Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs

  • LES 3 AXES DU PROJET SOCIAL DE L’ESCAL A VANVES – III : DES SUCCES A CONFORTER ET DES CORRECTIONS A APPORTER

    Le diagnostic réalisé au cours de ses deux dernières années en interne avec le public et les partenaires a  montré plusieurs choses  qui devront être corrigé ou améliorer :

    Nécessité de mieux accueillir, accompagner et intégrer certains publics les plus fragiles (familles monoparentales ; personnes isolées dont les seniors) : L’Escal devrait organiser une réunion régulière (trimestrielle) pour un échange d’information entre l’ensemble des acteurs sociaux du territoire, créer un répertoire des partenaires, réorganiser l’accueil des personnes qui viennent aux permanences pour le rendre moins administratif (suppression de la borne, café…), des actions en cours depuis  la Rentrée 2016.  Un accueil du scribe était prévu à Albert Gazier dés la Rentrée, avec une permanence de l’association Saint Raphaël, de l’association PIMS pour des conseils et formation à la connexion Internet. L’ESCAL devrait réaliser une étude de faisabilité pour proposer aux adultes des tarifs au quotient familial comme cela est déjà fait pour les 6/17 ans, créer un dispositif séjours familles en visant un départ pour 6 d’entre elles pour l’été 2018, un autre « améne ton invité » lors de certaines animations réservées aux adhérents, et assurer une garde d’enfants lors des ateliers dés la saison 2016-17. 

    Avoir des actions vers le jeune public qui ne fréquent pas le centre et qui pourtant, aurait besoin de s’investir dans et fréquenter un lieu cadré d’animations : Dés le dernier trimestre 2016, l’ESCAL devrait organiser et animer des réunions trimestrielles avec les éducateurs spécialisés pour évoquer la situation de certaines jeunes et leur permettre d’assurer des permanences dans ses locaux, de participer à certaines animations.. avec l’objectif de créer un « chantier/Jeune » par an durant l’été. L’ESCAL devrait faire  un tractage plus systématique devant les établissements scolaires du second degré, assurer une permanence hebdomadaire et faire des démonstrations d’ateliers dans ses collèges et lycées, mettre en place un systéme de participation à des actions (accueil, préparation d’animation…) contre des gratuité à ces actions, organiser des animations en dehors des bâtiments du centre 

    Permettre à celles et ceux qui le souhaitent de prendre part à la vie du centre dans des instances de réflexions, d’être source de propositions et de s’investir dans les activités programmées : Un fichier d’adhérents souhaitant participer à des actions (préparation d’animations, aide logistique) devrait être créé, une campagne de communication pour assurer le suivi scolaire devait être lancée dés La Rentrée 2016. Il devrait permettre à chacun de faire profiter aux autres de ses savoirs-faire  (ateliers libres en couture, permanence esthétisme…), mettre en place des réunions trimestrielles thématiques pour l’élaboration des programmes (vacances animation, forum familles…) des réunions annuelles d’évaluation du projet, rendre le conseil des adhérents plus attractif. D’autres initiatives sont prévues  pour lutter contre  l’effet consumérisme : Organiser des réunions avec les parents avant les inscriptions des vacances et au moment du lancement des ateliers,  pour présenter les actions à venir afin de faire comprendre le sens éducatif de ce qui est proposé, associer un permanent avec un adhérent pour la mise en place de certaines actions,  réserver progressivement au  moins 25% des animations à l’initiative des adhérrents, organiser des réunions de présentation des animations à venir à chaque début de semestre, créer un café de l’ESCAL hebdomadaire couplé avec une réorganisation de l’accueil, et animer l’accueil du mercredi après-midi (cuisine, jeux..) pour les parents qui attendent leurs enfants.

