Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HANDICAPES

  • LE CAP A VANVES : UN LIEU OU ON APPREND A VIVRE, A FAIRE ENSEMBLE ET A S’OUVRIR A LA VIE ! »

    « C’est un lieu où on se sent bien, où on apprend à grandir ensemble, où on s’ouvre à la ville. On est fier d’aller et de faire ensemble, de prendre nos responsabilités » témoignait l’un des membres du CAP lorsque fut célébré son arbre de Noêl et le premier anniversaire de son installation dans l’ancienne boulangerie de la rue Vieille Forge,  le 14 Décembre dernier en présence de Laurent de Cherisey et des élus vanvéens. « C’est une aventure collective dans laquelle nous nous sommes engagés » ajoutait un autre membre

    Le CAP est un GAM (Groupement d’Entraide Mutuelle) dont l’origine remonte à une dizaine d’années. Il s’agissait au départ, de permettre à des personnes en handicap psychique de se retrouver pour faire des activités ensemble, en se prenant en charge et non en étant pris en charge, les animateurs ou les encadrants étant présent comme soutien. L’initiative en revient à l’association des familles de victimes de traumatisme cranien qui a suscité une quarantaine de GAM en France dont celui de Vanves depuis depuis 2 ans. L’association Simon de Cyréne en a été quelque peu le moteur avec son appartement partagé de l’avenue du Général de Gaulle où tout a commencé et sa résidence de la rue d’Issy. Il est donc rattaché à cette association tout en ayant son identité propre. « Nous ne sommes pas le lieu d’activités de Simon de Cyréne. Nous sommes ouvert à tous les vanvéens et même isséens,  et pas seulement aux résidents de Simon de Cyréne. Notre objectif est de sortir ses adhérents de leur isolement » explique l’une de ses animatrices/encadrants.

    Ce sont ces membres qui ont choisi sa dénomination, en prenant leur temps avant de choisir « CAP » car « c’est un signal, un objectif, maintenir le cap, en étant sur le même bateau, avec les bons côtés et les aléas, et passer aussi des caps, des étapes » explique Aude, sa Vice Présidente. Ce sont eux qui ont cherché et trouvé ce local, une ex-boulangerie, rue Vieille Forge, et l’ont aménagé. « Tous ceux qui en ont le désir et la capacité peuvent être partie prenante du projet, faire parti du bureau, des animateurs d’activités, en proposant ou en prenant la responsabilité d’un atelier, en s’engageant à y donner du temps, en étant simplement un membre actif, quelles que soient leurs limites. Seul, on ne peut pas agir. Ensemble on peut, car on a confiance, on est encouragé, on créé entre nous une certaine émulation, on porte cette association » ajoute Aude. « Il faut que cela fasse plaisir à la personne de venir ici, et heureuse de donner » insiste t-elle

    De nombreuses activités sont organisés durant la semaine : Jeux de Société, cuisine, salon de beauté féminine, un club Newsletters, carrefour de l’amitié (le jeudi après-midi) pour discuter et échanger, film débat le Vendredi, Café des langues le samedi…des semaines à thémes (Ode à la musique lors du festival des musiques anciennes, puis autour de la création…). « Ces activités résultent aussi de partenariats avec des associations vanvéennes sur le tissage, la création… » indique l’une des animatrices.  A ses ateliers,  s’ajoutent des sorties une fois par mois, au théâtre, au restaurant, au cinéma, des repas partagés, et des séjours comme ce fut le cas en Normandie pour 10 membres pendant 3 jours, « pour vivre autre chose dans un autre cadre » selon Aude qui rêvait « d’aller sur la plage, de voir et de sentir l’eau ».  

    Le CAP a d’ailleurs prit contact avec le PHARE  et participe à des animations comme ce fut le cas pour la fête des Voisins, organisé dans la rue Vieille Forge. Beaucoup d’adhérents du CAP ont été touché par l’accueil des vanvéens : « C’est une ville à taille humaine, un petit village, où on se sent accueilli écouté. Nous avons participé à une réunion sur l’accessibilité à la Mairie. On a demandé une subvention à la mairie pour aménager notre cuisine » indique Aude en regardant le chemin parcouru depuis un an : « Ce n’est pas figé, car tout est possible ! On peut avoir des désirs. On en parle, on le monte, on l’essaie et on le réalise toujours ensemble, différemment si on n’y arrive pas  quite à se bousculer un peu dans ce que l’on est ! Mais on est heureux de le faire ensemble… ».

