Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrimoine

  • LES CURIOSITES A VISITER A VANVES ET DANS GPSO

    Ces Journées européennes du Patrimoine  (JPE) interviennent à un moment  où  la Région présentera sa stratégie culturelle lors du prochain conseil régional du 22 Septembre, auquel participera le maire de Vanves. Parmi toutes les mesures qui seront proposé, il s’agira pour le nouvel exécutif LR/UDI de  défendre notamment  le patrimoine et l‘architecture : « Ils doivent devenir de nouveaux marqueurs, d’autant plus que la Région a pour compétence depuis 2004, l’inventaire patrimonial  et qu’elle doit définir une stratégie de valorisation de ce patrimoine, certains châteaux, demeures, sites industriels étant abandonnés » constatait récemment V.Pécresse qui a décidé de créer un label patrimoine d’IDF, d’organiser un week-end « jardins ouverts » avec l’Agence des Espaces Verts, des circuits ou des parcours comme ceux des impressionnistes ou de Le Corbusier qui sont inscrits dans les visites de ces JPE. Mais elle n’est pas la seule à s’en préoccuper, puisque le préfet de Région Jean François Carenco,  s’est impliqué depuis qu’il est à ce poste, à valoriser le travail de la DRAC (Direction des Affaires culturelles ) en Ile de France qui gére tous ces monuments, et une partie de ces 1700 sites franciliens à visiter

    Ces deux  journées sont l’occasion d’ouvertures exceptionnelles de certains sites avec visites guidées comme ce sera le cas au Lycée Michelet (à 14H samedi) à Vanves en dehors du Prieuré Sainte Bathilde des soeurs Bénédictines rue d’Issy recommandé, mais aussi aux alentours. Tout présd’Issy, le siége de la Gendarmerie tout à côté de la future gare du Grand Paris Express, la tour aux Figures dans le parc de l’ile Saint Germain qui doit être restauré par le département. Dans les communes de GPSO, il faut aller découvrir   le campus CNRS de Meudon Bellevue avec sur la colline Rodin, la villa des Brillants, atelier-maison du sculpteur Rodin qui cache une magnifique collection de plâtres originaux, essences même du travail de l’artiste ; le château de Ville d’Avray,  l’école Dupanloup et la résidence du Point du Jour à Boulogne,  le Centre International d’Etudes pédagogique à Sévres avec sa Maison des Jardies où vécurent  Balzac et Gambetta. Une maison de campagne du XIXe siècle bâtie à flanc de coteau au sud du Domaine national de Saint-Cloud, où le premier fit construire un chalet aujourd’hui disparu pour lequel il a imaginé de nombreux décors de marbre et de cèdre, où le second vécut jusqu’à sa  mort en ces lieux le 31 décembre 1882.

  • LE PRIEURE SAINTE BATHILDE DES BENEDICTINES DE VANVES MIS A L’HONNEUR POUR LES JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE

    Prés de 1 700 sites et édifices (monuments, hôtels particuliers, sites industriels, églises, lieux de pouvoir, maisons d’architecte, ateliers d’artistes…) participeront en Ile de France  à la 33éme édition des Journées Européennes  du Patrimoine placée sous le théme « patrimoine et société »  événement culturel incontournable organisé par le ministère de la Culture et coordonné par la DRAC (Directions régionale des affaires culturelles) Ile de France. Dans le dossier de presse, elle a mis dans les coups de cœur par département/ pour les Hauts de Seine, Vanves avec le Prieuré Sainte Bathilde (sur la photo prise depuis son jardin) où vivent les bénédictines. Ce qui peut se comprendre car il a reçu le label « Patrimoine du XXéme siécle ».

  • RETOUR SUR LE DERNIER CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : DES COMPTEURS AUX NAGEURS

    L’accélération importante de l’actualité locale et régionale en cette seconde quinzaine de Novembre 2014 a empêché de faire un coup de projection sur deux délibérations importantes du dernier conseil municipal  du 12 Novembre dernier

    COMPTEURS COMMUNICANTS GAZ DE GrDF : Un projet d’efficacité énergétique !

    Des concentrateurs seront hébérgés sur des toits d’immeubles de la commune à partir du second semestre 2015 dans le cadre d’installation chez les particuliers de compteurs communicants gaz de GrDF. L’objectif est double : Améliorer la qualité de la facturation (sur index réel)  grâce au télérelevage  et développer la maîtrise de l’énergie par la mise à disposition plus fréquente de données de consommation. C’est pourquoi, il est nécessaire d’installer des concentrateurs sur les toits d’immeuble (15 000 au total en France)  afin de mettre en place le système de communication qu permettra la généralisation de ces compteurs de gaz dits intelligents comportant un module radio  (11 millions doivent être remplacés)  et de se passer du « relevé à pied » comme on dit dans le jargon GDF. C’est pourquoi GrDF a sollicitée la ville de Vanves comme ses autres consoeurs pour signer une convention de partenariat en vue de faciliter l’accueil sur son territoire des équipements techniques nécessaires au déploiement de ce « projet d’efficacité énergétique » qui s’inscrit dans la loi sur la transition énergétique comme l’a rappelé Jean Cyril Le Goff (PS) à l’intention sa collègue écologiste Lucile Schmid. Mais elle n’était pas la seule à être monté au créneau  