    Cependant le développement de ces actions ne doit pas mettre en péril ce qui a fait le succès du centre :

    -La programmation d’ateliers annuels ou trimestriels qui permettent l’échange, la découverte et le partage dans les domaines des arts créatifs, de la culture, de l’expression, de la forme & santé, et des langues ;

    - Le Forum des Familles- et le service d’aides à la parentalité de l’ESCAL avec  ses pôles « entraide et écoute », « ateliers et formations », ‘accueil et animations » sur lequel le blog reviendra plus tard 

    - Les animations tout public et pour des publics spécifiques (enfants, ados, adultes) 

    - Un programme d’activités à la carte pendant les vacances pour les enfants et les ados  

  • LES 3 AXES DU PROJET SOCIAL DE L’ESCAL A VANVES – II : UN EQUIPE EFFICACE MAIS PAS SATISFAITE

    L’ESCAL aura  coûté 838 879  € en 2014 dont 162 449 € en régie, selon les derniers chiffres connus. Ses recettes auraient rapportées  311 751 €  (202 654 € liés à la vente de prestations et 109 097 € de subventions). Ainsi la ville n’aura dépensée que  527 127 € pour faire fonctionner l’ESCAL grâce à une équipe de direction et d’animation motivée

    Son équipe est composé d’un directeur, d’un directeur adjoint, d’une directrice adjointe administrative, un responsable de la communication et du multimédia, d’un animateur multimédia, de 2 agents d’accueil et administration, d’une coordinatrice Forum Familles,  3 coordinateurs ateliers/animations, 2 animateurs. Une équipe structurée, formée et stabilisée, reconnue, disponible et compétent pour les adhérents. Mais aucun membre de l’équipe n’est en charge du volet social du centre, ce qui devait être corrigée dés cette Rentrée 2016 avec l’arrivée d’une responsable du nouveau Pôle « Social et Parentalité ».  Les services rendus par l’animatrice en service civique doivent être pérennisées.

    Le diagnostic a montré que les relations qu’entretient l’ESCAL avec les autres services municipaux (26) et les 300 associations sont limitées, ce qui génére une déperdition d’informations, des doublons dans les services proposés à la population, - comme c’est le cas avec l’association omnisport Stade de Vanves pour la danse -  une orientation des  publics parfois peu efficace, le partenariat avec les associations se limitant à des prêts de locaux. C’est pourquoi, le développement de l’ESCAL et la mise en place de son nouveau projet passent, non pas par la mise en place de nouveaux services (l’ensemble des services à la population est déjà assuré), mais par une nouvelle politique partenarial pour une meilleure efficacité de ce qui est proposé, pour limiter les doublons, mieux faire circuler l’information entre les partenaires potentiels et vers la population. Pour cela, « il y a nécessité à renouveler les habitudes de travail dans le respect des attributions et des spécificités de chacun » indique t-il

    Selon le diagnostic, l’équipe de direction et d’animation n’est pas satisfaite par les liens qu’elle considère insuffisants avec les publics fragilisés, et ceux qui viennent aux permanences dites sociales, car trop peu de temps est consacré  pour échanger sur leur quotidien, mieux les orienter vers des spécialistes. Elle souhaite vraiment mieux intégrer les personnes isolées  dans des actions tous publics.  Une réunion annuelle a lieu avec les adhérents,  mais cette année, il y a eu un travail spécifique  qui a permis d’aborder des thèmes comme la parentalité, la place des adhérents dans le centre, les missions « sociales » du centre et les liens ESCAL/Partenaires. L’équipe d’animation souhaite faire participer plus et mieux les adhérents à la vie du centre (bénévolat, aide ponctuelle, prise de responsabilité) à travers le conseil des adhérents,  la mise en place d’activités/animations….  Mais voilà si  certains adhérents  ont la volonté de s’impliquer dans la vie du centre ils ne  s’y sentent pas autorisé.  Des adhérents déplorent même  le comportement consumériste d’une majorité d’entre eux 

    A SUIVRE….

