Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lycée michelet

  • UNE AG DU STADE DE VANVES UN PEU CHAUDE A LA VEILLE DES MUNICIPALES

    Vendredi soir à Vanves, avait lieu l’événement vanvéen  incontournable de l’année : L’assemblée générale du Stade de Vanves à laquelle se pressent, en dehors des stadistes et des dirigeants bénévoles des sections, les élus avec le maire Bernard Gauducheau, le nouveau maire adjoint aux sports (et à tout faire), Pascal Vertanessian qui assure l’intérim de Maxime Gagliardi qui a démissionné de ce poste, présent, que le maire a remercié publiquement d’avoir exercé ses fonctions durant 3 mandats. Elle n’en fut pas moins plus longue qu’à l’habitude, 2H45, peut être à cause d’un rapport d’activité de chaque section, un peu long, où chaque président a insisté et mis en valeur les résultats de la dernière saison, et c’est normal, et malheureusement une polémique insidueuse entretenue par certains, sur la montée de l’équipe du Basket en Nat 1 et ses conséquences, entraînant, comme d’habitude suspicions d’on ne sait trop quoi et rumeurs. Il est vrai qu’il y a la campagne des municipales en ligne de mire

    Il n’empêche l’équipe dirigeante du Stade de Vanves, avec Bruno Chauvet, à sa tête méne la barque : 5014 stadistes durant la saison 2018/2019, 4703 licenciés depuis la Rentrée de Septembre dont 1000 à la Natation, 713 au tennis qui échappe à la baisse constatée dans les clubs de tennis en France, 700 au football dont 400 enfants à l’école de foot. Avec des titres et des projets  : la création d’équipes de filles au football qui devrait lancer du footsal, un titre de club d’excellente pour la natation qui rejoint 4 autres clubs en France, l’organisation d’un trophée Grusberg, événement important de la Plongée, le 22 Mars prochain,à la piscine municipale,  la création d’une activité boxe à la section Gym Volontaire, un titre régional pour la Boule Lyonnaise….

    Beaucoup de dirigeants se sont félicités des travaux  effectués par la ville pour améliorer les équipements sportifs sur lesquels Bernard Gauducheau est longuement revenu à l’aide d’un Power Point avec  photos : La tribune du PMS avec ses deux bâtiments qui l’entourent, l’éclairage des courts de tennis extérieurs auquel la section tennis a participé financiérement, la sécurisation  du PMS, avec de  la Vidéosurveillane, la rénovation des locaux des gardiens…Jusqu’à un bungalow pour la section Rugby, soit un investissement de 9 M€ depuis 2017 pour l'ensemble de ses interventions. Le maire a d’ailleurs annoncé que le petit pavillon où était installé le secrétariat du Stade de Vanves avant qu’il ne déménage à la piscine, devrait faire l’objet de travaux de restructuration pour 300 000 € et être destiné à accueillir sections et stadistes pour des réunions ou du co-working. Enfin, et surtout, il a été question de la rénovation des installations sportives extérieures du lycée Michelet qui devraient doubler la surface sportive de Vanves

    Vanves souhaite s’inscrire dans la préparation des JO 2024, d’autant plus que les épreuves de handball et de tennis de table, se dérouleront à côté, au parc des expositions. Vanves a ainsi adhère au label Terre de Jeux 2024, comme Malakoff, Issy les Moulineaux…Tony Estanguet, Président de Paris JP 2024 expliquait au Congrés des Maires : «Il s’agit de créer une communauté d’acteurs dont les communes  qui bénéficieront du coup de projecteur des JO pour valoriser des pratiques sportives locales. Nous voulons relever 3 défis : La célébration pour faire vivre à tous les émotions du sport. L’héritage pour mettre plus de sports dans la vie des gens et changer leur quotidien grâce aux sports. Et l’engagement pour que le projet profite au plus grand nombre en désignant un référent pour être le relais de Paris 2024 dans les territoires». Ainsi les collectivités labellisées s’engagent à développer des actions pour promouvoir le sport et les Jeux auprés de leurs habitants dans le respect de la charte olympique et de la charte éthique de Paris 2024. Deux stadistes ont été mis à l’honneur : Mohamed Tourkara éducateur entraîneur à la section football depuis 2014 qui a participé à l’obstention du Label Football de la FFF, et Romain Cazenave l’un des fondateurs de la section Rugby qui s’étoffe

