Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Stationnement - Page 3

  • VANVES ADOPTE LE STATIONNEMENT PAYANT PAR TELEPHONE PORTABLE

     

    Vanves sera donc la 3éme ville de la Communauté d’Agglomération (CA) de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) à adopter à partir du 1er Décembre, le paiement du stationnement réglementé grâce à son téléphone portale, après Issy les Moulineaux et Boulogne, qui sera un dimanche, journée où le stationnement n’est pas payant. Il présente l’avantage de ne plus se casser la tête et de pouvoir prolonger ou stopper le stationement à distance, de bénéficier d’une alerte SMS à l’approche de la fin du stationnement….et surtout de ne plus avoir besoin de chercher de la monnaie

    Ainsi Vanves est, comme d’habitude, sur les pas d’Issy les Moulineaux qui a lancé ce paiement du parcmètre via le téléphone portable qui séduit de plus en plus de villes françaises, notamment à la suite de la généralisation des PV électroniques qui a servi de déclic. Près de 30 villes françaises ont déjà été séduites par ce service plutôt innovant et fort pratique. Ce service baptisé « PayByPhone » est l'œuvre de la société française Mobile Payment Services. « Pour utiliser ce service, l’usager doit créer un identifiant Paybyphone à l’aide de sa carte bacaire et de sa carte grise. L’inscription au service peut se faire par Internet, par mobile lors de sa première utilisation, ou par serveur local. Par la suite, pour payer son stationnement, l’automobliste se connecte au service, indique le code tarif/zone affiché sur l’horidateur, ainsi que la durée de stationnement souhaité » explique l’un des responsables de cette société en précisant que « l’on peut choisir de recevoir une alerte par SMS avant la fin du ticket, que l’on peut le prolonger à distance ou le stopper pour ne payer que le juste prix ». 

    Les agents de surveillance de la voie publique contrôlent le paiement du stationnement par Paybyphone de façon dématérialisée grâce à un terminal électronique – c’est d’ailleurs le même boitier que celui des PV -  qui, sur la base du numéro d’immatriculation, interroge à distance le centre de gestion centralisé des transactions de Rennes, pour savoir si l’on a payé. « Il leur suffit de se connecter à un serveur, qui identifie toutes les voitures enregistrées dans un secteur donné »

    Leader mondial dans le domaine des services d’achats et de paiement par téléphone pour les collectivités, PayByPhone est actuellement largement utilisé dans plusieurs pays du monde par plus de 3,5 millions d’utilisateurs pour des services mobiles du quotidien. PayByPhone apporte des solutions aux collectivités pour les achats et les paiements par mobile pour des services quotidiens de faibles montants tels que le stationnement à distance, les transports, les locations de vélos et l’autopartage. PayByPhone est une marque et une technologie du groupe PayPoint plc. qui dispose de la certification la plus élevée pour les applications de paiement sécurisé, PCIDSS niveau 1.

  • STATIONNEMENT A VANVES : DES VANVEENS PAS DU TOUT RAISONNABLES SAUF PAR TEMPS NEIGEUX

    Lorsqu’il n’y a pas de stationnement réglementé dans certains quartiers de Vanves,  puisque c’est le terme plutôt que stationnement payant, c’est devenu maintenant le « bordel », les riverains tournant un moment avant de trouver une place. Sauf lorsqu’il neige ou que la neige est annoncée. Comme par hasard, lundi soir et mardi matin, il était possible de se garer dans de nombreuses rues sans stationnement payant, notamment la longue rue Jean Baptiste Potin. Presque comme un mois d’Août. Il est vrai que Metéo France avait annoncé de la neige pour la soirée ou la nuit de Lundi à mardi  jusqu’à 5 cm, avec des températures négatives à – 2° et – 5°. Le niveau 3 du plan neige et verglas en Ile de France (PNVIF) qui prévoit des limitations de vitesse et de circulation pour les poids lourds avait été activé à 18H lundi soir. Heureusement, à Vanves, la neige n’était pas tombée. Mais Mardi était resté sombre avec quelques pluies glaçantes…et des places de stationnement libres.

     

    Cet état de fait prouve que les vanvéens ne sont pas raisonnables. Beaucoup laissent leurs véhicules dehors alors qu’ils disposent d’un parking…par paresse et facilitée. Des véhicules qu’ils n’utilisent pas souvent et qui font ventouses. Et cela s’est vérifié à chaque fois qu’il a neigé sur Vanves ou qu’il y a eu des températures en dessous de zéro degré. Il est devenu urgent d’étendre le stationement réglementé dans les zones de Vanves où il n’a pas été institué, car la pression se fait très forte, avec des riverains qui cherchent des places et d’autres, sans compter quelques voisins, qui  garent leurs véhicules ventouses dans ces rues sans payer. Le maire a dit qu’il s’était donné deux ans pour étendre complétement ce stationnement réglementé vu l’investissement nécessaire, c'est-à-dire l’été 2014. Tout en donnant une précision importante lors de l’une des 3 réunions publiques de quartiers : « Mais s’il y a une demande insistante, dans certains quartiers, on pourra étudier la possibilité de l’avancer ». Beaucoup pensent qu’il devrait le faire rapidement vu la pression que subissent les riverains des rues non réglementées du fait des véhicules ventouses venus d’Issy et d’ailleurs autour du parc F.Pic et du Stade de Vanves, d’autant que leurs propriétaires ont des parklings qu’ils n’utilisent pas comme l’a démontré cet épisode…non neigeux.

