Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parc frédéric pic

  • LES RUCHES DE VANVES VICTIMES DU VANDALISME

    Dans la nuit  du 6 au 7 janvier dernier, des vandales se sont introduit  dans le parc F.Pic, et dans l’ilot de la piéce deau, où ils ont retourné plusieurs ruches et ont même jeté une des ruches dans le ruisseau. Il en résulte une forte mortalité des abeilles selon Pierre Kerg qui est l’un des deux apiculteurs qui les ont implanté dans ce site.

    «Ces actes sont odieux et  inqualifiables. Cela fait la deuxième fois que nous subissons des dégradations dans le rucher» indiquait Pierre Kerg retraité qui s’est mis à l’apiculture. «Cette nuit là, d’autres incivilités ont été constatées dans le parc, les poubelles du parc ont elles aussi atterri dans le ruisseau. De nombreux riverains se plaignent de personnes qui, la nuit, pénètrent dans le parc pour y faire la fête avec toutes les nuisances qui en découlent. J’ai relaté ces faits à Mr le Maire mardi 7 janvier, à ce jour, sans réponse. Etant donné qu’aucune surveillance la nuit n’est mise en place, j’ai suggéré au maire d’installer des caméras afin de dissuader les intrusions» indiquait-il au Blog samedi, en précisant qu’il a déposé une plainte au commissariat de police .

    Ces ruches avaient été implantés voilà huit ans dans cet îlot située à l’extrémité du bassin, car cet endroit assure un cadre parfait pour accueillir des abeilles, à proximité du parc municipal des sports, proche d’arbres et de plantes méliféres, plantes qui produisent le nectar que les abeilles récoltent et transforment en miel, sachant que la colonie évolue en fonction des saisons. «Ainsi en hiver, ce qui est le cas actuellement, l’essaim vit regroupé dans la ruche en se nourrissant de ces réserves. Il diminue de moitié car la Reine pond beaucoup moins. Pendant cet hivernage, les abeilles assurent le confort de la Reine et la protégent en maintenant le couvain (l’ensemble formé par les œufs et les larves) à bonne température. Occasion d’entretenir et nettoyer son matériel et préparer la saison de pleine activité » expliquait Pierre Kerg dans un numéro de Vanves Infos. Pendant la saison active, ses abeilles peuvent produire entre 10 et 40 kg de miel par ruche et par an. Un miel de bien meilleur qualité qu’à la campagne, car aucun pesticide n’est utilisé dans le parc et alentours

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE CONTACTS

    Evidemment ce début de semaine est marquée par cette journée de deuil et d’hommage national à Jacques Chirac, avec les drapeaux en berne à Vanves comme dans toutes les communes de France, une minute de silence obserfvée par toutes les administrations à 15H et une évocation de ce 5é Président de la République de la Ve dans les établissements scolaires.  «La République est en deuil. Nous perdons un humaniste, un Gaulliste, un homme passionné de la France, des Françaises et des Français, et un Européen convaincu » a écrit sur son site Bernard Gauducheau à l’annonce de son décés

    La semaine dernière, dans le cadre des  subventions de fonctionnement accordée pour l’année 2019 pour la prévention socioéducative en faveur des jeunes, la commision permanente du Conseil départemental des Hauts de Seine, dans laquelle siége Isabelle Debré, a allouée le 23 Septembre, des subventions de fonctionnement d’un montant total de 853 730 € à 2 associations et 3 communes pour leur action de prévention socio-éducative dont la ville de Vanves qui a reçue 121 320 €.

    L’événement de la semaine à Vanves fut la cérémonie d’accueil dans la nationalité française de nouveaux citoyens français vanvéens à l’hôtel de ville le 27 Septembre  en salle Henry Darien. «Cette célébration est importante et symbolique pour chacune et chacun d’entre eux. Elle revêt un caractère particulier pour nous aussi, car elle nous permet de réfléchir, ensemble, à leur démarche courageuse et à ce qui cimente notre communauté nationale» a déclaré le maire de Vanves

    Les résultats sportifs du week-end ne furent pas brillants tant pour Expograph Vanves battu par 3 à 2 par l’équipe du Conseil Général du 92 en présence d’Isabelle Debré Vice présidente de cete assemblée dépatementale et de Bernard Gauducheau maire de Vanves, que pour l’équipe Vanves GPSO Basket battue de 12 points, ce qui est honorable face à l’équipe du Havre (74-88)

    Lundi 30  Septembre

    A 19H45 à l’école Marceau : Réunion publique de LR dans le cadre de sa campagne interne pour élire son président

    Mercedi 2 Octobre

    A 14H et 15H45  au parc F.Pic : Balade organisée par la ville avec un  expert pour découvrir comment les agents communaux  entretiennent les arbres et les protègent au quotidien.