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    REMONTE : A chaque occasion, lors de ses interventions, le maire de Vanves ne peut pas s’empêcher de s’en prendre  à « ceux qui observent et critiquent », alors que « d’autres (bien sûr) travaillent en mairie, interviennent pour des feux, des coupures d’eaux, des pannes d’électricité etc… ». C’est son plaisir lorsqu’il ne les accuse pas de ne rien faire pour les vanvéens, et de ne pas habiter sa commune. Dans la version soft ! Ce fut le cas, lundi soir, à la réunion publique des Hauts de Vanves lorsqu’une vanvéenne a demandé à qui s’adresser pour avoir des informations sur Vanves, et ses projets immobiliers : « Si vous voulez le langage de la vérité, appelez le maire car beaucoup de fake news sont écris et diffusés en ce moment »

    GAUCHE PLURIELLE ( ?) : Pas tout à fait. Les discussions sont encore en cours sur le programme et la stratégie à adopter pour ces élections municipales à Vanves entre communistes, écologistes et socialistes.  C’est leur bouée de sauvetage, en tous les cas pour le PC et le PS, moins pour EELV qui a le vent en poupe après ses résultats aux Européennes. La liste d’Union est encore loin d’être faite, tout en étant envisagée selon certaines sources

    GRAND PARIS EXPRESS : Lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Seine, la représentante de la Société du Grand Paris a indiqué le terrassement de la boite gare de Fort d’Issy/Vanves/Clamart est terminé. Une visite du chantier est prévue le 4 Décembre qui devrait être suivi d’autres, vu le succés. Il est vrai que cette cathédrale de béton monumentale, sans ses planchers, est impressionnante. Mais ils ne pourront être aménagé que lorsque les deux tunneliers seront arrivés et sortis du tunnel : Le premier devrait arriver cet été 2020. Parti de Bagneux, Ellen, c’est son nom de baptême a fait 1,8 km et devrait atteindre Chatillon/Montrouge à la fin de l’année. Le second devrait partir du Pont de Sévres et être baptisé début Décembre pour une arrivée en 2021

    LYCEE MICHELET : Le chantier des travaux du mur anti bruit n’est pas le seul à démarrer plus tard que prévu, ces jours alors qu’il aurait du l’être durant l’été 2018.  Il y a aussi le chantier des nouvelles installations sportives extérieures du lycée Michelet à cause d’appels d’offres infructueux. Un chantier de 7 M€ sur 4 ha du parc qui seront clôturés avec une séparation entre cet espace et le reste du lycée. Avec un accueil et des vestiaires donnant sur le boulevard du lycée (sur la photo), 4 e’spaces sporfis que le Blog avait présenté dans son édition du 24 Octobre 2019

  • LA RENOVATION DES EQUIPEMENTS SPORTIFS DE MICHELET A VANVES COMMENCERONT DEBUT 2020

    Un panneau d’affichage posé devant l’entrée du lycée Michelet annonce la réalisation d’un chantier important de la Région Ile de France : La rénovation des équipements sportifs et des espaces extérieurs de la Cité scolaire. Les travaux se montent à 7,5 M€ et  comprendront une halle multisport couverte, un  plateau de lancer, un  anneau d’athlétisme, un terrain de foot / rugby, un bâtiment d’accueil / vestiaires. Ses travaux devraient se réaliser du début 2020 à à la fin 2020, après 30 sans rénovation. Ils étaient très attendus par la communauté scolaire de Michelet

