Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Stationnement

  • LE STATIONNEMENT PAYANT VICTIME D’UN BUG A VANVES ET DANS LES VILLES DE GPSO

    Les vanvéens peuvent se garer gratuitement, tout au moins jusqu’au milieu de la semaine, tout simplement parce que les nouveaux parcsmétres ont été victimes d’un bug informatique. Certains résidents ou professionnels consciencieux l’ont vérifiés à leurs dépens en mettant un euro dans l’horodateur qui n’a pas délivré le précieux papier à mettre derrière le pare-brise pour la journée. Comme à Paris, les couacs ne cessent de se multiplier et discréditent le recours au privé des mairies qui ont délégué à une entreprise privée la verbalisation du stationnement depuis le 1er janvier ! Dans la capitale, on ne compte plus les personnes verbalisées de manière indue (policiers en service, personnes handicapées garées sur un emplacement dédiée et munie d’une carte (médecins en visite…),

    Mais surtout, les vanvéens comme les parisiens ne comprennent pas comment des élus aient organisés un tel racket – il n’y a pas d’autres mots -  avec cette usine à gaz des tarifs sortie généralement des tête à crâne d’œufs des technocrates de Bercy qu’ils sont les premiers à critiquer. Le mécontentement  commence à se faire sentir comme l’a montré le Parisien  ce week-end : Passer de 4 à 5 € à 35 € dés qu’on passe de 2H à 2H30 de stationnement, c’est incompréhensible !

  • UNE RUE DE VANVES ECHAPPE AU STATIONNEMENT PAYANT : EUGENE BEAUDOIN

    La rue Eugéne Beaudoin fait partie de ses voies publiques oubliées parce qu’elles se trouvent à la frontière de deux communes, généralement délaissées, mal entretenue etc…D’autant plus que là, il faut la connaître,  bien caché dans ce triangle vanvéen/Isséen pris entre le parc des expositions et le lycée Michelet, avec un restaurant très côté, les Quartaux, véritable petit bijou de la cuisine terroir côté Issy, et ce fameux hôtel du parc des Expositions côté Vanves, aujourd’hui fermé et muré après avoir servi d’accueil aux SAMU social de Paris, à côté d’une ancienne villa jadis occupé par Rika Zaraï. Et bien c’est là que les habitants du quartier essaient très difficilement de se garer, car les places sont chères, d’autant plus qu’il n’y pas de stationnement payant, ni marquage au sol, ni horodateur. Une bizzarerie puisque tant à Issy qu’à Vanves, le stationnement payant couvre toute la ville, et qu’il est même payant le dimanche lors des expositions.

    Ce qui est byzance par ses temps qui courent où toutes les villes de GPSO dont Vanves, après avoir institué le stationnement payant sur l’ensemble de leur territoire – à juste raison – matraquent les automobilistes maintenant comme l’Etat avec les radars, avec le nouveau système de stationnement dépénalisé et privatisé. Vanves comme les autres n’a pas choisi les tarifs les plus bas comme sa voisine Malakoff, et d’autres villes, mais les plus hauts comme le démontrait un tableau du Parisien au début de l’année. Et les habitants,de surcroît, n’y comprennent avec cette usine à gaz des tarifs imaginée par des technocrates locaux : La durée maximale a certes, été augmentée de 30 mn soit 2H30, ainsi que les tarifs. Enfin, leur mise en place s’accompagne d’une dépénalisation du stationnement payant, GPSO devant collecter maintenant le produit des amendes pour non paiement qui ont augmentés : 35 € au lieu de 17 €, avec une minoration à 25 € en cas de paiement anticipé (dans les 4 jours). Personne n’a encore protesté contre ce racket orchestré par les élus, sauf à Montrouge.  

  • MISE EN PLACE DU NOUVEL HORODATEUR A VANVES AVEC QUELQUES SURPRISES

    Les vanvéens ont découvert depuis deux à trois semaines dans leur quartier et leurs rues les nouveaux horodateurs, encore recouvert encore de leur plastique pour certains d’entre eux, mise en place par GPSO qui gére le stationnement depuis le 1er Janvier 2016. Ses nouveaux appareils, entièrement connectés permettront le paiement par carte bancaire, le paiement sans contact par carte ou  par smartphone (grâce aux applications Orange cash, Apple Pay, Paylib, etc) et la saisie de sa plaque d'immatriculation. Les pièces de monnaie seront, toujours acceptées.  Ces horodateurs sont totalement autonomes et alimentés par un panneau solaire. La durée maximale a été augmentée de 30 mn soit 2H30, au lieu de 2H, ainsi que les tarifs. Enfin, leur mise en place s’accompagne d’une dépénalisation du stationnement payant, GPSO devant collecter maintenant le produit des amendes pour non paiement  qui ont augmentés : 35 € au lieu de 17 €, avec une minoration à 25 € en cas de paiement anticipé (dans les 4 jours).