    « L'installation des compteurs dits « intelligents » GazPAR que GrDF veut imposer à tous ses abonnées, sans avoir demandé leur avis ni obtenu leur assentiment, constitue une grave atteinte à leur liberté de choix.'intégrité et la confidentialité des données personnelles est en effet mise en question. D'une part il a été clairement démontré, notamment par des hackers, que ces compteurs et leurs transmissions sont piratables et les données nullement protégées. D'autre part les données récupérées seront utilisées par les grands groupes pour mieux encadrer, contrôler et suivre leur clientèle. Il est par exemple montré que les capteurs dits « intelligents » du réseau électrique permettent de savoir quel film vous regardez à la télévision » a expliqué Boris Amoroz (FdeG/PC) en ajoutant :  « Les radiations électromagnétiques émanant de l'émetteur-récepteur à ondes, potentiellement cancérigènes selon l'Organisation Mondiale de la Santé, dont ces compteurs sont munis, s'ajouteraient à la dose déjà élevée que la population doit absorber, et peut contribuer à l'accentuation de problèmes de santé, notamment chez les personnes électro-sensibles » Arguments sur lesquels Lucile Schmid (EELV) a rebondi en étant très sceptique sur l’utilité de ces compteurs qui n’ont pas été testé. « Les autres fournisseurs sont passés à des compteurs dits intelligents comme ERDF » a indiqué Pascal Vertanessian, maire adjoint. « De surcroît, leurs ondes sont loin de rivaliser avec celles des portables. Je ne pense pas qu’il faut en faire une affaire par rapport à la sécurité des données ! Il y a un  intérêt pour les consommateurs de connaitre leur consommation afin de mieux la maîtriser et à l’opérateur à faire des propositions adaptées à celle-ci » a indiqué le maire

    LA PISCINE MUNICIPALE : Nouvelle direction et mesures de précaution/Prévention

    La piscine municipale a été au centre des préoccupations du Conseil Municipal, à un moment d’ailleurs important de son fonctionnement, puisqu’elle dispose maintenant d’une directrice à temps plein,  avec Gaëlle Gaillad, alors qu’auparavant la direction de la piscine était assurée par le directeur du service des sports. Ce qui n’est plus le cas. Il a tout d’abord décidé d’engager des travaux d’amélioration de la performance énergétique de la piscine, car, au regard des consommations d’électricité, d’eau et de gaz, la piscine municipale est indéniablement le bâtiment communal le plus énergivore. La ville ainsi mandaté un bureau d’études pour la réalisation d’un audit énergétique en Juin 2013 qui a pu donné quelques pistes d’améliorations. La ville devrait changer les chaudières existantes par des chaudières à condensation, la production d’eau sanitaire devrait être améliorée, une gestion technique centralisée des équipements thermiques et du traitement de l’eau de la piscine devrait être mise en place. D’ailleurs une analyse des conditions d’exploitation du traitement de l’eau de la piscine a été confiée à une société privée. Il a ensuite adopté la mise à jour de plan d’organisation de la surveillance et des secours (POSS) rendu nécessaire par la mise en place de nouvelles activités aquatiques comme l’aquabike, par exemple. Son objectif est de prévenir les accidents par une surveillance adaptée aux caractéristiques de cet équipement, préciser les consignes de sécurité (comme le positionnement des surveillants de bassins définie en fonction des différents publics et de l’affluence, la conduite à tenir en fonction des publics – grand public, scolaires, sportifs -  le contrôle des fonds de bassins après évacuation du public), les procédures d’alarme interne  et d’alerte des secours extérieurs, les mesures d’urgence, et les procédures à suivre,  en cas de sinistre ou d’accident,  chaque agent ayant un rôle précis, avec justement une préparation  l’ensemble de son personnel à toute intervention d’urgence grâce à un dispositif de formation, et d’exercices de simulation interne (d’accidents ou de noyades)  mais aussi externe (évacuation générale). Avec une identification précise du matériel de secours, de sauvetage, de ranimation  et des différents lieux où ils sont entreposés.

    Il a enfin adopté un nouveau réglement intérieur qui doit figurer en annexe du POSS  avec quelques changements : L’âge des enfants pouvant venir seul, c'est-à-dire non accompagné, est revu à la hausse à 10 ans. « En effet, l’ancien réglement autorisait les enfants de plus de 7 ans à venir non accompagné alors que le test de sauvetage passé en CM2 montre que tous ne sont pas autonomes à 10 ans ». Il indique qu’un adulte peut accompagner au maximum 3 enfants de moins de 10 ans. L’apnée n’est autorisée par les maîtres-nageurs que sous certaines conditions. L’interdiction de manger est étendue aux tribunes.  Il est même interdit d’utiliser tout appareil de prise de vue ou sonore (appareil photo, caméra, radio…). Ces deux dernières interdictions ont suscité quelques interrogations de la part de Jean Cyril Le Goff (PS). N’en fait on pas trop ? Mais le principe de précaution à Vanves est érigé en régle absolue. Toutes ces mesures sont nécessaires pour un tel équipement, d’autant plus que cette piscine est très fréquentée par les vanvéens, mais aussi des non-vanvéens attirés par un meilleur confort suscité par ce traitement de l’eau à l’ozone. Les services de la piscine avaient recensé 154 220 personnes qui la fréquentent entre les scolaires (18 925), le public (83 821 ) et les associations sportives surtout (51 474).