  • VANVES PERD L’UN DES SIENS : L’INFATIGABLE ANDRE POLLACK A TIRE SA REVERENCE

    « Rien ne l’arrêtait, ni le temps, ni la fatigue, ni l’âge. Toute son énergie était dirigée vers les autres. Agir ensemble était son mot d’ordre » écrivait on dans le Journal de Vanves qui dressait le portrait de cet infatigable André Pollack. Il n’a cessé tout sa vie, à cause de son fils Alain, à se consacrer aux handicapés pour lesquels il était un pére, notamment de l’APAJH de Vanves qui a maintenant 35 ans d’existence.   Tapissier-décorateur de profession, il n’a cessé de se consacrer à leur cause, en créant l’association Léonce Maleco, issu des Papillons Blancs de Saint Cloud et de l’UNAPEI, puis un Institut Médico-Educatif (IME), d’un CAT ans cette ville cette association de soutien aux handicapés et leurs familles. Il a beaucoup travaillé avec Lino Ventura lorsqu’il a créé sa fondation Perce Neige et lancé des foyers occupationnels. « Toutes nos réussites sont des combats menés au coup par coup par les parents et nos associations ».

     

    A Vanves, il a donc créé l’APAJH, mais aussi le Service d’accompagnement et de Soutien qui suivait plus d’une vingtaine d’adultes handicapés, assuré la tutelle de quelques adultes handicapés,  récupéré un Chalet (Meilin) dans les Vosges pour envoyer en vacances ses protégés, et réussit à organise des séjours ski au Chalet de la ville à la Féclaz entre Noël et la Saint sylvestre. … Et il vous racontait qu’il avait toujours « l’impression de ne pas en avoir assez fait, puisqu’il y a tellement de chose à accomplir. Comme la politique et la religion, je pense que c’est l’union qui fait le force ». Paix à cet infatigable militant de la cause de l’impossible en matière de solidarité. 

  • GUILLAUME BENHAMOU MET VANVES EN PREMIERE LIGNE DANS LA MOBILISATION POUR L’EMPLOI D’HANDICAPES

     

    La Jeune Chambre Economique (JCE) de GPSO lancée officiellement à Vanves en Septembre dernier, organise le 20 Novembre sa première grande manifestation publique dans le cadre de la semaine nationale pour l’emploi des personnes handicapées. Elle n’est pas la seule JCE locale à s’être mobilisée sur cette journée qui « doit mettre en lumière des dispositifs exemplaire quant à la formation, l’insertion et la réussite professionnelle de jeunes en situation de handicap ». Un vanvéen a été à la manœuvre pour monter et organisée cette soirée qui se déroule à l’espace Anne Frank à Issy les Moulineaux (15 rue Diderot) à 20H : Guillaume Benhamou, résident de Simon de Cyréne, conseiler de quartier (Saint Remy-Centre Encien) a essayé de « mettre le tout en musique afin d’apporter un  éclairage le plus lage possible sur cette problématique ». Une première pour ce tout nouveau membre de la JCE GPSO qui s’est retrouvée président de la Commisson d’organisation de cet événement auquel participeront Isabelle Debré Sénateur et André Santini, député.

     

     « La loi du 11 Février 2005 dite loi pour l’égalité des chances et participation des personnes handicapées, prévoit la scolarisation des enfants  handicapés dans un milieu ordinaire et l’insertion des persnnes handicapés dans l’emploi. Elle prévoit 6% des emplois dans les entreprises deplus de 20 salariés qui doit être occupé par une personne handicapée. Le cas échéant, le versement d’une contribution financière à l’AGEFIPH permet une mise en conformité à la loi. Celles n'employant aucune personne handicapée et qui n'ayant entrepris aucune action concrète en leur faveur pendant plus de 3 ans sont soumises à une sur-contribution équivalente à 1 500 fois le Smic horaire par personne handicapée manquante« » indique Guillaume Benhamou qui a donc organisé cette soirée sur le théme  « droit d’apprendre et d’entreprendre ». 

     

    Il a invité plusieurs personnalités qui apporteront un éclairage et des expériences sur cet enjeu : Le directeur de Cap Emploi 92, le directeur de la Mission handicap de la société Valéo, l’entreprise Dadeo  sur l’emploi, Le directeur d’une école d’une école d’ingénieur (La Salle)  sur l’insertion scolaire. « L’objectif est d’apporter des témoignages sur des dispositions exemplaires mises enoeuvre pour développer la formation et l’insertion professinnelle des jeunes en situation de handicap, favorisant ainsi leur réussite professionnelle ou entrepreneuriale ».

     

    Ainsi Guillaume Benhamou a été tout de suite mis dans le bain de la JCE de GPSO en montant cette réunion avec les autres membres  de cette association : « On s’aperçoit de la force d’énergie que nous dégageons à la condition de chacun s’investisse » confiait il en rentrant voilà peu du premier congrés JCEF (Jeune Chambre Economique Française) à laquelle il a assisté à Orléans où il a rencontré le président mondial. « Le nombre de jeunes présent », « la mobilisation de ce réseau », « la qualité des échanges », « le respect de l’autre » et des « régles de travail »  l’ont fortement marqué et renforcé dans l’idée de développer cette association à Vanves. Il donne rendez-vous samedi 23 Novembre à 11H au Tout Va Mieux pour un « café citoyen ».