Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENVIRONNEMENT

  • 10éme FESTIVAL DE CINEMA & ECOLOGIE A VANVES SUR LE POUVOIR CITOYEN

    La 10ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves qui aura pour thème «L’écologie et le pouvoir citoyen» démarre ce soir toujours au lycée Michelet pour une semaine jusqu’au 24 mars, avec 4 soirées cinéma et débat. «Les activités humaines impactent fortement notre planète, nos vies et notre santé. En effet, que ce soit à cause de la trop grande émission des gaz à effet de serre qui modifie le climat, de la pollution plastique qui détruit la biodiversité, de l'utilisation des pesticides à outrance qui contamine nos aliments et dégrade notre santé... ça va mal. C'est pour cela qu'en novembre dernier plus de 15 000 scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme sur l'état de notre planète.. Il est clair que nous devons changer notre façon de vivre, de consommer, de produire, ... mais qui doit faire les efforts et comment s'y prendre ? Pour beaucoup, c'est au gouvernement et aux entreprises d'initier ce changement parce qu'ils en ont le pouvoir mais qu'en est-il des citoyens ? Ne sous-estimons nous pas leur pouvoir ? Qu'en est-il du cumul des initiatives qui existent et se développent, du pouvoir que nous donne la consommation pour influencer les entreprises, du pouvoir de notre vote sur le monde politique ? ... » s’interrogent ses organisateurs (La Ruche de Vanves, Alternatives Ecologiques et Solidares, les AMAP de Vanves).

    Plusieurs films sont au programme cette année
    - «Ma vie zéro déchet» de D.Lemaitre, ce soir à 20H30, après un buffet préparé par les AMAP à 19H30 : une famille s’est fixée ce défi et la partage avec nous pour remettre en question la gestion des ordures et du gaspillage de tous les jours. UN débat rstprévu avec Zéro WasteFrance & LaFabrique à Neuf

    -«Les insurgés de la terre» de P ?Borrelle 21 Mars à 20H30  : Pour protéger la planète, certains jeunes militants écologistes vont loin dans leur engagement  et bascule délibérément dans l’illégalité. UN débat suivraanimé par Attac 

    -« La tragédie électronique » de C.Dannoritzer le 23 Mars à 2030  :  Une enquête sur le devenir des rebuts électroniques qui dévoile une chaîne complexe de responsabilités et de complicités  dans ce trafic. Un débat suivra avec les Amis de la Trre et le Libre Vanvée,

    -« Toits de Paris, des jardins extraordinaires et Solaire d'ici » de Ait-Habbouche et E. Le Runigo le 24 à 20H30 : Comment valoriser une ressource sous exploitée : les toits d'une ville ? Suivi d’un ébat avec Energies Partagées et  ALE-GPSO

  • DEPUIS 10 ANS, LE PROJET DE TOUR TRIANGLE AUX PORTES DE VANVES SUSCITE UNE OPPOSITION TOTALE DES ECOLOGISTES

    Après un  premier recours déposé le 4 octobre 2017 par trois associations (SOS Paris, FNE-IDF, ADHAPE) devant le tribunal administratif pour demander  l’annulation du permis de construire accordé le 28 avril 2017 par la mairie de Paris à la SCI tour Triangle, un second le 5 février 2018 par ces trois associations et dix élus écologistes du Conseil de Paris qui ont déposé une demande de résiliation judiciaire de la promesse de bail à construction,  SOS Paris et l’ADHAPE (Association pour le développement et l’aménagement harmonieux du Parc des expositions et ses environs) viennent de saisir le 1er mars, le procureur de la République d’une plainte contre la Ville de Paris pour «délit de favoritisme». Selon les plaignants, la maire aurait accordé un bail à construction et un permis de construire «en l’absence de toute mise en concurrence». A leurs yeux,  il s’agit d’un projet public : des équipements publics seront construits dans la tour. La Ville de Paris sera par ailleurs propriétaire de la tour au terme d’un bail de 80 ans. «Il s’agit ainsi d’un marché public de travaux, et non un projet privé comme la mairie le soutient», affirme leur avocat qui estime qu’il y a là violation des dispositions réglementaires en la matière.

    Lancé par Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, en Novembre 2008, cet édifice de 180 mètres de haut qui doit être implanté porte de Versailles, le long du hall 1 du parc des expositions n’a jamais cessé d’être contesté. Un projet de tour de 43 étages comportant un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un « sky bar », 2 200 mètres carrés d’espace de « coworking » et un équipement culturel de 540 m2. Les écologistes n’ont cessé de dénoncer un projet «énergivore», considéré par Anne Hidalgo et son adjoint au maire Missika  comme «une œuvre d’art» et «un projet autour duquel se joue une part non négligeable de l’attractivité et du rayonnement de Paris et du Grand Paris» Les travaux de construction devraient débuter en 2020, année des prochaines élections municipales, pour une ouverture avant les JO de 2024 si tout va bien, car les écologistesde tout bord ne vont pas cesser de combattre ce projet, comme ils le démontrent encore

  • VANVES ET LA VILLE DE PARIS : Tolérance zéro pour les auteurs de dépôts sauvages

    Voilà une bonne nouvelle pour Vanves qui souffre de dépôts sauvages de déchets industriels et ménagers le long de la rue Louis Vicat comme d’autres villes riveraines de Paris. Le maire de Vanves, comme l’association Agir pour le Plateau ont maintes fois saisis la ville de Paris et sa maire, mais aussi le maires d'arrondissement de ce problème récurrent.   Les images des 20 tonnes de déchets accumulés à l’écluse Méricourt sur la Seine, à cause des inondations,  a particulièrement choqué Anne Hidalgo, comme elle l’a exprimé devant quelques journalistes juste avant la séance du Conseil de Paris d’hier, consacré au plan  «Objectif Paris Propre» : « Ces 20 tonnes de déchets démontrent un véritable problème d’incivisme. Les villes, mais aussi l’Etat doivent prendre des mesures » a-t-elle réagit.  

    «Paris a décidéd ’agir en conséquence : Tolérance zéro pour ceux qui salissent la ville ! Une minorité d’individus qu’il faut sanctionner» a t-elle prévenu. Et elle va s’en donner les moyens. Il en est ainsi des encombrants dont les volumes collectés par la ville ont augmentés de 22% entre 2015 et 2016. «Or seule la moitié des enlèvements effectués par les équipes de propretés font l’objet d’une déclaration, et dans bien des cas, l’indiscipline des uns rendent inopérante l’organisation de la collecte. Nous avons aussi constaté une explosion du nombre de dépôts déchets de bâtiments. C’est inacceptable, et d’autant plus pour ces déchets professionnels que leur enlèvement est facturé au client… »  expliquait elle hier elle en rappelant que, depuis depuis Juillet 2017, a été mis en  place un dispositif de marquage des dépôts clandestins et des enquêteurs sont à pied d’œuvre pour identifier leurs auteurs et les verbaliser. «Nous agissons pour repérer et sanctionner les artisans indélicats qui déposent au coin d’une rue les gravats de chantier» quite même à utiliser la vidéo-verbalisation. En 2017, 72 enquêtes ont déjà été réalisées, le contrevenant risquant un PV de 5éme catégorie et une amende de 1500 €