Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Associations

  • LA LICRA VANVES RECOMPENSE LE TRAVAIL DE MEMOIRE DES COLLEGIENS DE SAINT EXUPERY

    Lors de sa 34e Assemblée Générale, mardi dernier, la section Licra de Vanves a remis le prix «Mémoire»  attribué à 19 élèves de 3éme du collège Saint Exupery pour avoir décrit avec des mots empreints de justesse et de sensibilité ce qu’ils ont retenu des témoignages des rescapés des camps nazis en Février 2018 lors des «Rencontres de la Mémoire», dont le prix d’honneur à Rokia Pericard, pour sa chanson « Exil » qu’elle a composé.  

    Monique Abecassis a lu chacun de leur texte très émouvant, sur fond de photos sur ses rencontres. Deux rescapés des camps qui les ont marqués. Preuve que ces témoins ont laissé des traces chez ces 3000 jeunes qui ont participé au fil du temps à ces rencontres comme le notait sa présidente, heureuse d’annoncer que des professeurs du lycée Michelet l’ont sollicité pour organiser de telles rencontres pour les éléves de 1ére. «Ces rencontres de la mémoire sont un témoignage vivant de leur programme d’histoire. C’est un devoir pour ces témoins de parler et d’expliquer comment sont morts des millions de femmes et d’hommes parce qu’ils étaient juifs, tziganes. D’autant plus à l’heure où notre jeunesse voit comme nous, cette montée du nationalisme dans certains pays, il est nécessaire de perpétuer cette mémoire !»

    Comme chaque année, la présidence de la Licra Vanves a dressé un état des lieux en constatant une baisse de 16% des actes racistes mais une augmentation de 26% des actes violents. Si les atteintes aux sépultures sont en baisse, 22% concernent encore des tombes juives. Sur Internet, les insultes et les menaces restent impunis. On peut penser que cette violence verbale suscite un passage à l’acte. Sans compter cette vidéo du rappeur « Mort aux blancs ! » sur Internet. Isabelle Debré Vice présidente de l'Enfance Bleue s'est inquiété justement des réseaux sociaux contre lesquels il faut lutter contre sans complaisance.  A Vanves, les événements marquants en dehors des cérémonies du souvenirs, des rencontres de la mémoire a été l’inauguration de la promenade Simone Veil sous le soleil, la plantation de  l’arbre de la liberté, sous la pluie, ce qui lui a permis de conclure : « Que le Vivre Ensemble s’épanouisse comme cet arbre ». D’ailleurs, comme l’a exprimé le maire, « on n’a pas à déplorer de tels débordements à Vanves ! – Il y en a eu ! Mais c’est dans le Vivre ensemble qu’on peut agir. Et où on est attendu justement pour les éviter » a-t-il expliqué en prenant l’exempe de ce CLPD mis en place par son prédécesseur Guy Janvier, présent, qui permet d’échanger sur les difficultés identifiés par tous les acteurs locaux de la sécurité et de la prévention. Tout en annonçant que Vanves pourrait s’inscrire au concours national Halimi avec ses établissements scolaires.

  • COKTAIL DES ASSOCIATIONS DE VANVES AU THEATRE LE VANVES

    Ce coktail des associations qui s’est déroulé mardi dernier au théâtre Le Vanves, est devenu un rendez-vous traditionnel de Rentrée, début Octobre, trois semaines après le Forum des Associations. Occasion de renouveler le Conseil Local de la Vie Associative comme c’est le cas, tous les deux ans. Sur 8 candidats, 5 devaient être élus : Il s’agit des présidents du Club d'échec, du Billard Club, du Logiciel Vivre Libre, de Faire Lire, et de l'animatrice du Téléthon. 

    Occasion de rappeler que la vie associative vanvéenne est dynamique et active, sa vitalité reposant sur les initiatives individuelles comme l’a rappelé le maire avec son adjoint en charge des associations en ajoutant que le rôle de la municipalité n’est pas de faire à leur place, mais de les accompagner, notamment avec le service du PHARE dont son directeur a présenté l’équipe, quelque peu renouvelée. D’après les derniers chiffres, 186 associations sont actives sur les 360 existantes dans notre commune. 6000 à 7000 personnes profitent de leurs activités et sont des acteurs de la vie sociale participant au Vivre Ensemble. 89 projets ont été accompagnés par le PHARE en 2017/18, 66 ont reçu une subvention de la ville en 2017,  mais beaucoup plus ont reçu un soutien en nature représentant un coût de 135 000 €. En retour, tout ce qui est fait par les associations, n’est pas supporté par les services de la ville ont reconnu les élus

  • WEEK-END ASSOCIATIF TRES ENSOLEILLE A VANVES

    La grande braderie a fait le plein samedi avec 400 participants sous les tentes, ses responsables (du syndicat d’initiative) sentant une moindre fréquentation, à cause peut être de la concurrrence d’Internet avec la concurrence de site comme « au bon coin ». Malgré tout, avec le beau temps, beaucoup d'exposants ont pris un coup de soleil, et les restaurants de la place de la République, se sont aperçus de sa réussite, puisqu’ils ont fait davantage que le plein en soirée, beaucoup d’exposants ayant diné sur leurs terrasses.

    Même topo à l’heure du déjeuner le lendemain, pour le forum des associations qui a attiré beaucoup de vanvéens, ne serait-ce déjà que pour les inscriptions à de nombreuses activités (Escal, centres de loisirs, etc… ), sans parler de toutes ces associations culturelles et sportives qui ont attiré beaucoup de leurs adhérents. Le stade de Vanves faisait bande à part avec son village des sections installé sur le terrain de boules lyonnaises, qui a fait le plein d’inscription comme au football, victime du succés du Mondial, le tennis, le basket, la natation, l’athlétisme…

    Un seul point pour cette rentrée sportive : la neutralisation du terrain annexe de football qui ne peut pas être utilisé tant que l’enquête et les expertises n’ont pas été menée après l’accident survenu à deux ouvriers sur les échaffaudages. Ils n’ont pas été démonté pour les besoins de l’enquête, et pour éviter tout accident, le maire, comme il l’a expliqué, applique le principe de précaution en ayant fermé le terrain le temps de l’enquête. On ne sait jamais, s’il advenait que l’échaffaudage ne tombe sur la pelouse synthétique