeur. La possession des biens fait place à un usage partagé, on recycle, on produit et on vit - bien - avec des énergies renouvelables, on réfléchit sur la valeur travail qui écrase ceux qui en ont trop (course à la productivité) comme ceux qui n'en ont pas. Que proposer face à la démesure de certains projets ? Les films que nous vous proposons cette année dévoileront d’autres façons d’aménager les territoires et d’y vivre tranquillement à l’opposé des projets de taille inhumaine et non respectueux de l’environnement.Les échanges qui auront lieu à l’issue des projections permettront de réfléchir à des solutions à mettre en œuvre dans les lieux où nous vivons ».

    Au programme ce soir : « Sacré village »: Pas besoin d'aller chercher en Angleterre une ville en transition ! Elle vit en Alsace, dans une dynamique entraînante. Le 24 Mars : « Nouveau monde » : Un tour de France à la rencontre d'initiatives locales innovantes pour mieux vivre ensemble et dans le respect de la planète. Et le 25 Mars : « Un revenu pour la vie » : Peut-on ne plus dépendre du travail pour subsister et et garantir un revenu de base qui émancipe et limite les inégalités sociales?

    Ainsi depuis 2009, La Ruche de Vanves organise des actions et événements tel que le Festival Cinéma & Écologie avec l’AMAP Le Panier Vanvéen et le lycée Michelet. « Chaque année, nous choisissons avec soin le thème et les films documentaires en fonction de l’actualité et de sujets qui nous posent question. Chaque projection est l’occasion d’échanger des idées avec le public avec l’aide des spécialistes que nous invitons pour alimenter le débat » indiquent ses responsables. L'impact sur les lycéens du lycée Michelet varie selon les années : cette fois-ci, un professeur de sciences économiques et sociales a demandé aux élèves de 4 classes de venir à au moins une séance du festival, afin de débattre ensuite en classe.

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES EN PLEINE ACTUALITE METROPOLITAINE

    Le conseil municipal de mercredi soir fut court mais en pleine actualité lors de cette seconde journée de circulation alternée à cause d’un pic de pollution extrêmement long et intense. L’une des ses 22 délibérations concernait d’ailleurs  la création d’une Zone Restreinte de Circulation (ZRC) par la ville de Paris sur l’ensemble de son territoire intra-muros, pour interdire de circulation les véhicules les plus polluants sur laquelle le conseil municipal devait se prononcer comme d’autres dans les communes  riveraines de la capitale.

    Tout le monde est d’accord pour dire que « La circulation alternée ne rime à rien puisque l'interdiction de circuler en fonction des plaques est aléatoire et ne permet pas de cibler les véhicules les plus polluants ».  C’est pourquoi le systéme de vignettes à 6 niveaux identifiant leur niveau de pollution qui seront obligatoires à partir du 16 Janvier 2017 sera beaucoup plus efficace. Tout simplement parce que les pouvoirs publics pourront décider en fonction de l'intensité de l'épisode polluant d'interdire les véhicules arborant les vignettes correspondant aux plus mauvais résultats. Finis le tour de passe-passe pour ceux qui avaient deux véhicules, l’un pair et l’autre impair

    Mais voilà, comme toujours la politique reprend le dessus : La ville de Vanves a émis un avis défavorable sur cette ZCR qui ne toucherait que la rue Louis Vicat  en expliquant que « l’on peut comprendre ce projet, mais il est regrettable qu’il n’aît pas fait l’objet d’une concertation plus en  amont et avec les communes où se reportera la circulation où leurs habitants sont soumis aux mêmes nuisances que les résidents parisiens aux abords des grands axes. D’autant plus à un moment où tout le monde parle de métropole » constatait le maire de Vanves qui considére que c’est un sujet qui fait débat : « J’ai tendance à penser qu’il faut ouvrir les yeux. Mais des décisions sont prises sans nous consulter lors que ce sont des sujets sur lesquels on doit travailler en commun, définir une méthodologie ».

    Le groupe PS s’est abstenu  car il considére que ce gente de décision doit être collégiale et métropolitaine . «  En l’absence de réelle concertation avec les communes limitrophes, et de prise en compte des incidences induites par cette décision unilatérale, mais face à la nécessaire prise en compte des impératifs de santé publique mis en avant par la Mairie de Paris, nous nous abstiendrons sur cette délibération.Toutefois face à cette guerre Paris / Banlieue ranimée et à celle des chiffres et données contradictoires, face aux communiqués de presse et tweets interposés, nous nous devons de dépasser les clivages politiques. Nous nous devons d’être constructifs et d’œuvrer ensemble à ce grand défi environnemental pour garantir à tous une meilleure qualité de vie » a déclaré Anne Laure Mondon (PS). Pour elle il est donc temps de s’unir et d’imaginer ensemble un plan d’action audacieux mais tenable. « C’est pour cette raison que les élus du groupe socialiste soutiennent la proposition du Député de Seine-et-Marne Olivier Faure de mise en place rapide d’un « Grenelle de la circulation » en Ile-de-France ».

    « Cet arrêté de la ville de Paris va dans le sens de l’histoire. Mais la droite reste sclérosée dans le tout voiture datant des années 70 » a constaté Boris Amoroz (FG/PC) qui a voté contre avec Lucile Schmid (EELV) en constatant « qu’au Conseil Régional le Front de Gauche fait des propositions de financement réalistes des transports qui sont rejetés par la majorité de droite et qu’au parlement, députés LR et PS refusent de voter les amendements des députés communistes visant à augmenter les moyens du transport public »