Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

centre ancien-saint remy

  • CENTRE ANCIEN-SAINT REMY DE VANVES : UN ILOT EN COMPLETE MUTATION

    C’est la principale information de cette dernière réunion publique de quartier pour le second semestre 2018 qui s’est déroulée lundi soir à l’hôtel de Ville pour le Centre Ancien – Saint Remy. Un ilôt important compris entre  Mary Beyssere, Guy Mocquet, René Sahors, Marcel Martinie va complétement complétement changer de nature, entre l’hôtel de Ville et le cimetière. Après la résidence construite à l’emplacement de l’ancienne poste et des pavillons de Claudine Beaudour, artiste vanvéenne qui est à l’origine du Jumelage avec Lehrte et vient de nous quitter, la construction de la résidence Arcueil à l’angle Guy Mocquet/Mary Beyssere, deux projets d’immeubles ont été présentés lors de cette réunion :

    Ils vont occuper tout l’espace entre les angles Marcel/Martinie/René Sahors/GuyMocquet, dont les promoteurs sont OGIC et CARE. Le premier à l’emplacement d’un entrepôt qui a brûlé plusieurs fois, le second à l’emplacement de petits immeubles et d’un pavillon face au cimetière. Les architectes ont insisté, bien sûr sur l’intégration esthétique de ses immeubles entre 4 et 5/6 étages, «Contemporaine et épurée, la résidence Opaline s’intègrera harmonieusement dans son environnement. Au rez-de chaussée, les deux halls d’entrée seront décorés par un architecte d’intérieur. Le parti pris architectural du projet a été de créer un volume simple, en pierre, dans lequel viennent se creuser des loggias revêtues de bois, apportant chaleur et intimité. L’attique, également habillé de pierre, sculpte le haut de l’immeuble. Des grandes baies vitrées laissant pénétrer la lumière, et d’élégants garde-corps stylisés viennent compléter ce tableau » indiquait l’architecte pour l’immeuble OGIC qui aura une terrasse artagée. Le second immeuble du promoteur Care est du même gabarit, dans un style plus épuré. Il est prévu des jardins intérieurs dans l’ilôt, mais pas de commerces au rez de chaussée, ni équipement public comme pour la résidence du promoteur Legendre, avec une médiathéque. Ainsi pratiquement, tous les pavillons de cet îlot auront disparu d’ici 2021/22 en dehors de celui de la famille Boreau.

  • CENTRE ANCIEN-SAINT REMY DE VANVES : DES TRAVAUX ET UNE EXPERIMENTATION

    A côté des chantiers de constructions, il y a d’autres travaux dans ce quartier du Centre ancien – Saint Remy sur lesquels est revenu le représentant de GPSO, à l’occasion de la réunion publique jeudi dernier : Le petit jardin du centre administratif avec la promenade Simone Veil dont les travaux de réaménagement (90 000 €) ont commencé en Novembre et se sont terminés ces jours-ci avec les plantations. La rue de la République  qui a fait l’objet de travaux de bouchardage pour la rendre moins glissante  - surtout pour les deux roues les jours de pluie – mais malheureusement pas la place comme l’a regretté un habitué. Un trottoir de la rue Valentine Jacquet  a fait l’objet de travaux de réfection (18 000 €), et la borne fontaine de la rue de la République a été remplace (3250 €) sans compter les multiples petites interventions quotidiennes (127) et la réparation de 47 nids de poule dans ce quartuer depuis le début de l’année

    Deux sujets ont été abordé : Tout d’abord, l’expérimentation du changement de sens de la rue Pruvost, la ville attendant un avis du Conseil Départemental sur la possibilité d’un tourner à gauche boulevard du Lycée. Une demande des riverains qui se plaignent d’un trajet «malin» embouteillant cette rue chaque matin et soir. Mais ont-ils pensé que l’expérimentation au moment où la place de la République est piétonnisée est un bon choix, car par où vont passer les automobilistes pour rejoindre le CD50 ?  Rue valentine Jacquet-place du Président Kennedy-Vieille Forge… déjà bien circulante en fin de journée car devenu un circuit malin. D’autant plus si les sens uniques ne sont pas changé, où  les véhicules engagés rue d’Issy iront lorsque leurs conducteurs ne pourront plus tourner à gauche ! Et bien rue Gaudray et Jean Baptiste Potin, puis Valentine Jacquet, place du Président Kennedy etc….où les  riverains se plaignent déjà de rues fortement empruntées par des véhicules qui ne respectent les limitations de vitesse et où il y a quand même un parc et une école. 

    Ensuite le chantier de la station Vélib, rue de la République, entouré de barrières depuis 10 mois, les piétons ne pouvant pas se croiser. «Je pense la même chose que vous. C’est sous la responsabilité de Vélib’Métropole. On attend le branchement électrique qui doit être effectué par Enedis ! » a répondu le maire qui constatait come tout le monde que « le changement du marché est désastreux. Cette affaire va mal se terminer et ma crainte est que l’on demande aux communes de payer ! »

  • CENTRE ANCIEN-SAINT REMY DE VANVES : UNE SITUATION COMPLIQUEE PLACE DE LA REPUBLIQUE

    Plusieurs riverains se sont plaints de la situation sur la place de la République, avec ses individus déseouvrés qui traînent, font du bruit, se bagarrent, en se demandant à quoi servent ces caméras de vidéosurveillance lors de la réunion publique consacré au centre ancien-saint Remy jeudi dernier : «C’est un souci ! C’est plus de l’incivilité. Et c’est difficile à supporter pour les riverains. On a mis des caméras de vidéoprotection. On a tranquillisé et sécurisé ce quarrtiers ses dernières années. Mais depuis 3 à 4 ans, ils sont revenus, en s’installant autour du café du Maryland. On essaie de mettre fin à ces attroupements, ses incivilités. On a essayé de trouver des solutions face à des gens qui ont des ressorts insoupçonnés (prévenu avant que la police arrive), avec des contrôles policiers, des interventions» a expliqué le maire, sans citer ces deux roues  et surtout le trade en été qui circulent à toute vitess et pétaradent. «Ce n’est malheureusement pas le seul endroit où cela se passe. Mais il faut signaler ce qui ne va pas. La police nationale n’est pas nombreuse, et la police municipale est minime et s’arrête à 18H »a indiqué Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjointe chargé de la sécurité. « La vidéoprotection est un effort financier qui revient très cher» a-t-il ajouté