Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lycée michelet

  • LYCEE MICHELET A VANVES : APRES LES LYCEENS, LES PROFS

    Après les lycéens en décembre, les professeurs se mettent à manifester en Février dans plusieurs établissements des Hauts de Seine, dont le lycée Michelet, pour protester contre la loi Blanquer. Pas de manif dans la rue comme ce fut le cas aux abords de Michelet, avec les lycéens, mais la volonté d’occuper les murs et lancer la « Nuit des lycées », avec une réunion en présence des parents, prévu mardi dernier, et des sacs de couchage pour passer la nuit dans la salle des profs pour certains d’entre eux. Mais voilà, le proviseur est intervenu pour empêcher toute entrée de personne extérieure, et notamment les parents, après les avoir prévenu par mail de « dissuader » leurs enfants de participer à cette action « illégale, dangereuse », « dont personne ne peut garantir un déroulement paisible » rapportait le Parisien.

    « L’opération de tractage en direction des jeunes n’a pas plu au proviseur» raconte Thibaut, enseignant, dont les propos sont rapporté par le Monde.fr. « On nous oppose l’argument de la sécurité. Mais ce sont quand même nos élèves qui sont les premiers concernés par la réforme. Pourquoi ne seraient-ils pas au centre des débats ? » Du coup la « nuit des lycées » s’est transformée en « réunion entre collègues », poursuit Thibaut : « On a quand même pu discuter avec une dizaine de parents, dont des élus de Malakoff, devant la grille de l’établissement ». Il est vrai qu’ils sont toujours présent lorsque cela chauffe à Michelet, comme ce fut le cas en Décembre, où le commissaire de police de Vanves s’était même étonné de la présence de la maire de Malakoff « Nous pensons que la gravité des attaques que subit le service public d’éducation à travers les réformes du lycée général et technologique, du baccalauréat, du lycée professionnel et Parcoursup, justifie une mobilisation d’ampleur » expliquait l’un d’entre eux

    Une parente d’éléve en Terminale expliquait à l’auteur du Blog que, « depuis Décembre, on en a la marre. Je ne prends plus connaissance des mails envoyés par le lycée. Ce qui m’inquiéte, c’est que mon fils passe le bac à la fin de l’année scolaire, et je souhaiterai qu’il puisse travailler dans de bonnes conditions de préparation.  C’est tout ce que je demande, car c’est une étape importante de sa vie et de celle de ses camarades »

  • LES RENDEZ VOUS DE LA SEMAINE A VANVES

    Une atmosphére étrange régnait dans le centre ancien au lendemain de cette alerte à la fuite de gaz. Le restaurant Le Tout va Mieux n’a ré-ouvert que vers midi, samedi, les habitués venant aux nouvelles, en considérant que Vanves l’avait échappé belle après coup. «On n’était pas rassuré !» confiait un riverain samedi matin au marché de Vanves, qui avait du mal à se réveiller en milieu de matinée de ce samedi bien gris et triste. Certains craignaient de nouvelles chutes de neige ce week-end comme en début de semaine où elles ont été très limitées contrairement en grande couronne.  Dimanche, les sœurs bénédictines ont célébré la fête du Têt, avec quelques jours d’avance, puisque le passage de l’année du Cochon à celle du Chien est prévu ans la nuit de Mardi à Mercredi. Elles ont inauguré la rénovation de l’autel des ancêtres dans la crypte du prieuré

    Comme le faisait remarquer Jean Royer, Expograph Vanves  est au repos forcé depuis 2 semaines, comme les autres équipes de de football du Stade de Vanves, sans entraînement la semaine, certains riverains s’étonnant de voir le PMS A.Roche sans éclairage, à cause de terrains  enneigés ou gelés.

     

    Lundi 4 Février 

    A 20H à Issy les Moulineaux : La député LREM de Vanves/Issy, Florence Provendier, organise une réunrinon dans le cadre du grand débat national à l’Hôtel Ibis rue JJ Rousseau

    Mardi 5 Février

    A 18H30 à l’espace Jean Monnet : Vernissage de l’exposition  Paule Deville « des couleus et des mots ».

