Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lycée michelet

  • UNE RENTREE SCOLAIRE A VANVES SOUS UN CIEL GRISATRE

    L’événement de cette Rentrée scolaire n’est pas la visite ministérielle à l’école Gambetta hier matin – même si une polémique secoue les réseaux sociaux sur l’absence d’Isabelle Debré, vice présidente du sénat et sénateur de Vanves -  mais finalement  l’ouverture d’une école indépendante d’inspiration Montessori « Les Petits écoliers » dans le voisinage de Vanves, où de nombreux parents vanvéens ont inscrits leurs enfants. La rentrée s’y est effectuée tout comme les 12 écoles de Vanves sous un ciel grisâtre.

    Tous  les parents avaient pris le temps d’accompagner leurs enfants, notamment aux abords des groupes scolaires Marceau et Gambetta,  s’agglutinant à l’entrée ou le long des grilles de la cour de l’école Gambetta, notamment. Les enseignants n’ont pas trop apprécié qu’elle se déroule si tôt dans la semaine, un lundi plutôt qu’un mardi, car cette journée de veille de rentrée permettait aux parents de venir s’informer et même se renseigner auprès des directeurs d’écoles qui avaient le temps de prendre du temps de bien expliquer, surtout pour ceux qui passait de la Maternelle à la Primaire. Ce qui n’est pas possible lorsque la Rentrée se déroule dés un lendemain de week-end de surcroît de retour de vacances.  

    Au lycée Michelet, les collégiens et les lycéens se mettront vraiment au travail Mercredi, la Rentrée ayant été étalée sur deux jours, avec l’accueil traditionnel des éléves de 6éme avec leurs parents, dés lundi matin, dans le théâtre avec visite de cet établissement scolaire prestigieux.   

  • A VANVES, DES COLLEGIENS TRAVAILLENT SUR LA GRANDE GUERRE ET LES EXPLOITS D’ANCIENS ELEVES DE MICHELET

    Les vanvéens ont encore une semaine pour découvrir au CDI de Michelet,  dans le cadre du travail sur la Mémoire, sur la Grande Guerre, le travail des  éléves de deux classes de 3éme. Ils ont réalisé des « unes »de journaux ou revues et des BD qui ont été présenté à travers cette exposition dans le cadre de la semaine de la presse et qui a été prolongé jusqu’au 28 Avril.

     

    La première a réalisé un travail sur les BD de l’époque. Ils ont recherché des images prises dans ces BD d’époque pour reconstituer un récit sur des faits réels et notamment à partir de faits d’armes qui ont touchés des anciens éléves du lycée : Ils ont ainsi réalisé une BD sur « le régiment tricolore - Le diable rouge » en s’inspirant du palmarés de Michelet où Paul Chapelle, l’un des deux fréres dont une rue de Vanves porte les noms, est cité plusieurs fois et du livre d’or du lycée qui précise l’itinéraire et l’ardeur au combat du jeune soldat. Ils se sont inspiré de l’agenda du grand père de Jacques Marillier, ancien éléve de Michelet qui leur a donné une copie pour reconstituer l’histoire « d'un carnet de poilu caché et retrouvé » : Gaston Marillier faisait parti du 160e régiment d’infanterie qui a été blessé à Verdun et plusieurs fois emprisonné. Ses élèves ont essayé ainsi de faire comprendre dans des vues illustrées, ce que ressentaient ces prisonniers. Justement la seconde classe a travaillé sur ses journaux de poilus et de prisonniers de l’époque, en reconstituant des « unes » avec l’aide du professeur d’art plastique, Eric Giraud avec des textes  et des dessins à partir de textes et de documents authentiques.

    Jocelyne Grandiau, professeur de lettres classiques  est à l’origine de ce travail autour de la « Grande guerre » à l’occasion des célébrations de son centenaire, en collaboration avec Véronique Haziza, professeur documentaliste du collège,  avec pour chaque année scolaire des thémes : Elle fait travailler actuellement ses élèves sur les « unes » des revues municipales qui touchent aux événements locaux qui se sont déroulées à cette époque dans ces communes et sur les célébrations du centenaire organisées dans ces villes.

    L’année scolaire suivante (2017-18) sera consacré à deux parcours de mémoire, avec un travail sur les monuments aux morts dans les villes du sud du département, et sur un autre théme dans le nord du 92, avec la réalisation de petits clips vidéo diffusé sur la web radio du lycée présentant un ancien éléve du lycée Michelet qui a combattu durant cette grande guerre, et ils sont nombreux, illustres ou anonymes, morts au combat ou revenu traumatisé  avec  des témoignages bouleversants : Ainsi sont cités dans cette exposition, sur de petites fiches,  en  dehors de Paul Chapelle et Gaston Barillier, Charles Peguy, Alain Fournier, Maurice Genevoix, Alain, Louis Ferdinand, Louis Pergaud, Appolinaire,Jacques et Gilbert Fleury…  

    Elle terminera en 2018/19 par un travail sur l’hôpital militaire qui s’est installé dans le lycée entre 1914 et 1919, et sûrement sur les hôpitaux militaire qui ont marqué cette époque. Son objectif est bien sûr de faire un livre sur tout ce travail avec des éclairages de spécialistes.

    Elle a reçu le label de la mission du Centenaire pour ce travail auquel elle essaie d’intéresser des associations d’anciens combattants pour obtenir quelques subventions. Elle a pris contact avec l’ONAC (Office National des Anciens Combattants) dont l’une des missions est la Mémoire, notamment en lien avec l’éducation nationale. Mais curieusement aucun professeur d’histoire ne s’est intéressé ce qu’elle fait.  

  • L’EVENEMENT DE LA RENTREE A VANVES : UNE EXPOSITON DES ELEVES DE 3éme AU CDI DE MICHELET SUR LA GRANDE GUERRE

    Dans le cadre du travail de Mémoire, le CDI du lycée Michelet accueille une exposition jusqu’au 28 Avril, montée à l’occasion de la semaine de la presse, par des élèves des classes de 3éme,sur la grande guerre alors que la France vient de célébrer les batailles d’Arras et Vimy, ainsi que la terrible offensive dévastatrice du général Nivelle aux Chemins des Dames à l’origine des mutineries d’Avril 1917  : Ils ont réalisé des « unes » illustrées à partir   de bandes dessinées anciennes et,grâce à une activité interdisciplinaire avec le professeur d’arts plastiques Eric Giraud, des dessins originaux pour les unes de prisonniers.Tous les textes ont été rédigés par les élèves mais inspirés par des documents authentiques :un travail à la fois inventif et rigoureux, guidé en classe de français par Jocelyne Grandiau,professeur de lettres classiques, responsable du projet en collaboration avec Véronique Haziza, professeur documentaliste du collège. Ainsi J.Grandiau poursuit son projet sur la Grande Guerre qui prend de l’ampleur. Il vient d’être labellisé par la Mission Centenaire, ce qui  donne droit à des subventions.