    Jeudi 3 Octobre :

    A 19H30 à la Piscine (salle des Cinéastes) : Comité Directeur du Stade de Vanves

    Vendredi 4 Octobre

    A 19H à Saint François : Fête de Saint François d’Assise avec messe suivi d’un repas partagé

    Samedi 5 Octobre

    A 11H à l’école Larmeroux : Trocolives organisé par le conseil de Quartier des Hauts de Vanves : Un troc de livres

    Dianche 6 Octobre

    A 11H15 à Saint Remy et à 18H à Saint Français: Messe des curieux suivi d’un apéritif, où les paoissiens son invités à se faire accompagner par un des leurs proches : «Enlevons le défi ! Il nous reste une semaine pour l’inviter à vousaccompagner à la messe ! »

  • 2éme édition des jardins ouverts en Ile de France : Occasion de rédouvrir le parc F.Pic à Vanves

    La 2e édition de «Jardins ouverts», labellisée au titre de l’Année européenne du patrimoine culturel 2018, se déroulera le week-end prochain en IDF (29-30 Septembre) donne l’occasion de redécouvrir la richesse des jardins de leur région mais aussi apprécier leur fonction sociale séculaire : Jardins patrimoniaux, jardins partagés, ouvriers, collectifs ou familiaux, jardins pédagogiques, jardins privés et fermes urbaines. Vanves ne manque pas de jardins privées cachés dans des lotissements, publics avec le parc F.Pic dont c’est l’occasion de rappeler l’histoire, sauvé justement des lotisseurs par le maire Frédéric Pic (1919-40)

    SAUVE DES LOTISSEURS PAR PIC

    Il a pour origine l'ancienne maison de santé des docteurs Félix Voisin et Jean-Pierre Falret édifiée sur un domaine de 40 ha dont ils étaient propriétaires depuis 1821.Il a finalement sauvé ce site  de l’appétit des promoteurs immobiliers, en réussissant  à faire voter par son conseil municipal du 27 Février 1932 l’achat de prés de la moitié de cette propriétaire (19,7 ha)  ce qui lui a valut les pires critiques de ses détracteurs d’alors qui ne voyaient pas encore l’utilité d’un tel espace vert en région parisienne, parlant du « scandale du parc Falret », venant jusqu’au conseil municipal crier « le parc coûte cher ! ».  Le 25 Mai 1933, ce parc  était ouvert au public et Frédéric Pic précisait en conseil municipal du 17 Septembre 1933 « qu’il fallait couper court à une légende qui tend à s’accréditer dans la population que ce parc a été donné par les héritiers de Falret. Or il faut dire et répéter que c’est grâce aux sacrifices consentis par la commune que cette belle propriété a été sauvée d’un morcellement et conservée à la collectivité. Non seulement, les héritiers n’ont rien donné, mais ils ont déclaré se désintéresser de la commune ».  

    Et il ajoutait quelques années plus tard après d’autres acquisitions qui ont permis de l’agrandir et d’y aménager plus tard le parc municipal des sports : « Ce magnifique parc a été arraché, non sans mal aux lotisseurs pour qu’il devienne la propriété de la collectivité »  appuyé par les pouvoirs publics et notamment le Conseil Général et le préfet de la Seine qui était venu se rendre compte sur le terrain l’intérêt d’une telle acquisition auxquels ils ont contribué financièrement  : « Ce serait une erreur de laisser disparaître ce parc ! » avait déclaré ce dernier  «  Si nous avions négligé de le sauver, on n’aurait pas manqué de nous blâmer à juste titre » ajoutait F.Pic 

    Ainsi envers et contre tous,  il avait été quelque peu visionnaire, car ce parc  à l’anglaise est inscrit aujourd’hui parmi les sites classés, et les vanvéens sont bien content d’en disposer et d’en profiter. Il en avait confié l’aménagement à  l’architecte paysagiste Maurice Payret Dortail qui s’était  inspiré des jardins anglais.

    AGREE REFUGE LPO

    Il cache en son coeur le dernier vestige visible du ru de Vanves qui alimentait en eau les blanchisseries locales. Sur les bords de ce bassin poussent des arbres typiques des zones ripisylves comme des saules pleureurs (Salix babylonica) et un cyprès chauve (Taxodium distichum). Sur les pelouses ouvertes au public, le parc abrite de nombreux arbres remarquables tels que des séquoias géants (Sequoiadendron giganteum), un magnolia à grandes fleurs (Magnolia grandiflora) et un bosquet d’arbres aux quarante écus (Ginkgo biloba). En 2012, il a été agréé «refuge LPO», à l’issue d’un diagnostic écologique du parc comprenant l’identification des habitats existants, l’inventaire des populations d’oiseaux, ainsi que des prospections faunistiques complémentaires (amphibiens, reptiles, mammifères). Ainsi en 2013, 23 espèces d’oiseaux avaient été recensées dont 17 espèces identifiées comme nicheuses certaines ou probables du site. 6 espèces n’avaient pas été identifiées comme nicheuses mais utilisent le site pour la recherche de nourriture et sont nicheuses dans les environs. Il est vrai que lorsque la nuit tombe, les riverains et les habitués voient arriver, certaines fois, en fonction des saisons,  une multitude d’oiseaux s’abattent sur les arbres pour y passer la nuit.

    Enfin, ce parc contient d’autres richesses comme cette ancienne glacière transformée en chapelle au XIXe siècle que le président du Conseil des Seniors avait cherché voilà quelques années à restaurer sans succès parce que c’était compliqué et dangereux, un belvédère, des sculptures –, le « Buste de Frédéric Pic » de Michel Serraz (1971), « Le coq » (1995) le  « Dialogue au paradis » (1990), et la « Maternité » d’Achiam (1990) -  et une île, sur laquelle sont installées onzes ruches qui prennent place autour de la sculpture de la « Femme accroupie » de Félix-Maurice Charpentier (XIX). Quelquefois les abeilles essaient de butiner les joggeurs du parc lorsqu’ils passent prés de l’île, au grand amusement de certains riverains habitant l'immeuble sur pilotis de la rue JB Potin.