    Occasion de rappeler que la décision de rénovation de ces équipements sportifs avait été inscrit dans le PPI (Programme Prévisionnel d’Investissement) 2013-2023  de la région Ile de France sous le mandat de Jean Paul Huchon (PS) «Cette affaire concerne la rénovation des installations extérieures, la remise aux normes du bloc sportif, gymnases et piscine datant de 1975 qui nous crée beaucoup de soucis.  Dans cette phase de négociation avec les services, il faut se mettre d’accord précisément sur la nature des travaux, qui feront l’objet de chiffrages, d’une planification dans le temps car tout ne se fera pas d’un seul coup, sachant que nous  en aurons pour 5 à 6 et même 7 ans » confiait alors Patrick Sorin, proviseur du lycée Michelet qui a finalement géré le lancement de ce dossier : « Lorsque je suis arrivé à Michelet, en 2004/05, le dossier des installations sportives était déjà brûlant. Il y avait eu une première démarche, initié à l’époque par le conseil général des Hauts de Seine qui avait alors la maîtrise des opérations et a assez bizarrement renoncé à ce projet. J’ai bien vu qu’entre 2006 et 2009/10, il était devenu de plus en plus compliquée, avec d’ailleurs une nouvelle équipe régionale, de faire avancer les intérêts de Michelet.  Ce conseil régional de gauche qui a en charge maintenant 471 lycées, mais aussi trois académies dont Créteil qui est l’une des plus importantes de France, avait légitimement des priorités différentes, par rapport à des enjeux d’égalité des chances » constatait il dans une interview accordé au Blog. Il avait travaillé avec l’architecte de la région, la vice présidente chargée des lycées,  Henriette Zoughebi (FG/PC° qui était venu 2 fois à Michelet pour les arbritrages sur les équipements sportifs : «J’ai fait en sorte que les demandes de Michelet soient prises en compte. Mais c’est un lycée des Hauts de Seine» confiait il dépité

    Une délibération avait bien été prise en commission permanent individualisant des crédits permettant de lancer les études d’un vaste programme, attendu et négocié, des équipements sportifs de cet établissement scolaire composés de plusieurs terrains extérieurs (football, rugby, athlétisme, basket ball, handball…) d’une superficie de 38 406 m2 avec un immense gymnase de 5000 m2 de plancher  incluant une piscine couverte, construit dans les années 60… qui ont beaucoup perdus de leurs qualités (vieillissement et conception anciennes). Le rapport du Conseil Régional constatait qu’une grande partie de ces équipements extérieurs existants  - 2 terrains de foot de 6000 et 2267 m2, 1 terrain de rugby de 8260 m2, 1 terrain multisport de 2313 m2, 2 pistes d’athlétisme de 581 m2 et 635 m2 -  n’étaient plus utilisés en raison de leur vétusté.

    Le programme prévoyait donc de réaménager plus de 19 000 m2 d’espaces pour l’exercice des activités de plein air, avec 1 terrain multisport, 1 plateau de lancer (disque, poids, javelot), 1 anneau d’athlétisme (dont espace de saut – 8 couloirs extérieurs),  1 terrain de foot/rugby avec un éclairage extérieur. Le pavillon existant à l’entrée du parc, serait réaménagé de manière à compléter le programme des vestiaires et des locaux de rangement. Les travaux s’effectueraient en site occupé en plusieurs phases garantissant le fonctionnement de l’établissement et la sécurité des personnes. Le coût des études, dans une première phase, se montait à 1 328 800 € pour un montant total d’opération estimé à 7,5 M€, car il restera à s’occuper du gymnazse et de la piscine par la suite. 

    «L’enjeu de ce projet est avant tout de proposer une intervention lisible et fonctionnelle, adaptée à la pratique du sport par tous, tout en s’insérant de manière respectueuse et intégrée à ce paysage apaisé et chargé d’histoire. Chaque élément du projet s’intègre et instaure un dialogue simple et élégant avec le contexte existant : Le bâtiment d’accueil, en vis-à-vis du logement de fonction, est implanté à 1,50m du mur d’enceinte, afin de créer une respiration respectueuse. La couverture du terrain sportif, avec la forme ondulée de sa couverture, joue avec le relief très prononcé du parc qui remonte vers le lycée. La clôture, elle aussi, s’insère en contrebas immédiat du chemin de traverse pour en diminuer son impact visuel. L’éclairage des cheminements est implanté en suivant les alignements et les trames des arbres existants. Ces différents éléments, bien que distincts, seront traités de manière unitaire, afin de conserver une logique d’ensemble et d’éviter une accumulation de vocabulaires architecturaux. Ainsi, les matériaux perçus sont simples, élégants, robustes, et s’inscrivent dans le vocabulaire des parcs. Discrets et intégrés, les équipements restent cependant lisibles et fonctionnels» indiquaient les concepteurs de ce projet pour la région qui ont choisi de porter une attention toute particulière au choix des couleurs et des matériaux, en particulier sur les aires sportives dont l’impact peut être important sur un site si apaisé.