    Mercredi 6 février

    A 9H à la Sorbonne : Gabriel Attal secrétaire d’Etat à la Jeunesse ouvre le 3éme colloque «Claude Erignac » ogranisé l’association du corps préfectorale consacré à « l’intégration républicaine en péril : comment l’intégrer ». L’année dernière, c’est un autre Vanvéen qui avait participé à ce colloque de l’association du Corps préfectoral, Bruno Jeudy

    Samedi 9 Février

    A 9h (jusqu’à 12h30) au Lycée Michelet : 15ème édition du Carrefour des Métiers

    A 10H30 à la salle Paroissiale Saint Remy : Assemblée Générale de l’UNC Vanves/Malakoff suivi d’un déjeuner de cohésion au TVM

    Dimanche 10 Février

    A 12H30 au Centre Culturel Albert Gazier : buffet convivial de l’Amicale des Pieds Noirs animé par  P.Meige

    A 16H à Saint Remy : Concert pour le 5éme anniversaire de l’orgue avec un concert de François Espinasse, organiste à Saint Séverin (Paris) et à la Chapelle Royale (Versailles) organisé par l’association des orgues de Vanves

  • JOURNEE INTERNATIONALE DES VICTIMES DE L’HOLOCAUSTE : DES RENCONTRES DE LA MEMOIRE A VANVES PLEINE D’ESPOIRS

    Entre la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’holocauste, de prévention des crimes contre l’Humanité célébrée hier Vanves place de l’Insurrection, sous la pluie, et la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation fin Avril, des associations comme la LICRA avec sa section vanvéenne,  depuis 20 ans, organisent des rencontres de la Mémoire dans les collèges, à Saint Exupery, et cette année, pour la premiére fois à Michelet, entre ces jeunes collégiens/lycéens et des déportés : « A travers les livres, les musées et les cours d’Histoire d’une rigueur scientifique, il fallait ajouter une dimension humaine, le témoignage des survivants de ses camps. Au fil du temps plus de 3000 élèves ont participé à ces rencontres de la Mémoire, de nombreux témoins anciens déportés se sont succédé : Les époux Farnoux aujourd’hui décédés, fondateur de l’association Mémoires des déportés et Résistants d’Europe, Charles Baron et Yvonne Broder,  les frères Zelti, le hongrois Nicolas Roth auteur de l’ouvrage «  avoir 16 ans à Auschwitz »,  Esther Senot 91 ans et Robert Wajman dont les témoignages sont conservés à la fondation de Steven Spielberg à l’université de Californie du Sud.  Tous ont laissé leur empreinte dans l’esprit de ses jeunes » indique Monique Abecassis, présidente de la LICRA de Vanves

    «C’est au travers le témoignage de nos ainés, derniers survivants de cette tragédie, que nos jeunes réalisent jusqu’où peut mener la haine de l’autre, le mépris de la vie humaine, la barbarie et aussi jusqu’où peut conduire l’indifférence et la passivité de ceux qui laissent faire sans réagir. A l’heure où notre jeunesse est dangereusement exposée aux propagandes haineuses sur internet et les réseaux sociaux, plus que jamais nous restons convaincus de la nécessité de perpétuer ce travail de mémoire avec les scolaires. Certains assureront le relais de cette mémoire, ils en parleront à leur entourage et plus tard à leurs enfants, d’autres disent qu’il faut savoir dire Non à la haine et se battre pour que ces horreurs ne se reproduisent plus »expliquait elle à la derniére assemblée générale. Ces rescapés racontent tout cela face à des jeunes toujours très silencieux, très attentifs, souvent très réceptif, certains quelquefois les yeux humides « Cette intervention m’a ouvert les yeux sur l’Histoire, sur notre Histoire. C’est une chose qu’on ne pourra pas effacer et oublier » réagissait Marléne, collégienne, après le témoignage d’Esther Senot par exemple..  « Après le témoignage, j’en ai parlé avec ma grand-mère. J’ai appris que son père avait repris son métier de boulanger pour nourrir les maquis. Il aurait pu être dénoncé mais il les a quand même aidés. Je suis fière de descendre de cette famille. De mon coté je n’oublierai jamais le témoignage de cette personne et cette inhumanité des nazis» confiait Lucille à  Monique Abecassis qui prend toujours soin de terminer cette séquence mémorielle par une note d’espoir : Elle parle de ces « Justes » qui n’étaient pas des héros, des gens extraordinaires mais tout à fait ordinaires qui ont sauvés beaucoup d’enfants.