  • LES 3 AXES DU PROJET SOCIAL DE L’ESCAL A VANVES 17 ANS APRES SA CREATION

    L’ESCAL est le Centre social municipal de la ville qui gère les deux espaces socio-culturels Albert Gazier et Jean Monnet (sur la photo lors des inscriptions début Septembre). Il a bénéficié des agréments « Animation Globale » et « Animation collective famille » délivré par la CAF 92 (Caisse d’Allocation Familiale des Hauts de Seine) pour 2013-15 prolongé jusqu’au 31 Décembre 2016. La constitution du dossier de renouvellement de ses agréments a été entamée début Octobre 2014 et s’est achevé en Mars 2016. « Cette longue période a permis d’établir un diagnostic social complet des usagers, recueillir  l’avis des adhérents sur le fonctionnement du centre, consulter les partenaires municipaux, associatifs et institutionnels, de faire un bilan de la période écoulée en interne avec les élus, la DGS » indiquait on lors du Conseil Municipal du 28 Juin  2016 qui a avalisé cette demande de renouvellement. « Ce long processus a dégagé 3 axes de travail pour la période 2016-20 afin que l’ESCAL soit au plus prêt des besoins du public : Mieux accueillir, accompagner et intégrer les publics les plus fragiles ; Diversifier le public jeune qui fréquente le centree ; Permettre à chacun de s’impliquer pleinement dans le centre » sur lesquels le Blog reviendra à travers une série d’articles durant cette semaine de vacances de la Toussaint.

    I – L’ESCAL : UN FACTEUR DE BRASSAGE ET DE PROXIMITE  

    Rappelons que de 1999 à 2011, l’ESCAL n’occupait que le Centre Albert Gazier fréquenté alors par 70% des habitants du Plateau qui ne représentaient plus de 46% en 2012-13 après l’ouverture du centre  Jean Monnet en Septembre 2011. Reste que Jean Monnet par sa position centrale est le principal lieu d’activités  polyvalentes (culture, social, loisirs) avec 72 ateliers par semaine, 2 séances de suivi scolaire, 2,5 jours de permanence sociale. Gazier n’accueille que 26 ateliers avec 2 Séances de suivi scolaire, quelques animations. Les deux bâtiments permettent donc  de proposer une offre de services sur l’ensemble du territoire vanvéen. Et ils sont considérés comme agréables et accueillants, privilégiant la proximité,  par les adhérents

    Les enfants du Plateau représentent 64% des adhérents qui fréquentent Albert Gazier, 43% pour les 11-17 ans, 28% pour les adultes de 18-59 ans, 26%pour les seniors… Pour beaucoup, l’Escal est un facteur de brassage de la population qu’apprécient les adhérents, les femmes étant plus présentes que les hommes dans les activités socio-culturelles, les enfants représentent 16% des adhérents (contre 19% de la population vanvéenne de moins de 14 ans). Certains adolescents ne fréquentent pas ou peu le centre (manque d’espaces en libre accès, manque d’envie de fréquenter un centre structuré ou par méconnaissance).  Les cadres, ouvriers et employés et retraités sont sur-représentés contrairement aux artisans et professions libérales.

    Ces deux centres de l’ESCAL répondent aux exigences du public et aux besoins de services. 19 animations ont concerné le « Tout Public » avec 825 inscriptions en 2015 ( 17 en 2014 avec 780 inscriptions), 60 animations pour les 11/17 ans (1150 inscriptions, soit – 170), 30 pour les 6/11 ans (405 inscriptions), soit au total 109 animations (+16) et 2380 inscriptions (+280).  Durant la période 2013-16,  le diagnostic réalisé constate que le nombre d’ateliers pour les seniors en journée ont été doublé, des stages ont été créé en week-end notamment pour des parents/enfants et des prestations intergénérationnelles, que la liste d’attente est toujours aussi importante pour les ateliers  dans le secteur 11/17 ans. Deux ateliers pour enfants et ados en situation d’handicap ont été créé et ont même fusionné pour augmenter le nombre de places et  créer une dynamique notamment pédagogique.  Le pôle multimédia a vu le nombre d’heures consacrées aux rendez-vous personnalisés doubler grâce au temps libéré par la baisse des formations collectives, 70 personnes en ayant bénéficié en 2015 (cotre 49 en 2014), une vingtaine ayant demandé deux rendez-vous…

    Par contre, des projets n’ont pas abouti comme le  développement d’ateliers FLE dans les écoles primaires, l’organisation d’une sortie toutes les 6 semaines qui n’a pas trouvée son public après quelques tentatives, l’augmentation du nombre d’événements »Jeunesse » à cause de difficulté à travailler en réseau « jeunesse », la création d’une web radio mis en veille mais toujours d’actualité.  Mais les adhérents sont satisfaits de voir leurs demandes prises en compte : Nouvelle permanence de « Que choisir », nouvelle offre de service pour les enfants pendant les vacances, avec un événement festif ouvert à tous les publics (Halloween, Noël, soirée casino...), soirée ciné-animation... 

    A Suivre….