Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MEMOIRE ET SOUVENIRS

  • 11 NOVEMBRE 2019 A VANVES : L’HOMMAGE DES POILUS AUX OPEX

    101 ans après, comme 100 ans après, les vanvéens ont rendu hommage à leurs morts pour la France à l’occasion du 101e anniversaire de l’armistice, sous la pluie et un temp de Novembre. Aux 4 générations du feu, les anciens combattants de 14-18, de 39-45, des guerres coloniales (Indchine, Algérie, Maroc, Tunisie), et les OPEX

    Bien évidemment le message de la ministre des Anciens Combattants lu par Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjoint aux anciens combattants et le discours de Bernard Gauducheau ont rappelé la mémoire de ces poilus tombés au combat, les derniers morts vanvéens de la Der des der vanvéens étant cité au carré Militaire du cimerière, tout comme les 5 Soldats français morts en 2019 dans les opérations extérieures. Un monument a d’ailleurs été inauguré dansl’après midi, pas trés loin, au parc André Citroen que certains vanvéens fréquentent, par le président de la République, rendant hommage à ses 549 soldats français morts pour la France sur 17 théâtres d'opération, dont 141 au Liban, 129 au Tchad, 85 en Afghanistan et 78 en ex-Yougoslavie. Le dernier nom inscrit sur ce mur est celui du brigadier-chef Ronan Pointeau, tué le 2 novembre au Mali, où sont déjà morts 23 soldats.

    7000 soldats français sont présents loin dans le Monde dans ces opérations françaises à l’extérieure comme l’a rappelé Mgr Jacques Turk, avant de lire des extraits d’une lettre d’un grand parent à sa mére, blessé dans une tranchée. Une délégation russe a rendu un hommage particulier, à ses 15 soldats soviétiques enterrés dans le carré militaire comme l’année dernière, grâce à l’association Vie et Croisance et la paroisse Orthodoxe de Vanves.

    Après un défilé dans l’avenue Marcel Martinie et rue Mary Beyssere, l’ensemble des anciens combattants, des élus, de la délégation russe, des vanvéens venus nombreux malgré la pluie,  ont rejoint le monument aux morts, tambour battant, avec l’arrivée de la Flamme que les sections UNC et FNACA avaient été cherché à l’Arc de Triomphe, la veille au soir,  lecture du message de la ministre, discours du maire, dépôt de gerbes, minute de silence, Marseillaise et un poéme d’Aragon «Tu n’en reviendras pas» chanté par Léo Ferré. La journée s’est terminée par la projectin d’un film d’Albert Dupontel « Au revoir là haut » qui raconte l’histoire de deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, qui décident de monter une arnaque aux monuments aux morts, dans la France des années folles. Et pour Paul Guillaud, commissaire de la Flamme et Président de l’UNC Vanves et 92 à l’Arc de Triomphe, où il a participé à l’inauguration de la plaque apposée sur l’un de ses murs, rendant hommage aux OPEX et à la traditionnelle veillée du 11 Novembre.

  • UN WEEK END MEMORIEL PROLONGE A VANVES POUR LE 11 NOVEMBRE

    Vanves célébrera comme chaque année, le 11 Novembre dans deux lieux emblématiques de la ville. Auparavant, la Veille, les associations d’anciens combattants (UNC et FNACA)  auront ramenés de l’Arc de Triomphe, le flambeau contenant la Flamme Sacrée qui est ravivé tous les soirs à 18H30

    Le carré militaire du Cimetière : Il n’a vu le jour qu’en  1931, à la suite de travaux dans le cimetière où  ont été rassemblés les corps de tous les morts pour la France, sans distinction religieuse : 212 dont 113 Vanvéens, 15 russes, 9 musulmans dont 2 tirailleurs algériens, 3 tirailleurs tunisiens, 4 soldas du bataillon sénégalais. Sachant que plus de 700 vanvéens sont morts pour la France entre 1914 et 1918 sur une population de 14 500 habitants à l’époque. L’association des généalogistes de Vanves a recensé la fiche photo, l’acte de décés, le registre matricule… de tous ces morts pour la France enterrés dans ce carré. Elle avait que découvert que 5 tombes sont doubles, rassemblant des fréres, et une le pére et son fils. Des résistants de la dernière guerre y reposent : René Sahors (1889-1942), Mary Besseyre (1907-42) et Ernest Laval (1901-42) qui reposent côte à côte, Albert Legris (1885-1944), résistant abattu au camp de Struthof, Raymond Marcheron (1920-44) fusillé (dans le carré A), et Louis Dardenne (1910-44) fusillé. La plupart des 15 soldats russes « morts pour la France, et enterrés dans le carré militaire de Vanves, avaient été hospitalisés au lycée  Michelet, transformé alors en hôpital, avant de décéder colmme le capitaine Nicolas Voloschinoff, les soldats Marouchine ou Kertachaw, le sous-lieutenant Alexandre Remizoff,

    Le monument aux morts :  Accolé à un mur du cimetiére le long de la rue René Sahors et face à la rue Guy Mocquet menant à l’hôtel de ville, il était situé avenue Antoine Fratacci, au pied du square de la Mairie, avant la construction du Centre administratif et de sa tour d’habitation au début des années 70. Au lendemain de l’Armistice,  le Conseil Municipal de Vanves avait donné le 28 Mai 1920,  son feu vert pour édifier un monument aux morts dans le cimetière qui pourrait être complété par un terrain destiné à recevoir à perpétuité les sépultures des soldats vanvéens déjà morts. Mais il a décidé finalement le 27 Février 1922 de l’installer face à la Justice de Paix (ex-Mairie) à l’entrée de l’avenue qui monte au marché, sur un terrain planté d’arbres donnant sur la rue de la Mairie (av.A.Fratacci).  Entretemps, et trés rapidement, Aristide Duru, alors maire de l’époque, a  inauguré le 2 Novembre 1919 la plaque artistique «indestructible» destinée à perpétuer les noms des enfants de Vanves morts pour la France dans l’hôtel de ville : 607 vanvéens tombés au champ d’honneur y sont inscrits. D’autres plaques commémoratives furent apposées dont 2 à l’église Saint Remy inaugurées le 30 Octobre 1921.

  • LA PHOTO DU JOUR : DEUX DEPOTS DE GERBE POUR LE 75e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE VANVES

    L’anniversaire de la libération de vanves est toujours célébré dignement et simplement. Elle commence par un hommage à ces jeunes tués par les nazis place de l’Insurrection le 21 Août devant la plaque commémorative dans ce petit square à l’angle A.Fratacci/R.Marcheron par les élus communistes malakoffios avec une représentante de la ville de Vanves, Marie Françoise Goloubtzoff maire adjoint chargée des anciens combattants. Puis, par une commémoration simple, sans discours, devant le monument aux morts de Vanves en présence du maire, de la député, des sapeurs pompiers de Paris arrivés en retards à cause sûrement d’une intervention (mis à l’honneur pour avoir hissé le 25 Août 1944 Le drapeau tricolore en haut de la Tour eiffel à la place du drapeau nazi sous les tirs ennemis),  d’adjoints au maire, rentrés de vacances, d’anciens combattants et de vanvéens. Tout le monde a remarqué une incongruité : Le maire a déposé deux gerbes, en tant que conseiller régional, ce qui est nouveau depuis quelques mois, et en tant que maire, ce qui est normal.  «Heureusement qu’il n’a pas sa carte d’ancien combattant, car il en aurait déposé trois» persiflait une opposante. Il est vrai que les municipales sont dans six mois.