  • AU CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : De nouveaux tarifs pour le stationnement payant

    L’autre gros morceau du dernier conseil municipal de l’année (2012) avant la fin du monde, sur lequel le Blog Vanves Au Quotidien revient dans le courant de cette semaine,  concernait les rapports annuels 2011 des délégations de services publics : marché, restauration scolaire et fourrière avec de nouveaux tarifs pour le stationnement réglementé.

     

    Jean Cyril Le Goff  (PS) a regretté, à l’occasion du rapport du concessionnaire du Marché,  « d’avoir ses rapports d’activités  2011 à la fin de l’année 2012. On aurait aimé les avoir plus tôt ! »- « Ce n’est qu’une photocopie de ce qui se passe. On réagit plus tôt et très vite » l’a rassuré Alain Toubiana (UDI) conseiller municipal chargé du commerce. Fabian Estellano (PS)  a constaté que « ce rapport montre l’intérêt des commerçants sur les problèmes d’hygiéne, de publicité, de visibilité dans la ville, d’animations du marché, et de stationnement où on a encore beaucoup de chose à faire et sur lesquels nous avons insisté » – « C’est leur outil de travail ! Il est évident qu’ils s’y intéressent » lui a répondu Alain Toubiana. « Le rapport 2012 apportera des réponses à M.Estellano, notamment sur le stationnement » a ajouté Bernard Gauducheau. Jean Cyril Le Goff (PS) est revenu sur l’idée d’un marché, place de la République, le dimanche matin ou des animations commerciales comme le village des territoires. Et même sur la suggestion de faire du Centre Ancien/Saint Remy chaque week-end un espace piétonnier. « On a déjà eu des expérimentations pour essayer de définir le meilleur parti à prendre »  a répondu le maire. Sur la restauration scolaire, à une question de Valérie Mathey (PS), Bernard Gauducheau et Marie Françoise Goloubtzoff ont indiqué que la ville travaillait sur la réduction des repas jetés et sur la responsabilisation des parents lors des inscriptions à la cantine.

     

    Avec le rapport de la société gérant l’enlévement des voitures et la mise en fourrière, le conseil municipal a abordé une séquence circulation, stationnement : 433 véhicules ont été mis en fourrière en 2011 dont 357 par la police municipale. « C’est le fruit de notre politique de stationnement et de la mise en place d’un barriérage autour du quartier du Parc des Expositions » a constaté Laurent Lacomére (UMP) maire Adjoint chargé de la sécurité. Jean Cyril Le Goff s’est réjoui de savoir que le prestataire utilise des véhicules roulant au colza et fait ainsi un effort de développement durable. Il a interrogé la municipalité sur le devenir de la pré-fourriére de la contre allée Jullien durant les salons : « Elle sera maintenue » selon B.Gauducheau et L.Lacomére qui ont soumis au Conseil municipal le renouvellement de la délégation de service public.

     

    Enfin, ils ont proposé de revoir les tarifs du stationement réglementé sur les 3 zones, « la ville devant en priorité favoriser le stationnement de ses résidents qui sont les demandeurs les plus importants, et la rotation des places dans les zones commerçantes, pour garantir l’accessibilité aux commerces ». Dans la zone Rouge le stationnement est limité à 2H du lundi au samedi inclus (0,10 € les 20 premières minutes et 1 € pour 1H, 2€ pour 2H. De même en zone orange pour les non résidents  et les résidents ne disposants pas de carte, sachant que la durée de stationnement a été allongé à 3H pour 3€ et à 4H  pour 4€. Pour les résidents disposant d’une carte, le tarif initial qui est de 1 € pour un jour, 5 € pour la semaine, a été ajouté une possibilité intermédiaire de 2 jours pour 2 €.

     

    Un premier bilan de l’extension de ce stationnement réglementé depuis l’été 2012 permet de constater une meilleure rotation sur les emplacements, la disparition des voitures ventouses qui facilitent le stationnement des résidents. « Le desserrement de la pression sur les emplacements et l’amélioration des conditions générales ont permis également de diminuer fortement les stationnements irrégiliers et gênants (sur trottoirs, passages piétons…) ». Enfin, pour les garagistes, autos-écoles et autres professions de ce genre, la ville a crée un tarif spécifique de 4€ par véhicules et par jour. Le groupe PS a fait part de son scepticisme sur ses modifications tarifaires. Surtout dans le quartier du parc des expositions, où les visiteurs n’iront pas dans les parkings de Viparis (gestionnaire de Paris Expo) qui pratiquent des tarifs hors prix par rapport aux tarifs vanvéens :   « On vous demande de revoir les choses » a déclaré Jean Cyril Le Goff. « On peut s’adapter si nous voyons qu’il y a des problèmes » a répondu Bernard Gauducheau